La messe et ses livres

Jean-Baptiste LEBIGUE

Les livres de la messe sont les plus faciles à identifier parmi les manuscrits liturgiques. Certains d’entre eux subsistent encore aujourd’hui, comme le missel, le graduel ou lectionnaire de la messe, et ne diffèrent pas essentiellement de leurs prédécesseurs médiévaux. D’autres, en revanche, tel le sacramentaire, n’ont pas atteint l’époque moderne.

Pourquoi plusieurs livres ?

Répartition par « acteurs » de la messe

Le missel contient l’ensemble des prières, chants et lectures de la messe pour tout ou partie de l’année : pour quelle raison existe-t-il alors d’autres livres de la messe ? Comme le bréviaire pour l’office, le missel appartient à une seconde génération de manuscrits liturgiques, élaborés à partir du xie siècle. Les premiers livres de la messe (sacramentaire, graduel et livres de lectures) rassemblaient chacun les pièces nécessaires aux différents « acteurs » intervenant au long d’une messe : le célébrant (prêtre ou évêque), à qui revient de dire la préface et le canon, de suivre les prescriptions et de prononcer les prières de l’ordo missae et de réciter les trois oraisons propres de la messe (collecte, secrète et postcommunion) ; le diacre, qui lit l’évangile ; le sous-diacre, qui lit l’épître ; le chantre enfin et la schola cantorum, qui s’occupent des chants.

Appellations médiévales des livres de la messe

Les appellations utilisées dans le tableau ci-dessus ne correspondent pas forcément aux usages médiévaux. Liber missalis ou missale peut désigner autant un sacramentaire qu’un missel ; un graduel est souvent intitulé antiphonale ou antiphonarium ; de même evangelia est plus fréquent pour désigner un évangéliaire qu’evangeliarium, etc. Seul l’examen du contenu du livre permet de s’assurer de sa nature : d’avoir négligé cette nécessité explique les nombreuses erreurs subsistant encore dans les catalogues de manuscrits.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 janvier 2017

    […] La messe et ses livres : La multiplicité des livres de la messe s’explique par une répartition des pièces liturgiques entre ses différents « acteurs ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *