Les offices supplémentaires au propre

Jean-Baptiste LEBIGUE

La récitation des heures ne se limite pas à l’office du jour, déterminé par le propre. Certains jours de la semaine, en particulier le samedi, sont dotés d’un office particulier qui le remplace. Par ailleurs, d’autres « heures » (heures de la Vierge, office des morts, etc.) se surajoutent à l’office du jour : elles sont le noyau autour duquel se sont développés les livres d’heures.

Offices récités à la place de l’office férial

Sauf cas particuliers (office d’une fête importante, de sa vigile, d’une férie privilégiée, etc.), l’office férial peut être remplacé par des heures spéciales à un jour de la semaine. Une pratique ancienne, qui s’est maintenue à l’époque moderne, a consacré le samedi à la Vierge. De nombreux usages locaux ont aussi assigné à certains jours de la semaine l’office du saint patron du lieu, du Saint-Esprit, de la Croix, etc. Cette tendance à substituer un rythme hebdomadaire simpliste à l’office des féries du temporal s’est accentuée à la fin du Moyen Âge.

Office de la Vierge du samedi

L’office de la Vierge du samedi a été maintenu à l’époque moderne, qui lui a donné sa forme définitive (office de Beata in sabbato). Au Moyen Âge en revanche, il ne suit pas un modèle unique. Sa structure peut suivre le cursus férial ou dominical, voire reproduire l’office d’une fête mariale du sanctoral (Nativité de la Vierge) ou du commun de la Vierge. Il ne prévoit pas toujours un propre complet : en tel cas, il se surimpose à l’office férial du samedi, dont il conserve l’invitatoire, l’hymne, les lectures bibliques, etc. Il se distingue néanmoins du petit office de la Vierge (cf. infra), récité quotidiennement et doté de trois schémas différents pour son unique nocturne de matines (cf. Laurent Cavet).

Cet office hebdomadaire peut figurer dans de nombreux livres liturgiques : bréviaires, diurnaux, collectaires, mais aussi être annexé à un psautier, un ordinaire, un cérémonial, un rituel, etc.

Offices votifs pour les autres jours de la semaine

Le développement de la liturgie votive a inspiré à certaines communautés de remplacer l’office férial d’autres jours de la semaine (cf. La liturgie votive). Ces pratiques expliquent la présence d’offices votifs (Saint-Sacrement, Saint-Esprit, la Croix, de sancto, etc.) dans les manuscrits liturgiques, en général à proximité de l’office de la Vierge du samedi.

Offices récités en complément de l’office du jour

Il faut distinguer des précédents les offices quotidiens récités en complément de l’office du jour. Certains sont universels dans la liturgie latine : le petit office de la Vierge et l’office des morts.

Petit office de la Vierge

À la différence de l’office marial du samedi, le petit office de la Vierge est quotidien et, pour les clercs soumis à la récitation des heures canoniales, récité en plus de l’office du jour. Il commence à matines et finit à complies. Il compte un seul nocturne, dont les psaumes, antiennes, leçons et répons varient selon trois schémas différents, affectés aux jours de la semaine :

  • le premier aux dimanches, lundis et jeudis ;
  • le second aux mardis et vendredis ;
  • le troisième aux mercredis et samedis.

Mais il arrive souvent dans les livres d’heures que le copiste considère les trois schémas de matines, copiés l’un à la suite de l’autre dans les manuscrits, comme trois nocturnes d’un même office, en numérotant les lectures de 1 à 9. En plus du schéma ordinaire, le petit office de la Vierge peut être doté de variantes pour deux autres périodes de l’année : d’une part entre l’Avent et Noël, de l’autre, entre Noël et la Purification (2 février).

Office des morts

Sauf empêchement (pendant la semaine sainte par exemple), l’office des morts était récité certains jours de la semaine, voire quotidiennement en plus de l’office du jour1. Son cursus n’est pas complet, puisqu’il commence à vêpres, suivies de matines à neuf leçons et finit avec les laudes2. L’importance que le Moyen Âge a accordée à la liturgie des défunts explique qu’on le trouve annexé non seulement à la plupart des livres de l’office, mais aussi aux rituels, cérémoniaux, ordinaires, voire à des missels.

Les livres d’heures

Il était bien moins compliqué de réciter le petit office de la Vierge et l’office des morts que les heures canoniales. C’est la raison pour laquelle ces deux offices servirent à la dévotion de nombreux laïcs, et non plus seulement au clergé. Ils se dégagèrent du psautier ou des autres manuscrits liturgiques où ils étaient insérés pour former, dès le XIIIe siècle, le noyau d’un recueil d’un genre nouveau : le livre d’heures.

Composition

Outre ces deux offices qui en constituent le fondement3, les livres d’heures contiennent un nombre variable de textes, parmi lesquels se trouvent communément :

  • Un calendrier, parfois conforme à un usage liturgique, mais plus souvent encore farcis de noms de saints réels ou imaginaires pour tous les jours de l’année.
  • Des péricopes évangéliques (Jean 1, 1-14 ; Luc 1, 26-38 ; Matth. 2, 1-12 ; Marc 16, 14-20).
  • La Passion selon saint Jean, en version longue (18, 1-19, 42) ou brève (19, 1-35).
  • Les psaumes pénitentiaux (cf. Le psautier), suivis d’une litanie des saints.
  • Les offices abrégés de la Croix et du Saint-Esprit (cf. infra).
  • Les prières à la Vierge O intemerata et Obsecro te.
  • Des suffrages en l’honneur de mystères divins (Trinité, Passion, etc.) et de saints4. Comme ces derniers, ils sont composés d’une antienne, d’un verset et d’une oraison. Dans les livres d’heures, il est parfois substitué à l’antienne une strophe d’hymne ou le texte d’une courte prière. La récitation des suffrages n’est pas astreinte aux impératifs du calendrier liturgique.

Loin d’être exhaustive, cette liste pourrait être complétée par un nombre infini de prières en latin ou en langue vernaculaire comme les Quinze joies de la Vierge, les Sept requêtes à notre Seigneur, les Sept vers de saint Bernard, etc.

« Usages » des livres d’heures

Le choix et l’ordre des chants (hymnes, antiennes, répons, etc.) dans le petit office de la Vierge et l’office des morts est propre à un diocèse, un ordre monastique ou religieux, voire à une abbaye ou à une collégiale. Pour autant, cet usage n’est pas forcément une indication d’origine : celui de Rome est fréquent partout en Italie et en Flandre, celui de Paris dans le royaume de France, ou encore celui de Sarum en Angleterre. C’est pourquoi, pour intituler un livre d’heures, on emploiera l’expression « selon l’usage de » plutôt que « à l’usage de », à moins que le manuscrit ne fournisse la preuve explicite qu’il était destiné à tel lieu, ordre ou institution. Enfin, pour figurer dans le titre du manuscrit, l’usage des heures de la Vierge devra être corroboré par celui de l’office des morts et la présence de saints locaux dans le calendrier et les litanies.

Pour identifier l’usage du petit office de la Vierge, il n’est généralement pas indispensable d’en faire un relevé complet. On se contentera de noter l’incipit des pièces suivantes :

  • Matines : hymnes, puis antiennes des psaumes, leçons et répons des dimanches, lundis et jeudis.
  • Laudes : antienne(s) des psaumes, capitule, hymne et antienne du Benedictus.
  • Petites heures : hymne, antienne du psaume et capitule.
  • Vêpres : antienne(s) des psaumes, capitule, hymne et antienne du Magnificat.
  • Complies : antienne, capitule et hymne du Nunc dimittis.

Il faut ensuite comparer ce relevé avec ceux établis par le chanoine Leroquais, rassemblés dans Paris, Bibl. nat. de France, n. acq. lat. 3162 (pochette microfilm IRHT n° 43251).

On procédera de même pour l’office des morts (Paris, Bibl. nat. de France, n. acq. lat. 3163 : pochette microfilm IRHT n° 43252), en relevant :

  • Matines : les neuf leçons et de leurs répons.
  • Laudes : les antiennes des psaumes et du Benedictus.

Offices abrégés

Les offices abrégés sont une adaptation très simplifiée des offices votifs récités par les clercs. Leur structure n’a plus grand rapport avec celui des heures canoniales. Ils sont en effet divisés des sept « heures » (une seule pour matines et laudes), composées chacune d’une antienne, d’une ou deux strophes d’hymne, d’un verset et d’une oraison. Seul change l’hymne au fil des heures. À la fin des Complies est ajoutée une recommendatio. Par exemple, celles de l’office abrégé du Saint-Esprit : Has horas canonicas cum devotione tibi, Sancte Spitritus, pia ratione dixi ut nos visites inspiratione et vivamus jugiter celi regione.

Dans les livres d’heures, on désigne sous le nom d’heures de la Croix et du Saint-Esprit deux offices abrégés. Ce sont de loin les plus courants. En général, ils sont disposés soit après le petit office de la Vierge, soit intercalés entre les heures correspondantes de ce dernier office5. Une faible proportion de livres d’heures offre une série de sept offices abrégés6, assignés chacun à un jour de la semaine :

  • office abrégé de La Trinité (dimanche),
  • des morts ou des anges (lundi),
  • de tous les saints (mardi),
  • du Saint-Esprit (mercredi),
  • du Saint-Sacrement (jeudi),
  • de la Croix (vendredi),
  • de la Vierge (samedi).

Il est beaucoup plus rare encore de rencontrer des offices abrégés avec d’autres destinations que celles énoncées précédemment. Mais il en existe, dédiés à des saints pour lesquels le commanditaire du livre aurait une dévotion particulière : par exemple offices abrégés de sainte Barbe, de sainte Catherine, etc. On les rencontre davantage dans les recueils de prières que dans les livres d’heures.

  1. L’office des morts pouvait aussi remplacer l’office du jour en certaines circonstances : funérailles, trentain, fondation d’anniversaires. []
  2.  Il faut distinguer l’office des morts de celui de la commémoraison des fidèles défunts, propre au 2 novembre, et dont le cursus est complet. Ce dernier est généralement intégré au sanctoral. []
  3. Une des particularités du petit office de la Vierge et de l’office des morts, lorsqu’ils se trouvent dans un livre d’heures, est que les psaumes y sont copiés intégralement à leur place dans le cursus. []
  4. Les suffrages, qui existent dans l’office canonial, dérivent des mémoires (cf. Préséances entre les offices). Comme ces derniers, ils sont composés d’une antienne, d’un verset et d’une oraison. Dans les livres d’heures, il est parfois substitué à l’antienne une strophe d’hymne ou le texte d’une courte prière. La récitation des suffrages n’est pas astreinte aux impératifs du calendrier liturgique. []
  5. C’est pourquoi le cycle iconographique des heures de la Vierge peut se trouver interrompu entre laudes et prime par des miniatures introduisant les laudes d’un ou de ces deux offices abrégés. []
  6. Les livres d’heures enrichis d’offices abrégés pour les jours de la semaine contiennent souvent des formulaires de messes votives correspondantes (cf. La liturgie votive). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11 janvier 2017

    […] Les offices supplémentaires au propre : La récitation des heures ne se limite pas à l’office du jour, déterminé par le propre. Certains jours de la semaine, en particulier le samedi, sont dotés d’un office particulier qui le remplace. Par ailleurs, d’autres « heures » (heures de la Vierge, office des morts, etc.) se surajoutent à l’office du jour : elles sont le noyau autour duquel se sont développés les livres d’heures. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *