Exercices d’identification des livres de la messe

(Les réponses aux exercices sont en note.)

Exercice 1 : Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 102, folios 25v-261

sainte-genevieve102_25-26
  • Graduel
  • Bréviaire
  • Missel
  • Sacramentaire
  • Prosaire

Exercice 2 : Avignon, Bibl. mun., ms. 176, folios 8v-9 et folio 14v2

avignon176_8-9 avignon176_14
  • Missel
  • Lectionnaire de la messe
  • Épistolier
  • Sacramentaire
  • Collectaire

Exercice 3 : Arras, Bibl. mun., ms. 147, folios 74v-75 et folio 1103

arras147_74-75 arras147_110
  • Sacramentaire
  • Livre d’évangiles
  • Bréviaire
  • Recueil d’épitres canoniques
  • Lectionnaire de la messe

Exercice 4 : Grasse, Bibl. mun., ms. 3, pages 13, 19 et 304

grasse3_13 grasse3_19 grasse3_30
  • Graduel
  • Missel
  • Prosaire
  • Tropaire-prosaire
  • Sacramentaire

Exercice 5 : Paris, Bibl. Mazarine, ms. 384, folio 35

mazarine384_3
  • Graduel
  • Collectaire
  • Évangéliaire
  • Sacramentaire
  • Prosaire

Exercice 6 : Marseille, Bibl. mun., ms. 52, folio 14 et folios 137v-1386

marseille52_14 marseille52_137-138
  • Épistolier
  • Lectionnaire de la messe
  • Évangéliaire
  • Livre d’évangiles
  • Recueil d’épitres canoniques

Exercice 7 : Amiens, Bibl. mun., ms. 573, folio 1 et folio 71v7

amiens573_1 amiens573_71
  • Évangéliaire
  • Lectionnaire de la messe
  • Épistolier
  • Livre d’évangiles
  • Recueil d’épitres canoniques

Exercice 8 : Besançon, Bibl. mun., ms. 90, Contregarde8

besancon90_1
  • Missel
  • Lectionnaire de la messe
  • Évangéliaire
  • Livre d’évangiles
  • Lectionnaire de l’office

Exercice 9 : Dole, Bibl. mun. ms. 48, Folio 179

dole48_17
  • Sacramentaire
  • Missel
  • Graduel
  • Livre d’évangiles
  • Prosaire

Exercice 10 : Valenciennes, Bibl. mun., ms. 107, Folios 39v-4010

valenciennes107_39-40
  • Missel
  • Collectaire
  • Livre d’évangiles
  • Sacramentaire
  • Bréviaire

Exercice 11 : Angers, Bibl. mun., ms. 101, Folio 1 et 911

angers101_1 angers101_9
  • Lectionnaire de la messe
  • Missel
  • Évangéliaire
  • Livre d’évangiles
  • Recueil d’épitres canoniques

Exercice 12 : Amiens, Bibl. mun., ms. 144, Folios 249v-25012

amiens144_249-250
  • Lectionnaire de l’office
  • Missel
  • Livre d’évangiles
  • Recueil d’épitres canoniques
  • Collectaire
  1. Graduel : Bien que ce manuscrit ne comporte pas de notations musicales, il s’agit d’un graduel. Ce qu’on déduit facilement du relevé des rubriques pour la messe de la vigile de l’Épiphanie :

    • In vigilia Epiphanie Domini =Vigile de l’Epiphanie
    • Introitus / Ps. = Antienne d’introït et son verset psalmique
    • Respons[orium] = Répons graduel
    • Alleluia / v[ersus] = Alleluia et verset alleluiatique
    • Offert[orium] = Antienne d’offertoire
    • C[ommunio] = Antienne de communion

    Remarque : un livre de chant de la messe n’est pas forcément un manuscrit comportant des notations musicales. []

  2. Sacramentaire : F. 8v-9 ; Préface commune : Vere dignum et justum est, equum et salutare nos tibi semper et ubique gratias agere, Domine sancte, Pater omnipotens eterne Deus…

    Chant du Sanctus, qui est l’aboutissement de la préface (f. 9). Début du canon avec la prière du Te igitur. Conclusion : c’est un livre de la messe destiné au célébrant.

    F 14v : Formulaire de la messe du troisième dimanche [de l’Avent] (Dominica tertia), comprenant trois prières, la collecte (pas de rubrique), la secrète (secreta) et la postcommunion (ad complendum).

    Conclusion : il s’agit ici d’un sacramentaire, et non d’un missel : dans ce dernier, le propre d’une messe comprendrait aussi des lectures et des chants. []

  3. Lectionnaire de la messe : Relevé des rubriques – F. 75 :

    • Feria quarta
    • Ad Colossienses = épître (péricope)
    • Secundum Matheum = évangile (péricope)
    • Feria sexta
    • Ad Hebreos = épître (péricope)

    F. 110 :

    • In vigila sancti Andree
    • Sapientia = épître (péricope)
    • Secundum Johannem = évangile (péricope)

    Conclusion : Deux lectures pour chaque messe, une épître et un évangile. Il s’agit donc d’un lectionnaire de la messe. []

  4. Missel : P. 13 : Les différents tons du Gloria, que doit entonner le célébrant. P. 19 : Ordo missae et début du canon avec la prière du Te igitur.

    Conclusion : c’est un livre de la messe destiné au célébrant.

    • P. 30 : Propre de la messe du premier dimanche de l’Avent (Dominica prima in adventu Domini) comprenant un introït (Ad missam introitus), une collecte (Or[ati]o), une épître (Lectio epistole beati Pauli apostoli ad Romanos), un répons graduel (R[esponsorium]) avec son verset (V[ersus]), un alleluia avec son verset (v[ersus]), un évangile (Secundum Lucam), etc.

    Conclusion : le propre de la messe du premier dimanche de l’Avent est entièrement présent, qu’il s’agisse d’oraisons, de lectures ou de chants. Il s’agit donc d’un missel.

    Remarque 1 : un livre de la messe contenant des notations musicales n’est pas forcément un livre de chant.

    Remarque 2 : dans ce missel, l’ordo missae, les préfaces et le canon sont placés juste après le calendrier ; les formulaires ne viennent qu’ensuite.

    Remarque 3 : les rubriques peuvent contenir des indications sur la manière de célébrer certaines messes. Par exemple, p. 30, il est dit : ‘Gloria in excelsis’, ‘Ite missa est’ non dicuntur in dominicis per totum Adventum. En effet, pendant l’Avent, on omet le ‘Gloria’ et, à la fin de la messe, la formule d’envoi ‘Ite missa est’. []

  5. Graduel : On reconnaît dans la marge la rubrique R[esponsorium], correspondant au répons graduel. On déduit que le premier chant est l’antienne d’introït, suivi de ses versets psalmiques (P[salmus]).

    Conclusion : On a affaire ici aux chants du propre de la messe du jour de Noël (In die nativitatis Domini), qui se succèdent sans intercalation des oraisons ni des lectures. On peut donc conclure qu’il s’agit d’un graduel.

    Remarque 1 : la mise en page des graduels notés antérieurs au XIIIe siècle est en général assez facile à reconnaître : une bande de texte très mince, toute la place étant laissée aux notations musicales. De plus le texte ne contient aucune abréviation, sinon très peu, sans quoi il serait impossible de le noter.

    Remarque 2 : Ad Sanctum Petrum est une référence à la liturgie papale festive. Le jour de Noël, la messe papale est dite en effet à la basilique Saint-Pierre de Rome, ce qu’on appelle une station. []

  6. Recueil d’épitres canoniques : Relevé des intitulés, des incipit et explicit : F. 14 :

    • Incipit epistola beati Pauli apostoli ad Romanos. Paulus servus Christi… = commencement de l’épître de saint Paul aux Romains
    1. 137v :
    • … estote vinculorum meorum. Gratia Domini Jhesu Christi vobiscum. Amen. Explicit epistola ad Colos[i]enses.
    • Incipit argumentum in epistola ad Thessalonicenses prima. Thessalonicenses sunt…
    • …per Thymotheum diaconum. Explicit argumentum.
    • Incipit epistola ad Thessalonicenses prima. (F. 138) Paulus et Silvanus…

    Conclusion : les épîtres sont copiées en entier, dans l’ordre du texte et avec leurs prologues. Il ne s’agit donc pas d’un épistolier, mais d’un recueil d’épîtres canoniques. Ce n’est pas un manuscrit liturgique. []

  7. Épistolier : Relevé des intitulés, des incipit et explicit :

    F. 1 :

    • Ad Romanos. Fratres, scientes quia hora est…
    • Lectio epistole beati Jacobi apostoli. Karissimi, patientes estote…

    F. 71v :

    • In die ad magnam missam. Ad Hebreos. Fratres, multipharie…

    Conclusion : les extraits d’épîtres se succèdent sur une même page, un pour chaque messe. Or, on ne voit pas de péricopes évangéliques entre les épîtres. Il s’agit donc d’un épistolier.

    Remarque : le premier texte du f. 1 correspond à l’épître du premier dimanche de l’Avent. Mais attention, si Fratres, scientes quia (ou Scientes quia) est souvent l’incipit du premier texte d’un épistolier, il peut l’être aussi pour un lectionnaire de la messe, si ce dernier commence au premier dimanche de l’Avent. La seconde épître est destinée au mercredi de la première semaine de l’Avent. []

  8. Lectionnaire de l’office (fragment) [ou éventuellement un bréviaire] : Ce fragment, collé au dos d’une reliure, porte le début de l’évangile de Matthieu (Liber generationis…). Le dialogue qui précède le texte évangélique (Dominus vobiscum — et cum spiritu tuo. — Initium sancti evangelii secundum Matheum — Gloria tibi, Domine) montre qu’il s’agit d’une lecture liturgique. Mais elle ne vient pas pour autant d’un livre de lecture de la messe (évangéliaire ou lectionnaire de la messe). Il suffit pour cela de déchiffrer la rubrique : In matutinis Domini post IX lectiones incipit diaconus (pendant les matines [de la nativité] du Seigneur, après les neuf lectures, le diacre commence à dire). Les neuf lectures évoquées par la rubrique sont celles lues pendant un office de matines de neuf leçons (en l’occurence, celles de Noël). Il s’agit donc d’un manuscrit liturgique certes, mais pour l’office et comportant des lectures : soit un lectionnaire de l’office, soit un bréviaire. []
  9. Missel : Relevé des rubriques et des pièces liturgiques :

    • Dominica prima in adventu Domini = annonce du propre du premier dimanche de l’Avent
    • L’introït, comme souvent, ne fait pas l’objet d’une rubrique.
    • Oratio = Collecte
    • Ad Romanos = Épître
    • Le répons graduel n’est pas signalé ici par une rubrique, sinon par celle de son verset : V[ersus].
    • L’Alleluia est reconnaissable au premier mot du chant.
    • Initium sancti euvangelii. Secundum Marcum = Évangile

    Conclusion : les rubriques permettent de reconnaître la présence d’oraisons (collecte) et de lectures (épître et évangile). Les pièces de chant intercalées entre elles sont faciles à restituer : introït au début, graduel et alleluia entre l’épître et l’évangile. Ce manuscrit comporte donc, dans le propre d’une même messe, des oraisons, des chants et des lectures. Il s’agit donc d’un missel.

    Remarque 1  : quand un doute subsiste sur la nature des pièces liturgiques, consulter dans un missel imprimé avant 1969 pour confirmer leur identification.

    Remarque 2  : ce manuscrit n’a pas été relevé par le chanoine Leroquais dans son catalogue des Sacramentaires et missels conservés dans les bibliothèques publiques de France. []

  10. Collectaire : Relevé des rubriques :

    • Ad process[ionem] = antienne de procession
    • Orat[io] = oraison de la procession
    • V[ersus] = verset
    • Collect[a] = collecte [de tierce]
    • V[ersus] = verset
    • C[o]ll[ecta] = collecte [de sexte]
    • V[ersus] = verset
    • Coll[ecta] = collecte [de none]
    • V[ersus] = verset
    • Cap[itulum] ad vesper[as] = capitule de vêpres
    • Collect[a] = collecte de vêpres
    • F[e]r[ia] secunda = annonce le propre d’un lundi
    • Cap[itulum] ad tertiam = capitule de tierce

    Conclusion : La collecte est une oraison qu’on rencontre aussi dans l’office. C’est le cas dans ce manuscrit, où les collectes sont intercalées avec une antienne et une oraison pour une procession, des versets et des capitules. On sait qu’il ne s’agit pas d’un manuscrit de la messe, car les collectes ne sont accompagnées d’aucune autre oraison du propre des messes (secrète et postcommunion). Le terme de vêpres (vesperas) confirme qu’il s’agit bien d’un livre de l’office : le collectaire. []

  11. Évangéliaire : Il ne faut pas se laisser démonter par le contenu du premier feuillet qui donne les différents tons pour lire l’évangile (le début, les fins de phrases, de versets, de phrases interrogatives et la fin du texte) :

    • Modus legendi euvangelium in hiis que infra ponuntur et in similibus. Et primo principia // Mediationes // Fines versuum // Interrogationes // Fines evangeliorum

    Le f. 9 rassemble une succession de péricopes évangéliques, avec leur destination liturgique :

    • Dominica prima in adventu Domini. Secundum Matheum.
    • Dominica secunda. [Secundum] Lucam.

    Conclusion : les péricopes évangéliques se succèdent pour chaque dimanche. En l’absence d’épîtres, on sait que l’on a affaire à un évangéliaire. []

  12. Lectionnaire de l’office : Relevé des rubriques :

    • Feria quarta. Lectio sancti evangelii secundum Matheum.
    • Omilia. Lectio ejusdem.
    • Lectio secunda.
    • Lectio tertia.

    Il ne faut pas se laisser abuser par la présence d’un passage tiré de l’évangile. Cet extrait est immédiatement suivi d’au moins trois lectures tirées d’une homélie (d’un père de l’Église, auteur également de l’homélie précédente : lectio ejusdem). Le propre d’une même journée (un mercredi = feria quarta) comprend un groupe d’au moins trois lectures : il ne peut donc s’agir d’un manuscrit de lecture de la messe, qui donnerait une épître et un évangile, mais d’un manuscrit de lecture de l’office. S’il n’y avait que les lectures patristiques de l’office dans ce manuscrit, il s’agirait d’un homiliaire. Mais dans le présent livre est transcrit l’ensemble des lectures de l’office, de quelque nature soient-elles (y compris bibliques et hagiographiques). C’est donc un lectionnaire de l’office. []


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *