Naissance et évolution de la notion d’érudition : savants, érudits, lettrés (17 octobre 2002)

  • Jean Dufour (EPHE, section des sciences historiques et philologiques) − L’érudition : quelques-uns de ses aspects

L’érudition offre de multiples aspects. Certains, constants quelles que soient les époques, ont trait à la qualité ou à la fiabilité des sources (cf. témoignages de s. Jérôme, de s. Augustin), à l’usage que l’on en fait (établissement de faux par ex. à Tiron ; mise en garde contre ceux-ci, notamment de la part d’Innocent III).

D’autres, au contraire, varient avec le temps : l’érudition, individuelle, est « aux mains » des clercs durant le Moyen Âge, pour devenir, à compter de l’époque moderne, le fait tant d’ecclésiastiques que de laïques (ex. Thierry Alix, « Académie Dupuy »), puis de groupes (Mauristes) ou d’institutions (Monumenta Germaniae historica, École des Chartes). Enfin, si l’érudition reste généralement cantonnée dans les cabinets de chercheurs ou ne sort guère de cercles restreints d’initiés, elle n’est pas, dans des cas fort rares, sans incidence sur la politique.

Bref mortuaire adressé par l’abbaye de Montier-en-Der à celle de Villeloin.

  1. Original perdu.
  2. Paris, BnF, lat. 2076, fol. 144v, probablement d’après A.
  3. Paris, BnF, lat. 12668, fol. 25, d’après B.
  4. Omont H., « Rapports entre les abbayes de Montier-en-Der et de Villeloin au xie s. », BEC, t. LXXVII, 1916, p. 516, d’après B.

IND. Annales ordinis sancti Benedicti, t. IV, p. 394.- Annales ordinis sancti Benedicti, nova editio, t. V, p. 363.

Patribus Ville Lupensis, Deo gratias Salvatoris nomine signatis, [patres] sancti Bercharii abbatis et mater Certiola celestis vite gaudia. Vestram gaudenter suscepimus peticionem, qua cum tantis patribus vel aliis fidelibus nostram exigistis orationem ; certe sed tam desolatorum patrem Stephanum doluimus filiorum, pro quo, uti rogastis tam humiliter, orare presumpsimus psalmis et orationibus. Et nos merito vester commovit meror, quos similis contriverat dolor. Nam IIII idus septembris melle et favo dulciorem nobis amissimus (sic) permaxima pietate patrem cum memorando, tum dolendo, nomine abbatem Dudonem. Precesserat denique XII kal. septembris huic benigno quidam de senioribus nostris, nomine Benzo. Pro quibus et ceteris oramus vos, sicut nos de vestris.

Erreur de Mabillon : il fallait lire Martyris Consilio au lieu de mater Certiola

  • Robert Godding (Société des Bollandistes, Bruxelles) − Les Acta Sanctorum comme œuvre d’érudition
Frontispice des Acta Sanctorum

Frontispice des Acta Sanctorum

La Praefatio generalis ouvrant le premier volume de Janvier des Acta Sanctorum montre que Bolland était conscient de la nouveauté et de l’originalité de son entreprise. Avec une maîtrise qui ne laisse pas d’étonner, Bolland y expose en détail le but qu’il poursuit, la méthode mise en œuvre, les moyens utilisés : on peut dire que cette préface constitue le premier traité d’hagiographie critique. Un double souci d’exhaustivité et d’organisation caractérisent l’entreprise dans toutes ses dimensions, tant dans la publication elle-même qu’en amont, dans la collecte des documents. La structure rigoureuse adoptée pour chaque volume n’exclut pas pour autant d’y insérer des études plus générales, sans lien direct avec le mois traité. Les Bollandistes n’hésitent pas à recourir à des moyens coûteux là où les progrès de la science l’exigent, ce qui pose la question de leur financement. Quant au public visé, il ne se limitait pas aux érudits mais embrassait plus largement les pios lectores, intéressés à faire de la vie des saints une lecture spirituelle.

À propos du frontispice des Acta Sanctorum : Palumbo, « Erudizione, storia e verità nel frontespizio degli Acta Sanctorum », dans Scrivere di santi. Atti del II Convegno di Studio dellAssociazione italiana per lo studio della santità, dei culti e dellagiografia. Napoli, 22-25 ottobre 1997, cur. G. Luongo, Roma, 1998, p. 263-283.

Résumé des discussions

Après les interventions de Mme Kriegel et de MM. Dufour, Godding et Petitmengin, la discussion a porté sur plusieurs thèmes. À propos du contexte géographique et historique où l’érudition s’est affirmée, on a évoqué les aspects de l’implantation géographique des congrégations, en faisant référence, en particulier, aux rapports entre Mauristes (présents sur tout le territoire du royaume de France) et Vannistes (à l’Est, grosso modo dans les terres d’Empire). A été souligné le rôle capital de la Contre-Réforme dans l’affirmation de l’érudition.

De nombreuses questions ont porté sur les temps et les modalités du travail des érudits et sur leurs relations. Bolland, par exemple, a préparé son entreprise en environ 15 ans, ayant reçu l’héritage de Rosweyde, dont il se démarque cependant. Il existe également un saut qualitatif entre les travaux de Bolland et d’Henschenius, dont témoigne, en particulier, la section des Acta sanctorum du mois de février. D’une manière générale, l’érudition mauriste est tributaire des Jésuites (importance de Sirmond), même si leurs relations ont parfois été tendues (voir l’affaire du Martyrologe d’Usuard, que les Bollandistes n’ont pu éditer d’après le manuscrit possédé par les Mauristes et qui fut ensuite publié anonymement par ces derniers).

En ce qui concerne les éditions, on souligne le rôle de l’imprimeur qui a souvent eu à traiter directement les documents et les manuscrits. Quant aux formes de publication et de diffusion des travaux, on note la naissance de l’article d’érudition et la parution des premières revues, l’exemple le plus accompli étant le Journal des savants (fondé en 1665).

D’autres questions ont porté sur la documentation qui permet aujourd’hui d’analyser l’œuvre des érudits. Beaucoup de documents ont disparu, les papiers qui passaient à l’imprimerie n’ayant pas été conservés. Il reste ainsi peu d’archives émanant des Bollandistes. Elles sont actuellement réparties entre la Bibliothèque royale de Bruxelles et la Société des Bollandistes et une partie du fonds est conservée à Tongerloo. Une étude sur l’ancienne bibliothèque des Bollandistes pourrait être envisagée.

À propos des représentations de l’érudition et des érudits, le poids des références classiques émerge de l’examen du frontispice de l’édition des Acta sanctorum, dont les allégories n’ont rien de chrétien. Par ailleurs, en dépit du décret d’Urbain VIII régularisant les cultes locaux (1634), de nombreux personnages sont cités dans l’œuvre de Bolland, bien qu’ils n’aient pas été canonisés.

Un dernier ensemble de questions a porté sur la permanence de l’érudition et sa continuité, depuis l’époque patristique et jusqu’à nos jours. À propos de la forma mentis de l’érudit, le courage apparaît comme l’un de ses traits dominants, l’érudit acceptant toujours d’être remis en cause. Autre caractéristique, la modestie. À ce propos on cite l’exemple de Luc d’Achery, moins renommé que son disciple, Jean Mabillon.

Enfin on signale la création d’une nouvelle collection des Bollandistes : Tabularium hagiographicum, destinée à la publication de correspondances d’hagiographes (Mgr Duchesne, le Père Delehaye).

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_1.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.