Primes et processions

Jean-Baptiste LEBIGUE

Certaines pratiques se sont greffées sur la récitation de l’office : elles ont provoqué le développement de l’heure de prime et de la liturgie processionnelle, qui a donné lieu à la création de livres particuliers.

L’office de prime

Rappel

Dans les communautés monastiques ou canoniales, prime diffère des autres heures. Son office est accompagné de pratiques spécifiques, qui ont lieu habituellement dans la salle du chapitre : une lecture de la règle, d’un sermon ou d’une homélie, la commémoration des saints du jour et des défunts. D’où l’existence de livres liturgiques particuliers, soit indépendants, soit réunis dans un même volume : martyrologe, nécrologe et obituaire, souvent accompagnés par des textes qui régissant la vie de la communauté (règle de saint Benoît, de saint Augustin, etc.).

Le martyrologe

Pour chaque jour de l’année, le martyrologe rappelle l’anniversaire de la mort de saints (même s’ils ne sont pas martyrs), d’événements marquants de leur vie, de la translation de reliques, d’une dédicace d’église… On distingue les martyrologes dits historiques qui évoquent brièvement l’histoire du saint de ceux qui se limitent à mentionner son nom avec une simple localisation topographique. On en connaît de nombreux modèles, les plus répandus au Moyen Âge étant ceux rédigés au milieu du IXe siècle, l’un par l’archevêque de Vienne Adon, l’autre par Usuard, moine de Saint-Germain-des-Prés. Leur usage fut aboli par la promulgation en 1584 du Martyrologe romain.

Nécrologes et obituaires

Nécrologes et obituaires sont les livres où sont notés, pour chaque jour de l’année et sous la forme d’un calendrier, le culte anniversaire de défunts (membres de la congrégation, leurs parents, amis, bienfaiteurs ou autres) qui ont fondé un office et/ou une messe dans la communauté. Les termes de nécrologe (necrologium) et d’obituaire (obituarium) datent de l’époque moderne. Dans le premier, seuls sont donnés le nom et la qualité du défunt, et éventuellement une mention d’origine ou de legs ; le second fournit en plus des détails sur la fondation d’anniversaire (nature, estimation et perception des biens qui la financent, détails liturgiques sur la célébration anniversaire, distributions)1. Cette distinction formelle n’est pas toujours évidente à établir, certains manuscrits conçus à l’origine comme nécrologes ayant pu accueillir ensuite des notices de fondations.

Le livre du chapitre

L’organisation analogue des martyrologes, nécrologes ou obituaires sous forme de calendrier, ainsi que leur usage conjoint à prime, les prédisposaient à une fusion dans un même livre. Il n’est donc pas rare de rencontrer des martyrologes-nécrologes ou martyrologes-obituaires où, pour chaque jour, l’anniversaire des saints est suivi de celui des défunts. Quand le manuscrit contient aussi les textes normatifs (règle) ou spirituels (sermons et homélies) également employés à prime, on peut le désigner sous le nom de « livre du chapitre ».

Laon, Bibl. mun., ms. 341, p. 41. Martyrologe-obituaire du chapitre de Laon, Laon, 1157-1164.

Laon, Bibl. mun., ms. 341, p. 41. Martyrologe-obituaire du chapitre de Laon, Laon, 1157-1164.

Chaque article de ce martyrologe-obituaire commence par une ligne de chiffres auxquels correspond, sur la ligne inférieure, une suite de lettres, allant de A à T. Ces dix-neuf lettres sont une manière de noter le nombre d’or, qui permet de déterminer l’âge de la lune pour un cycle perpétuel de dix-neuf ans (cf. Le calendrier). Les chiffres en regard sur la ligne supérieure donnent le jour de la lune. Dans le cas présent (10 février), le cycle lunaire est à son 18e jour pour une année A, au 1er jour pour une année B, au 11e jour pour une année C, etc. À prime, les communautés avaient en effet l’habitude de « dire la lune » lors de l’office de Prime, avant la lecture de la notice du martyrologe.
Suit la formulation de la date du jour à la mode romaine : Quarto idus februarii (quatrième jour des ides de février, soit le 10 février). Elle est précédée de deux lettres A et F. Le A est la lettre du martyrologe : en fait, c’est une erreur du scribe, car c’est lors des années B ( = nombre d’or ii) que la nouvelle lune tombe le 10 février (on peut le vérifier en consultant les deux premières lignes : à une année B correspond le premier jour de la lune).
Puis est transcrit le texte du martyrologe proprement dit : il s’agit d’un martyrologe historique (ici celui attribué à Usuard), car le nom des saints est accompagné de quelques indications biographiques. Par exemple pour la dernière notice de l’article sur sainte Scolastique, il est précisé qu’elle est la sœur de saint Benoît et qu’elle est morte au Mont-Cassin (Apud castrum Casinum [natale] sancte Scolastice virginis, sororis sancti Benedicti abbatis).
La main primitive a réservé sous chaque article du martyrologe un espace de plusieurs lignes pour noter les noms des défunts commémorés à prime ou bénéficiant d’une cérémonie ce jour-là. La seconde inscription détaille la nature et l’assiette des biens légués, les débiteurs auxquels il faut les réclamer, le montant et la nature de la distribution attachée à l’office et à la messe du défunt.

Les processions

La liturgie processionnelle

Les processions permettent la continuité du culte malgré un changement de lieu ou d’acteurs de la liturgie, en évitant la dispersion du reste de l’assistance : passage de l’office à la messe, de la salle du chapitre au chœur, enchaînement d’heures de l’office, liturgie itinérante et stations à l’intérieur ou hors de l’église principale. Toute transition d’un lieu à un autre (chœur, salle du chapitre, réfectoire, cloître, autels, chapelles, etc.), tout début ou fin d’office et de messe peuvent être l’occasion d’une procession. Si bien que s’est constitué un propre de la liturgie processionnelle (temporal et sanctoral) et qu’il est fréquent de voir tous les dimanches de l’année être pourvus d’une antienne, d’un verset et d’une oraison de procession.

Les grandes processions de l’année

La Saint-Marc et les féries des Rogations se distinguent par une liturgie processionnelle d’exception : l’itinéraire conduit souvent la communauté hors de son enclos, multiplie les stations dans les églises voisines où sont célébrées des messes ou des heures de l’office, comporte le chant de la litanie des saints en plus des antiennes, versets et oraisons, suivant une organisation extrêmement variable selon les usages. De même, le dimanche des Rameaux, qui comprend la lecture d’un évangile et la bénédiction des rameaux avant la grand-messe, le jeudi saint, avec la purification des autels, et la vigile pascale sont l’occasion d’amplifier la liturgie processionnelle. Les fêtes du temps (Ascension, Pentecôte, Fête-Dieu, etc.) ou des saints (en particulier ceux dont les reliques sont conservées dans l’église) donnent lieu à des déplacements couvrant parfois une journée entière, enchaînant offices, messes, vénération des reliques et festins offerts ou reçus, dont les ordinaires détaillent complaisamment le menu.

Les pièces liturgiques des processions

À proprement parler, les processions ne font pas partie de l’office ni de la messe. Mais pour être composées au moins d’antiennes, de versets et d’oraisons, elles ont été souvent intégrées aux manuscrits de l’office : antiphonaires, collectaires et bréviaires.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 109, f. 65v-66. Collectaire à l’usage de l’abbaye Saint-Amand, Nord de la France, 1489.

Valenciennes, Bibl. mun., ms. 109, f. 65v-66. Collectaire à l’usage de l’abbaye Saint-Amand, Nord de la France, 1489.

Ce collectaire augmenté de capitules contient aussi des pièces relatives à la liturgie processionnelle. En bas de la première colonne de la page de gauche et au début de la suivante se trouvent les versets et les oraisons des processions précédant la messe du dimanche de Pâques (Ad processionem ante missam ad Sanctam Mariam) et lui succédant (Ante crucem). Les antiennes, qui n’y figurent pas, devaient se trouver dans un antiphonaire.

Il n’en existe pas moins des manuscrits consacrés aux seules processions : ce sont les processionnaux, qui rassemblent soit des antiennes (ou répons) uniquement, soit également les versets et oraisons qui les concluent.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 542, f. 15v-16. Processionnal à l’usage des Trinitaires de Saint-Maturin de Paris, Paris, première moitié du XVe s.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 542, f. 15v-16. Processionnal à l’usage des Trinitaires de Saint-Maturin de Paris, Paris, première moitié du XVe s.

Chaque article de ce processionnal rassemble au moins un répons, suivi des incipit de son verset et de son oraison. L’organisation générale du volume est classique : le temporal, puis le sanctoral, le commun des saints, les processions votives et pour les funérailles.
  1. Cette évolution de la forme des « notices » entre nécrologes et obituaires traduit un changement de pratique : on passe de la simple commémoraison (commendatio) du nom des défunts au chapitre ou au réfectoire (nécrologes), accordée gracieusement, à la fondation d’offices et de messes, financée par la donation ou le legs de biens matériels à la communauté (obituaires). La gestion des biens attachés à ces fondations, auxquelles sont parfois liées des distributions de petites sommes d’argent au célébrant et aux assistants (communautés canoniales) ou à l’abbaye (communautés monastiques), a nécessité la rédaction d’autres livres : livres de distributions, d’anniversaires, de réductions de fondations, etc. (cf. La liturgie des défunts). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 janvier 2017

    […] Prime et processions : Certaines pratiques se sont greffées sur la récitation de l’office : elles ont provoqué le développement de l’heure de prime et de la liturgie processionnelle, qui a donné lieu à la création de livres particuliers. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *