Exercices : identification des livres de l’office

À partir de la reproduction d’un ou plusieurs feuillets d’un manuscrit, le caractériser en choisissant l’un des trois intitulés proposés dans la liste. (Les réponses sont en note.)

Exercice 1 : Douai, Bibl. mun., ms. 164, t. II, folio 261

douai164_ii
  • Lectionnaire
  • Bréviaire
  • Collectaire

Exercice 2 : Paris, Bibl. Mazarine, ms. 380, folio 262

mazarine380
  • Antiphonaire
  • Psautier
  • Antiphonaire-hymnaire

Exercice 3 : Cambrai, Bibl. mun., ms. 41, folios 32v-333

cambrai41
  • Collectaire
  • Bréviaire
  • Homiliaire

Exercice 4 : Paris, Bibl. Mazarine, ms. 3329, folio 264

mazarine3329
  • Martyrologe
  • Homiliaire
  • Obituaire

Exercice 5 : Paris, Bibl. Mazarine, ms. 374, folio 27v et folio 1715

mazarine374_27 mazarine374_171
  • Psautier-lectionnaire
  • Antiphonaire-hymnaire
  • Martyrologe-obituaire

Exercice 6 : Valenciennes, Bibl. mun., ms. 114, folios 63v-646

valenciennes114
  • Bréviaire
  • Antiphonaire
  • Hymnaire

Exercice 7 : Valenciennes, Bibl. mun., ms. 107, folios 39v-407

valenciennes107
  • Collectaire
  • Lectionnaire de l’office
  • Antiphonaire

Exercice 8 : Angers, Bibl. mun., ms. 243, folios 20v-218

angers243
  • Psautier
  • Homiliaire
  • Bréviaire

Exercice 9 : Angers, Bibl. mun., ms. 81, page 1139

angers81
  • Antiphonaire
  • Collectaire
  • Processionnal

Exercice 10 : Paris, Bibl. Mazarine., ms. 445, folios 43v-4410

mazarine445
  • Antiphonaire
  • Collectaire
  • Bréviaire

 

  1. Bréviaire : La grande initiale « puzzle » filigranée signale le début des premières vêpres de la Fête-Dieu (Feria quinta in solemnitate Sancti Sacramenti. Ad vesperas) avec les antiennes de psaumes. L’article précédent est la collation des lectures, des répons de matines et des antiennes des cantiques évangéliques de la veille (Feria quarta) : comme il s’agit d’une férie, les matines n’y comptent qu’un seul nocturne et les leçons proviennent de l’Écriture occurrente. La présence simultanée des lectures de l’office et du propre des chants (répons et antiennes des cantiques évangéliques) et des oraisons caractérise le bréviaire. Remarque : On notera que les lectures sont très écourtées, que les répons et antiennes sont seulement représentés par leur incipit. L’emploi d’un tel bréviaire suppose au moins de son utilisateur une parfaite maîtrise de l’antiphonaire, à moins que ce manuscrit ne soit seulement destiné à faciliter le choix des pièces du propre dans d’autres livres de l’office. []
  2. Psautier : Le psaume 38 ‘Dixi custodiam’ est transcrit en entier, ce qui est une des caractéristiques du psautier. Toutes les autres pièces citées (hymnes, antiennes, capitules, répons brefs, versets et invitatoire) appartiennent à l’ordinaire de l’office. Par ailleurs, les psaumes dont seul l’incipit est donné sont ceux des petites heures et le psaume 94 ‘Venite exultemus Domino’, qui accompagne toujours l’invitatoire ; autrement dit, ceux qui échappent à la division fériale du psautier et qu’il faut chercher à leur place dans l’ordre biblique des psaumes. Remarque : Pour s’assurer qu’on a bien affaire à un psautier et non à un bréviaire (qu’on n’a pas proposé dans la liste de choix), le reste du volume ne doit pas contenir de propres du temps et des saints. Un bréviaire, un diurnal ou un collectaire peuvent en effet inclure un psautier. []
  3. Collectaire : Les collectes se suivent sans intercalation d’autres pièces de l’office. Ce qui correspond rigoureusement à la définition du collectaire. Remarque : On observera le choix considérable de collectes proposées pour un même office (toutes celles introduites par « Item alia collecta »). []
  4. Obituaire : Cette page est divisée en articles correspondant aux quatre premiers jours de septembre. Si l’on examine le premier d’entre eux, il est question d’une messe perpétuelle fondée par un conseiller royal au parlement, avec des précisions sur le lieu où elle doit être dite et le détail des oraisons à employer avant et après la mort du fondateur. Ce manuscrit qui compile les fondations de messes et d’offices pour les défunts sous forme de calendrier est donc un obituaire. Remarque : À chaque article correspondent : 1. Deux chiffres écrits à l’encre rouge dans la marge. Le premier, placé sur la ligne de réglure, est le nombre d’or ; le second, ajouté postérieurement, le quantième du mois selon le décompte moderne. 2. Une lettre à l’encre brune et rehaussée de jaune (sauf pour le troisième article, où elle est tracée en bleu et filigranée de rouge). C’est la lettre dominicale. 3. Une inscription rubriquée, qui donne la date à la mode romaine. []
  5. Psautier-lectionnaire : La première page proposée contient le texte des psaumes copiés in extenso, ainsi que les versets et antiennes ordinaires. La seconde, des lectures de matines pour le dimanche de Pâques. Cet assemblage insolite, pourtant d’une même main, doit donc être intitulé psautier-lectionnaire. []
  6. Antiphonaire : Cette double page présente une suite de répons (accompagnés de leurs versets) et d’antiennes pour matines. Les lectures auxquelles correspondent ces répons n’apparaissent pas. Il s’agit donc d’un antiphonaire. []
  7. Collectaire : Relevé des rubriques : Ad process[ionem] a[ntiphona] = antienne de procession ; V[ersus] = verset ; Orat[io] = oraison de la procession ; V[ersus] = verset ; Collect[a] = collecte [de tierce] ; V[ersus] = verset ; C[o]ll[ecta] = collecte [de sexte] ; V[ersus] = verset ; Coll[ecta] = collecte [de none] ; V[ersus] = verset ; Cap[itulum] ad vesper[as] = capitule de vêpres ; Collect[a] = collecte de vêpres ; F[e]r[ia] secunda = annonce le propre d’un lundi ; Cap[itulum] ad tertiam = capitule de tierce. Après le propre d’une procession sont compilées les capitules, versets et les collectes propres des différentes heures de l’office. En revanche, on ne relève ni antiennes de psaumes et de cantiques, ni hymnes, ni lectures de matines. Il s’agit donc d’un collectaire. Remarque : Il est fréquent de voir inséré dans les collectaires le propre des processions. []
  8. Homiliaire : Relevé des rubriques : In vigilia Epiphanie. Secundum Matheum. Omilia de eadem lectione. In die Epiphanie. Secundum Matheum. Omilia de eadem lectione. Sur cette double page se suivent le propre de la vigile de l’Épiphanie et celui du jour de cette fête. Chacun d’eux contient un extrait d’évangile suivi du texte d’une homélie qui le commente. En revanche, on ne trouve aucune lecture biblique ni aucun chant de l’office (invitatoire, hymne, antiennes, etc.). Ce manuscrit n’est donc ni un lectionnaire de l’office, ni un bréviaire, mais un homiliaire. []
  9. Processionnal : Relevé des rubriques : Ad statio[nem] post matutinas antiphona. In die ad processionem per claustra responsorium. Les termes de « station » et de « procession » renvoient à la liturgie processionnelle, à laquelle sont destinés les chants (répons et antiennes) introduits par ces rubriques. Comme les articles ne contiennent aucune pièce pour les heures de l’office, ce livre est donc un processionnal. []
  10. Collectaire : L’article du mercredi des Quatre-Temps (Feria quarta Quattuor Temporum) est composé d’antiennes des cantiques évangéliques (Benedictus et Magnificat), suivis d’oraisons (collectes). Les autres chants du propre (répons, antiennes des psaumes, etc.) ni les lectures de matines ne s’y trouvent. Il s’agit d’un de ces collectaires augmentés de diverses pièces du propre, à savoir, dans le cas présent, des antiennes des cantiques évangéliques. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 janvier 2017

    […] Exercices : Identification des livres de l’office  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *