Rites et sacrements

Jean-Baptiste LEBIGUE

La liturgie ne se limite pas à la célébration de l’office et de la messe. En font également partie l’administration des sacrements autres que l’eucharistie (baptême, confirmation, pénitence, mariage, ordinations, extrême-onction), et celle des rites tels que les professions monastiques et religieuses, les funérailles, la consécration des églises et des autels, l’exorcisme du sel et de l’eau, les aspersions1, etc. Tous ces sacrements et rites ont été décrits dans des ordines (cf. Ordines, statuts et coutumes), qu’on qualifie généralement de « rituels ». Il est fréquent de trouver ces ordines annexés à des manuscrits de l’office et de la messe : ceux de l’exorcisme et des funérailles figurent très souvent dans les collectaires, celui du mariage dans les missels à partir du XIIIe siècle, et il n’est pas rare qu’un sacramentaire serve aussi à dispenser le baptême et la pénitence.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 419, f. 7. Missel de l’abbaye Montier-en-Der, Paris, vers 1335.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 419, f. 7. Missel de l’abbaye Montier-en-Der, Paris, vers 1335.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 419, f. 236. Missel de l’abbaye Montier-en-Der, Paris, vers 1335.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 419, f. 236. Missel de l’abbaye Montier-en-Der, Paris, vers 1335.

On reconnaît ce missel au contenu des propres, qui rassemblent chants, oraisons et lectures de la messe. (cf. Le missel). Ce même missel contient aussi plusieurs ordines rituales, dont celui de l’exorcisme du sel et de l’eau, signalé ici par la rubrique, de même que ceux « ad clericum faciendum » et « ad monachum benedicendum », nécessaires à l’abbé bénédictin de Montier-en-Der.

Les recueils « informels »

Il n’existe pas de rituel type au Moyen Âge. Ce livre n’a pris sa physionomie définitive qu’avec la promulgation du Rituel romain publié en 1614, qui rassemble les rubriques et les textes nécessaires à l’administration de tous les rites et sacrements qu’un prêtre est censé accomplir, hors l’eucharistie qu’il célèbre en s’aidant du missel. Les prétendus rituels médiévaux (rituale), qu’on trouve aussi sous le titre de manuel (manuale) ou de pastoral (pastorale), sont beaucoup moins complets et rassemblent un nombre variable d’ordines, mêlés parfois à des pièces liturgiques appartenant à l’office ou à la messe. Il est fréquent par exemple de voir circuler isolément l’ordo d’extrême-onction et de funérailles, à moins qu’il ne soit accompagné de l’office des morts, d’antiennes de processions, etc. Il s’agissait souvent de livrets peu épais : on les retrouve surtout insérés dans des recueils factices ou annexés dès l’origine à d’autres manuscrits liturgiques, en particulier le collectaire (cf. Propres de l’office). On rencontre enfin de nombreux exemplaires où, aux éléments rituels, sont juxtaposés le canon de la messe et quelques formulaires, en particulier celui de la messe des morts2.

Exemple de composition d’un recueil rituel à l’usage de l’abbé de Saint-Pierre-le-Vif de Sens (Sens, Bibl. mun., ms. 24 : Sens, début du XIIIe s.). N’ont été pris en compte dans ce relevé que les textes de la partie primitive.

  • 6-24 : Exorcismus salis – Exorcismus aque – Rite d’aspersion avec les antiennes, versets et oraisons destinées aux divers lieux dans l’abbaye : In vestiario – In capitulo – In dormitorio – In refectorio – In quoquina – In cellario – Ad infirmos – Ad introitum ecclesie – Suffrage en l’honneur de saints Pierre et Paul et de saints Savinien, Potentien et Altin.
  • 24-26 : Benedictio candelarum (bénédiction des cierges pour la fête de la purification de la Vierge).
  • 26-31 : In capite Jejunii… (ordo du mercredi des cendres).
  • 31-33 : Feria quinta in cena Domini (Bénédiction du feu et mandatum pauperum du jeudi saint).
  • 33-34 : In Parasceve benedictio ignis (Bénédition du feu du vendredi saint).
  • 35-39v : Sabbato sancto in vigilia Pasche, benedictio ignis (Bénédiction du feu de la vigile pascale) – Letania in sabbato sancto.
  • 39v-42 : Benedictio pomorum – Benedictio uve.
  • 42-50 : Benedictio corporalis – Benedictio ad stolam – Benedictio ad albas, planetas, stolas vel cingulum et amictum – Ad crucem benedicendam – Ad consecrandam patenam – Ad calicem benedicendum.
  • 50-51 : Ordo ad barbam tondendam.
  • 51-72 : Ordo ad monachum faciendum et coronam benedicendam
  • 72-75 : Absolutio super penitentes.
  • 75-162 : Incipit ordo ad visitandum infirmum – Ordo ad ungendum infirmum – Ordo des funérailles.
  • 163-223 : Incipit ordo officii trium dierum ante pascha Domini (avec évangile de la Passion du vendredi saint et Exultet noté).

Le pontifical

Comme les livres évoqués précédemment, le pontifical est une compilation d’ordines décrivant des rites et des sacrements. Il se distingue par le fait qu’il est à l’usage de l’évêque et contient la description de cérémonies qui le réclament comme officiant exclusif : sacrements de confirmation et d’ordinations aux ordres majeurs3, rites de dédicace ou de réconciliation d’une église, couronnement royal, bénédictions des abbés et abbesses, etc. Ce principe posé, le pontifical est parfois malaisé à reconnaître, pour les raisons suivantes4 :

  • Il contient aussi des ordines d’actes rituels dont pourrait s’acquitter un simple prêtre : baptême, exorcisme, extrême-onction, etc.
  • Il peut renfermer, comme les prétendus « rituels » médiévaux, des éléments typiques d’autres manuscrits liturgiques. Ainsi, on relève dans certains pontificaux le canon, les préfaces et l’ordo de la messe, avec des formulaires comparables à ceux d’un sacramentaire ou d’un missel5. D’autres empiètent sur les manuscrits de l’office en produisant des collectes, des capitules, des antiennes et répons propres6, le petit office de la Vierge ou celui des morts7, etc.

Orléans, Bibl. mun., ms. 144, f. 69v. Pontifical de Chartres adapté à l’usage d’Orléans, France, début du XIIIe s.

Orléans, Bibl. mun., ms. 144, f. 69v. Pontifical de Chartres adapté à l’usage d’Orléans, France, début du XIIIe s.

culte-30

Orléans, Bibl. mun., ms. 144, f. 71v. Pontifical de Chartres adapté à l’usage d’Orléans, France, début du XIIIe s.

La dédicace d’une église fait partie des ordines se trouvant communément dans les pontificaux. Le long paragraphe de prescriptions copié à l’encre rouge est suivi des textes et oraisons complets nécessaires à la cérémonie. Cet Ordo in dedicatione ecclesie est précédé de celui réglant la liturgie du synode, et d’une série de bénédictions épiscopales pour quelques dimanches et fêtes. Quelques feuillets plus loin dans le même manuscrit, commence la préface commune de la messe, suivie ici par le canon (oraison du Te igitur), puis par les formulaires de quelques messes, où les lectures et chants figurent seulement sous forme d’incipit. Les ordines typiques d’un pontifical réapparaissent ensuite avec les ordinations, la bénédiction d’un abbé, la consécration des vierges, etc.

À l’opposé, bon nombre de manuscrits, bien que conçus pour l’accomplissement des rites et sacrements de la liturgie épiscopale, ne peuvent être qualifiés de pontificaux :

  • Le bénédictionnaire, qui, son nom l’indique, rassemble les textes des bénédictions solennelles prononcées par l’évêque : si elles ont leur place dans le pontifical, elles ne sauraient en constituer qu’une partie.
  • Les ordines pontificaux circulant isolément, comme c’est souvent le cas pour ceux des ordinations, de la bénédiction d’un abbé ou de la dédicace d’une église. Toutefois, dans l’identification de ces ordines, il est toujours indispensable de s’enquérir s’ils sont réellement destinés à un évêque ou servent à d’autres officiants participant à la liturgie pontificale. On s’en convaincra en examinant un recueil rituel (Paris, Bibl. nat. de France, ms. latin 15618) contenant les rubriques explicatives, les chants, copiés in extenso (y compris les intonations des psaumes), pour la consécration et la re-consécration d’une église (f. 3-67v), la bénédiction d’un cimetière (f. 68-79), la réconciliation d’une église et d’un cimetière (f. 79-90v) ou d’un cimetière seul (f. 90v-93v) et la bénédiction d’une cloche (f. 94-104). Si tous ces rites réclament la présence d’un évêque, ce n’est pas lui qui devait utiliser ce livre : les oraisons et les bénédictions qu’il doit prononcer ne sont en effet signalées que par leurs incipit. On a là une sorte de manuscrit complémentaire au pontifical, mais à l’usage du chantre ou du cérémoniaire seuls8.
  • Les cérémonials papals et épiscopaux9, qui renferment des ordines à caractère non pas sacramentel et rituel, mais descriptif et prescriptif, où les textes euchologiques nécessaires aux célébrations sont absents ou insuffisants.
  • L’ordinaire épiscopal, lui aussi livre prescriptif, qui détaille pour l’évêque le déroulement des quelques fêtes et dimanches de l’année où il est appelé à célébrer dans la cathédrale10.

La carrière historique du pontifical

Ainsi présenté, le pontifical pourrait n’être qu’un accident parmi d’autres, à voir l’esprit, non pas anarchique, mais dédaigneux de tout modèle, dans lequel les livres à caractère « rituel » se sont constitués au Moyen Âge. Mais le nombre considérable d’exemplaires subsistants et son maintien à l’époque moderne, où il a simplement été rationalisé et dépouillé de tous ses « emprunts » aux autres livres liturgiques, interdisent de le négliger. Par nature, son contenu ne pouvait être aussi défini que dans un sacramentaire, un bréviaire ou un antiphonaire : tout ce qui est liturgique (messe, office ou rite) est susceptible de servir à l’évêque et de figurer dans un pontifical. Les variations qui ont affecté sa physionomie témoignent d’un long perfectionnement au fil les siècles, dont on se contentera ici de mentionner les grandes étapes11.

  • L’origine du pontifical se trouve dans les Ordines romani (cf. Ordines, rites et coutumes). La compilation de ceux qui servaient plus particulièrement à l’évêque formèrent les pontificaux « primitifs » (IXe et Xe siècles), rattachés ou non à un sacramentaire. Parallèlement apparaissaient les premiers recueils de bénédictions (bénédictionnaires), le plus souvent à usage épiscopal.
  • À Mayence, entre 950 et 962, naît le pontifical dit « romano-germanique », qui se répand rapidement dans l’Empire et en Italie, un peu moins vite en France et en Angleterre où se poursuivent quelques tentatives originales. Par sa vaste postérité comme par son contenu déjà plus rationnel, la version « romano-germanique » fait du pontifical un livre liturgique à part entière et non plus une compilation hasardeuse d’ordines.
  • De lui dérive directement le « pontifical romain du XIIe siècle », remanié sous le pontificat d’Innocent III (1198-1216) pour donner le « pontifical de la Curie » au XIIIe siècle.
  • L’avant-dernière étape avant le pontifical romain moderne est la version rédigée entre 1292 et 1295 par le célèbre canoniste et liturgiste Guillaume Durand l’Ancien, évêque de Mende (cf. Bibliographie).
  • Elle servit à Augustin Patrizi et Jean Burchard, qui la complétèrent à l’aide du cérémonial papal, tout en retranchant les rites non-spécifiques à l’évêque, pour la première édition imprimée du Pontifical romain en 1485. En 1596 la bulle Ex quo in ecclesia Dei rendait obligatoire l’usage exclusif du pontifical romain, abolissant ceux des Églises particulières12.

Vendôme, Bibl. mun., ms. 14, f. 45v. Pontifical de Salzbourg, Sud de l’Allemagne ? première moitié du XIe s.

Vendôme, Bibl. mun., ms. 14, f. 45v. Pontifical de Salzbourg, Sud de l’Allemagne ? première moitié du XIe s.

Ce pontifical fait partie de la génération « romano-germanique ». L’Ordo ad regem benedicendum, qui commence sur cette page, est typique. L’archétype perdu du pontifical « romano-germanique » devait en effet le contenir : cet ordo fut probablement rédigé à l’occasion du couronnement royal d’Otton II le 26 mai 961 à Aix-la-Chapelle.
Déterminer l’usage d’un pontifical réclame de scruter attentivement certains ordines pour traquer toponymes, prénoms de personnages, noms de saints révélateurs dans des oraisons ou les litanies, tout en suspectant les scories issues de la tradition textuelle. Dans le présent manuscrit, c’est la bénédiction de l’abbé (Ordinatio abbatis) qui fournit l’indice le plus probant. L’évêque est en effet censé demander au postulant s’il veut servir l’Église de Salzbourg (f. 20 : Vis sancte Juvavensi ecclesie et michi et successoribus meis fidem et subjectionem exhibere ?).

Avertissement

Contrairement aux précédents, le présent chapitre n’a pas été pourvu d’exercices pratiques appliqués à l’identification des livres de rites et de prescriptions. Il est en effet impossible de s’assurer de leur nature en s’appuyant sur l’examen de quelques feuillets : elle ne se révèle qu’en colligeant l’ensemble des rubriques et par l’analyse minutieuse du contenu de chaque article.

  1. On a vu précédemment que les termes de rite (ritus), usage (usus), coutume (consuetudo), cérémonie (ceremonia) étaient interchangeables dans la langue liturgique médiévale (cf. Ordines, statuts et coutumes). Dans cette page, on emploiera « rite » dans un sens restreint où il désigne seulement les « actions » liées aux sacrements (baptême, eucharistie, confirmation, pénitence, ordinations, mariage, extrême-onction) et aux sacramentaux (bénédictions des abbés et abbesse, exorcisme, consécration des vierges, bénédictions du saint chrême, des cendres, des objets du culte, dédicaces d’église, etc.). []
  2. On se gardera toutefois de prendre pour des préfaces au canon de la messe celles qui précèdent les bénédictions du cierge et des fonts lors de la vigile pascale, et qui commencent pareillement par un dialogue introductif et l’incipit Vere dignum… (cf. Le sacramentaire). []
  3. Certains abbés avaient la capacité de dispenser les ordres mineurs. []
  4. Les lignes qui suivent sont inspirées de l’introduction de Victor Leroquais à son catalogue des pontificaux (cf. Bibliographie), qui reste la meilleure initiation, la plus pragmatique et la plus intelligible à un non-spécialiste. []
  5. Il s’agit en général d’un choix limité de messes festives et votives (cf. Le sacramentaire et Le missel). Pour autant, il ne faut pas confondre ce genre de pontificaux avec les sacramentaires et missels pourvus de bénédictions solennelles dispensées par l’évêque ou d’ordines à son usage pour quelques grandes dates de l’année comme la Purification ou la vigile pascale. []
  6.  Cf. Propres de l’office. []
  7. Cf. Offices supplémentaires au propre. []
  8. On en aura un exemple avec un « rituel » d’ordinations, peut-être réservé à l’évêque de Paris pour l’ordination des chanoines de l’abbaye Saint-Victor (Paris, Bibl. de l’Arsenal, ms. 335, cf. http://www.cn-telma.fr/liturgie/notice13). Toutefois, dans l’identification de ces ordines, il est toujours indispensable de s’enquérir s’ils sont réellement destinés à un évêque ou servent à d’autres officiants participant à la liturgie pontificale. On s’en convaincra en examinant un recueil rituel (Paris, Bibl. nat. de France, ms. latin 15618) contenant les rubriques explicatives, les chants, copiés in extenso (y compris les intonations des psaumes), pour la consécration et la re-consécration d’une église (f. 3-67v), la bénédiction d’un cimetière (f. 68-79), la réconciliation d’une église et d’un cimetière (f. 79-90v) ou d’un cimetière seul (f. 90v-93v) et la bénédiction d’une cloche (f. 94-104). Si tous ces rites réclament la présence d’un évêque, ce n’est pas lui qui devait utiliser ce livre : les oraisons et les bénédictions qu’il doit prononcer ne sont en effet signalées que par leurs incipit. On a là une sorte de manuscrit complémentaire au pontifical, mais à l’usage du chantre ou du cérémoniaire seuls. []
  9. Cf. Ordines, rites et coutumes. []
  10.  Le bouleversement complet du rôle de l’évêque en France depuis la Révolution fait souvent oublier un trait important de la liturgie du Moyen Âge et de l’Ancien Régime : la charge de la liturgie cathédrale revient surtout à son chapitre. L’évêque n’est « invité » à y figurer que lors d’un nombre restreint de cérémonies : les grandes dates du temporal comme Noël, l’Épiphanie, le dimanche des Rameaux, la semaine sainte, Pâques, la Pentecôte, et quelques fêtes majeures du sanctoral comme la Purification, l’Assomption, la Toussaint, etc. On peut donc considérer l’ordinaire épiscopal comme un extrait, adapté à l’usage du pontife, de l’ordinaire « plénier » organisant la liturgie cathédrale (cf. Ordines, rites et coutumes) : sa nature diffère fondamentalement du pontifical. Et si certaines pièces liturgiques, comme des bénédictions, peuvent figurer dans l’un et l’autre, l’ordinaire épiscopal n’en donne habituellement que l’incipit. Du reste, l’étude comparée des pontificaux et des ordinaires cathédraux est encore à faire, ne serait-ce que pour déterminer si le choix des propres de messes, quand ils figurent dans les premiers, correspond aux jours où les seconds consignent la célébration de la messe par l’évêque dans la cathédrale. []
  11.  L’histoire du pontifical est bien connue depuis une quarantaine d’années grâce aux travaux de Cyrille Vogel et Reinhard Elze sur « Le pontifical romano-germanique du xe siècle », Studi et Testi, 226, 227 et 269, 1963-1972 et à ceux de Michel Andrieu pour les pontificaux de la fin du Moyen Âge (cf. Bibliographie). []
  12.  La promulgation du Rituel romain en 1614 n’avait pas exactement la même portée : le pontifical possédait déjà sa physionomie propre depuis plusieurs siècles au moment de la réforme tridentine, alors que le rituel ne s’est constitué comme tel qu’au cours du XVIe siècle. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *