Les livres des chants de la messe

Jean-Baptiste LEBIGUE

Le graduel est par excellence le livre des chants de la messe, mais il existe aussi des recueils rassemblant des versions particulières de ces chants (tropaires et prosaires).

Chants de l’ordinaire et du propre

Les chants de la messe sont divisés en deux groupes :

  1. Les chants de l’ordinaire, dont le texte ne varie jamais (sauf l’Agnus Dei, qui varie dans la messe de Requiem).
  2. Les chants du propre, qui changent à chaque messe.
Chants de la messe
Ordinaire Propre
Introït
Kyrie
Gloria
Graduel
Alleluia et/ou Trait
Credo
Offertoire
Sanctus
Agnus Dei
Communion
  • Il existe toutefois plusieurs tons (manières de chanter) pour les chants de l’ordinaire.
  • Certains chants du commun ne sont pas permis à toutes les messes. Par exemple, pas de Gloria pendant le Carême ; pas de Credo pour une férie ordinaire, etc.

Les chants tropés

Au Moyen Âge, les chants (surtout ceux de l’ordinaire) peuvent être extrapolés, farcis. Par exemple : « Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bone voluntatis. [trope :] Laus tua, Deus, resonet coram te, rex. // Laudamus te, [trope :] qui venisti propter nos rex angelorum… » Les livres (assez rares) où sont compilés les chants tropés sont appelés tropaires.

Les séquences ou proses

Le trope de l’alleluia ou du trait est particulier. Il est devenu au cours du Moyen Âge un chant presque indépendant, appelé prose ou séquence (prosa, sequens, sequentia). La réforme de la messe sous le pape saint Pie V n’a conservé que cinq proses, dont la plus connue est celle de la messe de Requiem, le Dies irae. On peut trouver des proses dans des manuscrits (graduels et missels) ne comportant pas de tropes par ailleurs. Il existe des recueils proses, beaucoup plus répandus que les tropaires, appelés prosaires.

Le graduel

Le livre de chant de la messe par excellence est le graduel. Il rassemble pour chaque messe tous les chants du propre. Les chants de l’ordinaire sont facultatifs. Ils peuvent se trouver néanmoins en tout ou partie dans le graduel :

  • soit mêlés aux chants du propre, notamment si les chants de l’ordinaire sont tropés pour certains dimanches ou fêtes particuliers ;
  • soit à part dans le manuscrit, rangés selon leur type et/ou leurs différents tons.

Comment reconnaître un graduel ?

Un graduel contient au moins le propre des chants des messes de tout ou partie de l’année, dans l’ordre du calendrier liturgique (temporal et sanctoral soit mêlés, soit séparés).

Limoges, BM, ms. 2, f. 10v-11. Graduel de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud, Paris, vers 1250-1260.

Limoges, BM, ms. 2, f. 10v-11. Graduel de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud, Paris, vers 1250-1260.

Le relevé des rubriques permet d’identifier sur cette double page le propre des chants de la messe de la fête de sainte Lucie (13 décembre).

  • Lucie virginis. Cette rubrique mentionne la destination des chants qui suivent (propre de la fête de sainte Lucie). À défaut d’identification explicite, on déduit qu’il s’agit du premier chant qui suit est l’antienne d’introït. P[salmus] signale le début du verset psalmique de l’introït.
  • R[esponsorium] introduit le répons graduel, et V[ersus] son verset.
  • À la quatrième ligne de texte du f. 11, l’alleluia n’est pas signalé par une rubrique : le texte de ce chant suffit à l’identifier. V[ersus] indique le verset alléluiatique.
  • Off[ertorium] correspond à l’antienne d’offertoire.
  • Com[munio], à l’antienne de communion.
  • Thome apostoli signale le début du propre des chants d’une messe d’une autre fête, celle de saint Thomas apôtre (21 décembre).

À la fin du même manuscrit sont compilés les différents tons des chants de l’ordinaire de la messe. Sur cette double pleine page, on relève un Gloria et un Sanctus tropé en français : Sanctus [trope :] beau Pere, touz puissanz rois emperieres et dux… Sanctus [trope :] Peres et Filz, Saint Espirs, trois personnes…, etc.

Limoges, BM, ms. 2, f. 299v-300. Graduel de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud, Paris, vers 1250-1260.

Limoges, BM, ms. 2, f. 299v-300. Graduel de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud, Paris, vers 1250-1260.

Piège à éviter

Il arrive, surtout à la fin du Moyen Âge, qu’un graduel ne contienne pas de notations musicales. Leur absence n’écarte pas l’hypothèse d’un graduel.

Paris, Sainte-Geneviève, ms. 102, f. 72v-73. Graduel de Senlis, France, seconde moitié du XVe s.

Paris, Sainte-Geneviève, ms. 102, f. 72v-73. Graduel de Senlis, France, seconde moitié du XVe s.

Malgré l’absence de notations musicales, il s’agit bien ici d’un graduel. Sur la page de droite (f. 73), les rubriques permettent en effet d’identifier le texte des chants du propre de la messe de la veille de l’Ascension :

  • In vigilia ascensionis Domini. Destination liturgique des pièces qui suivent, ici pour la veille de l’Ascension, c’est-à-dire le mercredi des Rogations.
  • Introitus : antienne d’introït, accompagnée de son verset psalmique Ps[almus].
  • Il n’y a pas de répons graduel propre pour cette messe : on reprend celui du cinquième dimanche après l’octave de Pâques (dimanche des Rogations).
  • Puis l’alleluia, accompagné de son verset V[ersus].
  • Off[ertorium] : antienne d’offertoire.
  • Com[munio] : antienne de communion.

Tropaires et prosaires

Comment distinguer d’un tropaire un graduel contenant des chants tropés ?

Il n’est pas toujours évident de distinguer au premier coup d’œil un tropaire d’un graduel tropé. Le tropaire, qui est avant tout un recueil de chant, n’a pas de contenu type. On est sûr d’avoir affaire à un tropaire pour une de ces deux raisons :

  • si les tropes contenus dans le manuscrit ne s’appliquent qu’à une partie des chants de la messe, par exemple seulement des Gloria tropés, seulement les antiennes d’introït tropés, etc., et non à la totalité des pièces devant figurer dans le propre et, éventuellement, dans l’ordinaire des chants de la messe.
  • si les chants tropés contenus dans le manuscrit ne sont destinés qu’à certains dimanches et fêtes particuliers et/ou degrés de solennité (rit double, tout-double, etc.), sans mention du propre des chants.

Angers, BM, ms. 96, f. 19v. Graduel, France, première moitié du XIIe s.

Angers, BM, ms. 96, f. 19v. Graduel, France, première moitié du XIIe s.

Ce manuscrit est un graduel tropé. En effet, les chants tropés de l’ordinaire sont intégrés aux chants du propre, entièrement transcrits et notés pour toutes les messes représentées dans le volume. Sur cette page, l’antienne d’introït (Puer natus…) de la messe du jour de Noël (In die natalis Domini) est immédiatement suivi du Kyrie tropé : Kyrrieleyson [trope :] Te, Christe supplices exoramusKyrrie eleyson [trope :] Te decet laus cum tripudioKyrie eleyson [trope :] O bone rex qui super… Criste eleyson [trope :] Theos agie, salva, vivifice…, etc. Lui succède sur les feuillets suivants un Gloria tropé (chant de l’ordinaire), le répons graduel (chant du propre), etc.

Comment reconnaître un prosaire ?

Les pièces sont presque toujours identifiées (prosa, sequens, sequentia) avec leurs destinations liturgiques et se suivent sans interruption.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 447, f. 30. Prosaire à l’usage du couvent des célestins de Paris, Paris, vers 1435-1445.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 447, f. 30. Prosaire à l’usage du couvent des célestins de Paris, Paris, vers 1435-1445.

Tous les chants notés de ce manuscrit sont introduits, comme sur cette page, par la rubrique : prosa. Il s’agit donc bien d’un recueil de proses : un prosaire. On se trouve ici au début de la partie contenant les proses du sanctoral.

Les quatre lignes copiées au-dessus de la rubrique annoncent en effet la destination liturgique de cette prose : In sancti Stephani protomartyris [sic] prosa. Et sciendum est quod duo primi versus dicuntur tantum in die natalis, sed in octava et in inventione incipi debet ‘prothomartyr’. Les deux premières strophes de cette prose en l’honneur de saint Étienne accompagnent l’alleluia de son dies natalis (le 26 décembre, mais seulement les deux premières strophes), et les strophes suivantes (à partir de ‘protomartyr’) servent au jour octave de son dies natalis (le 2 janvier) et à la fête de l’invention de saint Étienne (le 3 août).

Tropaires prosaires

Il existe des tropaires-prosaires, où les proses sont réunies à part des autres tropes :

Douai, BM, ms. 124, f. 16. Tropaire-prosaire à l’usage de l’abbaye d’Anchin, Nord de la France, premier quart du XVIe s.

Douai, BM, ms. 124, f. 16. Tropaire-prosaire à l’usage de l’abbaye d’Anchin, Nord de la France, premier quart du XVIe s.

Douai, BM, ms. 124, f. 19. Tropaire-prosaire à l’usage de l’abbaye d’Anchin, Nord de la France, premier quart du XVIe s.

Douai, BM, ms. 124, f. 19. Tropaire-prosaire à l’usage de l’abbaye d’Anchin, Nord de la France, premier quart du XVIe s.

La première partie de ce manuscrit rassemble les chants tropés de l’ordinaire pour différents « degrés » de solennité de fêtes. Sur cette page, se trouve le début de l’Agnus Dei tropé chanté pour les fêtes de rit double avec chapiers ([en haut à droite :] In duplicibus et cappis) : Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis, [trope :] qui sedes ad dexteram Patris… Miserere nobis, [trope :] rex regum gaudium angelorum… etc. Dans la seconde partie du manuscrit sont compilées les proses de certaines fêtes, ici celle de la messe de la nuit de Noël (In sollemnitate nativitatis Domini, ad primam missam prosa) : Alleluya [prose :] Nato canunt omnia domino pie agmina, sillabatum pneumata perstrigendo organica… etc. Ce manuscrit qui réunit à la fois un tropaire et un prosaire peut donc être appelé tropaire-prosaire.

Les livres de chant pour « solistes »

Il existe d’autres livres de chant pour la messe, destinés à des « solistes ».

  • Le cantatorium : livre contenant le répons graduel et l’alleluia. Extrêmement rare et caractéristique du Haut Moyen Âge.
  • Le rouleau d’Exultet : livre destiné au diacre, quand il lit ou chante en soliste ce texte propre à la vigile de Pâques. Très rare aussi, et caractéristique de la région de Bénévent aux XIe-XIIe siècles.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 janvier 2017

    […] Les livres des chants de la messe : Le graduel est par excellence le livre des chants de la messe, mais il existe aussi des recueils rassemblant des versions particulières de ces chants (tropaires et prosaires). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *