Séminaire d’Histoire de Paris [5] du 18 mars 2016 : « Itinéraire des percepteurs »

Caroline Bourlet et Jean-François Poisson, « Itinéraire des percepteurs et marquage de l’espace urbain (1299-1300) »

Cette intervention se fonde sur une étude des rôles de taille des années 1296-1300, en particulier sur les années 1299-1300, et présente des pistes de recherche. Le manuscrit qui conserve ces cinq années de taille est le manuscrit Arch. nat., KK 283. Cet ensemble concerne un impôt de rachat de la maltôte levé pendant 8 années consécutives entre 1293 et 1300. Il a probablement été relié au milieu du XIVe siècle et il semble que, dès cette date, les 3 premières années avaient déjà été perdues. Ce manuscrit était à la Chambre de comptes au XIVe siècle et y fut probablement déposé au moment de la reddition finale des comptes par la municipalité qui était chargée de la levée de l’impôt.

La maltôte est un impôt indirect dont la levée peut se faire directement sur les marchés et, notamment pour les transactions qui se passent en boutique, ou être gérée et contrôlée par les organisations de métier. Asseoir l’impôt direct et le lever est une autre affaire dans une ville aussi grande que Paris. Le moment de l’assiette précède de plusieurs mois, si ce n’est plusieurs années, la levée effective de l’impôt. Il est donc nécessaire de garder la mémoire précise des 10 000 contribuables de l’année et du montant qu’ils sont appelés à payer.

Bien qu’il n’existe aucun texte spécifique qui en précise l’organisation, des indices internes à ce manuscrit ou tirés d’autres documents, tel le premier registre du parloir au bourgeois (Arch. nat. KK 1337), permettent de préciser comment la municipalité s’y est prise pour lever cet impôt.

L’espace a été divisé en unités calquées sur les paroisses (paroisses fiscales). Quand elles étaient trop vastes et leur population trop nombreuse, elles ont été subdivisées en « questes » : il y en a 6 pour Saint-Germain-l’Auxerrois, qui est la plus grosse paroisse parisienne.

Dès maintenant, et avant d’entrer dans le détail des déambulations de percepteurs dans leurs circonscription, il apparaît déjà clairement que c’est une vision bourgeoise de l’espace urbain, attachée à la paroisse, qui se reflète dans ce manuscrit.

La municipalité s’est appuyée sur les organisations de métier : c’est d’ailleurs parmi eux que la municipalité choisit les 24 prud’hommes élus pour entendre le compte final de la taille au tout début du XIVe siècle et c’est probablement parmi eux que l’on choisit les personnes chargées de lever l’impôt auprès des habitants de chaque circonscription. En 1296 (KK 283, f. 1r), les noms des personnes nommées pour lever l’impôt sont exceptionnellement donnés pour la « premiere queste S. Germain l’Aucerrois », tous les cinq sont des habitants de la quête que l’on retrouve comme contribuables dans les listes d’impôt et que leur activité (boulanger, concierge, cordonnier, potier, regrattier) et le montant de leur impôt (entre 8 et 16 sous en 1296, parfois moins les autres années) situent parmi les habitants de médiocre fortune.

Comment s’organise la perception de l’impôt dans chaque quête ? La structure des comptes de chaque année témoigne d’un système de déambulation par tronçons selon un itinéraire soigneusement indiqué par des titres rubriqués qui précèdent les noms des contribuables de chaque portion d’itinéraire : par exemple, en 1300, dans la deuxième « queste » de Saint-Germain-l’Auxerrois, se trouve une présentation de l’itinéraire du percepteur : il fait le pourtour de la « queste », puis visite les rues à l’intérieur de la « queste », des deux côtés de chaque rue. Entre 1296 et 1300, il n’y a pas de grandes différences dans l’organisation de la levée de l’impôt : les percepteurs font le tour de la « queste », parfois à partir d’un point de départ différent, puis ils vont à l’intérieur. Les termes même de la rubrique indiquent clairement un processus de déambulation : les rubriques précisent d’où l’on part, où on arrive, par où on passe, devant quel point ou monument. C’est au niveau de ces tronçons d’itinéraire que sont listés, dans l’ordre de la déambulation, les noms des contribuables.

On désigne les rues par un nom de rue, parfois de tel endroit à tel endroit (parfois difficilement identifiable par 1’historien), on indique le rang (de quel côté de la rue on se trouve). Le mot « devers » est utilisé pour nous dire de quel côté on se trouve. Parfois, on ne sait pas dans quel sens se fait la déambulation. On trouve ainsi de nombreuses informations sur les rues parisiennes et sur la manière dont les bourgeois voient l’espace parisien.

Quels sont les repères pris par ces percepteurs ? Sur quoi s’accrochait leur regard ? Le travail porte sur l’année 1299 car cette liste comporte, en début de chaque circonscription fiscale, une rubrique résumant l’ensemble de l’itinéraire suivi fournissant des informations complémentaires aux 647 rubriques de tronçons d’itinéraires.

Comment l’espace est-il marqué par ces rubriques ?

Il ne semble pas possible d’assimiler toujours un tronçon d’itinéraire avec une « rue », c’est à dire un axe de voie entre des îlots de maisons : en 1296-1300, certains espaces ne sont jamais appelés rues. Ils se trouvent essentiellement sur la rive droite ou sur la Cité, et portent le nom d’une activité, comme par exemple la Pelleterie (Cité), la Tannerie, la Heaumerie etc. À l’exception, peut-être, de deux d’entre eux dont le nom se rapporte à autre chose qu’une activité (les fossés St-Germain qui sont d’anciens fossés et la Bretonnerie qui est le quartier où sont implantés les Bretons dès le début du XIIIe siècle), ces espaces peuvent être qualifiés de « fonctionnels » pourvus, au moins dans l’imaginaire bourgeois, d’une forte personnalité et perçus comme des espaces, peu assimilables à une voie ou une partie de voie parce qu’ils en déborderaient les limites. Ils portent souvent le témoignage d’espaces fonctionnels antérieurs, qui ont plus ou moins perduré. Ces espaces sont si fortement identifiés et connus pour conserver leur dénomination jusqu’au début du XIVe siècle au moins, et pour servir fréquemment de repère lors de la description des itinéraires des rues proches.

Autres marqueurs : des repères topographiques. C’est le plus souvent une rue, mais parfois un carrefour, plus rarement une place. On trouve des référence à du « mobilier urbain » : des monuments ou des structures visibles (croix, puits, archets), des installations durables (portes, poternes, murs), des abreuvoirs, des installations artisanales (24 fois), des espaces fonctionnels. Les églises, les abbayes et leurs abords proches sont souvent utilisés (78 repères signalant des bâtiments ecclésiastiques). Plus de la moitié des références utilisées concerne l’espace paroissial (églises, cimetière, porche), ce qui souligne l’importance de la paroisse dans l’imaginaire des bourgeois. On fait également référence aux demeures des contribuables et des hauts personnages (noblesse). Ce sont des repères extrêmement fréquents, mais difficiles à manier (pour Hôtel d’Artois, on sait où il se trouve, mais pour d’autres maisons on ne sait pas). Pourquoi se sert-on de telle maison appartenant à tel personnage ? Il y a plusieurs raisons à cela, qu’il faut expliquer avec minutie : il y a ceux qui ont une maison située entre deux rues, des personnages reconnus socialement. Certains propriétaires ont des maisons situées sur les limites des censives ou des paroisses (marquage des censives), dans ce cas, c’est la maison qui est connue (70 maisons identifiées soigneusement).

L’espace couvert par le rôle de la taille de 1299, est celui qui est habité par ceux qui sont astreints à l’impôt au titre de leur habitation et de leur activité industrieuse dans la ville. C’est un espace bourgeois polarisé par la paroisse et par les activités. Sur la rive droite, habitée pour l’essentiel par des bourgeois et dont les percepteurs ont à passer dans chaque rue, c’est un espace très ordonné et soigneusement quadrillé. Sur la rive gauche des clercs, où les percepteurs doivent des sauts de puce pour atteindre les contribuables, les itinéraires deviennent plus chaotiques.

Discussion

Simone Roux (SR) : Ces rôles montrent qu’il y a une connaissance des maisons qui reste et qui se transforme dans la topographie ultérieure. Sur les espaces fonctionnels, pendant longtemps on a dit que la topographie de la ville médiévale se faisait sur les métiers, en fait cette dénomination se maintient en dehors de l’évolution possible de l’espace social et économique. Pourquoi certaines maisons servent de repères ? Pour certaines maisons, leur aspect architectural fait qu’on les repère. Les maisons ne se ressemblent pas et on peut s’y référer, même si on ne nomme pas l’élément architectural. Comment se structure l’adresse d’une maison autour d’un nom de rue stable ? Il y a contradiction entre l’espace vécu et le besoin de l’administration fiscale qui veut repérer tout le monde. On remarque une grande réticence de la part de la population à se laisser recenser, d’où les procès parce qu’on s’est trompé de maison. Les noms des rues ne sont indiqués qu’à partir du XVIIIe siècle. Bien nommer l’espace est d’abord un problème politique.

Caroline Bourlet (CB) : la population évolue. Pour Paris, 13 impôts ont été payés sous Philippe IV. À partir du règne de Philippe VI, la municipalité parisienne refuse tout impôt direct.

Benoît Descamps (BD) remarque qu’il n’y a pas d’itinéraire qui ont le temps de se pérenniser.

CB : On sait que l’assiette s’est faite par une déambulation, mais on n’a pas d’idée sur la levée.

Hélène Noizet (HN) : Antoine Rouault a travaillé sur un censier dans l’Île de la Cité et a fait une cartographie des lieux d’ancrage : il a remarqué l’existence d’une grande densité de repères.

Marlène Helias-Baron (MHB) compare cet exemple avec le censier de Saint-Eloi et le cartulaire des moniales de Saint-Antoine-des-Champs.

CB : L’accroche à la paroisse montre que l’espace parisien est polarisé.

Elisabeth Mornet (EM) rappelle son intérêt pour les noms de personnes. Quand on dit la maison « Bertaud le Breton », c’est une maison qui a quelque chose de particulier qui se manifeste dans le paysage. Ce personnage apparaît en 1296, 1297, 1298 puis il disparaît. La maison a-t-elle disparu ? Y a-t-il eu changement de propriétaire ? Un autre nom apparaît, celui de Simon Evrost en 1298-1299. L’itinéraire a changé de sens.

CB : Les asséeurs se sont-ils servi de la liste établie auparavant ? Cela fonctionne plus ou moins bien. Il y a une utilisation réfléchie des listes précédentes. Ils ont une marge de manœuvre pour donner leur repère. Quand il y a un changement de repère, cela fonctionne plusieurs années de suite. Problème des noms de personnes qui changent : la personne est-elle encore en vie ou morte ? Parfois, ce sont les noms des épouses ou des enfants qui les remplacent. La géolocalisation des contribuables est à la fois nécessaire et difficile.

Léa Hermenault (LH) : La récurrence de certains types de marqueurs ne pourrait-elle pas donner des informations sur les asséeurs ? Pour les chantiers de pavage du XVe siècle, les repères sont différents selon les personnes.

Olivier Canteaut (OC) : Quelle est la distance de ces repères par rapport aux rues ? Ce sont des repères visibles dans l’espace urbain. Est-ce que l’on renvoie à la Seine ?

CB : Ce qui est pris en compte, c’est toujours la « queste » et ses abords immédiats, c’est-à-dire un espace connu des asséeurs.

HN revient sur les maisons avec les marques des censives. A-t-on la possibilité de localiser les marques de censives ? Quels étaient les endroits marqués à la fin du Moyen âge ? Peut-on en avoir la liste ?

CB : Les bornes ou les marques sont faites sur les maisons, mais il est difficile de disposer d’une liste exhaustive.

BD : On sait où ces marques se trouvent grâce aux conflits.

SR : Certaines maisons sont partagées entre plusieurs censives. Des bornes peuvent être déplacées de manière frauduleuse.

HN : Y a-t-il moyen de faire coïncider des cartes des bornages de censives avec ceux des « questes » ?

Maria Gurrado (MG) revient sur les barbiers. C’est une activité visible de l’extérieur ou qui se faisait à l’extérieur. Le barbier est également un chirurgien.

SR : Le barbier est connu. Il y a peut-être une référence aux enseignes.

BD : Le barbier a son activité sur la rue.

SR : Les seuils des maisons sont utilisés et servent de transition entre le domaine public et le domaine privé.

Anne Tournieroux et Davide Gherdevich, « Une géographie fiscale de la rive gauche: l’itinéraire des percepteurs de la taxe universitaire de 1329-1330 »

Ce travail a été fait avec Caroline Bourlet dans le cadre d’un partenariat entre le projet Studium Parisiense et le projet Alpage. Édition de 9796 fiches sur http://lamop-vs3.univ-paris1.fr/studium/faces/index.xhtml.

A été fait un dépouillement systématique d’éditions de sources, de répertoires et de dictionnaires, ainsi que de travaux prosopographiques (N. Gorochov, Le collège de Navarre de sa fondation, 1305, au début du XVe siècle, 1418 : histoire de l’institution, de sa vie intelelctuelle et de son recrutement, Paris, 1997 et W. Courtenay, Rotuli Parisienses : supplications to the Pope from the university of Paris, Leiden, 2002-2004).

Le compte étudié date de 1329-1330. Dans la base Studium, se trouvent les fiches de 431 individus, dont 363 sont localisés avec leurs nom, fonction, nation, faculté. Ce sont des indications disparates. On trouve peu d’indications sur le collège, la nation, ou la faculté. La donnée la plus fréquente, c’est le grade de l’étudiant à cette période.

Le compte en question est conservé dans la Bibliothèque de la Sorbonne, Archives de l’Université de Paris, Reg. 2-1, ff. 58-65. On dispose d’une édition partielle du compotus. Pour 1464, on dispose d’un autre compte (une taxation). Les étudiants sont soumis à une taxe de 2 sous par tête. Les listes livrent plus de 2300 noms. Les individus se présentent devant les collecteurs. Sont exemptés les membres du Chapitre Notre-Dame, les Bernardins, les Mendiants et des étudiants pauvres. N’est approchée qu’une partie de la communauté universitaire.

L’étude prosopographique a été faite par W. Courtenay qui a rétabli l’ordre des cahiers d’origine. Il a relevé des incohérences dans l’itinéraire qui dateraient de la reliure (1347). Le compte se compose de 2 binions. Dans le 1er cahier, on trouve une présentation uniforme avec le nom des rues, des indications selon les collèges, les noms des personnes qui doivent la taxe (dont une femme Marote La Goge), des groupes, des associés. À la fin, est calculé le montant de la somme collectée en deniers généralement. La collecte se fait au moins sur 2 jours. Le 2nd cahier pose plus de problèmes : il n’y a plus d’indications topographiques, sauf dans 2 cas (rive gauche). On y trouve 2 colonnes avec une liste de noms, un feuillet blanc et un dernier feuillet avec une indication topographique, ainsi qu’une rue située sur la rive droite (rue Saint-Germain-l’auxerrois).

Le compte a été écrit par deux mains. La reconstitution des cahiers a été faite par W. Courtenay à partir d’une superposition de taches d’encre. Il semblerait que deux listes aient été mélangées ensemble.

Dans le SIG, les rues sont prépositionnées à partir de la couche de 1380 réalisée par Caroline Bourlet pour le projet Alpage. A été mise au point une base de données géographiques avec les noms des rues de 1380, un identifiant alpage, les noms des rues en latin d’après Courtenay, la référence de la source manuscrite avec le numéro du folio (Studium), une bibliographie avec des références à l’édition de Courtenay, le nombre de personnes par rue, la 1ère ou la 2nde journée de la collecte, le parcours, la paroisse de rattachement. A ensuite été créée une couche ponctuelle (403 points) correspondant au nombre de lignes dans le manuscrit de la liste fiscale.

Pour les associés (socii) mentionnés dans la liste, il faut indiquer qu’ils sont plus nombreux que un. Pour calculer le nombre d’individus par rue, leur présence pose problème, puisqu’on ne peut faire que des estimations. Pour W. Courtenay, il y a environ 2000 individus. Pb de la non-coïncidence entre le nombre d’entrées et le nombre d’individus. Quand il n’y a qu’un seul nom, il n’y a aucun problème, ni pour les collèges. Pour les socii, c’est plus difficile. Ces socii, sont-ils des associés, des collègues, des étudiants ? Il pourrait s’agir d’étudiants en arts logés chez un maître ou un étudiant plus riche ? Nous n’avons pas les exemptés et les étudiants pauvres.

Comment se logeaient les étudiants à Paris ? Le plus simple : le logement dans des collèges. On a un recensement des collèges. Le plus difficile à cerner, c’est le logement en collocation ou chez un maître. Il peut y avoir des regroupements familiaux (des fratries parfois avec un tuteur).

Dans le 1er cahier, les indications topographiques permettent de suivre une sorte de parcours, ce qui n’est pas le cas dans le 2nd cahier.

On dispose de 5 taxations des loyers avec le type de logement, le nom du propriétaire, la localisation de la maison. Une Taxatio domorum a été imposée pour limiter la hausse des loyers. Cela concerne aussi les universitaires exemptés. Les maisons se trouvent sur la rive gauche, mais aussi sur la rive droite.

Comment cette collecte a-t-elle été menée ? Quelle est l’organisation matérielle des cahiers ? Comment le scribe a-t-il travaillé ? Deux mains sont identifiables : une pour le premier cahier et une deuxième dans le second, avec un retour de la première main. C’est un document de travail, qui présente une certaine régularité dans le nombre d’entrées. L’indication des sommes n’est pas systématique et peut-être aléatoire (y-at-il eu règlement le jour même ?). La collecte a-t-elle été faite porte-à-porte ? Parfois est mentionné le refus de payer de certains individus qui perdent leurs privilèges universitaires.

Le 2nd cahier apparaît comme une sorte de bilan avec une liste de noms sans logique. Il ressemble à une opération de contrôle. On y trouve l’indication des sommes donnée une fois sur deux. Au dernier folio, la somme collectée est indiquée de façon systématique. C’est une sorte de bilan de la collecte.

Le parcours des collecteurs est logique. Les collecteurs ont commencé par la paroisse Saint-Benoît ; la deuxième journée, ils ont sillonné tout le reste de la rive gauche, en suivant sans doute les paroisses. Concernant le nombre des individus par rue, on remarque une concentration dans le claustre Saint-Benoît, mais aussi rive droite. 410 individus sont visités le 1er jour et 891 personnes le 2nd jour. Si on superpose la somme totale perçue par rue et le nombre d’individus, on remarque une certaine coïncidence.

La vision topographique des percepteurs est liée au terrain. Ils utilisent le dénivelé et la topographie urbaine pour s’orienter.

Pour l’origine des individus (base Studium), leur nationalité n’est mentionnée que dans 14% des cas.

Pour l’élaboration des cahiers, deux hypothèses peuvent être formulées :

  • une collecte avec un fragment du relevé rue par rue pour la rive gauche ; il manquerait les parties concernant la Cité et la rive droite. Le 2nd cahier est un bilan de l’ensemble suivi d’un autre bilan fait de la main d’un des collecteurs qui effectue une opération de contrôle. Ce sont des documents de travail, non complets.
  • une collecte de la rive gauche avec un fragment rue par rue, suivi d’un fragment réalisé par les collecteurs. Le bilan pourrait être issu d’une autre collecte sur l’ensemble de la communauté universitaire.

Discussion

CB : le choix entre les deux hypothèses est difficile. On a l’impression d’être face à des documents qui n’étaient pas destinés à être ensembles. L’identification est difficile. Avez-vous fait une étude des filigranes ?

Davide Gherdevich (DG) : Les filigranes sont identiques.

Thierry Kouamé (TK) : Les taches d’encre peuvent soutenir la restitution de Courtenay mais une partie correspond à la reliure actuelle. Sur les hypothèses proposées, W. Courtenay rappelle l’origine de la collecte : un viol commis par un étudiant qui a été saisi par l’évêque. L’université fait un procès à ce dernier en cour de Rome qu’il faut payer, d’où la collecte. La collecte ne concerne que les suppôts de l’université. Un 1er passage pourrait avoir été fait pour quadriller le quartier latin. Le 2nd cahier serait le cahier de rattrapage pour ceux qui n’ont pas été prélevés lors du 1er passage, d’où la présence de noms suivis d’une somme et de noms sans somme. On fait un quadrillage systématique sur la rive gauche, puis on va voir les universitaires qui vivent sur la rive droite.

HN : C’est l’inverse du rôle de taille présenté par Caroline Bourlet qui montrait une rive droite bien quadrillée.

CB remarque une certaine logique du déplacement selon les rues parallèles et perpendiculaires à la Seine.

EM : C’est une logique de type universitaire selon la manière dont les universitaires voient la topographie de la rive gauche.

SR : Y a-t-il beaucoup de femmes dans la liste ? Quelques femmes apparaissent comme suppôts de l’université. La difficulté d’identification vient du fait que l’on donne le grade pour différencie les individus. Où vivent ces universitaires ? Une maison peut être achetée par un maître qui loue aux étudiants ? C’est une sorte de concurrence avec les collèges. Les étudiants changent fréquemment de lieu. Certains espaces ne sont pas mentionnés dans la collecte.

TK : Cette liste donne à voir des institutions difficiles à saisir : les hospicia. Les groupes de socii peuvent ainsi être localisés dans certaines rues. Concernant les individus astreints à cette collecte, on trouve 1900 individus nommés, 250 boursiers et 784 socii. Beaucoup d’étudiants vivaient dans les hospicia, en dehors des collèges, autour d’un maître ou en groupes.

HN : Pourquoi faire une correspondance entre le nombre d’individus et le montant de la taxe ?

CB : C’est un travail sur les moyennes.

TK : Il faut choisir un autre code couleur pour la carte, parce que ce n’est pas visible.

CB : Il faudrait faire une superposition des cartes issues des rôles de la taille de 1300 et 1313 avec celles de 1329-1330.

TK : La moitié des individus n’est pas localisée, cela crée une distorsion qui n’est pas anodine.

CB : La taxation se passait-elle en deux temps ? Un premier temps où les collecteurs viennent trouver les gens pour leur dire de payer et un second pour le paiement effectif ? Les plus pauvres ont peut-être payé tout de suite.

OC : Arrive-t-on à des règles pour le montant ? Y a-t-il des plafonds, des paliers ? Qu’est-ce qui a été payé en moyenne ?

Anne Tournieroux (AT) remarque une grande variété dans les paiements.

TK : Certains maîtres ont pu arguer qu’ils ont acquitté certaines missions pour ne pas payer.

CB : Dans les rôles de taille, il y a des seuils.

SR : Avec les règlements de collèges, on a des barèmes pour savoir qui est considéré comme pauvre ou riche.

Prochain séminaire : vendredi 15 avril 2016 (IRHT-Centre Félix Grat, 40 avenue d’Iéna, 75116 Paris)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *