Les usages liturgiques

Jean-Baptiste LEBIGUE

Un usage liturgique se définit comme l’ensemble des pratiques particulières au culte d’une communauté : chapitre, abbaye, diocèse, ordre. Un usage ne modifie pas la structure de l’office et de la messe1, mais il se distingue :

  • par le culte rendu à des saints particuliers (locaux, fondateurs d’ordres ou jouissant d’une dévotion spéciale) ;
  • par son échelle d’appréciation des offices et la manière de résoudre les cas de superpositions entre les propres (cf. Préséance entre les offices) ;
  • par le choix ou la création de pièces liturgiques dans les propres du temps et des saints ;
  • par des cérémonies spéciales (processions, anniversaires d’obits, dédicaces, etc.).

Comment caractériser un usage liturgique ?

La mention de l’usage

Il est indispensable de relever les rubriques précisant l’usage d’un livre liturgique : celui-ci pourra dès lors servir à caractériser d’autres manuscrits qui n’en sont pas pourvus. Ces mentions, qui ne deviennent fréquentes qu’à la fin du Moyen Âge, doivent être analysées avec un œil critique. L’usage relaté ne se confond pas toujours avec la destination liturgique. Celui de Paris n’a pas seulement été suivi par la cathédrale et le diocèse : c’est aussi celui des saintes chapelles et des chapelles royales en général. Un bréviaire dit « romain » a pu servir non seulement aux membres de la curie où qu’ils récitassent l’office, mais à tout clerc dédaigneux des usages locaux. Sans compter les nombreux manuscrits liturgiques confectionnés sur commande ou à l’intention de laïcs, de confréries, de chapelles princières, etc., et qui ne sont pas assujettis à la liturgie du lieu. Plus encore dans les livres d’heures, les usages de l’office des morts ou du petit office de la Vierge sont loin de révéler toujours la destination du manuscrit : ceux de Rome, Paris, Sarum et Utrecht sont trop répandus pour fournir le moindre indice. En tel cas, la prudence recommande d’employer l’expression « selon l’usage de » plutôt que « à l’usage de ».

  • Angers, Bibl. mun., ms. 85, f. 6v-7. Ordinaire de la collégiale Saint-Pierre d’Angers, Angers, avant 1347.
angers85-f5-6 angers85-f5-6_detail
La rubrique introductive de cet ordinaire établit sans ambiguïté la destination liturgique du manuscrit à la collégiale Saint-Pierre d’Angers : Incipit ordo ecclesie collegialis Sancti Petri Andegavensis per anni circulum… (f. 7).
  • Paris, Bibl. Mazarine, ms. 406, f. 7. Missel selon l’usage de Paris. Paris, vers 1410.
culte-08 La première rubrique de ce missel semble annoncer l’usage de Paris : Incipit missale secundum usum ecclesie Parisiensis. Mais la préposition secundum employée devant usum au lieu de ad n’est pas indifférente ici. Il s’agit en fait d’un missel exécuté pour le dauphin Louis de Guyenne (fils de Charles VI), et non pour une église du diocèse de Paris. L’usage de la chapelle royale, comme celui des saintes chapelles, fussent-elles implantées à Bourges ou à Riom, est en effet celui de Paris.
  • Paris, Bibl. Mazarine, ms. 360, f. 16. Bréviaire célestin, Paris, 1443 ?
culte-09 culte-09-det
Sous la miniature qui signale le début du temporal est précisé l’usage liturgique de ce bréviaire : Incipit ordo breviarii secundum consuetudinem religionis beati Petri confessoris. La « religion de saint Pierre confesseur » désigne l’ordre des célestins, fondé par Pierre de Morrone, pape sous le nom de Célestin V. Mais rien ne témoigne ici d’une destination particulière à un quelconque couvent de l’ordre. Ce qui n’empêche pas que certaines maisons appartenant à un ordre monastique ou religieux aient adapté la liturgie de l’ordre à leur usage, en s’appropriant par exemple le culte de saints locaux.

Le calendrier

À défaut de mention explicite, le calendrier suffit en général à déterminer l’usage d’un manuscrit liturgique. Sa caractérisation réclame le relevé des fêtes de saints locaux ou propres à un ordre, mais aussi :

  • quand ils sont portés au calendrier, de l’anniversaire de la dédicace de l’église (dedicatio ecclesie…) et de la fête de ses reliques (festum reliquiarum), dont les dates sont spécifiques à chaque église ;
  • des mentions d’obits et de fondations, en distinguant celles dues à la copie primitive et celles ajoutés ultérieurement (cf. Liturgie des défunts) ;
  • des éventuelles repositions de fêtes ;
  • pour les offices retenus dans le relevé, du rit, du nombre de lectures à matines, des octaves et vigiles ;
  • et, s’il y a lieu, des jeux d’encres mettant en valeur telles ou telles fêtes.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 33, f. 5. Bréviaire de Cambrai, Cambrai ? 1253-1299.

Cambrai, Bibl. mun., ms. 33, f. 5. Bréviaire de Cambrai, Cambrai ? 1253-1299.

Deux tiers des fêtes de saints inscrites sur cette page de calendrier appartiennent au « sanctoral grégoriano-gélasien » (cf. Le sanctoral). C’est le cas de la Saint-Pierre-aux-liens le 1er août. De même, les fêtes de l’Invention de saint Étienne protomartyr au 2 août, ou de saint Romain martyr au 9 août sont universellement répandues dans les livres de rite romain. En revanche, celle de sainte Cunégonde au 25 août (Hunegundis virginis, iii responsoriorum) est plus rare et n’est célébrée qu’au nord de la Seine. De même que celle de saint Géry au 11 août (Gaugerici episcopi et confessoris) : mais cette dernière se distingue par un rit semi-double (dimidium duplex), neuf lectures à matines (ix lectionum), l’emploi d’une encre rouge, et une octave marquée au 18 août (Oct. sancti Gaugerici episcopi, memoria). Ce culte de saint Géry caractérise Cambrai et son diocèse, mais non la collégiale Saint-Géry qui célèbre son saint titulaire par un office de rit « grand double » (magnum duplex), ici réservé à la fête de l’invention de saint Étienne, à celles de saint Laurent, de l’assomption de la Vierge et de la décollation de saint Jean Baptiste (tracées à l’encre bleue sur cette page). Enfin la mention de l’obit d’un chanoine de la cathédrale de Cambrai (18 août : Obit Ulbaldi decani, qui obiit anno Domini m° cc° nonagesimo nono), quoique d’une main postérieure à la copie primitive, laisse supposer que l’usage de ce bréviaire est celui du chapitre cathédral.

Si l’examen du calendrier est primordial, il n’existe pas de critère absolu pour déterminer l’usage d’un manuscrit liturgique, qui doit s’appuyer sur un faisceau de présomptions convergentes. Il arrive en effet que les propres du sanctoral ou les saints mentionnés dans les litanies ne correspondent pas aux fêtes portées au calendrier2. Il n’est pas toujours aisé d’éclaircir les causes d’une incohérence de ce genre : adaptation volontaire d’un manuscrit liturgique à un usage différent de celui pour lequel il a été conçu primitivement, ou assemblage fictif avec un calendrier rapporté ? Le premier cas de figure ne pourra être confirmé que par l’addition dans le même volume de propres caractéristiques coïncidant avec l’usage du calendrier.

Les litanies

Les litanies, qui fournissent une liste de saints et non de fêtes, doivent néanmoins être examinées attentivement. On y relèvera les saints locaux, mais aussi ceux dont l’invocation est bissée, leur culte fut-il universel. Un « sancte Stephane » répété peut indiquer que saint Étienne est le titulaire de l’église, voire le vocable de la cathédrale du diocèse où elle est implantée. Bissé, « sancte Firmine » désigne une église du diocèse d’Amiens qu’il est réputé avoir fondé. Il est du reste indispensable de relever la « catégorie » à laquelle appartient le saint, en particulier s’il est martyr ou confesseur : un « sancte Thoma » ne mérite pas d’être relevé s’il figure parmi les apôtres, mais doit l’être s’il se trouve parmi les martyrs (saint Thomas Becket), et plus encore parmi les confesseurs (saint Thomas d’Aquin).

Amiens, Bibl. mun., ms. 114, f. 255v-256. Bréviaire de Paris, Paris, fin du XIVe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 114, f. 255v-256. Bréviaire de Paris, Paris, fin du XIVe s.

L’usage de Paris, que l’on déduit du calendrier de ce missel, est corroboré ici par les litanies. Les saints caractéristiques se trouvent surtout sur la page de droite. Parmi les confesseurs, on relèvera Regulus, évêque de Senlis (1re col., 6e ligne : sancte Regule), Sanson et Magloire, évêques de Dol, mais dont les reliques rapportées à Paris lors de l’invasion normande ont y suscité la fondation d’églises placées sous leurs vocables (1re col., 7e et 9e lignes : sancte Sanson, […] sancte Maglori), Guillaume, archevêque de Bourges et saint Yves, particulièrement honorés dans ce diocèse (1re col., 14e et 15e lignes : sancte Guillelme, sancte Yvo). Dans la catégorie des vierges, plus que Marie l’Égyptienne et Geneviève (1re col., 18e et pénultième lignes : sancta Maria egypciaca, sancta Genovefa), dont le culte s’est répandu dans la moitié nord de la France, c’est surtout les mentions de sainte Oportune (1re col., dernière ligne : sancta Oportuna) et de sainte Aure (2de col., 3e ligne : sancta Aurea) qui signalent l’usage parisien de ces litanies.

Il est fréquent de rencontrer plusieurs litanies différentes dans un même manuscrit, destinées aux diverses occasions où elles sont récitées : Saint-Marc, vigile pascale (avec parfois trois litanies distinctes), Rogations, funérailles, voire autres fêtes et processions de l’année. Aussi faut-il porter une attention particulière aux saints dont l’invocation apparaît à plusieurs reprises.

Le sanctoral

Les propres du sanctoral sont également révélateurs d’un usage. Telle messe ou office de saint, célébrés ailleurs par une simple mémoire ou en recourant entièrement au commun, peuvent, dans une église ou un ordre soucieux d’en solenniser le culte, être pourvus d’une histoire propre. Plus celle-ci est complète, plus grande est la probabilité que la fête soit célébrée au cas où elle rencontrerait un autre office (cf. Préséances entre les offices). Pour la même raison, on signalera les propres des octaves et des vigiles. Quand le livre liturgique est festif (cf. Le sanctoral), la sélection des propres porte généralement sur cérémonies les plus solennelles : la présence de fêtes non-universelles y est donc très significative.

Amiens, Bibl. mun., ms. 157, f. 25v. Missel festif de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, Nord de la France, XIIIe-XIVe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 157, f. 25v. Missel festif de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, Nord de la France, XIIIe-XIVe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 157, f. 29. Missel festif de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, Nord de la France, XIIIe-XIVe s.

Amiens, Bibl. mun., ms. 157, f. 29. Missel festif de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, Nord de la France, XIIIe-XIVe s.

Dans ce missel festif, sans doute destiné à l’abbé de Saint-Pierre de Corbie, le sanctoral est limité à quelques propres, parmi lesquels on relève ceux des fêtes de saint Adalard (f. 25v), premier abbé du monastère, et de sa fondatrice, la reine sainte Bathilde (f. 29).

On sera également attentif :

  • à la situation du propre de la dédicace. Quand ce dernier n’est pas situé, comme il est fréquent, à la fin du temporal et se trouve inséré entre deux fêtes du sanctoral, on peut en déduire l’incidence anniversaire.
  • à la situation du propre de la fête des reliques dans le sanctoral.
  • aux intitulés de fêtes, comme « beatissimi N. patronis nostri » ou « sancti N. fundatoris hujus ecclesie X. », etc.
  • aux prescriptions rubriquées accompagnant les propres (cf. infra).

La liturgie votive

Il faut signaler, parmi les messes et offices votifs, ceux dédiés aux saints, mêmes célébrés universellement : leur présence peut correspondre à l’usage d’une église qui en possède des reliques insignes. C’est le cas pour la messe votive de saint Étienne dans la cathédrale de Châlons ou celle de saint Vincent à Saint-Germain-des-Prés (cf. Liturgie votive).

Le temporal

Les variantes dans l’organisation du temporal sont trop peu significatives : nombre de dimanches ordinaires pourvus d’un propre, Trinité célébrée le dimanche précédant l’Avent, survivance des propres pour quelques féries ordinaires, etc., tout cela permet au mieux de confirmer des tendances régionales. C’est plutôt dans les prescriptions rubriquées accompagnant les propres qu’on relève de précieux indices :

  • précisions toponymiques pour les processions (Rameaux, Rogations) ;
  • mention de l’usage liturgique pour justifier une pratique insolite ;
  • désignation des ministres chargés de réciter telle ou telle pièce liturgique, comme « duo canonici cantent », « postea decanus », etc.

On doit à Dom Bessac et à Victor Leroquais de nombreuses observations permettant l’identification d’un usage liturgique à partir du temporal3. On n’en donnera ici qu’un exemple avec la liste des versets alléluiatiques des dimanches après la Pentecôte qui permettent de caractériser missels et graduels.

Versets alléluiatiques des dimanches après la Pentecôte selon les quelques usages4

Dimanches après la Pentecôte Paris Lyon Reims Rome
I  Deus judex…  Dominus regnavit…  In te, Domine, speravi…  Verba mea…
II  Diligam te…  Venite, exultemus…  Diligam te… Domine Deus…
III  Domine, in virtute tua…  Dominus regnavit…  Venite, exultemus…  Deus judex…
IV  In te, Domine, speravi…  Jubilate Deo… Confitemini Domino…  Deus qui sedes…
V  Eripe me… Te decet…  Qui timent…  Domine, in virtute tua…
VI  Te decet…  Qui sanat…  Omnes gentes…   In te, Domine, speravi…
VII Attendite… Lauda anima mea… Domine refugium…  Omnes gentes…
VIII  Exultate Deo…  Qui posuit…   Quoniam Deus magnus…  Magnus Dominus…
IX  Domine Deus salutis…  Redemptionem…  Qui sanat…  Eripe me…
 X  Domine, refugium…  Lauda, Jerusalem…  Letatus sum… Te decet…
 XI   Venite, exultemus… Confitemini Domino…   Paratum cor meum…  Exultate Deo…
 XII  Quoniam Deus magnus…  Letatus sum…  Exultate Deo…  Domine Deus…
 XIII  Dominus regnavit…  Qui timent… Dominus regnavit…  Domine, refugium…
 XIV  Confitemini Domino…  Quoniam Deus magnus…  Jubilate Deo…   Venite, exultemus…
 XV Paratum cor meum…   In te, Domine…  Domine Deus salutis…  Quoniam Deus magnus…
 XVI  Redemptionem…  Diligam te…  Laudate Dominum…  Cantate Domino…
 XVII  Qui timent… Domine, refugium…   Deus judex…  Domine, exaudi…
 XVIII  Laudate Dominum…  Exultate Deo…  Qui confidunt…  Timebunt gentes…
 XIX   Dextera Domini…  Laudate Dominum…  Adorabo… Confitemini Domino…
 XX  De profundis…  Memento, Domine…  Attendite… Paratum cor meum…
 XXI  Lauda, anima mea…   Dextera Domini…  Te decet…  In exitu…
 XXII  Qui sanat…  Cantate Domino…  De profundis…  Qui timent…
 XXIII  Qui posuit…  Domine Deus salutis…  Redemptionem…   De profundis…
 XXIV  Qui posuit…  Domine Deus salutis…  Redemptionem…   De profundis…

La caractérisation des manuscrits liturgiques gagnera encore beaucoup à l’examen méthodique des propres du temporal de la messe comme de l’office, par l’établissement de nouvelles listes de lectures, de chants ou d’oraisons.

Pièges à éviter

Il ne faut pas présumer d’un usage sans avoir examiné la totalité du livre. Une incohérence peut révéler son adaptation par une autre communauté ou la confection d’un recueil factice. En revanche, au moment de rédiger la notice du manuscrit, on résistera à la tentation de restituer pêle-mêle tous les indices : quelques preuves décisives ont plus de poids qu’un relevé exhaustif où le lecteur se perd. Par exemple, on appuiera davantage sur la date anniversaire de la dédicace que sur la fête d’un saint rare, mais dont l’office ne compte que trois lectures.

Profits à tirer de l’identification d’un usage

Datation des manuscrits

L’usage liturgique d’un manuscrit ne correspond pas forcément avec son lieu d’origine5. Certes, on présume, sauf preuve du contraire, qu’elles se confondent jusqu’à la fin du XIIe siècle6. L’affirmer pour les siècles suivants est aléatoire, sauf à l’époque moderne7.

Connaître l’usage du manuscrit permet surtout d’affiner la datation de temps. L’insertion d’une nouvelle fête de saint dans un calendrier peut être largement postérieure à sa canonisation et varier entre les églises. L’étude des statuts synodaux ou de chapitres généraux fournit souvent l’année exacte de son institution (cf. Bibliographie). Si l’on prend l’exemple d’une fête universelle, la Fête-Dieu promulguée au concile de Vienne en 1311 est entrée dès l’année suivante dans l’usage romain, mais seulement en 1315 à Cluny, pas avant 1318 à Rennes, en 1319 chez les franciscains, 1321 pour les carmes, 1323 chez les dominicains, 1325 à Chartres. De même un changement de rit, la concession d’une octave ou d’une messe matutinale sont souvent datables.

Reconstitution de « bibliothèques » liturgiques

La comparaison systématique des manuscrits partageant un même usage permet parfois de déceler une rénovation générale du « matériel » liturgique de la communauté en quelques années, comme elles le font pour leurs « chapelles » d’ornements ou leurs bâtiments cultuels. C’est le cas du couvent des célestins de Paris, qui profitent de la libération de la ville en 1436 et de la récupération de leurs rentes après les ravages de l’occupation anglaise pour constituer à nouveaux frais tout un ensemble de livres liturgiques en une dizaine d’années (cf. http://www.cn-telma.fr/liturgie/notice44).

Étude de la propagation du culte d’un saint

Les livres liturgiques sont les témoins privilégiés de la propagation du culte d’un saint. Leur datation et l’identification de leur usage sont le meilleur moyen d’en mesurer la progression géographique et chronologique. Du reste, le hasard des destructions n’a pas toujours permis de conserver les livres contenant des lectures hagiographiques (passionnaires, lectionnaires de l’office et bréviaires, cf. Les propres de l’office). C’est donc aussi en examinant les rubriques des collectaires « augmentés », les répons des antiphonaires ou les prescriptions des ordinaires et des cérémonials (cf. Ordines, statuts et coutumes) qu’il faut en deviner la trace.

  1. N’ont été pris en compte ici que les usages issus du rite romain, très largement majoritaire dans l’Occident latin. N’ont pas été traités dans ces pages les autres rites (gallican, wisigothique, et surtout ambrosien), qui y ont été pratiqués, et dont les particularismes étaient beaucoup plus marqués, puisqu’ils affectaient le cursus de la messe et de l’office. Pour ne parler que du rite ambrosien, qui a survécu au Moyen Âge et à l’époque moderne, les livres liturgiques offrent de notables différences avec ceux issus du rite romain. []
  2. Pour détecter des différences significatives, il faut garder à l’esprit que le sanctoral ne fournit jamais autant de propres que de fêtes marquées au calendrier. C’est surtout l’absence dans ce dernier d’un saint pourvu d’une histoire dans le même manuscrit qui doit susciter un tel soupçon. []
  3. Les pages d’introduction du chanoine Leroquais à ses catalogues continuent à faire autorité en la matière (cf. Bibliographie) : elles recensent les éléments, spécifiques aux différents types de manuscrits décrits, susceptibles d’aider à la datation et à l’identification de l’usage. Malheureusement, les relevés de Dom Bessac, que Leroquais a beaucoup employés, sont restés pour la plupart inédits et mériteraient une publication. []
  4. Reproduction du tableau fourni par Victor Leroquais dans l’introduction à son catalogue sur Les sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris, Protat, 1924, t. I, p. xxv. Il a établi cette liste en dépouillant des missels imprimés de la fin du XVe ou du début du XVIe s. []
  5. Il n’est bien entendu pas question ici des usages très répandus comme ceux de Rome, Paris ou Sarum. []
  6. Plus le manuscrit est richement enluminé, plus il faut suspecter une origine étrangère à sa destination liturgique. []
  7. À partir des années 1530-1540, la plupart des manuscrits liturgiques, livres d’heures exceptés, sont à nouveau copiés sur le lieu correspondant à leur usage. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 26 janvier 2017

    […] Par leur antiquité, les Ordines romani constituent une source majeure pour les historiens de la liturgie. Ils ne doivent pas faire oublier que des ordines manuscrits, isolés ou assemblés en collections ont été copiés pendant tout le Moyen Âge et jusqu’à l’époque moderne3. Ces derniers peuvent témoigner des usages propres aux institutions religieuses, qu’il est parfois possible d’identifier par la présence de litanies, la mention des « acteurs » du culte ou des précisions toponymiques (cf. Usages liturgiques). […]

  2. 26 janvier 2017

    […] Les usages liturgiques : Un usage liturgique se définit comme l’ensemble des pratiques particulières à une communauté. Son identification peut fournir des indices sur la datation d’un manuscrit ou aider à la reconstitution e fonds d’institutions religieuses médiévales. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *