Présentation de la BAMAT (Bibliographie annuelle du Moyen Âge tardif)

Pascale BERMON (Communication du 2 mars 2006)

La BAMAT a été entreprise à la section latine de l’IRHT en 1990-1991, sur l’initiative de M. Jean Longère, alors responsable de la section latine, avec l’appui de la direction de l’IRHT de l’époque : M. Louis Holtz, directeur et Mme Geneviève Contamine, sous-directrice.

La mise en œuvre

L’intention était assez claire : les fichiers bibliographiques de la section latine, en particulier le fichier auteurs et textes latins dit fichier « Pellegrin », étaient abandonnés depuis le début des années 1980, c’est-à-dire depuis la fondation du Medioevo Latino [MEL] à Florence sous la direction de Claudio Leonardi (tome I, 1980). L’IRHT souhaitait réactiver les dépouillements du fichier Pellegrin sous la forme d’une publication plus largement diffusée et sans doubler le travail effectué par l’équipe du Medioevo Latino, dont faisait et fait toujours partie l’IRHT.

Le MEL arrêtait ses dépouillements jusque vers 1300. Son sous-titre jusqu’au tome XII, 1991 est en effet : Medioevo latino. Bollettino bibliografico della cultura europea dal secolo VI al XIII. La décision a donc été prise à l’IRHT, en contact avec l’équipe de Florence, d’effectuer à Paris les dépouillements bibliographiques pour la période dite du Moyen Âge tardif, soit environ de 1270 à 1520, à savoir la période comprise approximativement entre la mort de saint Bonaventure et de saint Thomas d’Aquin en 1274 et la génération de Luther et d’Érasme († 1536). Cette décision coïncidait d’ailleurs avec un renouvellement et un développement assez considérable des études portant sur cette période.

La BAMAT est donc dès l’origine la réactivation, sous forme de publication papier, du fichier bibliographique des auteurs et textes latins (dit fichier « Pellegrin ») pour la période non couverte par le MEL, à savoir le Moyen Âge tardif. À ce stade initial, si la BAMAT s’articule au MEL dans le souci de ne pas le doubler inutilement pour ce qui est de la période couverte, elle n’en adopte pas les normes de présentation ni les objectifs, qui suivent plutôt la méthodologie appliquée à la section latine de l’IRHT, dans une présentation remaniée en vue de la publication.

L’éditeur Brepols a été le partenaire de l’IRHT dès le début de l’entreprise et l’est encore aujourd’hui. Le contrat signé en 1990 stipule que Brepols, tout en assurant l’impression et la diffusion du volume papier, jouit en outre d’« une première option pour les projets visant à l’exploitation électronique ».

L’équipe de rédaction

La mise en œuvre du projet a été confiée en 1991 à Jean-Pierre Rothschild, alors Ingénieur de recherche, unique rédacteur des tomes I à IV1 .

À partir du tome V, 1995, se constitue une équipe de « collaborateurs » — vacataires et chargés de recherche documentaire — dont le noyau est resté stable jusqu’à aujourd’hui : Pascale Bermon et Patrice Sicard font leur apparition sur la page de titre en 1995, Christine Georgelin en 1996. On note en outre la participation plus éphémère d’Hélène Poitevin en 1997, de Frédéric Duval comme corédacteur en 1998, d’Ariane Bergeron en 1999 et 2000, de Julie Brumberg-Chaumont en 2000. P. Bermon a été recrutée à la fin de l’année 2000 pour prendre la succession du rédacteur, Jean-Pierre Rothschild, qui a souhaité demeurer corédacteur : c’est la formule des cinq dernières années (tomes XI à XV), pendant lesquelles Armelle Raucourt est venue se joindre à l’équipe d’auxiliaires. On notera que depuis le tome VII, 1997, l’équipe de rédaction se compose invariablement de cinq personnes.

Christine Melin a effectué la mise en pages et l’indexation de tous les volumes depuis le tome I.

La présentation des données

Les rédacteurs utilisent le logiciel Word. À part quelques repères typographiques, il n’y a donc aucune structuration des données qui soit repérable automatiquement. Les index sont réalisés manuellement. Mme Melin livre à Brepols un exemplaire camera ready du tome à paraître sous format pdf.

À l’heure actuelle, les tomes I à XV forment une base de données non structurées qui comprend :

  • 65000 <64933> entrées relatives à plus de 5000 auteurs ;
  • 210 catalogues de manuscrits ont été entièrement dépouillés ;
  • une cinquantaine de revues est analysée complètement chaque année.

La conception intellectuelle

Types de documents recensés

Les documents recensés sont de plusieurs types : articles de périodiques ; monographies ; ouvrages collectifs (actes, mélanges) ; recueils ; manuels ; ouvrages de synthèse ; comptes rendus; instruments de travail (bibliographies, dictionnaires, banques de données informatisées, etc.). Parmi les instruments de travail recensés, une place de choix est faite aux catalogues de manuscrits.

Présentation des notices

Du point de vue pratique, le chercheur se voit ainsi offrir, sous une même entrée « Auteur latin – Titre latin », des informations tirées d’articles, d’ouvrages et d’éditions d’une part, de catalogues de manuscrits d’autre part. Une telle offre bibliographique n’est pas commune et elle est très appréciée.

Un exemple : la bibliothèque de Salamanque a catalogué une partie de son fonds en 2002 et a aussitôt envoyé son catalogue à la rédaction de la BAMAT, qui l’a dépouillé. Ce catalogage a permis d’exhumer, entre autres, un manuscrit du commentaire des Sentences de Grégoire de Rimini inconnu de l’équipe de Tübingen qui a préparé dans les années 1980 l’édition critique de ce commentaire. Le chercheur intéressé par Grégoire de Rimini a statistiquement fort peu de chance d’ouvrir le catalogue de manuscrits de la bibliothèque de Salamanque et d’y apercevoir ce nouveau manuscrit. S’il ouvre la BAMAT à « Gregorius Ariminensis », il trouve aussitôt l’information.

La relation de la BAMAT avec d’autres bibliographies comparables

En 1991, à l’époque de sa fondation, la BAMAT était la seule bibliographie à couvrir le Moyen Âge tardif. Depuis son tome XVI, 1995, le Medioevo latino publié à Florence sous la direction de M. Claudio Leonardi, a étendu sa limite supérieure jusqu’à Érasme, la faisant coïncider avec celle de la BAMAT. L’année d’après, en 1996, le MEL a en outre ajouté à sa table des matières une sixième partie intitulée « Manuscrits tirés de catalogues ».

Medioevo latino BAMAT, I, 1991-XV, 2005
Titre *Volumes I à XII : Medioevo latino. Bollettino bibliografico della cultura europea dal secolo VI al XIII
*Volumes XIII, 1992 à XV, 1994 : Medioevo latino. Bollettino bibliografico della cultura europea dal secolo VI al XIV [jusqu’à ca 1350]
*Depuis le volume XVI, 1995 : Medioevo latino. Bollettino bibliografico della cultura europea da Boezio a Erasmo (secoli VI-XV) [jusqu’à ca 1500]
Bibliographie annuelle du Moyen Âge Tardif. Auteurs et textes latins [ca 1270-ca 1520]
Catalogues de mss <tomes XVII, 1996-XXVI, 2005>
40 dont 9 hors critères BAMAT = 31 dont 9 non dépouillés par la BAMAT (il s’agit de catalogues de mss, la plupart du temps datés, des bibliothèques italiennes, publiés par la Sismel)
210, dont 22 dépouillés aussi par le MEL
Incipits Non Oui
Titres latins Dans « Autori e Testi » une subdivision par titres latins est introduite depuis le t. XI, 2002. Elle est utilisée dans la section « Catalogues de manuscrits ». Oui
Revues
[comparaison MEL XXV, 2004 et BAMAT 14, 2004]
Plus de 400 titres 50 titres, dont 14 non recensés par le MEL cette année-là [Bochumer Philosophisches Jahrbuch ; Cahiers de Fanjeaux ; Dominican History Newsletter ; ENC Position des thèses ; Heresis ; Itineraria ; Medieval Philosophy and Theology ; Medieval Sermon Studies ; Micrologus ; Ons geestelijk erf ; Picenum Seraphicum ; Przeglad Tomistyczny ; Revue d’histoire des sciences ; Zeitschrift für philosophische Forschung]
Pour les 36 titres aussi recensés par le MEL, 2004 la BAMAT, 2004 recense toujours des livraisons plus récentes.
Dépouillement d’une revue par l’autre Oui : BAMAT, 1-4 et 6-12 figurent dans la liste des revues dépouillées depuis le t. XIV, 1993. Non
CD-Rom Section « Autori e Testi » des tomes I, 1980-X, 1989 et du tome XVII, 1996. Commercialisé en 1998. Comprend 26 000 entrées bibliographiques relatives à 4 500 auteurs et textes médiévaux
Internet Entre 1997 et 2000, activation de la mise en ligne de la partie « Autori e Testi » du dernier volume publié.
Mise à disposition de la totalité de la base annoncée pour le t. XXVII, 2006 ou, plus sûrement pour le t. XXVIII, 2007.
À l’étude
Statistiques La base de données des tomes I-XIX comprend environ 180 000 enregistrements. En 1999, annonce de la récupération d’une bibliographie rétrospective pour les années 1919-1978. 65 000 [64 933] entrées relatives à plus de 5 000 auteurs

Une étude comparative précise entre les deux bibliographies montre cependant que leur originalité respective a pu être préservée. L’originalité du MEL consiste principalement dans la grande amplitude de la période couverte et la prétention à l’exhaustivité des signalements bibliographiques.

La BAMAT, quant à elle, se distingue notamment par son intérêt pour le manuscrit. Il faut en particulier souligner :

  • le dépouillement systématique et étendu des catalogues de manuscrits les plus récents (dans les dernières années, le MEL ne retient plus que deux ou trois catalogues de bibliothèques italiennes) ;
  • le relevé des incipits et des explicits des textes (absent du MEL). L’index des incipits de la BAMAT alimente chaque année la base de données In Principio réalisée à l’IRHT et diffusée en ligne par les éditions Brepols ;
  • le relevé des cotes de manuscrits et des incipits cités dans les éditions de textes, les ouvrages et les articles recensés.

La BAMAT se distingue aussi :

  • par sa rapidité : le délai entre la parution des travaux et leur recension se situe entre 18 et 6 mois ;
  • par la prise en compte des œuvres médiévales écrites en langues vulgaires lorsqu’elles sont l’œuvre d’un auteur ayant aussi écrit en latin ;
  • par le signalement des textes relatifs aux débuts de la Réforme (sans chercher à concurrencer les bibliographies spécialisées dans le domaine) ;
  • par la qualité de l’information concernant les publications françaises et par un effort particulier en direction des publications d’Europe de l’Est et du Nord ;
  • par l’attention portée, dans les notices, aux questions doctrinales soulevées par les textes médiévaux (philosophie, théologie, médecine, droit, ecclésiologie, théorie politique, etc.).

Une comparaison précise des tomes XII, 2002-XIV, 2004 de la BAMAT avec les livraisons contemporaines du MEL (Autori e testi, XI, 2002-XXV, 2004), pour l’entrée « Galterius Burlaeus », donne les résultats suivants :

  • 80 % (12) des 15 titres de publications signalés dans les tomes XII à XIV de la BAMAT ne le sont pas dans les tomes XXIII-XXV du MEL (ni les tomes antérieurs). Ils sont surtout tirés d’ouvrages collectifs et de livraisons récentes de revues (Cahiers de l’Institut du Moyen Âge grec et latin, Franciscan Studies). Ils ont des chances de figurer dans les livraisons postérieures du MEL, surtout si l’on se souvient que la BAMAT fait partie des revues dépouillées par le MEL.
  • 30 % (11) des 34 titres de publications signalés dans les tomes XXIII à XXV du MEL ne le sont pas dans les tomes XII à XIV de la BAMAT (ni les tomes antérieurs). Ils sont notamment tirés de revues (Early Science and Medicine, Acta Philosophica, Medioevo, Estudios Franciscanos).

Le projet de mise en ligne

Le projet de mise en ligne est actuellement à l’étude.

La formule qui a été adoptée dès le départ par M. Jacques Dalarun en concertation avec le service informatique de l’IRHT d’une part et M. Lebbe représentant les éditions Brepols d’autre part est que l’éditeur, qui jouit d’une première option pour l’exploitation électronique des données, se charge entièrement de la mise au point informatique du projet : réalisation de la base, mise au point du programme de saisie, indexation, conversion des données en vue de l’édition du volume papier — toujours souhaité par l’éditeur —, hébergement des données, diffusion de la base en ligne.

Le projet concerne la récupération des volumes papier déjà parus ainsi que la saisie et la publication du volume en cours. On s’achemine vers une saisie directe en ligne sur une base de données hébergée physiquement sur un serveur de Brepols. Aucune convention n’a encore été signée à ce jour.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/bamat.htm).

  1. Rédaction BAMAT : Tomes I-IV = JPR ; Tome V = JPR + PB et PS ; Tome VI = JPR + PB, PS et CG ; Tome VII = en plus : H. Poitevin ; Tome VIII : coordination et rédaction = JPR ; co-rédaction F. Duval ; coll. : PB, CG, PS ; Tome IX : JPR ; coll. : Ariane Bergeron, PB, CG, PS ; Tome X : JPR ; coll. A. Bergeron ; Julie Brumberg-Chaumont ; CG, PS ; Tome XI : coordination et rédaction = JPR ; co-rédaction PB ; coll. CG, PS ; Tomes XII-XV : coord. + réd. : PB ; coréd. : JPR ; coll. C. G., AR, PS. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.