Les règles de préséances entre les offices

Jean-Baptiste LEBIGUE

Une des difficultés majeures dans la récitation de l’office des heures et la célébration de la messe provient de la superposition du temporal et du sanctoral, c’est-à-dire lorsqu’on dispose pour le même jour de deux ou plusieurs propres. Ces cas sont résolus grâce à l’établissement de préséances entre les divers offices, susceptibles toutefois de nombreuses variantes selon les usages.

Les difficultés issues de la superposition des propres

Le propre du temps et celui des saints ne sont pas induits par les mêmes variables chronologiques (cf. Le temps litugique), si bien qu’on peut disposer de deux propres différents pour le même jour. Le cas d’école en la matière est celui où le dimanche de Pâques tombe un 25 mars, fête de l’Annonciation. La superposition de ces deux propres est généralement résolue ainsi : l’office de l’Annonciation est reporté, non pas au lendemain, mais au lundi 2 avril, après l’octave de Pâques et le dimanche in albis1.

Les difficultés de ce genre se produisent tout au long de l’année, ne serait-ce que pour l’office des dimanches tombant le jour d’une fête de saint. La manière de traiter la superposition de plusieurs propres varie selon l’importance relative des offices. Si les méthodes utilisées à cette fin sont similaires entre des divers usages liturgiques, chacun d’entre eux possède son système d’évaluation des offices (cf. Le calendrier) et peut aboutir à des solutions très différentes pour des situations identiques.

Occurrence et concurrence

D’après la terminologie mise au point à l’époque moderne, on parle d’occurrence lorsque deux offices se rencontrent le même jour. Le mot de concurrence désigne les cas où les secondes vêpres d’un office qui en est pourvu coïncident avec les premières vêpres de l’office du lendemain (cf. L’office des heures). L’occurrence et la concurrence sont perpétuelles ou accidentelles : perpétuelles quand elles ont lieu invariablement chaque année (entre deux fêtes à incidences fixes)2, accidentelles lorsque la rencontre des deux offices est fortuite (entre une fête fixe et un dimanche, une fête mobile ou une férie). Cette distinction a son importance dans les manuscrits liturgiques. Les cas d’occurrence et de concurrence perpétuelle sont traités une fois pour toutes dans le calendrier et par le choix de pièces liturgiques laissées à disposition dans les propres. En revanche, si elles sont accidentelles, leur résolution réclame la prise en compte de toutes les situations susceptibles d’apparaître au fil des années3. Voilà un des principaux services que rendent les ordinaires ou encore les rubriques générales qu’on trouve parfois en tête des bréviaires, collectaires ou missels (cf. Ordines, statuts et coutumes).

Principes de résolution des cas d’occurrence et de concurrence

Quel que soit le cas envisagé, c’est toujours l’office qui commande. Le choix des messes suit des règles particulières (cf. infra), mais dépend en premier lieu du choix de l’office du jour. Quatre méthodes s’offrent pour résoudre les problèmes d’occurrence4 :

  • L’omission de l’office jugé inférieur. Celui-ci n’est pas récité, ni même commémoré. C’est le procédé utilisé par exemple pour les féries ordinaires, dénuées de propre, dès qu’elles rencontrent une fête de saint à trois lectures au moins5.
  • La commémoration de l’office jugé inférieur par une mémoire. Ce dernier est réduit à la récitation quelques pièces liturgiques accolées à l’office du jour. En général, la mémoire est composée à vêpres et à laudes d’une antienne, d’un verset et d’une oraison ajoutées après la collecte du jour6. À la messe, la mémoire consiste à ajouter à la suite de la collecte, de la secrète et de la postcommunion de la messe du jour les oraisons correspondantes tirées du formulaire de la messe empêchée7.
  • La translation de l’office jugé inférieur. Celui-ci est néanmoins jugé suffisamment important pour être récité intégralement un autre jour, avant ou après son incidence8. Il est, le plus souvent, transféré au premier « jour libre », c’est-à-dire où il ne puisse être empêché par la présence d’un autre office de rang égal ou supérieur. C’est ce qui se passe lorsque Pâques tombe le 25 mars et que la fête de l’Annonciation est reportée après l’octave de Pâques et le dimanche in albis, dont les offices sont jugés supérieurs. La translation au premier jour libre ne fait souvent que déplacer le problème. Comme ce procédé n’est appliqué qu’à des offices d’au moins neuf (ou douze) lectures, reporter l’un d’eux au lendemain crée un cas de concurrence : les secondes vêpres de l’office jugé supérieur se heurtent aux premières vêpres de celui transféré.
  • Le partage entre les propres. Cette solution n’a pas été retenue à l’époque moderne pour régler les questions d’occurrence. Au Moyen Âge en revanche, on observe les hybridations les plus variées, en particulier dans l’attribution des leçons et répons de matines (par exemple ceux des deux premiers nocturnes issus d’un propre, et ceux du troisième venant de l’autre) et dans la distribution des messes de la journée.

Des procédés comparables s’appliquent aux cas de concurrence de vêpres :

  • L’omission des vêpres de l’office jugé inférieur.
  • La commémoration des vêpres de l’office jugé inférieur par une mémoire9.
  • Le partage des vêpres. Le procédé le plus courant est de prendre au premier office les antiennes des psaumes, et au second, le reste des vêpres à partir du capitule.

Il est beaucoup plus rare qu’on transfère un office pour cause de concurrence de vêpres. Néanmoins, c’est pour l’éviter qu’on voit parfois pratiquer la translation d’un office concurrent au second jour libre.

Le choix des messes

La pratique moderne a simplifié la situation en faisant correspondre les messes à l’office du jour, quitte à faire mémoire, si nécessaire, de la messe empêchée à celle du jour. Les usages médiévaux ont davantage tendance à distribuer les propres entre les différentes messes de la journée. Les dimanches et les fêtes majeures sont en effet pourvus de deux messes conventuelles (conventualis, generalis), c’est-à-dire réunissant au chœur l’ensemble de la communauté : la messe du matin (ou matutinale : missa matutinalis) et la grand-messe (missa major)10. Pour les féries et les fêtes de moindre importance, seule la grand-messe est conventuelle11.

En cas d’occurrence entre un dimanche et une fête de saint, il arrive que la messe matutinale soit du saint, et la grand-messe du dimanche12. Mais les usages peuvent prescrire d’autres solutions comme la translation d’une des deux messes au lendemain, alors que l’office correspondant est simplement commémoré le jour de son incidence.

Connexion avec le temporal

Le jeu qui permet d’omettre, commémorer, transférer ou partager les offices est fondé sur leur appréciation relative, selon des critères apparaissant dans le calendrier (cf. Le calendrier) : le rit, le nombre de lectures à matines, les octaves et vigiles, etc. Compilant les fêtes fixes, le calendrier ne rend pas compte du degré d’importance des offices des dimanches, féries et fêtes mobiles13. Qui plus est, l’évaluation de ces derniers fait appel à des notions supplémentaires.

La propriété de l’historia

L’histoire (historia) désigne l’ensemble des pièces propres à un office particulier (chants, lectures et oraisons). Le sens est évident pour une fête du sanctoral : les pièces propres sont celles qui illustrent, « historient » en quelque sorte, la vie du saint. À l’opposé, les éléments qu’il faudra chercher au commun des saints n’en font pas partie.

Le terme a également été appliqué aux offices des dimanches et des féries, mais avec moins de bonheur. On inclut en effet dans l’historia les lectures de matines tirées de l’Écriture occurrente (cf. Propres de l’office), qui ne sont pas forcément attachées à un dimanche particulier. Par exemple, les leçons bibliques d’un dimanche ordinaire après l’octave de la Pentecôte ou d’un dimanche du temps pascal (hors dimanche in albis) peuvent être transférées au dimanche ou à une férie ultérieurs. C’est pourquoi les liturgistes médiévaux usent du terme d’histoire appropriée ou propre (historia appropriata ou propria) pour qualifier les offices du temporal dotés d’un propre complet et attribué exclusivement, ce qui interdit toute translation :

  • On estime qu’un dimanche possède une histoire appropriée quand les mêmes lectures bibliques lui sont forcément assignées chaque année (elles sont appropriées à son office) : tous les dimanches de l’Avent, le ou un des dimanches entre l’octave de l’Épiphanie et la Septuagésime, et tous ceux depuis la Septuagésime jusqu’au dimanche in albis inclusivement.
  • L’histoire de certaines féries est appropriée : celles dont les lectures de matines sont une homélie (Quatre-Temps, plusieurs féries de Carême, les lundi, mardi et mercredi de la semaine sainte, Rogations, vigile de l’Ascension) ou qui sont, par exception, dotées de trois nocturnes (jeudi, vendredi et samedi saints).
  • C’est le cas enfin lorsque l’office est festif : les dimanches de Pâques et de la Pentecôte et leurs octaves, l’Ascension, le vendredi après l’Ascension, la Trinité et la Fête-Dieu.

C’est souvent la propriété de l’historia qui permet de régler les cas d’occurrence entre un office du temporal et une fête du sanctoral : tel dimanche l’emportera ou non sur une fête selon que son histoire lui est ou non appropriée. Une férie ordinaire, dénuée d’histoire propre, cédera même devant une fête simple à trois lectures14. En revanche, même si elle tombe le même jour qu’une fête à neuf (ou douze) leçons, une férie munie d’une homélie sera célébrée le jour de son incidence. Une férie pourvue d’un propre partiel, comme cela arrive pendant l’Avent, sera commémorée le jour marqué et son propre éventuellement transféré.

Dimanches, féries et fêtes privilégiés

La propriété de l’histoire des offices est, pour certains d’entre eux, encore renforcée par un statut privilégié. Le privilège, sorte d’immunisation de l’office de certains dimanches, féries et fêtes du temporal, préserve les moments capitaux de l’année liturgique. Une fête célébrée à la place du premier dimanche de Carême ou d’une férie de la semaine sainte ôterait tout son sens au temporal. Il n’existe pas pour le Moyen Âge de liste normative des offices privilégiés. Celle proposée ci-dessous par Guillaume Durand est minimale. On remarquera toutefois qu’il propose d’inclure dans les dimanches privilégiés (ou solennels) ceux dotés d’une histoire propre.

Extrait du Rational des divins offices de Guillaume Durand l’Ancien (lib. VII, cap. I)15 :

Texte

Licet autem quedam dominice omnibus aliis sint superiores, videlicet Pascha et Pentecostes, et hoc propter Resurrectionem et Spiritus Sancti missionem ; tamen et quinque alie principales dicuntur et sollempnes, in quibus officia mutantur, scilicet dominica prima de adventu Domini, dominica in octavis Pasche, dominica in octavis Pentecostes, dominica qua cantatur ‘Letare Jerusalem’ et dominica in Ramis palmarum. Addunt etiam quidam sextam, videlicet qua cantatur ‘Invocavit me’. Quedam etiam alie dominice dicuntur privilegiate, quibus videlicet ystorie sunt appropriate.

Et nota quod sunt quidam dies privilegiati in tempore Quadragesime : videlicet quatuor quarte ferie, scilicet quarta feria in capite jejuniorum et quarta feria tunc sequentis ebdomade, et quarta feria que est post ‘Letare Jerusalem’, et quarta feria ante cenam Domini. Item quatuor sabbata, videlicet sabbatum prioris ebdomade quando ordines celebrantur, et sabbatum quarte, et sabbatum quinte, et sabbatum in vigilia Pasche. Item tres dies dominice, scilicet ‘Invocavit me’, et ‘Letare Jerusalem’, et dominica in Ramis palmarum. Item una quinta feria, scilicet cene Domini. Item una sexta feria, scilicet de Parasceve. Item tota una septimana, scilicet ultima que major dicitur, prout sub dicta dominica in Ramis palmarum dictum est. […]. Et nota quod Pascha et Pentecostes sunt ebdomadarie festivitates […].

Traduction

Bien que certains dimanches soient supérieurs à tous les autres, à savoir Pâques et la Pentecôte, et cela à cause de la Résurrection et de l’envoi du Saint-Esprit ; pourtant, il en est cinq autres qu’on qualifie aussi de solennels – ils correspondent à un changement des offices – à savoir le premier dimanche de l’Avent, le dimanche dans l’octave de Pâques [dimanche in albis], le dimanche dans l’octave de la Pentecôte [dimanche de la Trinité], le dimanche où est chanté ‘Letare Jerusalem’ [quatrième dimanche de Carême] et le dimanche des Rameaux. D’aucuns en ajoutent aussi un sixième, à savoir celui où est chanté ‘Invocavit me’ [premier dimanche de Carême]. Il est d’autres dimanches qualifiés de privilégiés, à savoir ceux qui ont une histoire appropriée.

Remarquez aussi qu’il existe des jours privilégiés pendant le Carême, à savoir quatre mercredis : le mercredi en tête du jeûne [mercredi des Cendres], le mercredi de la semaine suivante, le mercredi après le ‘Letare Jerusalem’, et le mercredi avant la Cène. Le sont de même quatre samedis : le samedi de la première semaine, quand des ordinations sont célébrées, ceux des quatrième et cinquième semaines et le samedi à la veille de Pâques. Le sont de même trois dimanches : ‘Invocavit me’, ‘Letare Jerusalem’ et le dimanche des Rameaux. L’est aussi un jeudi, celui de la Cène. De même un vendredi, celui de la Parascève. De même, une semaine complète, celle qu’on dit majeure [semaine sainte], pour autant qu’y soit inclus le dimanche des Rameaux. […]. Remarquez aussi que les semaines de Pâques et de la Pentecôte sont festives […].

Les temps privilégiés

Dans de nombreux usages, l’Avent, le Carême et le temps pascal sont partiellement dégagés de l’interférence du sanctoral : seules les fêtes à neuf (ou douze) leçons peuvent en rompre le déroulement. Celles à trois leçons sont soit omises, soit commémorées, soit obligées de prendre leurs lectures de matines à l’Écriture occurrente. Mais là encore, la propriété de l’histoire tient un rôle majeur : une fête à trois leçons avec histoire propre provoquera un partage de l’office avec la férie, tandis qu’une autre, dont le propre est réduit à l’équivalent d’une mémoire, sera seulement commémorée, voire omise.

Entre empirisme et méthode

Il n’existe pas au Moyen Âge de règle absolue pour résoudre la question des préséances entre les offices. Les notions exposées précédemment sont souvent employées de manière implicite et il ne ressort pas toujours de chaque usage un système parfaitement cohérent16. Les ordinaires offrent le traitement spécifique de chaque cas d’occurrence et de concurrence pouvant se présenter pendant l’année. À l’opposé, certains ordres réguliers ou diocèses ont tâché d’élaborer un corps de prescriptions susceptibles de s’appliquer à toute conjoncture : ces textes réglementaires sont insérés dans les rubriques générales qu’on relève dans certains manuscrits liturgiques comme les bréviaires, les collectaires, voire les missels17. Ils peuvent aussi constituer quelques chapitres d’un cérémonial ou d’un coutumier (cf. Ordines, statuts et coutumes).

Solutions au cas par cas : l’ordinaire

Voici, en guise d’exemple, un extrait de l’article de l’ordinaire de la cathédrale d’Amiens (Amiens, Bibl. mun., ms. 184) traitant la fête de saint Nicaise (14 décembre) : il commence par la caractérisation de l’office et finit avec l’examen de tous les cas d’occurrences et de concurrences susceptibles de modifier sa célébration. La partie centrale de l’article, qui détaille le propre de l’office et de la messe de la fête, n’a pas été reproduite ici18.

Texte et traduction

De sancto Nichasio. De sanctis Nichasio sociisque ejus fit in crastino Sancte Lucie, nisi aliquid impediat, et fit semiduplum. […].

De saint Nicaise. On fait l’office de saint Nicaise et de ses compagnons le lendemain de la Sainte-Lucie, sauf empêchement, et on le fait semi-double. […].

[1]. Si hoc festum sabbato sit, ipso sabbato fient vesperi de martyribus propter semiduplum et de Adventu tantummodo memoria. Responsorium vero de Adventu, quod in vesperis sabbati dici deberet, in crastino dicetur ad processionem.

Si cette fête est un samedi, ce samedi-là les vêpres sont des martyrs à cause de leur rit semi-double, et on fait seulement mémoire de l’Avent. Mais le répons de l’Avent, qui devrait être dit aux vêpres du samedi, doit être dit le lendemain à la procession.

[2]. Item, si hoc festum in dominica sit, ipsius officium fiet in crastino ejusdem dominice, quia ipsa dominica fiet de Adventu. In qua dominica fient vesperi de sanctis Nichasio sociisque ejus, et memoria de Adventu et de sancto Fusciano. Ipsa vero feria secunda tunc fient vesperi de Receptione faciei semiduplum habentis et dicetur ‘O’ super ‘Magnificat’ cum versiculo et oratione dominicali. Quibus dictis, de Receptione antiphona cum versiculo et oratione dicetur, deinde de sancto Nichasio et sancto Fusciano memorie. Laudes vero proprie ejusdem ferie secunde dicentur feria sexta precedente.

Si cette fête est un dimanche, il faut faire l’office de la fête le lendemain de ce même dimanche, parce que celui du dimanche doit être de l’Avent. Ce dimanche-là, il faut faire les vêpres de saint Nicaise et de ses compagnons, avec mémoire de l’Avent et de saint Fuscien. Mais le lundi, il faut faire les vêpres de la Réception de la face [de saint Jean Baptiste], de rit semi-double, et dire [l’antienne en] ‘O’ au ‘Magnificat’ avec le verset et l’oraison du dimanche. Après quoi, il faut dire l’antienne de la Réception avec son verset et son oraison, puis les mémoires de saint Nicaise et de saint Fuscien. Les laudes propres de ce lundi doivent être dites le vendredi précédent.

[3]. Item, si hoc festum feria secunda tercie ebdomade Adventus evenerit, ipsius officium fiet ipso die ; laudes vero proprie ejusdem ferie secunde dicentur feria tercia quarte ebdomade Adventus.

Si cette fête arrive le lundi de la troisième semaine de l’Avent, l’office du jour est de la fête ; mais les laudes propres de ce lundi doivent être dites le mardi de la quatrième semaine de l’Avent.

[4]. Item, si hoc festum feria tercia tercie ebdomade Adventus evenerit, ipsius officium fiet ipsa die ; laudes vero proprie ejusdem ferie tercie dicentur feria quarta quarte ebdomade Adventus.

Si cette fête arrive le mardi de la troisième semaine de l’Avent, l’office du jour est de la fête ; mais les laudes propres de cette férie doivent être dites le mercredi de la quatrième semaine de l’Avent.

[5]. Item, si hoc festum feria quarta que dicitur ad Angelum contigerit, ipsius officium fiet feria quinta sequente ; responsoria vero et laudes proprie ejusdem ferie quinte dicentur feria quinta quarte ebdomade Adventus.

Si cette fête tombe le mercredi dit de l’Ange [mercredi des Quatre-Temps de l’Avent], l’office de la fête est transféré au jeudi ; mais les répons et les laudes propres de ce jeudi doivent être dits le jeudi de la quatrième semaine de l’Avent.

Commentaire

Selon le jour de la semaine où tombe Noël, le 14 décembre, incidence de la Saint-Nicaise, peut rencontrer sept offices différents du temporal :

Lettre dominicale Noël Office du temporal au 14 décembre Nature et étendue du propre
A Lundi Jeudi de la 2e semaine de l’Avent antiennes des cantiques évangéliques (lectures de l’Écriture occurrente)
G Mardi Vendredi de la 2e semaine de l’Avent antiennes des cantiques évangéliques (lectures de l’Écriture occurrente)
F Mercredi Samedi de la 2e semaine de l’Avent antienne du Benedictus (lectures de l’Écriture occurrente)
1res vêpres du 3e dimanche de l’Avent antienne des psaumes, antienne du Magnificat et collecte
(le reste est du 1er dimanche de l’Avent)
E Jeudi 3e dimanche de l’Avent Histoire propre
D Vendredi Lundi de la 3e semaine de l’Avent antiennes des psaumes de laudes et des cantiques évangéliques
(lectures de l’Écriture occurrente)
C Samedi Mardi de la 3e semaine de l’Avent antiennes des psaumes de laudes et des cantiques évangéliques
(lectures de l’Écriture occurrente)
B Dimanche Mercredi des Quatre-Temps de l’Avent Histoire propre

Les deux premières possibilités (jeudi et vendredi de la 2e semaine de l’Avent) ne sont pas traitées dans l’ordinaire : elles ne posent pas de difficultés. Certes, contrairement aux féries ordinaires, celles de l’Avent sont dotées de propres. Mais ceux du jeudi et du vendredi de la 2e semaine de l’Avent sont limités aux antiennes des cantiques évangéliques. Leur office ne sera donc pas omis, mais commémoré à vêpres et à laudes en cas d’occurrence avec la Saint-Nicaise.

L’office du samedi de la de la 2e semaine de l’Avent, s’il tombe le 14 décembre [1], sera commémoré de la même manière à laudes (on ne dit pas l’office de la Vierge du samedi pendant l’Avent). Mais les premières vêpres du 3e dimanche de l’Avent entreront alors en concurrence avec les secondes vêpres de la fête. Le rédacteur de l’ordinaire a préféré réduire celle du dimanche à une mémoire.

En revanche, en cas d’occurrence avec le dimanche [2], comme celui-ci possède une histoire propre, son office ne peut être déplacé. C’est celui de la fête qui sera reporté au lundi. Mais la concurrence des secondes vêpres du dimanche et des premières vêpres de la fête transférée est tranchée en faveur de cette dernière. L’ordinaire de la cathédrale d’Amiens, comme la plupart des usages médiévaux, ne résout donc pas de la même manière les cas d’occurrence et de concurrence : la priorité donnée aux dimanches dotés d’une histoire propre ne protège pas leurs vêpres de la concurrence d’un semi-double19.

La translation de l’office de la Saint-Nicaise au 15 décembre crée un autre cas de concurrence avec la Réception de la face de saint Jean Baptiste, dont l’office est anticipé le mardi 16 décembre, veille de son incidence (17 décembre), à cause du mercredi des Quatre-Temps de l’Avent. La Réception est également de rit semi-double, mais c’est aussi une fête locale célébrant une relique insigne de la cathédrale d’Amiens. Par ailleurs, commence au 17 décembre une série d’antiennes quotidiennes du ‘Magnificat’ commençant par ‘O’ et assignées chacune à un jour marqué jusqu’à la vigile de Noël. Mais l’usage d’Amiens préfère les transférer avec les offices des fêtes ayant la même incidence. Tout cela donne aux vêpres du lundi 16 décembre au soir une composition bigarrée : elles sont d’abord de la Réception (fête locale, donc préférable même à rit égal à la Saint-Nicaise), mais l’antienne du ‘Magnificat’ est une antienne en ‘O’, puis le verset et l’oraison sont ceux des secondes vêpres du 3e dimanche de l’Avent. Suivent une série de mémoires : celui de la Réception, auquel succèdent ceux de saint Nicaise (à cause de ses secondes vêpres) et enfin de l’octave de saint Fuscien (les mémoires des octaves sont toujours au dernier rang).

Si le 14 décembre tombe le lundi [3] ou le mardi [4] de la troisième semaine de l’Avent, c’est l’office de la fête qui l’emporte sur ceux des féries. Celles-ci sont commémorées à vêpres et laudes, et leurs antiennes propres des psaumes de laudes transférées aux féries de la quatrième semaine de l’Avent. On déduit aisément du cas précédent que, si la Saint-Nicaise arrive le lundi, les secondes vêpres du dimanche seront seulement commémorées aux premières vêpres de la fête.

Les lectures du mercredi des Quatre-Temps de l’Avent sont d’une homélie. L’histoire propre de cette férie oblige donc, si elle tombe le 14 décembre [5], à transférer la Saint-Nicaise au jeudi 15, provoquant une translation des répons et antiennes propres de ce jeudi à celui de la quatrième semaine de l’Avent. Les vêpres du 14 au soir seront de saint Nicaise avec mémoires de la férie, puis de l’octave de saint Fuscien.

On vient de le voir, certains choix défient la logique (en particulier les vêpres du 16 décembre dans le cas [2]). Ils révèlent, au moins en ce qui concerne les usages séculiers, des tendances implicites, mais impossibles à ériger en systèmes cohérents : la préférence donnée à une fête locale sur une fête régionale ou universelle ; le souci d’omettre le moins possible d’éléments des propres, quitte à les transférer en dépit du bon sens ; une nette faveur accordée aux offices des fêtes des saints aux dépens du temporal.

L’établissement de règles de préséances : les rubriques générales

La rédaction des ordinaires n’a pas empêché l’élaboration de textes réglementaires organisés. Capitaux pour comprendre les instruments logiques dont disposaient les liturgistes médiévaux, ces corps de prescriptions suffisent rarement à toutes les conjonctures surgissant pendant l’année. Traitant surtout de la préséance entre les dimanches et les fêtes majeures, ils ne fournissent pas souvent de solutions pour les situations impliquant des féries privilégiées ou pourvues d’un propre partiel, des vigiles du sanctoral, des fêtes à trois leçons, des translations de messes, etc. Chacun d’eux réclame une connaissance exacte de l’échelle d’appréciation des offices à laquelle il correspond. Aussi les trouve-t-on principalement au début du volume, à proximité du calendrier, dans les bréviaires, collectaires et missels.

L’extrait de rubrique générale d’un bréviaire célestin du XVe siècle, édité ci-dessous, suppose de connaître la hiérarchie des offices du sanctoral à établir à partir du calendrier (ordre décroissant) : double majeur, double mineur, semi-double majeur, semi-double mineur, simple à douze leçons et simple à trois leçons.

Texte et traduction : Paris, Bibl. Mazarine, ms. 360, f. 14v-15. Bréviaire célestin, Paris, 1443 ?

  1. Incidence du premier dimanche de l’Avent.

Adventus Domini celebratur ubicumque dies dominica venit inter xxviiam diem mensis novembris et tertiam diem mensis decembris.

L’Avent est célébré le dimanche tombant entre le 27 novembre et le 3 décembre.

  1. Incidence des féries des Quatre-Temps.

Notandum est quod feria quarta proxima post diem Sancte Lucie, diem Cinerum, diem Penthacostis et diem Exaltationis sancte crucis, semper quatuor tempora celebrantur, unde versus : « Vult crux, Lucia, cinis et karismata dia, ut det vota pia quarta sequens feria. »

Il faut aussi noter que le mercredi qui suit la Sainte-Lucie, les Cendres, la Pentecôte et l’Exaltation de la sainte croix, on célèbre toujours les Quatre-Temps, d’où le vers : « La croix, Lucie, la cendre et le jour de l’onction veulent que le mercredi suivant fasse l’objet de piété ».

  1. Occurrence d’une fête double et d’un dimanche sans histoire propre.

Item notandum est quod si aliquod festum duplex majus vel duplex minus veniat in domenica in qua non ponitur hystoria propria, fit de festo cum commemoratione dominice in primis vesperis et in missa, et duodecim lectiones de officio dominicali cum responsoriis, et prima feria sequenti cantetur missa de domenica.

Il faut noter que si une fête double majeure ou double mineure tombe un dimanche qui ne possède pas d’histoire propre, l’office est de la fête avec mémoire du dimanche aux premières vêpres et à la messe, les douze leçons sont de l’office dominical avec les répons, et c’est à la première férie suivante que sera chantée la messe du dimanche.

  1. Occurrence d’une fête à douze leçons et d’un dimanche avec histoire propre.

Item quodcumque festum duodecim lectionum, etiam si duplex fuerit, venerit in domenica in qua primo ponitur hystoria propria que non possit cantari in aliqua dominica sequenti, transfertur (si vero hystoria tunc ponenda poterit cantari in aliqua sequenti domenica, festum duplex celebratur eadem die et fit commemoratio de domenica, ut predictum est). Preterquam in festo omnium sanctorum, quod non mutatur.

Est transférée toute fête à douze leçons, même si elle est double, tombant un dimanche possédant une histoire propre qui ne puisse être chantée un autre dimanche ultérieur (mais si l’histoire qui lui est attribuée peut être chantée un dimanche ultérieur, la fête double est célébrée le jour même et on fait mémoire du dimanche, comme on l’a dit plus haut). Excepté la fête de la Toussaint, qui ne peut être déplacée20.

  1. Occurrence d’une fête à douze leçons, inférieure au rit double, et d’un dimanche. Règles de translations de fêtes « en chaîne ».

Item quodcumque festum duodecim lectionum aliud a predictis venerit in domenica transfertur in feria secunda. Et si eadem fuerit secundum festum duodecim lectionum, ipsum secundum festum transfertur in feria tertia, et sic de aliis, donec omnia festa celebrantur, nisi illud festum festum duplex vel semiduplex fuerit. Hujus enim festa duplicia de locis suis non mutantur, et tunc festum quod ante illud festum celebrari non potuit, post illud festum majus celebratur.

Toute fête à douze leçons, autre que celles mentionnées plus haut [autrement dit celles qui ne sont pas de rit double] et tombant un dimanche, est transférée au lundi. Et s’il y a le même jour une seconde fête à douze leçons, cette seconde fête est transférée au mardi, et ainsi de suite, jusqu’à ce que toutes les fêtes soient célébrées, à moins que cette seconde fête ne soit une fête double ou semi-double. En effet, les fêtes doubles ne peuvent être déplacées [dans ce cas] : la première fête, qui n’a pu être célébrée avant la seconde, n’est célébrée qu’après.

  1. Concurrence de fêtes simples à douze leçons, d’une fête double ou semi-double et d’une simple à douze leçons. Ordre des mémoires en cas d’occurrence supplémentaire d’une simple à trois leçons.

Item, quando plura festa duodecim lectiones de minoribus continue sunt, in secundis vesperis totum officium fit de precedenti festo usque ad capitulum, sed a capitulo in antea fit de sequenti cum commemoratione festi precedenti ; nisi precedens festum fit de nominatissimis et habeat proprium, quia tunc fit tantum memoria festi sequentis. Si vero in festo sequenti occurrerit aliud festum, quod non sit duodecim lectionum, fit commemoratio de festo post commemorationem festi sequentis. Festum autem minus illud esse intelligitur quod non est duplex vel semiduplex.

Lorsque plusieurs fêtes à douze leçons d’importance mineure [de rit simple à douze leçons] se suivent l’une après l’autre, aux secondes vêpres tout l’office est de la fête précédente jusqu’au capitule, mais à partir du capitule inclus, il est de la suivante avec mémoire de la fête précédente. À moins que la fête précédente n’appartienne aux plus notables : en ce cas, on fait seulement mémoire de la fête suivante. Si en revanche il y a occurrence entre la fête suivante et une autre fête qui n’a pas douze leçons, on fait mémoire de cette dernière après le mémoire de la fête suivante. Par fête mineure, on entend qu’elle n’est pas double ni semi-double.

  1. Concurrence d’une fête semi-double mineure et des premières vêpres d’un dimanche avec histoire propre. Même cas avec une fête double majeure. Même cas si le dimanche n’a pas d’histoire propre.

Item quodcumque festum duodecim lectionum celebratur in sabbato in quo primo ponitur hystoria propria, et semiduplex minus, fuerit, a capitulo in antea in vesperis fiet de dominica cum commemoratione de festo. Si duplex majus fuerit, fit tantum commemoratio de dominica. Sed si non ponitur tunc hystoria propria, nil fit de dominica.

Pour toute fête à douze leçons célébrée un samedi et et possédant une histoire propre, quand elle est semi-double mineure, l’office est du dimanche à partir du capitule de vêpres inclus, avec mémoire de la fête. Si elle est double majeure, on fait seulement mémoire du dimanche. Mais si ce dernier ne possède pas d’histoire propre, on omet entièrement l’office du dimanche.

  1. Cas de concurrence issu de la translation d’une fête à douze leçons non double tombant un dimanche (cf. 5).

Item de festis duodecim lectionum non duplicis que celebrantur vel transferuntur in feria secunda, in secundis vesperis dominice a capitulo in antea totum officium fit de festo cum commemoratione dominice.

Quant aux fêtes à douze leçons non doubles qui sont célébrées ou transférées le lundi, aux secondes vêpres du dimanche, l’office est entièrement de la fête à partir du capitule inclus, avec mémoire du dimanche.

  1. Concurrence d’une fête double avec un dimanche ou un office de rit inférieur. Avec une fête de rit égal.

Sciendum est quod in vigilia festi duplicis vespere fiant totaliter de festo duplici, ita quod, quamvis de eadem die fit festum non duplex vel dominica, de utroque nil fit nisi tantum commemoratio. Similiter in secundis vesperis festorum predictorum duplicium, si in die sequenti fit festum aliquod, fit de eo commemoratio tantum, nisi festa predicta duplicia sequeretur festum duplex vel equale vel dies octavus alicujus festi, tunc enim incipitur a capitulo de festo sequenti, exceptis illis festis octavas habentibus, que festa veniunt infra octavas nativitatis Domini, que habent secundas vesperas.

Il faut savoir que la veille d’une fête double, les vêpres sont entièrement de la fête double, si bien que si ce jour-là tombe une fête non double ou un dimanche, on ne fait rien d’eux à part une mémoire. De même, aux secondes vêpres des fêtes doubles évoquées plus haut, si une fête tombe le lendemain, on ne fait rien de cette dernière qu’une mémoire [aux vêpres], à moins que les fêtes doubles évoquées plus haut soient suivies par une fête de rit double ou égal ou par le jour octave d’une fête : en ce cas en effet, l’office de la fête du lendemain commence à partir du capitule, sauf les fêtes avec octave qui tombent sous l’octave de Noël, qui, elles, gardent leurs secondes vêpres.

  1. Occurrence d’une fête à douze leçons et de l’octave d’une fête de rit double.

Item si festum duodecim lectionum venerit infra octavam in qua festivitates celebrantur de ipso festo, fiant vespere a capitulo in antea cum commemoratione octave, nisi venerit immediate post festum de qua fit octava, quia tunc fit commemoratio tantum de ipso festo quod venit infra octavam.

Si une fête à douze leçons tombe sous l’octave où sont célébrées les festivités de cette même fête [de rit double], les vêpres sont celles de la fête à partir du capitule inclus, avec mémoire de l’octave ; à moins qu’elle ne vienne immédiatement après la fête dont on fait l’octave : en ce cas, on fait seulement mémoire de la fête qui tombe sous l’octave.

  1. Place du mémoire de l’octave.

Item sciendum est quod quandocumque infra aliquas octavas alique festivitates continue celebrantur, semper tam in vesperis quam in laudibus fit ultima commemoratio de octava.

Il faut savoir que toutes les fois où des fêtes sont célébrées en continu sous les octaves, le dernier mémoire qu’on fait à vêpres comme à laudes est toujours celui de l’octave.

  1. Mémoires des féries de l’Avent et de Carême.

Item in festis que infra Adventum et in Quadragesima celebrantur semper fit commemoratio de feria in utrisque vesperis et laudibus et ultima lectio de feria, si ipsa feria habeat omelia.

Pour les fêtes qui sont célébrées pendant l’Avent ou le Carême, on fait toujours mémoire de la férie, à vêpres et à laudes, si cette férie possède une homélie.

  1. Respect de l’intégrité des propres à matines. Recours au commun des saints pour les fêtes du sanctoral dont le propre est incomplet (interdiction du partage de matines entre les offices).

Item si aliquod festum habeat propriam hystoriam, in lectionibus aliis [?] responsoriis suis cantetur ipsa, si talis hystoria est de illis que a romana curia fuerit approbata. Et si sit aliquod festum quod habeat proprium non completum, semper suppletur de communi sanctorum. Et generaliter cuicumque festo deesset aliquod festum proprium, pro ipso semper curritur ad commune sanctorum.

Si une fête possède une histoire propre, celle-ci est chantée aux lectures de matines avec ses répons, si cette même histoire est de celles qu’a approuvées la curie romaine. Et dans le cas d’une fête qui n’aurait pas de propre complet, on le supplée toujours avec le commun des saints. Et en général, quelle que soit la fête dont propre fasse défaut, on recourt toujours au commun des saints.

  1. Interdiction de transférer les fêtes tombant sous certaines octaves.

Notandum etiam de festis de quibus fit tantum commemoratio, si veneri[n]t infra octavas infra quas non celebrantur festa duodecim lectionum, non transferuntur, sed tunc fit de eis commemoratio in vesperis et in laudibus et in missa quando occurunt infra ipsas octavas.

À noter aussi, à propos des fêtes desquelles on se contente de faire mémoire, que si elles ont lieu pendant des octaves sous lesquelles on ne célèbre pas de fêtes à douze leçons, elles ne sont pas transférées : mais alors, on fait mémoire d’elles à vêpres, à laudes et à la messe du jour octave où elles tombent.

L’enrichissement du sanctoral

Par une incoercible « loi de croissance de l’Église », le nombre des fêtes de saints n’a cessé d’augmenter au Moyen Âge21. Entre un calendrier du XIe et un autre du XIVe siècle, le « taux d’occupation » peut augmenter de moitié, voire doubler si l’on compte les octaves et les vigiles. Le danger que fait courir cet enrichissement continu est l’étouffement progressif du temporal et une perte générale du sens de l’année liturgique. De moins en moins d’offices et de messes dominicaux ont lieu les dimanches (transferts, partages ou simples commémorations), le programme continu de lectures bibliques s’émiette avec l’omission fréquente des féries non privilégiées, la récitation hebdomadaire du psautier n’est plus qu’un souvenir22, les prescriptions organisant la préséance entre des offices toujours plus nombreux deviennent inutilisables à force de complexité. La situation est encore aggravée par les pratiques employées pour la promotion du culte de saints nouveaux et/ou locaux :

  • l’attribution à ces nouvelles fêtes des critères d’évaluation (rit, nombre de lectures, solennité, propriété de l’histoire, fériation, etc.) qui leur donnent la priorité sur les autres offices ;
  • le choix de dates où leur célébration ne sera pas gênée par la présence d’offices festifs ou privilégiés du temporal, ce qui aboutit à une véritable colonisation du temps ordinaire.

La course au rit et au propre

La proportion entre fêtes majeures et de moindre importance ne s’est pas maintenue avec la croissance du sanctoral. L’accumulation des saints inscrits dans les calendriers a favorisé les rits les plus élevés, les matines à neuf (ou douze) lectures et les fêtes munies d’octaves et de vigiles. Cette inflation favorisait les saints récemment canonisés et, plus encore, les cultes locaux. Pour asseoir définitivement leur suprématie, il suffisait de doter les nouveaux offices d’une histoire propre la plus complète possible, qui justifiât de les préserver quand ils rencontraient un office moins bien doté.

La colonisation du temps ordinaire

Toutefois, si haut qu’elles aient été élevées, ces fêtes ne pouvaient faire céder les offices du temporal privilégiés ou protégés par leur histoire propre, surtout concentrés dans le cycle pascal, et du premier dimanche de l’Avent à l’octave de l’Épiphanie. S’il était facile de loger des fêtes entre les dates fixes du temporal (temps de Noël), les offices mobiles rendaient leur célébration aléatoire. L’Avent (27 nov./3 déc. au 24 déc.), les périodes allant de la Septuagésime (18 janv./21 fév.) au dimanche in albis (29 mars/2 mai), du lundi des Rogations (27 avr./31 mai) à la Trinité (17 mai/20 juin) correspondent aux mois « creux » du sanctoral. En effet, on est frappé par le vide relatif des mois de février, mars, avril, mai et décembre dans les calendriers : au contraire les mois de juillet à novembre sont surchargés de fêtes de saints.

Peut-on affirmer pour autant que les saints meurent davantage en été et en automne ? Non, bien entendu. Mais s’il n’est pas toujours possible de jouer sur l’incidence d’un dies natalis, les fêtes dédiées aux reliques, aux dédicaces ou à des épisodes marquants de la vie d’un saint offrent des solutions de rechange. Ainsi, dans le calendrier de Saint-Géry de Cambrai au xiiie s., le titulaire de la collégiale et patron de la ville n’est fêté qu’à travers ses reliques : la Déposition le 11 août, la Translation le 24 septembre et l’Élévation le 18 novembre. Son dies natalis, qui n’était sans doute pas si bien placé, a complètement disparu. C’est la fête de sa Déposition qui lui a ravi le statut de fête primaire (cf. Le sanctoral), obtenant le rit duplex magnum, avec une octave semiduplex magnum.

Ces pratiques ont abouti à une désorganisation complète du temps ordinaire après l’octave de la Pentecôte, où les offices dominicaux, pour ne pas parler de ceux des féries, ne peuvent qu’être écrasés par un tel amas de fêtes. L’Écriture occurrente, qui ne refait plus surface que de loin en loin, perd toute signification. Enfin, les difficultés nées de la superposition des propres, devenues insolubles à cause des translations « en chaîne », de la multiplication des mémoires ou de partages d’offices difficilement justifiables ont sans doute accéléré le recours à la liturgie votive, plus simple d’emploi (cf. La liturgie votive). C’est l’ultime étape qui marque l’effacement général du temporal, dont ne subsiste plus que le squelette. La réforme de Pie V et les travaux des rubricistes de l’époque moderne devaient en marquer le renouveau par une « épuration » drastique du sanctoral, la promotion des dimanches à des rits supérieurs, la refonte de la distribution des lectures de matines, l’abandon de la plupart des usages médiévaux et la mise au point d’un système unifié de préséance entre les offices.

  1. Cette solution n’est toutefois pas la seule prescrite au Moyen Âge. Au XIVe siècle à Paris, par exemple, on avait prévu de transférer l’office de l’Annonciation au mardi 3 mars, pour éviter la concurrence entre les secondes vêpres du dimanche in albis et les premières vêpres de l’Annonciation. []
  2. Le sanctoral entre Noël et la Circoncision, où des fêtes majeures et universelles se succèdent jour après jour, est un exemple universel de concurrences perpétuelles (cf. Le temporal). []
  3. Ainsi, pour reprendre l’exemple de la fête de l’Annonciation, il faut aussi prévoir les cas où le 25 mars tomberait pendant le Carême, le temps de la Passion, la semaine sainte, le lundi, le mardi ou le mercredi de l’octave de Pâques. []
  4. Le recours à l’un ou l’autre de ces quatre procédés dépend de l’importance relative de l’office jugé inférieur : en occurrence avec un rit double, l’office d’une férie ordinaire sera omis, celui d’une fête de rit simple à trois lectures sera éventuellement commémoré, celui d’un dimanche ordinaire ou d’une fête à neuf lectures pourra faire l’objet d’une translation ou d’un partage des propres, celui d’un semi-double ou d’un double, provoquer une translation. []
  5. Ces trois leçons de matines ne sont pas forcément propres à la fête du saint. Selon les usages, elles peuvent soit être prises au commun, soit à l’Écriture occurrente. []
  6. Ces trois pièces sont en général empruntées au propre de l’office empêché ou, à défaut, au commun des saints : antiennes du Magnificat et/ou du Benedictus, versets et collectes de vêpres et/ou de laudes. []
  7. On a vu, dans les calendriers étudiés précédemment (cf. Le calendrier), qu’une fête de saint, même sans occurrence d’aucune autre fête, peut définitivement être réduite à une simple mémoire. []
  8. En cas d’occurrence perpétuelle, la translation définitive d’un office à une autre date s’appelle une reposition. Il peut, selon les nécessités du calendrier, être anticipé ou différé (procrastination) d’un ou plusieurs jours. []
  9. L’encombrement du sanctoral fait qu’un nombre considérable de mémoires peut s’ajouter les unes aux autres : par exemple un samedi soir où, à la collecte d’une fête, succéderait la mémoire des premières vêpres du dimanche, suivie de celle des vêpres d’une autre fête, puis de l’office d’une octave. []
  10. S’y ajoutent la messe privée de chacun des chanoines-prêtes, moines-prêtres, etc. []
  11. Les calendriers liturgiques, en particulier cisterciens, précisent parfois le nombre de messes conventuelles d’une fête : una missa, due misse. []
  12. Certains usages ordonnent même, pour les fêtes à trois leçons en occurrence avec un office supérieur du temporal, d’en faire dire la messe en privé à la charge de l’hebdomadier. []
  13. Les féries, qui ne comptent que trois lectures à matines, sont de rit simple. Le rit varie entre les dimanches : « tout double », « triple » ou « solennel » pour les dimanches festifs (Pâques et Pentecôte), doubles ou semi-double pour les autres, sans qu’on sache toujours si les dimanches ordinaires étaient considérés comme semi-doubles ou simples à neuf (ou douze) lectures. []
  14. Certains usages ont néanmoins prévu le cas où une férie ordinaire l’emporterait, en prescrivant dans le calendrier ou dans l’ordinaire une simple mémoire pour certaines « fêtes » de saints. Mais cette pratique n’est pas majoritaire. []
  15. Guillelmi Duranti Rationale divinorum officiorum, éd. A. Davril et T. M. Thibodeau, Turnhout, Brepols, 2000 (Corpus christianorum, continuatio medievalis, CXL b), p. 14-15. []
  16. De plus, cette matière est sujette à d’incessants aménagements et réformes, dont on garde la trace dans les statuts synodaux, ceux des chapitres généraux des ordres réguliers et monastiques (cf. Ordines, statuts et coutumes). []
  17. Cette distinction est en partie factice : certains ordinaires sont dotés de prescriptions générales permettant de résoudre une fois pour toutes les difficultés les plus courantes. []
  18. On pourra consulter l’édition intégrale de cet ordinaire par Georges Durand, Ordinaire de l’église Notre-Dame cathédrale d’Amiens par Raoul de Rouvroy (1291), Amiens-Paris, Picard, 1934 (Mémoires de la société des antiquaires de Picardie, Documents inédits concernant la province, t. XXII). []
  19. Comme beaucoup d’usages séculiers au Moyen Âge, celui de la cathédrale d’Amiens favorise nettement les fêtes par rapport aux offices du temporal. []
  20. La mention du cas particulier de la Toussaint est inutile ici, puisqu’elle ne peut rencontrer qu’un dimanche ordinaire, donc dépourvu d’histoire propre. Elle serait plus à sa place dans le paragraphe suivant, où il est question des translations de fêtes « en chaîne ». []
  21. Cette « loi de croissance » n’a bien entendu pas affecté la seule période médiévale. Elle est l’une des causes qui ont rendu inévitables à l’Église les diverses réformes liturgiques de son histoire, où l’on a tenté à chaque fois « d’épurer » un calendrier trop riche en fêtes de saints. []
  22. En effet, le choix des psaumes dans l’office des saints s’écarte souvent du cursus férial. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 janvier 2017

    […] par son échelle d’appréciation des offices et la manière de résoudre les cas de superpositions entre les propres (cf. Préséance entre les offices) ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *