Le sacramentaire

Jean-Baptiste LEBIGUE

Le sacramentaire réunit les pièces, propres ou ordinaires, nécessaires au seul célébrant pour dire la messe.

Les textes du célébrant

Le sacramentaire réunit les pièces liturgiques réservées au célébrant. Certaines sont invariables, d’autres variables, d’autres propres à chaque messe, selon les impératifs du temporal et du sanctoral (cf. Le temporal ; Le sanctoral).

Textes du célébrant
Invariable Variable Propre
Collecte
Ordo missae
Secrète
Préface
Canon : Te igitur
Canon : Memento des vivants
Canon : Communicantes
Canon : Hanc igitur
Canon : Quam oblationem
Canon : Qui pridie
Canon : Unde et memores
Canon : Supra quae
Canon : Supplices
Canon : Memento des morts
Canon : Nobis quoque
Canon : Per quem haec omnia
Canon : Pater
Canon : Libera nos
Postcommunion

Dans un sacramentaire, on doit donc distinguer deux grands ensembles : l’ordinaire de la messe (canon, préfaces et l’ordo missae) d’une part, et de l’autre, les formulaires du propre. Les variantes affectant la préface et certaines prières du canon expliquent qu’on peut en retrouver les versions propres dans l’un ou l’autre ensemble.

L’ordinaire de la messe

Prières du canon

Comme son nom l’indique le canon (= règle, norme) est la partie fixe de la messe1 : c’est pendant le canon qu’a lieu la consécration eucharistique, lors de la prière du Qui pridie. Toutefois, certaines pièces sont susceptibles de variantes :

  • Le Communicantes : plusieurs formes possibles en plus du Communicantes commun (variantes sur la première partie de la prière), pour Noël, l’Épiphanie, Pâques (de la vigile au jour octave), l’Ascension, la Pentecôte (de la vigile au jour octave).
  • Le Hanc igitur : formule particulière pour Pâques et la Pentecôte (de leur vigile au jour octave), recommandant les nouveaux baptisés.
  • Le Qui pridie : formule particulière au jeudi saint, pour rappeler l’institution de l’Eucharistie par le Christ le jour de la Cène.

Ces trois prières apparaissent le plus souvent accompagnées de leurs variantes, à leur place dans le canon. Mais elles peuvent aussi être intégrées aux formulaires (cf. infra).

On reconnaît aisément le canon par l’incipit de sa première prière : Te igitur.

Préfaces

La préface, toujours récitée par le célébrant est le texte qui succède à l’offertoire, lequel finit avec la secrète. Elle débouche sur le chant du Sanctus, suivi immédiatement par les prières du canon.

La préface dite commune est la plus souvent utilisée au cours de l’année liturgique. Mais on compte de nombreuses variantes induites par le temporal ou certaines fêtes. Les plus fréquentes dans les sacramentaires et les missels sont les suivantes :

  • Préface de la Nativité
  • Préface de l’Épiphanie
  • Préface du Carême
  • Préface de la Croix
  • Préface pascale
  • Préface de l’Ascension
  • Préface de la Pentecôte
  • Préface de la Trinité
  • Préface de la Vierge
  • Préface des Apôtres

Cette liste n’est pas limitative pour le Moyen Âge. Il est même fréquent de trouver en plus des préfaces de la dédicace, de l’Avent, etc. On sera attentif à la présence de préfaces propres, en l’honneur de tel ou tel saint, qui fournissent un indice important pour localiser l’usage liturgique du manuscrit (titulaire d’une église, patron du lieu, fondateur d’ordre monastique ou religieux, culte local dû à la conservation des reliques, etc.).

Dans les sacramentaires manuscrits, les préfaces (au moins la préface commune) sont logiquement placées avant le canon. La dernière d’entre elles est le plus souvent la préface commune, précédée de la fin de la doxologie de la secrète et du dialogue introductif (dits tout haut, à la différence du reste de l’offertoire et du canon) :

Per omnia secula seculorum. — Amen.
Dominus vobiscum. — Et cum spiritu tuo.
Sursum corda. — Habemus ad Dominum.
Gratias agamus Domino Deo nostro. — Dignum et justum est.

La préface commune prend alors la suite du dialogue :

Vere dignum et justum est, equum et salutare nos tibi semper et ubique gratias agere, Domine sancte, Pater omnipotens, eterne Deus, per quem majestatem tuam laudant angeli…

Avignon, Bibl. mun., ms. 143, f. 14. Sacramentaire de Caromb, France, fin du XIIIe s.

Avignon, Bibl. mun., ms. 143, f. 14. Sacramentaire de Caromb, France, fin du XIIIe s.

1. Le dialogue introductif de la préface commence par la formule de doxologie concluant la secrète et dite tout haut par le célébrant : Per secula seculorum. Amen.
2. Initiale de la Préface : cette initiale étrange est le monogramme des deux mots par lesquels commencent toutes les préfaces, Vere dignum. Mais, à partir du XIIe siècle, sa signification échappe peu à peu aux scribes et aux enlumineurs : elle ne remplace ici que le mot Vere. Dans d’autres manuscrits, elle ne figure plus que l’initiale V.
3. La préface commune est la plus souvent utilisée pendant l’année liturgique. C’est donc elle que signale particulièrement l’enluminure des manuscrits. Pour des raisons pratiques évidentes, elle est placée soit en tête des préfaces, soit tout à la fin, juste avant le canon. C’est généralement elle qui est précédée du dialogue introductif.

Les préfaces propres et la préface commune ne divergent pas sur toute la longueur de leur texte. Aussi les premières ne commencent-elles pas toujours par le même incipit selon les sacramentaires :

  • Soit elles reprennent la fin de la doxologie de la secrète et le dialogue introductif : Per omnia secula
  • Soit elles débutent à Vere dignum…
  • Soit le scribe se contente d’en donner les lieux variants par rapport à la préface commune. Elles peuvent ainsi commencer par les mots suivants : Equum et salutare…, Eterne Deus…, etc.

L’usage de certaines préfaces propres correspond aux jours où varient le Communicantes, le Hanc igitur et le Qui pridie. Aussi ces trois prières du canon peuvent-elles se trouver copiées à la suite de ces préfaces (Nativité, Pâques, Ascension, Pentecôte, etc.). Dans ce cas, on ne relève dans le canon que les Communicantes, Hanc igitur et Qui pridie communs.

L’ordo missae

L’ordo missae relate l’ensemble des actions et des prières auxquelles doit s’astreindre le célébrant pendant la messe. La partie la plus importante concerne l’offertoire (préparation des offrandes) et aboutit à la secrète. Dans les manuscrits, cette section est donc le plus souvent placée avant les préfaces.

Toutefois, à proprement parler, l’ordo missae ne se limite pas à l’offertoire, puisqu’il donne des indications au prêtre pour la liturgie de la messe, de l’entrée à la sortie.

Formulaires du propre

Un formulaire de messe est composé d’au moins trois oraisons propres :

  1. Collecte (collecta).
  2. Secrète (secreta, super oblata, sacra).
  3. Postcommunion (postcommunio, ad complendum).

Avignon, Bibl. mun., ms. 143, f. 20. Sacramentaire de Caromb, France, fin du XIIIe s.

Avignon, Bibl. mun., ms. 143, f. 20. Sacramentaire de Caromb, France, fin du XIIIe s.

Cette page, au début du temporal, donne le formulaire de la messe du premier dimanche de l’Avent :
Dominica prima de adventu Domini. La rubrique donne la destination du formulaire (premier dimanche de l’Avent). À défaut de rubrique particulière pour l’oraison qui suit immédiatement, on sait néanmoins qu’il s’agit de la collecte, première prière du formulaire.

  • Secreta. Il s’agit de la secrète du premier dimanche de l’Avent.
  • Ad complendum. Il s’agit de la postcommunion du premier dimanche de l’Avent.

Dominica secunda de adventu Domini. Ici commence le formulaire du second dimanche de l’Avent, avec sa collecte, suivie de sa secrète (Secreta), suivie au verso suivant de sa postcommunion.

Il existe des formulaires pour chacune des messes du temporal, du sanctoral, du commun des saints ou votives. Un formulaire de sacramentaire peut aussi contenir :

  • Les préfaces propres de certaines grandes fêtes, ainsi que les prières Communicantes, Hanc igitur et Qui pridie quand une version propre de ces prières leur correspond. En quel cas, ces pièces ne sont pas répétées dans l’ordinaire de la messe.
  • Des oraisons super populum (sortes de bénédictions, particulières à certaines messes).

Quelques particularités dans les formulaires peuvent désarçonner le lecteur novice :

  • Dans les sacramentaires les plus anciens (surtout avant le XIIe siècle), se trouve souvent un choix de collectes, de secrètes et de postcommunions pour un même formulaire. Le scribe se contente parfois de signaler la première secrète et la première postcommunion.
  • Comme les autres livres de la messe, un sacramentaire peut ne contenir qu’un nombre limité de formulaires, par exemple ceux de quelques fêtes (sacramentaire festif) ou de messes votives (sacramentaire votif).
  • La messe de la vigile pascale (samedi saint) est une cérémonie particulièrement solennelle : il arrive dans le sacramentaire le formulaire correspondant laisse place à un véritable ordo (ensemble de prescriptions où sont insérés les textes et oraisons liturgiques).

Autres pièces liturgiques pouvant se trouver dans un sacramentaire

Ordines rituales

On désigne par le terme ordines rituales les prescriptions, textes et oraisons destinées au prêtre pour qu’il puisse exécuter un certain nombre de rites (pénitence, baptême, onction des malades et funérailles, etc.). À partir du XIIIe siècle, c’est l’ordo pour la célébration du mariage qu’on relève le plus souvent. Généralement, ces ordines rituales se trouvent à la fin du manuscrit.

Bénédictions

Il s’agit de bénédictions particulières à certaines messes solennelles ou à des cérémonies rituelles. Elles se trouvent aussi, en général, à la fin du manuscrit.

Organisation d’ensemble d’un sacramentaire

Il n’existe pas de norme pour l’organisation d’ensemble des sacramentaires. Il suffit, pour s’en assurer, de consulter les notices du catalogue de Victor Leroquais. Le calendrier, quand il est présent, se trouve presque toujours en tête. Pour le reste, on peut néanmoins distinguer deux grandes tendances :

  1. Soit l’ordo missae, préface(s) et canon en tête, puis les formulaires : ceux-ci sont soit divisés entre temporal et sanctoral, soit mêlés (c’est surtout le cas dans les sacramentaires les plus anciens). Puis viennent le commun des saints et les formulaires votifs.
  2. Soit le sacramentaire commence par les formulaires du temporal, du premier dimanche de l’Avent au samedi saint, suivis de l’ordo missae, des préfaces et du canon, puis les formulaires du temporal de Pâques à l’Avent, puis ceux du sanctoral, du commun des saints et des messes votives. C’est l’organisation qui a prévalu dans la plupart des missels.

Reconnaître un sacramentaire

Comment reconnaître un sacramentaire ?

  • Un sacramentaire complet doit contenir le canon de la messe2.
  • Le formulaire d’une messe doit comprendre au moins collecte, secrète et postcommunion, mais pas les chants du propre (introït, graduel, Alleluia/trait, offertoire, communion), ni les lectures. La présence des chants et des lectures indiquerait qu’on a affaire à un missel.
  • Si le canon de la messe manque par lacune matérielle, l’examen du formulaire suffit donc à identifier le sacramentaire.

Les pièges à éviter

  • L’office comprend aussi des oraisons désignées par le nom de collectes. Si un manuscrit produit des pièces intitulées ainsi, mais sans les associer à une secrète et une postcommunion, il est probable qu’on a affaire à un collectaire
    (cf. Propre de l’office).
  • Les chants de l’ordinaire de la messe (cf. Livres des chants de la messe) peuvent se trouver dans le sacramentaire. C’est notamment le cas du Gloria, entonné par le célébrant : c’est pourquoi seuls les premiers mots sont généralement transcrits et accompagnés de notation musicale.
  • Il faut éviter de limiter son examen aux premiers feuillets du manuscrit, qui peuvent contenir des pièces liturgiques sans rapport direct avec le contenu du reste du volume, mais commencer, au contraire, par chercher le début du canon, puis examiner un formulaire propre.
  1. Cette partie capitale de la messe est appelée « Prière eucharistique » dans le rite romain actuel, qui depuis la réforme liturgique de 1969, compte non plus une, mais quatre formules eucharistiques. Le « canon romain » correspond à la première de celles-ci. []
  2. Le sacramentaire n’est pas le seul livre à contenir le canon de la messe : on le trouve aussi dans tous les missels (cf. Le missel), mais aussi dans certains pontificaux ou inséré, au milieu d’ordines rituales, dans des manuscrits intitulés rituels ou manuels (cf. Rites et sacrements). []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23 janvier 2017

    […] Le sacramentaire : Le sacramentaire réunit les pièces, propres ou ordinaires, nécessaires au seul célébrant pour dire la messe. […]

  2. 26 janvier 2017

    […] et qui commencent pareillement par un dialogue introductif et l’incipit Vere dignum… (cf. Le sacramentaire). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *