La liturgie des défunts

Jean-Baptiste LEBIGUE

Les manuscrits conservés témoignent de la place considérable tenue par la liturgie des funérailles. L’ordo d’extrême-onction, fréquemment suivi de prescriptions et de textes nécessaires aux obsèques, est le plus fréquemment rencontré dans les livres à caractère rituel (cf. Rites) et se trouve souvent annexé à des collectaires, bréviaires, sacramentaires ou missels. La mention des officiants dans les rubriques et la présence de litanies permettent parfois d’en déduire l’usage (cf. Ordines, statuts et coutumes)1.

Le poids de la liturgie des défunts

Mais plus écrasante encore est la part de la liturgie consacrée à la mémoire des défunts. Seules les commémoraisons courantes se limitent à une annonce à prime, des mentions pendant la messe (pendant le Memento des morts) et des commendationes à l’office (suivant le même modèle que les mémoires ou suffrages2). D’autres réclament que soient dits l’office et la messe des morts, lesquels sont surreprésentés dans les manuscrits liturgiques. Leur nombre toujours croissant finit par constituer un véritable « calendrier » des défunts, qui se superpose aux propres du temps et des saints, et devient sujet, comme eux, à une évaluation par le rit et la solennité3.

  • Cambrai, Bibl. mun., ms. 86, f. 65-67. Recueil liturgique à l’usage des augustines de l’hôpital Saint-Jacques-au-Bois de Cambrai, 1515-1516.

Des anniversaires et obseques pour les trespasses.

Est assavoir que, se le jour ou chiet aucun des anniversaires qui sont signés ou kalendier est samedi, les vigiles se diront le dimenche apres disner ou le lundi. Car quant il est samedi ou nuit de feste, on ne dit jamais nulles vigilles, et se diront les vigilles de ces anniversaires avecque aulcune sollempnité : tellement que on alumera une candeille sur l’autel, et tousjours le verset du troisisme respons de chascune nocturne se dira a deux, et l’une sera celle qui aura dit la lechon, et l’autre celle a qui le chantre ou soubchantre enjoindera. Du residu on fera a maniere acoustumee, excepté que le ‘Magnificat’ et ‘Benedictus’ se lieve a deux, et le vers du desrain respons a deux, en disant ‘Creator omnium rerum’ avecq les deux acoustumés, c’est assavoir ‘Tremens factus’ et ‘Dies illa’. Samblablement vous feres pour le pere ou mere de aucune soeur professe trespassé, pour le doyen de chrestiennetet, pour le curé et visiteur trespassés et a tout les demi double. Mais pour vostre evesque et pour maistresse ou aucune soeur professe ou novisse trespassés, vous ferez sollempnité plus grande, car vous chanteres a deux au millieu de l’oratore comme en double, et fera l’office la prelate : luy enjoindra et se tendra au costé dextre apres la maistresse. Et toutes les antiennes se leveront en commenchant au plus aynees desoubz celles qui fait l’office. Et les verses des noctur[n]es se diront a deux. Et tout les respons se diront a deux, autant que faire se porra : l’une seera celle qui chante la leichon precedente, l’autre celle a qui la chantre enjoindra. Et le desrain respons se levera a quattre, et le vers dudit respons se dira a deux, comme on fait a ‘Venite’. Des matines et le desrain vers se dira a quattre touttes ensamble : et celle qui dit le IXe lechon qui fait l’office ne sera point l’une de ces quattre, mais la lechon ditte, se retourne en son lieu. A laudes on recommenche a lever les anthiennes a la plus aynee, comme il est dit.

Item les vigilles qui sont sollempnelles, le ‘Venite’ se dit a quattre ; pour le pere ou mere d’une soeur, il se dit a deux ; pour ung anniversaire, il n’y a point de ‘Venite’.

Item est a noter que aux vigilles, quelque sollempnelles qu’elle soient, on ne relieve point les anthiennes au millieu du coeur, mais on commenche les psalmes au millieu du coeur comme aux heures, et les hymnes a deux. Et a touttes vigilles, soyent sollempnelles ou aultres, tousjours on se doibt lever a la troixesme anthienne de chescune nocturne et incliner parfont au ‘Pater noster’, et puis se seoir. Samblablement apres le darrain respons, quant on resume et reprent ‘Libera me’, on se doit lever et, a la psalme de ‘Miserere mei Deus’ se raseoir jusques ‘Laudate Dominum de celis’. Es vigilles solempnelles, celle qui fait l’office doibt lever et relever l’antienne de ‘Benedictus’. Laquelle dite, a ‘Pater noster’ est inclination parfonde. Et samblablement a la premiere collecte apres l’office, se aulcunes heures ne s’ensieult, on dit ‘Salve regina’, comme apres les heures qui seront comme sont services et obseques. […].

Item est a noter que ceste sollempnité vous tenres seullement au premieres vigilles que vous dires pour vostre evesque et les deux aultres, quant vous estes tenue de dire pour luy selonc vos constitutions. Vous les dires sans sollempnitet, comme vous faittes une fois la sepmaine. Item noteres que quant vous avez dit une fois la sepmaine les vigilles pour qui que che soit, vous n’estes point tenue de en dire plus nulle pour ceste sepmaine, se che n’estoit pour une soeur ou confrere nouvellement trespassés. […].

Et est a noter que aux vigilles il y a trois diversités, c’est assavoir double, demi double et simple. Simple, c’est quant comme on dist toutte les sepmaines ordinaires ; demi double, pour ung pere ou mere des soeurs trespassés ou anniversaires ; doubles, c’est pour l’evesque ou visiteur, doyen, pere confesseur, professes et novisses, et au jour de tous les sains pour les ames.

Les augustines de Cambrai distinguent trois sortes de « vigiles » des morts4, correspondant aux rits simple, semi-double et double. La commémoraison du 2 novembre (au jour de tous les sains pour les ames) est assimilée à ces vigiles, quoique le cursus de son office soit complet : c’est en quelque sorte l’état plénier et universel du culte rendu pour défunts. À noter aussi que l’office des morts peut être récité pour des personnes encore vivantes, comme c’est le cas ici au bénéfice de l’évêque du lieu. Enfin, une part considérable de ce culte concerne les membres de la communauté et leurs familles proches. Ce soin donné aux âmes des personnes en relation avec la communauté (parents, amis et bienfaiteurs) se traduit, notamment dans les ordres et congrégations très étendus, par la mention de leur commémoration générale à dates fixes, parfois marquées au calendrier et particulières à un usage liturgique.

Troyes, Bibl. mun., ms. 850, f. 3. Bréviaire cistercien, Nord-est de la France ? dernier quart du XIIIe s.

Troyes, Bibl. mun., ms. 850, f. 3. Bréviaire cistercien, Nord-est de la France ? dernier quart du XIIIe s.

La commémoraison de tous les fidèles défunts au 2 novembre (Commemoratio omnium fidelium defunctorum), instituée au Xe siècle sous l’impulsion de Cluny, est devenue universelle dans la liturgie de rite romain. En revanche, celle fixée au 20 du même mois pour les familles des membres de l’ordre (Commemoratio parentum nostrorum) est spéciale aux cisterciens à cette date.

Manque forcément dans une congrégation féminine comme celle des augustines de Cambrai les instructions relatives aux messes des morts, lesquelles occupent une place considérable dans les livres prescriptifs des communautés masculines comptant des prêtres dans leurs rangs. La messe de Requiem peut, selon la solennité donnée à l’anniversaire du défunt, être privée ou conventuelle, matutinale ou majeure (grand-messe). Certains obits solennels sont traités comme des fêtes pourvues d’un propre. C’est le cas par exemple pour les anniversaires de rois qui figurent dans le calendrier et le sanctoral de l’ordinaire de l’abbaye de Saint-Denis : celui du roi Robert II le Pieux, tombant le 20 juillet, et dont l’article est reproduit ci-dessous, a causé la reposition de la fête de la sainte Marguerite la veille de son incidence (le 19 au lieu du 20 août)5.

  • Paris, Bibl. Mazarine, ms. 526, f. 148. Ordinaire de Saint-Denis, Saint-Denis ? 1234-1241

Anniversarium Roberti regis. Sequenti nocte fiat anniversarium Roberti regis.

[Ad vesperas] responsorium ‘Quomodo confitebor’ a quattuor in cappis. Ad ‘Magnificat’ antiphona ‘Ego sum resurrectio’. Tres orationes ad unum ‘Per Dominum’ : ‘Presta, quesumus, Domine ut anima’, ‘Quesumus, Domine, per tua’, ‘Fidelium, Deus’. Lectio ‘Audistis fratres’.

[Ad matutinas] invitatorium ‘Regem cui omnia vivunt’. Responsoria ‘Absolve’, ‘Credo quod’, ‘Manus tue, Domine’, ‘Ne recorderis’, ‘Domine, quando veneris’, ‘Libera me’, ‘Peccantem me’, ‘Libera me, Domine’, ‘Ne tradas, Domine, bestiis’, ‘Tuam, Deus piissime’.

[Ad laudes] ad ‘Benedictus’ antiphona ‘Cognoscimus Domine’. Cetera omnia sicut in obsequio defunctorum.

Ad missam. Tres cantores, quattuor procedentes. ‘Kyrie’ “Clemens rector” a quattuor. Tres orationes ut ad vesperas. Epistola ‘Vir fortissimus’. Responsorium ‘Si ambulam’ a quattuor. Tractus ‘De profundis’ a toto conventu, quasi sequencia, et sonent due campane in choro et in thurribus. Evangelium ‘Omne quod dat michi’. Offertorium ‘Erue, Domine’ ; et thurificetur sepultura regis a duobus sacerdotibus a principio evangelii usque ad finem tocius offerende. Prefacio ‘Qui mortem nostram’. Communio ‘Ego sum resurrectio et vita’.

La commémoration des défunts

Les premiers documents qui ont servi à la commémoration des défunts sont pour l’essentiel des listes de noms : ceux des membres de la communauté, de leurs familles, associés, amis et bienfaiteurs, appartenant à une même confraternité de prière. La manière dont ces listes sont organisées permet d’en distinguer plusieurs types :

  • Les « livres de confraternité » (appelés aussi « de vie » ou « mémoriaux ») sont les plus anciens. Ils disparaissent à la fin du Xe siècle et les exemplaires subsistant sont fort rares. Les vivants y sont mêlés aux morts. Si les jours de décès sont parfois mentionnés, les noms ne sont pas classés par date, mais forment des paragraphes correspondant à l’entrée concédée à tout un groupe dans la confraternité de prière.
  • Les rouleaux des morts, qui ont dû apparaître au VIIIe siècle, ont subsisté jusque tard à l’époque moderne. Ils commencent par une lettre circulaire (encyclique) adressées aux communautés associées pour leur faire part d’un décès. Celles-ci y ajoutent un accusé de réception où elles s’engagent à prier pour le mort et demandent la même faveur pour leurs propres défunts. Ces suppléments, cousus à la suite de l’encyclique, s’enroulaient autour d’un axe de bois, d’où le terme descriptif de « rouleau des morts ». Ces documents sont typiques de la moitié nord de l’Europe et furent surtout mis en circulation par les monastères bénédictins (cf. Le rouleau entre Antiquité et Moyen Âge).
  • Les nécrologes organisent la liste des défunts sous forme de calendrier, comme l’obituaire, à la différence que ce dernier compile les noms de fondateurs de messes et d’offices, et non plus seulement ceux des membres de la confraternité de prière (cf. Prime et processions)6.

Angers, Bibl. mun., ms. 168, f. A. Fragment d’un rouleau des morts (feuillet de garde), Abbaye Saint-Aubin d’Angers, XIIe s.

Angers, Bibl. mun., ms. 168, f. A. Fragment d’un rouleau des morts (feuillet de garde), Abbaye Saint-Aubin d’Angers, XIIe s.

Vendôme, Bibl. mun., ms. 161, f. 156. Nécrologe de l’abbaye de la Trinité de Vendôme, Vendôme, première moitié du XIIIe s. ?

Vendôme, Bibl. mun., ms. 161, f. 156. Nécrologe de l’abbaye de la Trinité de Vendôme, Vendôme, première moitié du XIIIe s.?

Ce fragment, remployé comme feuillet de garde, correspond à la partie initiale d’un rouleau des morts : l’encyclique envoyée par le monastère Saint-Aubin d’Angers pour recommander son abbé défunt aux prières d’autres communautés. Celles-ci ont ensuite apposé, au gré des pérégrinations du messager, des « titres » (l’un est visible au coin inférieur droit) où elles confient leurs propres morts. L’organisation sous forme de calendrier ne suffit pas à qualifier ce manuscrit de nécrologe : c’est aussi l’absence de mentions relatives aux fondations (rentes, pitances, etc.) qui le caractérise et le distingue de l’obituaire.

Les fondations de messes et d’offices

La fondation d’une messe ou d’un office dans une communauté ne répond pas à la même idée de confraternité de prière. C’est un « service » obtenu en l’échange de revenus permettant de rémunérer les religieux chargés de la célébration des offices et messes demandés. Il s’agit le plus souvent d’un service anniversaire, presque toujours fixé le jour du décès. La compilation de ces fondations sous forme de calendrier constitue l’obituaire (cf. Prime et processions). Ce dernier est utilisé, comme le nécrologe, à prime, avec cette différence qu’il renseigne aussi les membres du chapitre ou de l’abbaye sur les célébrations auxquelles ils sont tenus de s’acquitter pour les défunts.

Échappe néanmoins à l’obituaire une part importante des offices et messes : ceux dépendant de fondations quotidiennes ou hebdomadaires que s’offrent quelques riches commanditaires. Le service, souvent commencé dès leur vivant, n’est pas toujours celui d’un office ou d’une messe des morts. On voit par exemple, ajoutées à la fin de l’ordinaire de Saint-Géry de Cambrai (Cambrai, Bibl. mun., ms. 202, f. 184v-187v), la mention de diverses fondations accordées entre 1467 et 1494 par le chapitre à un de ses membres nommé Jean de Werde : un obit solennel à célébrer dans la semaine suivant le dimanche du Letare, mais aussi un office et une messe en l’honneur de la Vierge chaque quatrième dimanche d’août, avec le propre et le rang de la fête de la Conception du 8 décembre, le tout donné avec la description minutieuse des cérémonies et l’état des acquisitions faites par le chapitre grâce à la somme allouée à ces fondations7.

La charge des divers services est devenue si lourde que les communautés ont dû rédiger de véritables documents comptables, permettant la gestion des prestations liturgiques, des rentes attachées aux fondations et des rémunérations des officiants8 :

  • Les livres de distributions et pitanciers servent à dispenser à l’officiant, aux assistants, à toute la communauté ou à un nombre déterminé de pauvres, de petites sommes prélevées sur les rentes attachées à la fondation.
  • Les livres d’anniversaires ont la même fonction, sauf qu’ils concernent les monastères, où détenir personnellement de l’argent n’était pas autorisé.
  • Des documents purement comptables pour administrer les rentes attachées aux fondations : terriers, comptes, états, etc.
  • Les cartulaires et « livres de fondations » compilant les actes de fondations, que le service en soit anniversaire ou non.

Angers, Bibl. mun., ms. 737, f. 1. Livre de distributions de la cathédrale d’Angers, Angers, fin du XIVe s.

Angers, Bibl. mun., ms. 737, f. 1. Livre de distributions de la cathédrale d’Angers, Angers, fin du XIVe s.

Liber reddituum antiquorum ordinatorum pro anniversariis deffunctorum in ecclesia Andegavensi quolibet anno faciendorum, tam de antiquis quam modernis libris dictorum anniversariorum extractorum. Et de hic secundum valorem reddituum cujuslibet anniversarii situatorum [sic] prout inferius plenius continetur.
D’après l’intitulé du volume, qui résume bien le contenu des articles, ce livre de distributions est plutôt un récapitulatif des diverses rentes à toucher sur les anniversaires, classés par mois. Présenté comme une compilation des livres anciens et récents d’où sont extraits ces anniversaires (autrement dit, les obituaires de la cathédrale), ce manuscrit est spécialisé dans la gestion comptable et omet systématiquement les aspects liturgiques.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 3330, f. 1. Livre des réductions de fondations des célestins de Paris, Paris, 1436.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 3330, f. 1. Livre des réductions de fondations des célestins de Paris,
Paris, 1436.

Dans le long prologue reproduit ci-dessus, les rédacteurs de ce mince livret de neuf feuillets tentent d’en justifier la teneur : les fondations assumées par les célestins de Paris (entre autres celles dues à plusieurs rois et membres de la famille royale) sont réduites à cause de la diminution des rentes qui y étaient attachées et en raison de la pénurie de frères. La tâche était lourde en effet, puisque le couvent avait à charge plusieurs « lots » de messes quotidiennes. Dans chaque article, après mention du bénéficiaire et de ses qualités, et le détail de la fondation (nombre et fréquence des services), est rappelé l’état ancien des revenus, suivi de son estimation actualisée : l’occupation anglaise et la mauvaise gestion ayant fort gâté les biens sur lesquels ces rentes étaient assises, les célébrations afférentes sont réduites en proportion (cf. http://www.cn-telma.fr/liturgie/notice44).
  1. Aux funérailles se rattache la pratique du septain (sept messes dont est chargé un unique prêtre) et du trentain (célébration d’une messe quotidienne pendant trente jours sans interruption). []
  2. Cf. Propre de l’office et Règles de préséance. []
  3. Sa rencontre avec les offices du temporal et du sanctoral peut, si l’obit est solennel, causer des cas d’occurrence traités aussi dans les ordinaires, rubriques générales et cérémonials. []
  4. L’office des morts est souvent désigné sous le nom de « vigiles » (vigilie) : son cursus incomplet (vêpres, matines et laudes) l’assimile à la partie d’un office dite la veille au soir ou pendant la nuit. Il était en général récité d’une seule traite. []
  5. L’anticipation définitive d’un office est due habituellement à la concurrence perpétuelle de deux fêtes fixes. L’application des mêmes principes à un anniversaire solennel met donc ce dernier au même rang qu’une fête du sanctoral. []
  6. Rappelons que les termes de nécrologes et d’obituaires sont des appellations forgées par les érudits de l’époque moderne et n’avaient pas cours au Moyen Âge, où on désignait ces mêmes livres sous le nom de catalogus defunctorum, liber obituum, liber anniversariorum, et plus rarement mortologium, calendarium, etc. []
  7. Pour la fin du Moyen Âge au moins, la distinction entre les services anniversaires et les fondations de messes et d’offices qui ne sont pas attachés à une incidence fixe est totalement factice. Le fait que ces dernières ne puissent figurer dans l’obituaire, impropre à les accueillir à cause de sa structure calendaire, ne leur donne pas un statut différent. []
  8. Les recherches portant sur tous les types de documents évoqués ici sont grandement facilitées (pour la France tout au moins) par le Répertoire des documents nécrologiques français de Jean-Louis Lemaître, Paris, Imprimerie nationale-Klincksieck, 1980-1992. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 janvier 2017

    […] La liturgie des défunts : La liturgie des défunts s’alourdit et change de nature au cours du Moyen Âge. La commémoration des défunts au sein d’une même confraternité de prière est bientôt concurrencée par les fondations de services liturgiques subventionnés par des rentes. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *