Le calendrier

Jean-Baptiste LEBIGUE

Le calendrier des manuscrits liturgiques ne sert pas seulement à noter les fêtes des saints. Il contient des éléments de comput relatifs au temporal et des indications sur la célébration du culte.

Contenu des calendriers liturgiques

Il est fréquent de relever un calendrier en tête des manuscrits liturgiques. Sa fonction ne se limite pas, comme on pourrait le croire, à donner la date des fêtes fixes : il contient des éléments relatifs à l’incidence des dimanches et des fêtes mobiles, des indications sur les offices, les messes, voire les textes liturgiques à employer. Malgré sa forme succincte, c’est un instrument indispensable à l’organisation du culte, demandant pour sa rédaction l’intervention d’un spécialiste de la liturgie (par exemple le chantre ou l’armarius). Aussi n’est-il pas toujours écrit par la même main que le reste du manuscrit.

Les fêtes fixes

Le calendrier détaille l’ensemble des fêtes à incidences fixes, qu’elles appartiennent au sanctoral ou au temporal (cycle de Noël). Pour autant, il n’est pas redondant avec ces derniers : non seulement il facilite l’usage du sanctoral où la date des fêtes est rarement mentionnée dans les rubriques, mais il est plus complet que lui, toutes les fêtes de saints n’étant pas pourvues d’un propre. Qui plus est, certains propres sont susceptibles de servir à plusieurs fêtes d’un même saint. Seul le calendrier permet d’avoir une vision complète du culte des saints sur l’année.

La date romaine

Pendant tout le Moyen Âge, le décompte des jours suit la manière romaine, en rétrogradant à partir des nones et des ides (5 et 13 du mois, sauf en mars, mai, juillet et octobre où les nones tombent le 7 et les ides le 15), et des calendes du mois suivant (1er du mois). Les années bissextiles, on double le sixième jour des calendes de mars (24 février, dit locus bissexti).

Les données astronomiques et astrologiques

Les calendriers liturgiques ont hérité de l’Antiquité des précisions astronomiques et astrologiques, en particulier :

  • Le nombre de jours solaires et lunaires de chaque mois. Par exemple, pour le mois de mars : Martius habet dies xxxi, luna xxx.
  • Le nombre d’heures du jour et de la nuit. Par exemple, pour le mois de mars : Nox habet horas xii, dies xii.
  • L’entrée du soleil dans les signes du zodiaque.
  • Les jours égyptiaques, réputés néfastes pour la santé, signalés par des vers mentionnant les actions à éviter.
  • Le début des saisons, les équinoxes et les solstices.

Les variables du temps liturgique

Dès le XIe siècle, les calendriers sont munis de la lettre dominicale : une séquence de sept lettres, de A à G, est répétée sans interruption à partir du premier janvier jusqu’à la fin de l’année, une lettre correspondant à chaque jour. Ainsi, lorsque le 1er janvier tombe un dimanche, la lettre dominicale de l’année est A, et tous les A du calendrier correspondront à un dimanche. Tombe-t-il un samedi, la lettre dominicale sera B, etc. À l’exception toutefois des années bissextiles : une année bissextile dont le 1er janvier tombe un mercredi (lettre dominicale E), aura D pour lettre dominicale après le 24 février, à cause du décalage d’une journée consécutif au doublement du sixième jour des calendes de mars.

La colonne des lettres dominicales est accompagnée d’une autre, présentant une série discontinue de chiffres dont le plus grand est 19 et dont la séquence se répète toutes les vingt-neuf ou trente lignes1. Il s’agit du nombre d’or, qui permet de déterminer l’âge de la lune à une date donnée. Celles-ci sont utilisées pour « dire la lune » à prime, autrement dit pour déterminer quotidiennement l’âge de la lune, quelle que soit l’année où l’on se trouve dans le cycle de dix-neuf ans2. Pour une année ou le nombre d’or est 1, toutes les lignes du calendrier où le nombre d’or est 1 correspondent à la nouvelle lune. L’année suivante, le nombre d’or sera 2, et tous les jours notés 2 dans le calendrier seront ceux de la nouvelle lune, et ainsi de suite3.

La lettre dominicale et le nombre d’or suffisent à calculer la date de Pâques et, par conséquent, celles des fêtes mobiles du temporal. Prenons par exemple une année dont le nombre d’or est 5 et la lettre dominicale B : sachant que Pâques tombe le dimanche suivant la première pleine lune après l’équinoxe de printemps (21 mars), il faut rechercher la première incidence du nombre d’or de l’année (nouvelle lune) après le 7 mars. Le nombre d’or 5 tombe le 9 mars, donc la première pleine lune de printemps le 23 mars. La première incidence de la lettre dominicale B à partir de cette date est le 27 mars, où sera célébré Pâques cette année-là.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 102, f. 4. Bréviaire de l’abbaye Saint-Sépulcre de Cambrai, Nord de la France, vers 1290.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 102, f. 4. Bréviaire de l’abbaye Saint-Sépulcre de Cambrai, Nord de la France, vers 1290.

  • En face de ces lettres KL (calendes : premier jour du mois), est mentionné sur la première ligne le mois, son nombre de jours solaires et lunaires : Martius habet dies xxxi, luna xxx.
  • En bleu sur la ligne suivante se trouve un vers égyptiaque : Primus madentem disrupit, quarta bibentem. Les jours néfastes du mois (le premier mars et le quatrième jour avant le dernier du mois) sont signalés par la lettre D (Dies eger) à droite de la page.
  • Puis est donné le nombre d’heures du jour et de la nuit pendant le mois : Nox habet horas xii, dies xii.
  • La colonne de gauche, présentant des chiffres discontinus écrits à l’encre bleue, est celle du nombre d’or. Ces chiffres indiquent l’incidence de la nouvelle lune pour chaque année d’un cycle de dix-neuf ans. Si le nombre de l’année est i, la nouvelle lune de mars tombe le 23. L’année suivante (nombre d’or ii), elle correspond au 12 mars, etc.
  • La colonne suivante fournit la lettre dominicale, de A à G, les A étant ici rehaussés par un décor champi, les autres seulement tracées à l’encre rose.
  • Puis deux colonnes donnent les quantièmes du mois selon la manière romaine : compte à rebours par rapport aux nones et aux ides de mars (7 et 15 du mois), et aux calendes d’avril à partir du 16 mars.
  • Les fêtes de saints sont accompagnées d’indications sur l’importance de leur office (cf. infra) : Perpetue et Felicitatis martyrum, commemoratio (7 mars) ; Vindiciani episcopi et confessoris, commemoratio (11 mars) ; Gregorii pape, xii lectionum in capis (12 mars) ; Gertrudis virginis, commemoratio (17 mars) ; Depositio sancti Benedicti abbatis, xii lectionum, duplex (21 mars) ; Annuntiatio dominica […] xii lectionum, duplex ; Humberti episcopi et confessoris, commemoratio (25 mars).
  • Les dates des 25 et 27 mars attribuées respectivement au vendredi saint (Passio Domini) et à Pâques (Resurrectio Domini) sont conventionnelles et ne permettent pas de déterminer l’année où a été rédigé ce calendrier.
  • Sur la ligne du 18 mars est mentionnée l’entrée du soleil dans le signe du bélier, anniversaire du premier jour de la création : Sol in ariete, prima dies seculi.

Caractérisation du culte

Reste à examiner les précisions sur les offices et les messes des fêtes mentionnées dans le calendrier. Trop souvent négligées, elles peuvent confirmer un usage, voire aider à la datation du manuscrit.

L’importance d’une cérémonie est conditionnée par la manière de dire l’office : selon qu’on répète ou non les antiennes, qu’il contient plus ou moins de lectures propres à matines, etc. C’est pourquoi les fêtes des saints sont accompagnées, dans les calendriers, d’un certain nombre d’indications à caractère purement liturgique.

Le rit de l’office

Le rit est une notion fondamentale pour hiérarchiser les cérémonies. La distinction porte sur la façon de dire les antiennes (en ordre décroissant d’importance) :

  • Quand un office est de rit double (duplex, duplum), les antiennes de vêpres, matines et laudes sont chantées en entier avant et après le psaume, le cantique ou la série de psaumes.
  • Quand il est de rit semi-double (semiduplex, semiduplum), on se contente d’entonner les premiers mots de ces antiennes avant les psaumes qu’elles accompagnent (cela s’appelle « imposer l’antienne »), puis on les chante en entier à la fin.
  • Les antiennes d’un office de rit simple (simplex) ne sont chantées qu’une fois, après le psaume.

Ces trois échelons ont été complétés dans les manuscrits liturgiques médiévaux par des degrés supplémentaires :

  • Le rit « tout double » (totum duplex), supérieur au rit double, qui veut que les antiennes de toutes les heures de l’office soient dites en entier avant et après le psaume.
  • Le rit triple (triplex), supérieur lui aussi au double, dans lequel les antiennes sont dites deux fois avant le psaume, une fois à la fin.

Les qualificatifs de « majeur » ou « mineur » peuvent encore enrichir l’éventail, mais sans incidence sur la manière de chanter l’office. Ainsi on relève une classification des rits entre « double majeur », « double mineur », « semi-double majeur » et « semi-double mineur »4. Pour autant, les divers systèmes en cours au Moyen Âge n’emploient pas simultanément tous ces degrés. Il est rare en effet de voir utiliser ensemble les rits « tout double », triple et double majeur. Certains usages ne font pas mention du rit semi-double, la plupart ne distingue pas entre « double majeur » et « double mineur ». Pour amplifier la hiérarchie des offices, il est fréquent en revanche que le rit soit combiné avec d’autres critères :

  • La solennité : certains offices sont dits annuels (annuale) ou solennels (solemne), ce qui les place au sommet du classement, au-dessus d’un double, d’un « tout double » ou d’un triple. Le terme annuel ou solennel indique qu’ils doivent être dits chaque année au jour marqué.
  • Le nombre de lectures à matines (cf. infra) : plus il est élevé (neuf ou douze lectures, selon qu’on suit le cursus romain ou bénédictin), plus important est l’office5.
  • La prolongation de la fête par une octave et sa préparation par une vigile (cf. infra).
  • La fériation de certaines fêtes, qui exige de ne pas s’adonner ce jour-là à des tâches serviles. Elle est parfois indiquée dans les calendriers par la mention « sine labore ».

À quoi peuvent encore s’ajouter d’autres critères moins fréquents :

  • La mention « fit » ou « fiat » accompagne en général les fêtes de rit simple dont l’office, bien que pris au commun pour tout ou partie, sera celui du jour.
  • Le terme memoria ou commemoratio peut traduire deux situations différentes dans un même calendrier. La première est celle de deux offices du sanctoral tombant le même jour (occurrence perpétuelle) : l’office jugé inférieur est alors réduit à une mémoire6. La seconde est celle d’une fête que ne vient empêcher aucun autre office fixé à la même date, mais dont le propre est réduit à l’équivalent d’une mémoire. L’office du saint, complété au commun, ne sera récité intégralement que s’il ne rencontre pas un temps privilégié (cf. Préséances entre les offices). Un office qualifié de « memoria » est par conséquent d’un rang inférieur à un « fit » ou à une fête dite de trois lectures.
  • La présence et le nombre de chapiers à l’office, voire le type de chapes à revêtir, d’où les indications « in cappis », « in parvis capis », « in magnis capis », « in tribus capis », « in sex capis », etc.
  • La prescription du blanc pour les ornements liturgiques, signalée par la mention « in albis ».
  • L’emploi de certains chants ou pratiques liturgiques réservées aux grandes occasions (cierges à l’office en nombre variable, antienne chantée pour les solennités, procession ou messe avec l’évêque, etc.).
  • Le nombre de messes conventuelles prévues pour une fête.

Le nombre de lectures à l’office

Contrairement à l’usage de l’époque moderne, le rit d’un office n’est pas en rapport direct avec le nombre de lectures à matines. Certes, les offices doubles et semi-doubles comptent forcément trois nocturnes, soit neuf leçons pour le cursus romain, douze pour le bénédictin (cf. Office des heures). Mais les matines d’un simple vont de trois leçons (un seul nocturne) à neuf ou douze (trois nocturnes, selon le cursus). Il existe donc, phénomène inconnu après la réforme du XVIe siècle, des offices de rit simple à neuf ou douze lectures : c’est eux qu’on voit caractérisés dans les calendriers par la mention « ix lectionum » ou « xii lectionum » sans précision du rit.

C’est encore le nombre de lectures qui détermine la structure de l’office. Qu’en soient prévues neuf ou douze induit qu’il suit le modèle dominical : trois nocturnes à matines, premières et secondes vêpres. Au contraire, s’il n’en compte que trois, il est réduit à la structure de l’office d’une férie, avec un seul nocturne et une seule heure de vêpres chantées la veille au soir (cf. Office des heures).

Vigiles et octaves

On a vu que les fêtes les plus importantes du temporal (Pâques, Pentecôte, Épiphanie et Noël) étaient dotées d’une octave et d’une vigile (cf. Le temporal). L’octave est une prolongation de la fête jusqu’au huitième jour, en incluant celui-ci dans le décompte. Quant au jour octave de Noël, il correspond à la fête de la Circoncision au 1er janvier7 ; la vigile, un office préparatoire commençant à matines de la veille. Il est en effet dépourvu de vêpres puisqu’il commence à matines et finit à none, après quoi arrivent les premières vêpres de la fête (une fête dotée d’une vigile est au moins de rit double). Du reste, il faut se défier de l’expression « in vigilia » dans les manuscrits de l’office, qui peut désigner non pas le début d’une vigile, mais celui des premières vêpres de la fête, chantées en effet la veille au soir. Pour s’assurer qu’on a bien affaire à l’office d’une vigile, il faut vérifier que les premières pièces suivant la rubrique sont celles destinées à l’heure de matines8. Comme n’importe quel autre office, ceux des jours de l’octave et des vigiles sont caractérisés par leur rit et un nombre de leçons à matines9.

Selon le degré de solennité donné à la fête, les différents jours qui composent une octave sont ou non pourvus d’un propre. En premier lieu, on en pourvoit le jour octave (huitième et dernier jour). Si l’octave est plus solennelle encore, en sont aussi munis, en ordre décroissant d’importance, le dimanche sous l’octave et les autres jours qui la composent. Le rit des offices des jours de l’octave est décliné suivant la même gradation10. De là vient que les calendriers n’indiquent que le jour octave de certaines fêtes fixes, alors que pour d’autres ils répètent la mention de l’octave pour chacun des sept jours suivants11.

  • Paris, Bibl. Mazarine, ms. 341, f. 152v-153. Bréviaire de Paris, Paris, 1391

mazarine341

Les mois d’octobre et de novembre de ce calendrier permettent de reconstituer une échelle relative des offices en usage à Paris à la fin du XIVe siècle. Au sommet, ceux de rit double, augmentés d’une vigile et d’une octave, comme la fête de saints Denis, Rustique et Eleuthère martyrs (9 oct.), avec sa messe propre pour la vigile (8 oct. : Missa de vigilia) et son jour octave de rit double (16 nov.). Celles de saint Martin (11 nov.), bien que de rit double elle aussi, est d’un degré moins solennelle, puisqu’elle n’a pas de vigile et que l’office de son jour octave (18 nov.) est simple à neuf lectures.

Viennent ensuite les offices doubles sans vigile ni octave comme la Saint-Luc (18 oct.), ceux de rit semi-double comme la Saint-Mellon (22 oct.), puis les simples à neuf lectures comme la Sainte-Aure (5 oct.). Cette dernière était fêtée à l’origine le 4 octobre, mais l’addition le même jour du dies natalis de saint François au XIIIe siècle a obligé à en reporter l’office au lendemain. La translation définitive de l’incidence d’un office à une autre date, qu’il s’agisse d’une fête ou d’un jour octave, s’appelle une reposition. Ce procédé, largement utilisé au Moyen Âge, est précieux pour l’identification de l’usage d’un calendrier : une date insolite pour une fête de saint, fût-elle universelle, peut être propre à un diocèse, une collégiale, une abbaye ou un ordre.

Au bas de la hiérarchie se trouvent les simples à trois lectures comme la Saint-Séverin (23 oct.) et, en dernier lieu, les « mémoires ». La réduction d’une fête à l’état de mémoire peut s’expliquer par la présence d’un office plus important marqué le même jour (occurrence perpétuelle) : par exemple, l’office de saint Rémi, simple à neuf lectures, le 1er octobre empêche que saints Germain, Vaast et Bavon soient célébrés autrement que par une mémoire. Mais certaines fêtes sont placées à ce degré inférieur sans occurrence d’aucun autre office (par exemple, la Sainte-Foi au 6 oct.) : c’est que le propre de la fête se limite à l’antienne du cantique évangélique, au verset et à la collecte. L’office du saint, qu’on complétera au commun, ne sera alors récité en entier que s’il tombe pendant une férie du temps ordinaire ; s’il vient entre la Septuagésime et le mercredi des cendres, les lectures de matines seront celles du temps ; sinon, on l’omettra ou on en fera seulement mémoire.

L’emploi d’encres de couleur n’est pas indifférent. Ici, le bleu signale surtout les offices doubles et leurs octaves ; le rouge, ceux de moindre importance (semi-doubles et simples), mais encore munis de neuf lectures ; le brun, les simples à trois lectures et ceux dont l’office est réduit à une mémoire. L’affectation des couleurs n’est pas parfaitement cohérente : par exemple, certains offices semi-doubles ou simples à neuf lectures sont notés en bleu (la Saint-Clément au 23 nov. et la Sainte-Catherine au 25 nov.). S’il est bienvenu de relever ces jeux d’encres, il ne faut leur donner une valeur exagérée dans l’analyse d’un calendrier. Ils peuvent être influencés par des considérations esthétiques ou trahir une dévotion particulière en contradiction avec des critères d’appréciation purement liturgiques.

  • Angers, Bibl. mun., ms. 94, f. Vv-VI. Missel de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers, Angers ? 1re moitié du XVe

angers94

Les moines de Saint-Aubin d’Angers suivent le cursus bénédictin de l’office, d’où le nombre de douze leçons prévu pour les fêtes majeures (sauf pour l’office des morts de la commémoraison des défunts au 2 nov., traditionnellement calqué sur le cursus romain). On ne relève aucune mention de rit. L’échelle d’appréciation est fondée sur le nombre de lectures à matines. Les offices qui en comptent douze se divisent, par ordre croissant d’importance, entre xii lectionum, xii lectionum in albis et xii lectionum in capis (classification typique d’un monastère bénédictin). Le sommet de la hiérarchie est occupé par ceux pourvus d’une vigile (27 oct. et 29 nov.) et d’une octave (17 et 30 oct., 8 et 18 nov.). On remarquera que les offices des jours octaves sont inférieurs (18 nov.) ou égaux (17 et 30 oct., 8 nov.) à ceux des fêtes qui les commandent.

Ne sont prévues de mémoires que pour les offices occurrents avec un autre jugé supérieur (1er, 9 et 24 oct., et 8 nov.). Le jour octave de la Translation de saint Aubin (25 nov.) a été reposé au sixième jour (30 nov.) pour ne pas entrer en occurrence avec la Toussaint (1er nov.).

  • Cambrai, Bibl. mun., ms. 146, f. 1v. Missel de Cambrai, Nord de la France, 1re moitié du XIIIe

cambrai146

Au XVe siècle, les calendriers liturgiques de Cambrai montrent souvent ces croix et « demi-croix » pattées symbolisant respectivement le rit double et semi-double des offices correspondants. Les fêtes simples ne se signalent que par le nombre de lectures (trois ou neuf). On remarquera la pratique du partage des matines dans certains cas d’occurrence entre deux fêtes : au lieu de faire simplement mémoire de l’office jugé inférieur (comme au 1er fév.), six leçons sont du premier office, et les trois du dernier nocturne viennent du second office (3 et 6 fév.).

L’ajout de saints canonisés au fil du temps, la reposition d’une fête, le changement de rit ou du nombre de lectures d’un office sont autant d’indices permettant de dater le calendrier et, quand le volume est d’une seule main, la totalité du manuscrit. De même, la manière de noter la hiérarchie entre les offices peut corroborer la caractérisation d’un usage liturgique par le seul relevé des fêtes de saints. On verra sur la prochaine page de quoi retourne la nécessité de classer ainsi les offices, illustrant la place capitale que tiennent les calendriers dans l’organisation générale du culte.

 

 

  1. Le cycle lunaire correspond à peu près à vingt-neuf jours et demi. Les lunaisons de trente jours sont dites pleines, celles de vingt-neuf jours, caves. Le nombre d’or est une convention adoptée par les computistes, bien qu’elle ne corresponde pas exactement avec l’observation astronomique. []
  2. La lettre du martyrologe dérive directement du nombre d’or. Seule la notation change, puisque l’incidence de la nouvelle lune et le décompte des années emploient, au lieu de chiffres, dix-neuf lettres, de A à T (cf. Prime et processions). Celles-ci sont utilisées pour « dire la lune » à prime, autrement dit pour déterminer quotidiennement l’âge de la lune, quelle que soit l’année où l’on se trouve dans le cycle de dix-neuf ans. []
  3. Pour trouver le nombre d’or d’une année donnée, il suffit d’ajouter 1 au millésime et de diviser le total par 19 : le reste est le nombre d’or de l’année. Ce cycle est fondé sur la coïncidence des années solaires et lunaires au bout de dix-neuf ans (6939 jours). []
  4. Cette échelle à quatre niveaux, à laquelle il faut ajouter le rit simple et l’office solennel, se répand à la fin du XIIIe siècle : c’est elle qui a été utilisée à l’époque moderne. Mais ce n’est qu’au XIXe siècle qu’a été mis au point le fractionnement du rit double entre double 1re classe, double 2de classe, double majeur et double mineur (ordre décroissant). []
  5. Deux exceptions de taille dérogent à cette règle : Pâques et la Pentecôte, qui ne comptent qu’un seul nocturne et restent néanmoins au sommet de la hiérarchie des offices. []
  6. Une mémoire est une sorte de résidu de l’office et de la messe, ajoutée à l’office et à la messe du jour. Elle est généralement composée à vêpres et laudes d’une antienne, d’un verset et d’une collecte ; à la messe, elle consiste en l’ajout d’une collecte, d’une secrète et d’une postcommunion supplémentaires au formulaire du jour. Les pièces liturgiques servant aux mémoires des fêtes des saints peuvent être propres ou empruntées au commun. []
  7. Par exception encore, les octaves de Pâques et de la Pentecôte sont calculées à partir de la vigile et finissent donc le septième jour après celui de la fête (cf. Le temporal). Quant au jour octave de Noël, il correspond à la fête de la Circoncision au 1er janvier. []
  8. L’office d’une vigile diffère du modèle dominical comme du férial (cf. L’office des heures). Il est en effet dépourvu de vêpres puisqu’il commence à matines et finit à none, après quoi arrivent les premières vêpres de la fête (une fête dotée d’une vigile est au moins de rit double). Du reste, il faut se défier de l’expression « in vigilia » dans les manuscrits de l’office, qui peut désigner non pas le début d’une vigile, mais celui des premières vêpres de la fête, chantées en effet la veille au soir. Pour s’assurer qu’on a bien affaire à l’office d’une vigile, il faut vérifier que les premières pièces suivant la rubrique sont celles destinées à l’heure de matines. []
  9. Le rit des offices de la vigile et des jours de l’octave ne peut être supérieur à celui de la fête. []
  10. Par exemple, une fête de rit « tout double » pourra avoir son jour octave et le dimanche sous l’octave de rit double, et les autres jours de l’octave, simple à trois lectures. []
  11. Évidemment, le dimanche sous l’octave n’est jamais signalé, puisqu’il ne tombe pas à date fixe. Toutefois, on ne s’étonnera pas de la mention dans certains calendriers du dimanche sous l’octave de Noël au 30 décembre : c’est le seul jour que le sanctoral de Noël laisse la possibilité d’en célébrer l’office, depuis l’institution au 29 décembre du dies natalis de saint Thomas de Cantorbéry (canonisé en 1173). []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 janvier 2017

    […] Le calendrier : Le calendrier des manuscrits liturgiques ne sert pas seulement à noter les fêtes des saints. Il contient des éléments de comput relatifs au temporal et des indications sur la célébration du culte. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *