La lettre volée : le manuscrit 193 de la Bibliothèque municipale de Vendôme

Jacques DALARUN

Cette publication est un parcours à travers les champs étudiés à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) à partir d’une présentation du manuscrit 193 de la Bibliothèque municipale de Vendôme. C’est l’histoire de la lettre de Geoffroy de Vendôme1 à Robert d’Arbrissel2, volée au XVIIe siècle sur ordre de Jeanne-Baptiste de Bourbon3, abbesse de Fontevraud.

Il s’agit de proposer un parcours à travers ce que nous appellerons « le laboratoire de l’historien », c’est-à-dire l’ensemble des documents, sources, images, méthodes critiques de l’érudition, bibliographie, etc. que nous rendons disponibles au lecteur pour lui faire partager avec l’historien le plaisir de la découverte, des sources aux sens4.

Vendôme, Bibliothèque municipale, 193, f. 2v-3.

Le laboratoire de l’historien

Au milieu du XVIIe siècle, Jeanne-Baptiste de Bourbon, abbesse de Fontevraud, envoie deux de ses religieux vers le monastère de la Sainte-Trinité de Vendôme. Une mission : détruire, dans la bibliothèque des moines, toute trace du dérangeant fondateur de Fontevraud, Robert d’Arbrissel.

Les deux hommes mettent la main sur le manuscrit qui contient la lettre de Geoffroy de Vendôme, adressée à Robert d’Arbrissel vers 1106-1107 : « Tu te crucifies par un nouveau genre de martyre » en partageant la couche de certaines de tes moniales, lance l’abbé à Robert.

Ce manuscrit du XIIe siècle, recueil d’œuvres de Geoffroy, est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale de Vendôme sous la cote 193. Curieusement, le premier feuillet de la lettre à Robert y fait défaut… Sur les traces de la Lettre volée, nous allons nous introduire dans le laboratoire de l’historien.

D’abord, partir des sources, qui seront ici principalement, mais pas exclusivement, des sources écrites. Pour les repérer, les identifier, il faut avoir recours aux instruments d’érudition : inventaires, catalogues généraux ou spécialisés ; pour les sources textuelles, s’assurer si elles sont éditées ou inédites.

L’étude des manuscrits sur reproduction est une commodité, mais, dans tous les cas, rien ne remplace un examen direct de l’original. Un même texte est fréquemment conservé par plusieurs témoins. La collation des différentes leçons est la condition indispensable d’une édition critique. S’il est inutile de refaire un travail déjà bien fait, il faut cependant s’assurer de la fiabilité de toutes les informations.

Une fois le dossier réuni, les sources identifiées et établies, il faut en saisir le sens dans le respect des mentalités et la connaissance des intentions de leurs auteurs. Les témoignages sur un même événement, un même personnage, une même question doivent être confrontés plus que combinés. La compréhension de la subjectivité des témoins, filtre inévitable de notre information, ne dispense pas de la reconstitution des faits ; elle permet d’en mieux saisir la portée.

La bibliographie antérieure sur le dossier doit être intégralement prise en compte, non seulement pour les informations qu’elle livre, mais pour reconstituer l’historiographie de la question étudiée : leçon de modestie, qui prouve que toutes les interprétations historiques sont appelées à être remises en cause et que l’historien n’atteint jamais une vérité définitive.

Comment se présente le manuscrit 193 de la Bibliothèque municipale de Vendôme ? Quel est son contenu ? Que dit la lettre de Geoffroy à Robert d’Arbrissel ? Pourquoi suscita-t-elle tant de passions ? Telles sont les questions auxquelles notre parcours va tenter de répondre.

L’œuvre de Geoffroy et le contenu du manuscrit de Vendôme

Geoffroy de Vendôme a laissé une œuvre écrite importante : près de deux cents lettres, une vingtaine de sermons, petits traités, prières, hymnes et un commentaire des Psaumes.

Quatre manuscrits principaux, tous du XIIe siècle et originaires du scriptorium de Vendôme, les ont conservés. Le manuscrit du Vatican, exécuté en 1119, contient lettres, sermons et traités, presque toujours dans l’ordre chronologique de leur rédaction. Achevé entre 1129 et 1132, le manuscrit du Mans (BM, ms. 130) comprend les mêmes œuvres, classées méthodiquement, puis les nouvelles pièces au fil de leur production. De même époque, le manuscrit de Vendôme sélectionne les écrits à plus forte valeur doctrinale. Le manuscrit de Florence copie vers 1119-1120 la première partie du manuscrit du Mans, alors inachevé. Ajoutons le seul manuscrit parisien qui transmet le commentaire des Psaumes.

En 1610, le jésuite Jacques Sirmond a proposé une première édition de l’œuvre de Geoffroy, à partir des manuscrits du Mans et de Vendôme. G. Giordanengo, reprenant l’ensemble des témoins, a donné en 1996 une édition qui fait autorité, publiée avec traduction française dans la collection Sources d’histoire médiévale de l’IRHT. Le commentaire des Psaumes reste encore inédit.

Dans le manuscrit de Vendôme, à deux invectives contre le pécheur et à une lamentation du pécheur lui-même succèdent un traité sur le corps et le sang du Christ, deux mémoires sur les dispenses et sur l’Église adressés à Calixte II, un traité contre les investitures laïques et un autre sur les rapports entre évêques et abbés, une longue lettre sur le tabernacle, trois sermons sur la Nativité, un sur la Résurrection, un sur les fêtes de la Vierge, une prière versifiée à Marie, un sermon sur saint Benoît, un autre sur la Madeleine, un traité et une lettre sur la discipline monastique, un hymne à Madeleine, deux lettres à Yves évêque de Chartres, une à Eudes abbé de Marmoutier, un très bref traité sur la charge pastorale, un sermon sur la Nativité et un autre sur la Purification de la Vierge, une lettre à Ulger évêque d’Angers, un sermon sur l’Ascension, deux sur les sacrements, un sur le bon larron, une lettre (incomplète) à Pascal II, la lettre (acéphale) à Robert d’Arbrissel, enfin deux lettres à Honorius II.

Traitant, souvent au gré des grandes fêtes liturgiques, questions théologiques, dogmatiques, sacramentelles, morales, Geoffroy s’applique surtout, dans cette sélection de trente-cinq pièces qu’il a lui-même opérée à l’intérieur de son œuvre, à élucider tous les rapports d’autorité entre société laïque et Église et, plus encore, au sein de l’institution ecclésiale. Soucieux des droits du Saint Siège contre les puissances séculières, il l’est davantage des droits de l’abbé, tant sur ses moines que face aux évêques. La lettre à Robert, réprimande fraternelle, s’inscrit dans cette réflexion sur la discipline monastique.

Présentation du manuscrit

Le manuscrit 193 de la Bibliothèque municipale de Vendôme a été copié au XIIe siècle sur parchemin. Il compte aujourd’hui 97 feuillets (210 × 120 mm). Écrit avec soin, à raison de 24 ou 25 longues lignes par page, des mains d’une douzaine de scribes différents, il comporte une unique miniature, représentant en pleine page l’abbé Geoffroy agenouillé devant le Christ, tandis que lettres ornées et initiales rubriquées scandent les parties du recueil et des textes. Trois feuillets manquent entre ceux numérotés actuellement 94 et 95. La reliure, en mouton mégissé jaunâtre sur ais de chêne, date du premier quart du XVIe siècle, mais on relève des traces d’une reliure antérieure.

Le manuscrit contient les œuvres plus nettement doctrinales de Geoffroy de Vendôme : cinq traités, treize sermons, douze lettres, trois prières en prose et deux versifiées. Il a certainement été réalisé, pour l’essentiel, entre 1129 et 1132 sous la direction de l’auteur lui-même, abbé de la Sainte-Trinité de 1093 à 1132, et scrupuleusement révisé par ses soins.

L’ouvrage semble n’avoir jamais quitté la bibliothèque de l’abbaye, dont il comporte un ex-libris du XVIIe siècle et un autre du XVIIIe, assorti de la cote C. 193. Il passe ensuite à la Bibliothèque municipale, constituée en grande partie des manuscrits de l’ancienne abbaye.

Il a été décrit en 1885 par H. Omont dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, en 1984 par M.-C. Garand dans le Catalogue des manuscrits latins portant des indications de date, de lieu ou de copistes, en 1996 par G. Giordanengo en introduction à son édition des Œuvres de Geoffroy de Vendôme et en 2000 par J.-L. Alexandre, G. Grand et G. Lanoë dans le volume de Vendôme de la collection Reliures médiévales des bibliothèques publiques de France. Il a été microfilmé et saisi en image numérique par les soins de l’IRHT, en accord avec la Bibliothèque municipale de Vendôme et avec le soutien de la Direction du livre et de la lecture du Ministère de la culture et de la communication.

À l’époque où H. Omont rédige son catalogue, l’attention était tout entière dédiée aux textes présents dans un manuscrit ; l’auteur ne donne donc que très peu de renseignements sur les aspects que nous appellerions aujourd’hui codicologiques. Les catalogues de 1984 et 2000 n’ont pas valeur généraliste, mais poursuivent des objectifs spécifiques : trouver trace ou indice de datation et de provenance pour le premier ; étudier scrupuleusement la reliure dans le second. Une description de manuscrit en introduction à une édition, comme celle que livre G. Giordanengo, retient en priorité les informations nécessaires à l’établissement du texte et à la reconstitution de son histoire.

Au total, les notices existantes ne comblent donc pas la curiosité sur le manuscrit de Vendôme : qu’en est-il de la préparation du parchemin, des cahiers, de la réglure, des piqûres, de l’encre, autant d’éléments difficilement repérables sur une reproduction photographique ? Y a-t-il trace de signatures, réclames, lettres d’attente ? Qu’en est-il de la décoration ? Voilà qui nous rappelle que, si la bibliographie doit toujours être connue et prise en compte, si les reproductions sont un support commode pour l’étude, rien ne dispense jamais d’un examen direct de l’original.

L’étude codicologique du manuscrit 193 de Vendôme (Guy Lanoë)

La décoration du manuscrit 193 de Vendôme (Claudia Rabel)

La reliure du manuscrit 193 de Vendôme (Guy Lanoë)

Histoire d’un vol

Le monastère double de Fontevraud, où hommes et femmes sont admis et vivent sous l’autorité d’une abbesse, est un cas exceptionnel dans l’histoire monastique. Les supérieures ont toujours eu à lutter sur plusieurs fronts : à l’extérieur, assurer le prestige de cette étrange congrégation ; à l’intérieur, soumettre les religieux à leur autorité et imposer aux moniales, souvent issues de l’aristocratie, une austère discipline conforme à leur profession.

Promue abbesse en 1637, confrontée à une rébellion des frères, Jeanne-Baptiste de Bourbon tenta d’obtenir la canonisation de Robert d’Arbrissel vers 1645. Fille légitimée d’Henri IV, demi-sœur de Louis XIII, elle pouvait compter sur de puissants appuis. Exalter la figure du fondateur, c’était une habile manière de rappeler qu’il avait lui-même conçu, à Fontevraud, la soumission des hommes à l’abbesse.

Geoffroy de Vendôme

Jeanne-Baptiste de Bourbon

Robert d’Arbrissel ou saint Benoît ? Ou encore Robert représenté en saint Benoît ?

C’était aussi prendre le risque de mettre en lumière les aspects les plus sulfureux de l’ermite médiéval. Deux lettres en particulier témoignaient de son comportement suspect avec les femmes : l’une due à Marbode, évêque de Rennes, l’autre à Geoffroy de Vendôme.

Qu’à cela ne tienne ! Jeanne-Baptiste envoie deux religieux à l’abbaye de la Trinité, avec mission de détruire les feuillets du manuscrit qui conservent l’embarrassante missive de Geoffroy. Les émissaires arrivent à s’introduire dans la bibliothèque, mais, par incompétence ou par précipitation, ils ne soustraient au manuscrit que le premier feuillet portant la lettre adressée à Robert. Jeanne-Baptiste, par ailleurs, semblait ignorer que d’autres manuscrits, en particulier celui du Mans, contenaient copie de la même pièce et qu’elle avait été éditée par Sirmond en 1610.

L’anecdote est contée avec brio par Jules de Pétigny dans un bel article publié en 1854 dans la Bibliothèque de l’École des chartes. L’auteur extrait son information de l’Histoire littéraire de la France et de l’ouvrage sur l’histoire du Vendômois rédigé au milieu du XVIIIe siècle par l’abbé Simon, qui lui-même la tenait des moines de Vendôme. J. Pétigny ne donne pas ses références, mais il s’agit certainement de l’Histoire de Vendôme et de ses environs, rédigée par feu M. l’abbé [Michel] Simon, Vendôme, Henrion-Loiseau, 1834-1835, 3 vol.

Le sens de la lettre : les reproches de Geoffroy à Robert

Entre 1098 et 1100, Marbode, évêque de Rennes, avait adressé à Robert d’Arbrissel5 une longue lettre où il lui reprochait avec véhémence ses manquements à la prudence, ses attaques contre l’ordre social et moral, tout particulièrement du fait de la présence conjointe d’hommes et de femmes dans la troupe de ses disciples itinérants.

Sans doute la fondation de Fontevraud, en 1101, fut-elle en partie conséquence de cette mise en garde. Vers 1106-1107, c’est Geoffroy, abbé de la Trinité de Vendôme, qui adresse à son tour des critiques à Robert. Le ton de la lettre est courtois, voire déférent, surtout comparé aux violentes diatribes dont Geoffroy est coutumier.

L’abbé de Vendôme rappelle Robert à la mesure. Ce dernier, dit-on, y manquerait doublement, toujours dans ses rapports avec les femmes qu’il a entrepris de diriger. Trop doux avec les unes, il ne dédaigne pas de partager leur couche. Trop dur avec les autres, il les expose à la faim, à la soif, à la nudité. Sans remettre en cause sur le fond l’initiative de Robert, donc l’existence même de Fontevraud, Geoffroy l’exhorte à trouver un moyen terme entre ces deux excès.

Comme toujours chez Geoffroy, la syntaxe est simple, le style clair, direct. Un usage raisonnable des citations scripturaires appuie le déroulement de l’argumentation plus qu’il ne l’entrave. Geoffroy en appelle surtout au bon sens, sur le canevas implicite, hérité d’Aristote, selon lequel la vertu est le juste milieu entre deux défauts opposés. Lire l’extrait de Robert d’Arbrissel, fondateur de Fontevraud de J. Dalarun.

La lettre de Geoffroy de Vendôme à Robert d’Arbrissel (transcription et traduction)

Bibliographie

Barthélemy D., La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, 1993.

Bienvenu J.-M., L’étonnant fondateur de Fontevraud, Robert d ’Arbrissel, Paris, 1981.

Bouchet C., « Une miniature de manuscrit du XIIe siècle », dans Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, 23, 1884, p. 146-158.

Calendini P., « Bourbon (Jeanne-Baptiste de) », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, 11, Paris, 1938, col. 123-124.

Compain L., Étude sur Geoffroy de Vendôme, Paris, 1891.

Dalarun J., L’impossible sainteté. La vie retrouvée de Robert d’Arbrissel (v. 1045-1116), fondateur de Fontevraud, Paris, 1985.

Dalarun J., Robert d’Arbrissel, fondateur de Fontevraud, Paris, 1986.

Dalarun J., « La Madeleine dans l’Ouest de la France au tournant des XIe-XIIe siècles », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 104, 1992, p. 71-119.

Duby G., Le chevalier, la femme et le prêtre. Le mariage dans la France féodale, Paris, 1981.

Foulon J.-H., La réforme de l’Église dans la France de l’Ouest de la fin du XIe siècle au milieu du XIIe siècle. Ecclésiologie et mentalités réformatrices, Paris I, 1998 (thèse dactylographiée).

Gaillard L., « Geoffroy de Vendôme », dans Dictionnaire de spiritualité, ascétique et mystique, doctrine et histoire, 6, Paris, 1967, col. 234-235.

Garand M.-C., Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, 7.Ouest de la France et Pays de Loire, Paris, 1984.

Giordanengo G., « La fonction d’abbé d’après l’œuvre de Geoffroy de Vendôme », dans Revue d’histoire de l’Église de France, 76, 1990, p. 165-184.

Giordanengo G., « Scientia canonum. Droit et réforme dans l’œuvre de Geoffroy, abbé de Vendôme », dans Cahiers de civilisation médiévale, 35, 1992, p. 27-47.

Giordanengo G., éd. et trad. Geoffroy de Vendôme, Œuvres, Paris, 1996.

« Goffridus, abbas Vindocinensis », dans Repertorium fontiurm historiae Medii Aevi, 5, Rome, 1984, p. 175-176.

Haenel G., Catalogi manuscriptorum, Leipzig, 1830.

Johnson P.D., Prayer, patronage and power. The abbey of La Trinité, Vendôme, 1032-1187, New York-Londres, 1981.

Michelet J., Histoire de France, Paris, 1869.

Montfaucon B., Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, 2, Paris, 1739.

Omont H., « Manuscrits de la Bibliothèque de Vendôme », dans Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, 3, 1885.

Pétigny J. de, « Robert d’Arbrissel et Geoffroy de Vendôme », dans Bibliothèque de l’École des chartes, 15, 1854, p. 1-30.

Sackur E., « Zur kronologie des Streitscriften des Gotfried von Vendôme », dans Neues Archiv des Gesellschaft fiir ültere dezrtsche Geschichtskunde, 17, 1893, p. 327-347.

Schiller G., Ikonographie der christlichen Kunst, 3, Die Auferstehung und Erhöhung Christi, Gütersloh, 1986 ; 5, Die Apokalypse des Johannes, Gütersloh, 1991.

Toubert H., « Les fresques romanes de Vendôme, II : Etude iconographique », dans Revue de l’art, 53, 1981, p. 23-38.

Toubert H., « Les fresques de la Trinité de Vendôme, un témoignage sur l’art de la réforme grégorienne », dans Cahiers de civilisation médiévale, 26, 1983, p. 297-326.

Wilmart A., « La collection chronologique des écrits de Geoffroi, abbé de Vendôme », dans Revue bénédictine, 43, 1931, p. 239-248 ; 46, 1934, p. 417-418.

 

  1. De noble extraction, Geoffroy devient abbé de la Trinité de Vendôme en 1093. Défenseur acharné des droits de son abbaye, d’une extrême intransigeance sur les prérogatives de l’Église, il est fort écouté des pontifes romains jusqu’à sa mort en 1132. Son œuvre prouve son implication passionnée dans les questions de son temps et révèle une profonde piété mariale. []
  2. Robert est fils du curé d’Arbrissel. Prêtre à son tour, il devient un fervent partisan de la Réforme grégorienne. Étudiant, archiprêtre, ermite, instituteur d’une abbaye de chanoines, prédicateur, il fonde en 1101 le monastère mixte de Fontevraud, dont il confie la direction à une abbesse. Mort en 1116, il n’a jamais été proclamé saint. Son parcours, son œuvre, son attitude à l’égard des femmes ont suscité les interprétations les plus divergentes. []
  3. Jeanne-Baptiste de Bourbon, fille naturelle d’Henri IV, naît en 1608 et est aussitôt légitimée par son père. En 1625, sa parente Louise de Bourbon, abbesse de Fontevraud, l’appelle auprès d’elle comme coadjutrice. Elle lui succède en 1637 à la tête de l’abbaye, qu’elle dirige d’une main de fer jusqu’à sa mort en 1670. En lutte contre les velléités d’indépendance des religieux, elle tente, en vain, d’obtenir la canonisation du fondateur, Robert d’Arbrissel. Elle encourage les premières éditions des sources relatives à l’abbaye. []
  4. La première parution de cette publication date de 2003 sur le site http://lettrevolee.irht.cnrs.fr. []
  5. Saint homme ou apprenti sorcier ? Défenseur des femmes, comme l’aurait voulu Jules Michelet dans une page sublime de son Histoire de France, contestataire de l’ordre établi, ou ascète convaincu de ses fautes ayant découvert une expiation paradoxale ? Les historiens qui s’intéressèrent au cas de Robert ne firent souvent qu’exacerber les contradictions qui traversaient déjà les sources médiévales. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *