Vincent de Beauvais fait de la bibliographie

Monique PAULMIER-FOUCART (20 avril 2000)

Dans les années 1230, Vincent de Beauvais (= 1264), frère prêcheur, est chargé par son ordre de constituer ce que nous appelons une encyclopédie, et qu’il nomme Speculum maius. Dans ce triple Miroir (Speculum Naturale, Doctrinale, Historiale) se reflète une sorte de bibliothèque idéale, voulue comme telle, à l’usage d’abord des frères dominicains pour qui il est élaboré, et au-delà au bénéfice de toute la société dont les Prêcheurs deviennent les guides, par la prédication et la confession.

Le prologue, Libellus apologeticus, dit dès ses premiers mots (Quoniam multitudo librorum…) que le Speculum maius veut être un « livre de livres ». La première tâche de Vincent de Beauvais a donc été de « faire de la bibliographie » : quels livres faut-il avoir lus ? Pour en dresser la liste, il dispose d’outils anciens et nouveaux :

  • Le decret du pseudo-Gélase De libris recipiendis et non recipiendis
  • Le De viris inlustribus de Jérôme-Gennade
  • Les listes pédagogiques du XIIe s. (telles celles des Victorins – Didascalicon – ou des Chartrains – Heptateuchon -) ou celles des premiers programmes universitaires du début du XIIIe siècle
  • Les fonds des bibliothèques qu’il peut fréquenter : à Paris (Saint-Jacques, Saint-Victor ?), à Beauvais (cathédrale ?), des bibliothèques cisterciennes voisines (Royaumont, où il est lector quelque temps, Froidmont ?, Ourscamp ?), d’autres bibliothèques visitées avec l’appui du roi Louis IX (Saint-Martin-de-Tournai)

Les extraits de ces lectures au programme forment la matière première des trois Specula sous forme de citations soigneusement référencées à l’intérieur de livres et chapitres thématiques. Cent cinquante auteurs et/ou œuvres sont ainsi présents dans le Naturale, autant dans le Doctrinale.

Dans le Speculum historiale, cent quatre-vingt auteurs et/ ou œuvres sont cités, auxquels il faut ajouter un grand nombre de vies de saints. Mais, dans cette dernière partie du Speculum maius, Vincent de Beauvais va au-delà ; les auteurs et les œuvres sont présents sous une forme autre que les citations référencées éclatées en fonction des thèmes traités. Il introduit de longues citations suivies constituant des florilèges d’auteurs, insérés à leur place chronologique dans le discours historique. Ces florilèges, dont l’importance varie – de quelque chapitres à plus d’une centaine – doivent, de l’aveu même de Vincent de Beauvais, tenir lieu de l’œuvre tout entière. Ils sont précédés d’une notice biobibliographique sur l’auteur ; pour certains d’entre eux il est précisé que les œuvres se trouvent – ou ne se trouvent pas – disponibles dans une bibliothèque dominicaine (« Extat apud nos… Apud nos non repperi… »).

La bibliothèque idéale selon les Prêcheurs au milieu du XIIIe siècle est constituée en fonction de deux principes :

  • l’auctoritas des auteurs, estimée à l’aune de critères différents selon les matières traitées (matières de foi ou non/ auteurs païens, Pères de l’Église, auteurs chrétiens, œuvres « utiles »…) et
  • la brevitas… étendue aux dimensions d’une « encyclopédie » de près de quatre millions de mots.

Vincent de Beauvais a mené à bien ce projet articulé à tous les autres qui concernent la production d’outils pour l’étude et la prédication, mis en chantier dans les couvents de l’Ordre : correctoire de la Bible, concordances bibliques, recueils d’exempla, legendae hagiographiques, commentaires exégétiques, philosophiques, juridiques et théologiques, jusqu’à la Somme de Thomas d’Aquin… Il réussit à unir deux pôles de l’identité dominicaine, la richesse intellectuelle et la pauvreté matérielle. Dans un souci d’efficacité intellectuelle et de réalisme économique – constituer une bibliothèque coûte cher – il recommande ainsi son opus universale : de bonis, ut arbitror, meliora.

Documents annexes

Les passages ici reproduits, tirés essentiellement de la préface du Speculum maius, sont destinés à illustrer le propos de l’auteur et la « philosophie » générale du Speculum, ainsi que sa méthode et les sources consultées.

  • Document 1 − Vincent de Beauvais au travail : lire, faire des extraits, organiser le texte, avec l’aide de socii.
Miroir Historial de Vincent de Beauvais, traduction de Jean de Vignay, après 1320. Rome, bibliothèque vaticane, Reg. lat. 538, f. 1.

Miroir Historial de Vincent de Beauvais, traduction de Jean de Vignay, après 1320. Rome, bibliothèque vaticane, Reg. lat. 538, f. 1.

  • Document 2 − Le métier du lector et la constitution d’un « livre de livres » dans le prologue du Speculum maius, Libellus apologeticus (texte de la version bifaria c. 1244, Bruxelles, bibliothèque Royale, ms 18 465)

De causa suscepti operis et eius materia (c. I).

Quoniam multitudo librorum et temporis brevitas memorie quoque labilitas non patiuntur cuncta que scripta sunt pariter animo comprehendi, mihi omnium fratrum minimo plurimorum libros assidue ex longo tempore revolventi, ac studiose legenti, visum est tandem, accedente etiam maiorum meorum consilio, quosdam flores pro modulo ingenii mei electos ex omnibus fere quos legere potui sive nostrorum, idest catholicorum doctorum, sive gentilium, scilicet philosophorum et poetarum, et ex utrisque hystoricorum in unum corpus voluminis quodam compendio et ordine summatim redigere, …………

Dans ce premier passage (début : « Quoniam multitudo librorum… »), Vincent fait référence aux longues lectures qui l’ont amené à parcourir de nombreux ouvrages et se propose de réunir en un ensemble cohérent, tenant en un seul volume, des extraits choisis des auteurs classiques et chrétiens.

De utilitate operis (c. IIII).

…Denique si duos aut tres vel quatuor ex ipsis innumeris particularibus voluminibus ex quorum flosculis hoc ipsum opus universale contextum est, precio compararem aut scribi facerem, quorum tamen singularis magnitudo forsitan huic toti operi vel maiori parti per equiperantiam respondere posset, verbi gratia, ex philosophis *Aristotilem de animalibus, *Aviscennam de medicina, *Plinium de historia naturali, vel ex *Iudeis *Iosephum, ex nostris autem *Augustinum de civitate dei, vel super psalterium et super *Iohanem, Moralia quoque beati *Gregorii, vel aliqua huiusmodi, nullus esset fortasse qui argueret, nemoque reprehenderet. Et tamen cum haberem hec omnia, ne dicam vel tertiam vel quartam, immo nec saltem decimam, aut vicesimam partem eorum que hoc opere continentur utilium ac notabilium, in scriptis tenerem aut possiderem. ………..Nec ignoro me non omnia que scripta sunt invenisse vel legere potuisse, nec me profiteor etiam ex hiis que legere potui cuncta que ibi notabilia sunt expressisse, alioquin volumen immensum oporteret extendi, sed de bonis ut arbitror meliora, vel certe de melioribus nonnulla collegi.

Le deuxième passage (début : Denique…) fait ressortir les critères qui ont présidé à son choix.

De bifaria divisione totius operis (cap. XVII).

Quoniam autem hoc ipsum opus causa iam dicta superius ad tante magnitudinis immensitate excreverat, ut in triplo quemadmodum oppinor, bibletece bibliotece sacre mensuram excederet, ac per hoc sine labore vel sumptu nimio transcribi non posset, multorum rogatu fratrum intercedente, insuper et priore meo favente, michique in remissionem peccatorum meorum pariter iniungente, ut totum opus abbreviando ad librum manualem in modum unius biblie redigerem, hoc ipsum facere temptavi ut potui, sed vel nisi per nimiam longitudinem temporis, vel absque nimio dispendio ac depravatione ipsius operis implere non valui.
…………….
Inter hec etiam continet flores librorum ut dictum est, non tamen sacrorum doctorum, sed etiam philosophorum et poetarum, verumptamen illorum qui multa scripserunt ac magna, et de quorum scriptis excerpseram plurima, ut *Ambrosii, *Ieronimi, *Crisostomi, *Augustini, *Bernardi, ac ceterorum huiusmodi horum inquam flores causa vitande prolixitatis in duas partes divisi. Nam illos quidem eorum libros qui maxime morales sunt, ut est liber confessionum *Augustini, meditationes *Anselmi et beati *Bernardi, vel similes sub quadam continuatione verborum abbreviavi ita ut si libri ipsius magnitudinem ignorares, totum te habere putares, hos in secunda parte (id est pars historialis) locis suis composui, ac per capitula distinxi. Ceteros autem flosculos quos vel ex eisdem vel ex aliis libris minutatim et incompacte per diversa loca excerpsi, in prima parte (id est pars naturalis) sub diversis titulis congruenter inserui.

  • Document 3 – La quête des livres dans les bibliothèques du royaume: à Saint-Martin-de-Tournai
Début du catalogue du XIIe siècle de la bibliothèque de Saint-Martin-de-Tournai. Boulogne-sur-mer, BM, ms. 166, t. II, f. 155v.

Début du catalogue du XIIe siècle de la bibliothèque de Saint-Martin-de-Tournai. Boulogne-sur-mer, BM, ms. 166, t. II, f. 155v.

Gilles Li Muisit (+ 1353), Tractatus (éd. H Lemaître, Société de l’Histoire de France, 59, Paris, 1906, p. 1-3), repris ms. Kortrijk, Plaatselijke openbare Bibliotheek, codex 135, f. 46

« Regnante illustrissimo rege Francie sancto Ludovico, frater Vincentius de ordine fratrum praedicatorum lucidissime et luculentissime unum tractatum composuit; incipiens a principio mundi, gesta Romanorum pontificum, imperatorum, vitam sanctorum ac flores et sanctorum patrum et prophetarum (pour philosophorum?) et de naturis rerum usque ad tempora dicti sancti Ludovici et ordinatissime compilavit (…). Et habebat dictus frater Vincentius a domino rege auctoritatem videndi liberarias in regno Francie. Et contigit quod venit in nostro monasterio sancti Martini dictus frater. Et aperta est ei liberaria et vidit omnia sicut sue placita fuit voluntati »

Ce texte emprunté à Gilles Le Muisit, moine historien de Saint-Martin-de- Tournai, relate la visite effectuée par Vincent de Beauvais, avec l’autorisation du souverain, dans la bibliothèque de son monastère (diocèse de Tournai).

  • Document 4 − Florilèges inclus dans le Speculum historiale (cf. texte du Libellus apologeticus, cap. 17) (les florilèges de plus de dix chapitres sont mis en gras)

Tableau1

  • Document 5 − Indications pour le contenu d’une bibliothèque dominicaine : « Extat apud nos… », « Apud nos reperi… »

Basile de Césarée SH XIV, 81,
…hic apud nos tantum hos reperi (in Hexameron/ De institutione monachorum)

Effrem le Syrien SH XIV, 87,
…Huius VII <VI> opuscula extant apud nos
(De penitentia/ De luctaminibus seculi/ De compunctione cordis/ De beatitudine anime/ De resurrectione/ De die iudicii).

Jean Chrysostome SH XVII, 42,
De scripturis huius Ioannis hoc tantum reperi
(De hoc quod nemo leditur nisi a semetipso/ De reparatione lapsi/ De compunctione cordis/ Super Matthaeum/ Super Ioannem/ Super epistolam Pauli ad Hebreos/ De laudibus Pauli homelie/ Sermones. À propos du Super Matthaeum : De his tamen dubito an sint Ioannis illius Chrisostomi, licet ei ascribantur, an forte alterius Ioannis, nescio cuius, nam et inveniantur alie omelie Ioannis Chrisostomi super Mattaeum XC que tamen raro inveniuntur omnes similiter, sed tantum XXV que apud nos sunt.)

Augustin SH XVIII, 54,
De nominibus librorum eius qui apud nos reperiuntur (127 titres) et SH XVIII, 55 De nominibus ceterorum quos videre non potui (21 titres).

Jean Cassien XIX, 15,
De hiis autem omnibus libris quos reperire potui
(De habitu monachi et de canonica oratione atque psalmorum modo, qui in monasteriis Egypti die noctuque tunc tenebatur, libros IIIIor/ Institutionum librum I/ De origine et qualitate et remediis VIII principalium vitiorum libros VIII, singulos de singulis viciis libros expediens/ Digessit etiam collationes cum patribus Egypti habitas…) pauca hec… excerpsi in hunc modum.

Grégoire le Grand XXII, 27,
Praeter libros beati Gregorii supra nominatos (bibliographie commentée au cap. c. XXIV) extat apud nos…
(Super Cantica canticorum/ De conflictu vitiorum et virtutum quem tamen plerique ascribunt Augustino, quidam autem Gregorio)

Isidore de Séville XXIII, 31,
…multa utilia opera edidit…
(Soliloquiorum vel synonimorum libros II/ Sententiarum libros III/ Ethymologiarum libros XX/ De origine officiorum libros II/ Ad Florentianam sororem suam contra Iudeos libros II/ Ad Orosium episcopum de significatione veteris et novi testamenti libros II/ Allegoriarum in Genesin librum I/ In Exodo librum I/ In Levitico librum I/ In libro Numeri librum I/ In Deuteronomio librum I/ In Iosue librum I/ In libro Iudicum librum I. In libro Regum librum I/ De corpore et sanguine domini tractatus I, et plura alia.). Extat apud nos liber decretorum apostolicorum quem primus compilavit…)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.