Codices Chrysostomici Graeci (1956-2006). Un inventaire exhaustif des manuscrits chrysostomiens grecs

Pierre AUGUSTIN (Communication du 2 mars 2006)

C’est en 1956 que vit le jour, à l’initiative du R. P. Robert E. Carter, s.j. (New York), le projet d’un inventaire analytique, par pays, villes, bibliothèques et fonds, des textes — authentiques ou apocryphes — attribués à saint Jean Chrysostome dans les manuscrits grecs. Pour remédier à l’abondance, à la dispersion et à la complexité de la tradition manuscrite chrysostomienne, ainsi qu’à l’insuffisance et à l’inexactitude des catalogues imprimés et à la rareté des éditions critiques, il convenait de fournir une documentation aussi exhaustive et fiable que possible. Selon la formule de l’abbé M. Richard, le but poursuivi était « la recherche des textes et l’établissement, dès que possible, de dossiers complets sur la tradition manuscrite des différentes œuvres » (vol. I, p. xi).

Un programme de l’IRHT

Ce projet fut officiellement annoncé par le R. P. Herbert Musurillo, s.j., au IVe Congrès international d’études patristiques d’Oxford, en 1959, mais ce n’est qu’en 1963 que put commencer l’exploration systématique des bibliothèques européennes, menée conjointement par les R. P. Carter et Aubineau. La section grecque de l’Institut de Recherches et d’Histoire des Textes, sous la direction de l’abbé Marcel Richard, s’apprêtait à publier dans la collection Documents, Études et Répertoires, un outil de recensement efficace, permettant d’identifier près de six cents œuvres éditées attribuées à tort à Chrysostome et revenant à cinquante-huit auteurs différents : le Repertorium pseudochrysostomicum du R. P. J.A. de Aldama (présentation dans Aldama, 1966). Fondé sur ces recherches et les prolongeant, l’inventaire des manuscrits chrysostomiens trouvait naturellement sa place dans cette collection.

L’élaboration d’une méthode

Le programme a déjà été présenté par ses responsables à diverses étapes de son élaboration. Le 19 septembre 1967, au Ve Congrès international d’études patristiques d’Oxford, le R. P. Carter, dans un appel à contribution auprès des chrysostomiens, donne la priorité à l’étude des manuscrits, avec l’établissement et l’application de critères d’authenticité dans l’attribution des œuvres (Carter, 1970). De son côté, dans une communication à la séance de l’Association des études grecques du 1er février 1965, le R. P. Aubineau dresse un compte-rendu de ses recherches outre-Manche (Aubineau, 1965), repris dans l’introduction du premier volume (CCG I, p. xiii-xxii). Dans une recension parallèle, il souligne le bien-fondé de l’initiative, ses difficultés et ses résultats (Aubineau, 1968, rééd. 1974). Quant à l’abbé Marcel Richard, après avoir brièvement présenté le programme dans son Avant-propos au premier volume (p. ix-xi), il a donné en 1973, au symposium de Thessalonique, le plan détaillé de la vingtaine de volumes prévus dans la série (Richard, 1973). Enfin, si les nombreuses recensions critiques des volumes parus (nous en avons repéré soixante-cinq, dues à quarante-six auteurs, dont huit paléographes reconnus) sont venues apporter leur moisson d’addenda et corrigenda, elles ont également permis d’éprouver les principes et d’affiner la méthode d’analyse.

Les principes adoptés

Délibérément, le manuscrit chrysostomien a été défini de manière très large comme « tout manuscrit contenant une ou plusieurs œuvres attribuées à saint Jean Chrysostome ou des œuvres anonymes, d’auteur inconnu, qui se rencontrent habituellement sous son nom » (M. Richard, vol. I, p. x). Sont retenus les fragments indépendants (accidentels, ou extraits constitués à dessein), mais non ceux qui sont contenus dans les chaînes exégétiques, les florilèges et recueils de mélanges spirituels (tradition indirecte). De même, sont exclus du programme les papyrus et les manuscrits postérieurs à l’an 1700 (sauf les copies de manuscrits disparus), la Liturgie et les prières de l’Euchologe attribuées à saint Jean Chrysostome.

Chaque unité codicologique décrite est affectée d’un numéro progressif propre au volume du répertoire, classé par ordre géographique (pays, ville, bibliothèque, fonds, cote). La notice se fonde sur un examen direct du manuscrit, dont elle donne une description succincte, rédigée en latin (siècle ou éventuellement date, copiste(s) et parfois type d’écriture, support, dimensions, mise en pages et type de réglure, sans oublier la présence éventuelle d’une table des matières), accompagnée des références aux descriptions antérieures (catalogues usuels, répertoires spécialisés, parfois articles). Elle accorde, en revanche, une attention particulière à l’utilisation du témoin par les éditeurs de textes chrysostomiens et à ses éventuelles relations de dépendance avec d’autres représentants de la tradition, et analyse dans le détail son contenu, avec indication des feuillets de début et de fin de texte, des incipit et desinit pour les textes mutilés, insolites ou inédits, des lacunes et des divergences importantes par rapport au texte imprimé (recensions abrégées, allongées, interpolées…).

Les textes apparemment inédits, mais en fait composés d’extraits d’une ou de plusieurs œuvres connues, sont dûment numérotés et répertoriés selon l’ordre alphabétique de leur incipit dans un Appendice, où ils sont analysés avec leur incipit, leur desinit, leur titre, les éléments qui les constituent et les références aux œuvres imprimées.

À la fin de chaque répertoire, des indices permettent d’identifier les témoins des œuvres imprimées dans les grandes collections, selon leur situation dans (ou en dehors de) la série des volumes 47-64 de la Patrologie de Migne, qui reproduit en général l’édition de Montfaucon (1718-1738), ou à défaut, dans les huit volumes des Opera Omnia de Savile (1612-1613). De même, un incipitaire alphabétique signale les pièces inédites ou éditées depuis Migne, les textes composites analysés dans l’Appendice ou rares ou omis par le Repertorium pseudochrysostomicum du R. P. J. A. de Aldama, enfin, les ethica, les extraits indépendants et les incipit divergents par rapport à l’édition de référence. Les volumes IV et V contiennent un index des manuscrits datés et des noms de personnes (copistes, possesseurs, éditeurs), et les volumes V et VI une liste des manuscrits mentionnés pour comparaison dans les notices (codices allati uel laudati).

Situation du programme

En 1973, M. Richard prévoyait une vingtaine de volumes, contenant chacun entre 250 et 350 notices. Actuellement, six volumes sont parus, donnant l’analyse exhaustive de 1331 manuscrits, contenant, entre autres, 294 pièces composites différentes, constituées d’emprunts chrysostomiens. Ont été recensés les manuscrits d’Angleterre et d’Irlande (vol. I : M. Aubineau), d’Allemagne (vol. II : R. Carter), des États-Unis d’Amérique et d’Europe Occidentale (Suède, Danemark, Hollande, Belgique, Suisse et Espagne ; vol. III : R. Carter), d’Autriche (vol. IV : W. Lackner), d’Italie, sauf Florence et Venise (vol. V : R. Carter) et du fonds Vatican grec (vol. VI : S. Voicu). Trois autres volumes sont en préparation, qui correspondent à environ 700 manuscrits, sans compter un volume d’addenda et corrigenda pour les manuscrits d’Europe et des États-Unis d’Amérique. Le premier volume consacré à la France (Paris, BNF, Fonds ancien, mss 1-1022) par G. Astruc-Morize et P. Augustin, devrait paraître d’ici deux ans. Notre collaborateur à la Vaticane, Sever Voicu, travaille depuis 1999 à la description des fonds mineurs du Vatican. Enfin, un nouveau collaborateur, G. Masi (Florence), a récemment accepté d’achever la description, entreprise en 1965-1968 par le R. P. Aubineau, des quelques 84 manuscrits chrysostomiens de Florence.

Organigramme du programme
Volumes Pays, villes et fonds Auteurs Manuscrits Parution
I Angleterre et Irlande M. Aubineau 298 1968
II Allemagne R. C. Carter 106 1968
III Belgique, Espagne, Norvège, Pays-Bas, Suisse, États-Unis d’Amérique 138 1970
IV Autriche (Vienne, Ö.N.B.) W. Lackner 118 1981
V Italie. v. 1 (sauf Florence et Venise) R. C. Carter 309 1983
[IX] Italie. v. 2 (Florence et Venise) G. Masi 84 + 179 en cours
2005 →
VI Vatican. v. 1 (B.A.V., fonds Vatican grec) S. J. Voicu 362 1999
[VIII] Vatican. v. 2 (B.A.V., fonds secondaires) S. J. Voicu en cours
1999 →
[VII] France. v. 1 (Paris, BNF, fonds grec, mss 101-1022) G. Astruc et
P. Augustin
env. 300 prévue en
2007/2008
France. v. 2 (Paris, BNF, fonds grec, mss 1023-3112 ; fonds Supplément grec ; fonds Coislin ; Bibliothèques parisiennes et provinciales) env. 300 en cours
1998 →
Europe Occidentale et États-Unis Addenda et corrigenda aux volumes parus P. Augustin et S. Voicu (à confirmer)
Europe de l’Est : Turquie et Balkans (Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Yougoslavie, Albanie, Bulgarie, et Turquie)
Ancienne U.R.S.S. (Ukraine, Biélorussie, Russie, Arménie…)
Proche-Orient (Chypre, Égypte, Palestine [Israël, Jordanie])
Grèce. v. 1 (Athènes : Bibliothèque nationale et autres bibliothèques)
Grèce. v. 2 (Météores et autres bibliothèques provinciales continentales)
Grèce. v. 3 (Athos, Iviron)
Grèce. v. 4 (Athos, Lavra)
Grèce. v. 5 (Athos, Vatopédi ; autres bibliothèques)
Grèce. v. 6 (Îles grecques : Patmos, etc.)

Bibliographie

  1. A. de Aldama, Repertorium pseudo-Chrysostomicum (Documents, Études, Répertoires, 10), Paris, CNRS éditions, 1965.

Codices Chrysostomici Graeci, I. Codices Britanniae et Hiberniae, descr. Aubineau Michel (Documents, Études, Répertoires, 11/1), Paris, CNRS éditions, 1968.

Codices Chrysostomici Graeci, II. Codices Germaniae, par Carter Robert E. (Documents, Études, Répertoires, 11/2), Paris, CNRS éditions, 1968.

Codices Chrysostomici Graeci, III. Codices Americae et Europae occidentalis, par Carter Robert E. (Documents, Études, Répertoires, 11/3), Paris, CNRS éditions, 1970.

Codices Chrysostomici Graeci, IV. Codices Austriae, descr. Lackner Wolfgang (Documents, Études, Répertoires, 11/4), Paris, CNRS éditions, 1981.

Codices Chrysostomici Graeci, V. Codicum Italiae partem priorem, descr. Carter Robert E. (Documents, Études, Répertoires, 11/5), Paris, CNRS éditions, 1983.

Codices Chrysostomici Graeci. VI. Codicum Civitatis Vaticanae partem priorem, descr. Voicu Server J. (Documents, Études, Répertoires, 11/6), Paris, CNRS éditions – Turnhout, Brepols, 1999.

Quelques recensions critiques de paléographes

Astruc, Charles (Paris, BNF), Bulletin des Bibliothèques de France, 14, 1969, *547-*549 n° 1612 (vol. I-II) ; 16, 1971, *969 n° 2593 (vol. III), Revue des études grecques 97 (1984) 587-589 (vol. V)

Canart, Paul (Vatican, BAV) (ci-dessous)

Gamillscheg, Ernst (Vienne, ÖNB), Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 33, 1983, p. 346-347 (vol. IV [en allemand])

Granstrem, Eugenia È. (Saint-Pétersbourg, GPB), Vizantiski Vremennik, 33, 1972, p. 231-233 (vol. I-II [en russe])

Hunger, Herbert (Vienne, ÖNB), Gnomon, 41, 1969, p. 413-415 (vol. I-II) et 45, 1973, p. 614 (vol. III [en allemand])

Irigoin, Jean (Paris, EPHE, Collège de France, Institut), Cahiers de Civilisation Médiévale, 12, 1969, p. 412-413 et Bibliothèque de l’École des Chartes, 128, 1970, p. 478-482 (vol. I-II), et dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1, 2000, p. 114-115 (vol. VI).

Kresten, Otto (Vienne, ÖNB), Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 18, 1969, p. 263-266 (vol. I-II), 22, 1973,.p. 332-334 (vol. III) et 39, 1989, p. 331-336 (vol. V [en allemand])

Panayotis Nikopoulos (Athènes, EBE), Epeteris Hetaireias Byzantinon Spoudon, 36, 1968, p. 418-424 (vol. I-II [en grec]).

Références

Aldama, 1966 = de Aldama, J.A., « Historia y balance de la investigación sobre homilías pseudocrisostómicas impresas », Studia Patristica, VII/1 : Papers presented to the fourth international Conference on Patristic Studies held at Christ Church, Oxford, 1963, 1 : Editiones, Critica, Philologica, Biblica Berlin Akademie-Verlag, 1966, (Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur 92), p. 117-132.

Aubineau, 1965 = Aubineau, Michel, « Exploration dans une terra incognita de la littérature patristique et byzantine : les textes attribués à Saint Jean Chrysostome », Revue des Études Grecques, 78, 1965, p. XXXI-XXXIII. (cr. in Scriptorium, 25/1, 1971, p. 117, n° 15 [Charles Astruc]).

Aubineau, 1968 = Aubineau, Michel, « Une enquête dans les manuscrits chrysostomiens : opportunité, difficultés, premier bilan », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 63/1, 1968, p. 5-26 [= Id., Recherches Patristiques. Enquêtes sur des manuscrits. Textes inédits. Études par M. A. Directeur de Recherche au CNRS, Amsterdam Hakkert 1974, p. 33 -54].

Canart, 1970 = Mgr Canart, Paul, « Des inventaires spécialisés de manuscrits grecs », Scriptorium, 24, 1970, p. 112-116 (recension des deux premiers volumes des Codices Chrysostomici Graeci).

Carter, 1970 = Carter, R.P. Robert E., s.j., « The Future of Chrysostom Studies », Studia Patristica, X, 1 : Papers presented to the Fifth international Conference on Patristic Studies held in Oxford 1967, Part 1 : Editiones, Critica, Philologica, Biblica, Historica, Liturgica et Ascetica, F.L. Cross, ed., Berlin Akademie-Verlag 1970 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Litteratur 107), p. 14-21. [le titre originel de cette contribution, lors de la session des « Instrumenta Studiorum » tenue à South School, le 19 septembre 1967, était : « A New Catalogue of Greek Chrysostom Manuscripts » ; à compléter par Carter, 1973]

Carter, 1973 = Carter, R.P. Robert E. s.j., The Future of Chrysostom Studies. Theology and Nachleben, dans Sumpovsion. Studies on St. John Chrysostom, P.C. Christou, éd., Thessaloniki Patriarch. Hidruma Paterikon Meleton, 1973 (Analekta Blatadon, 18), p. 129-136.

Richard, 1973 = Richard, Marcel, « La collection Codices Chrysostomici Graeci », dans Sumpovsion. Studies on St. John Chrysostom, P.C. Christou, éd., Thessaloniki Patriarch. Hidruma Paterikon Meleton, 1973 (Analekta Blatadon, 18), p. 91-96.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/chrysostome.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.