Histoire des textes, 2 − recherche, exploitation érudite

François DOLBEAU (Communication du 6 avril 2006)

Gratien, Décret 3e quart du XIIIe s. Autun, BM, ms. 80, f. 38

Gratien, Décret
3e quart du XIIIe s.
Autun, BM, ms. 80, f. 38.

La recherche des textes fut pratiquée systématiquement à l’époque des humanistes. C’est aussi l’une des vocations essentielles de l’IRHT. Comment était-elle effectuée jadis, comment l’est-elle aujourd’hui ?
Quelques découvertes récentes seront évoquées, selon différents secteurs linguistiques, par Jean-François Maillard (Renaissance), André Binggeli (grec et syriaque), Marc Geoffroy (arabe), Judith Olszowy-Schlanger (hébreu), Anne-Marie Turcan-Verkerk (latin). Les enquêtes sur des textes inconnus – ou déjà connus mais sous-estimés – supposent toujours une connaissance approfondie des fonds manuscrits.

François Dolbeau − Découverte et exploitation de textes nouveaux

Jean-François Maillard − Georges Hermonyme de Sparte

Sous-estimé et parfois mésestimé, Georges Hermonyme de Sparte (vers 1430-vers 1510) a pourtant joué un rôle majeur sinon dans le retour du grec au sens strict, du moins dans la restauration des études grecques en Europe occidentale, essentiellement en France sous Louis XI et indirectement en Angleterre et en Allemagne. Les premiers humanistes et non des moindres, tels que Jean Reuchlin, Beatus Rhenanus, le cercle de George Neville, Jacques Lefèvre d’Étaples et Guillaume Budé ont tous profité peu ou prou de ses leçons de grec et des copies qu’il procura par centaines à Paris durant plus de trente ans quand manquaient encore, du moins hors d’Italie, manuscrits et imprimés. Dans le sillage intellectuel et politique du cardinal Bessarion auquel il était lié à Rome, Georges Hermonyme poursuit son action sous plusieurs aspects convergents : transfert de la culture byzantine de Mistra dans le milieu latin, transition sans rupture du manuscrit à l’imprimé, complémentarité entre découverte, copie pour transmettre les textes et démarche philologique. Sa triple compétence de transmetteur-copiste et de pédagogue à l’occasion philologue d’une langue encore quasiment ignorée annonce, il est vrai sur le modèle bessarionien, mais avant Alde Manuce, la symbiose nouvelle à l’époque humaniste du monde du livre et de l’érudition, que le siècle suivant illustrera abondamment.

André Binggeli − L’apport des versions orientales à l’édition des textes grecs : les Récits d’Anastase le Sinaïte

Marc Geoffroy − Recherches récentes sur la tradition des œuvres d’Averroès

Relais majeur de la rationalité aristotélicienne dans les mondes musulman, juif et latin médiévaux, l’œuvre d’Averroès (m. 1198) connut une circulation particulièrement complexe, du fait

  1. des conditions de sa production et de sa reproduction,
  2. de sa transmission, dans des langues et des aires culturelles diverses, de la fin du XIIe s. au XVIe s.

Pour le premier point, il convient de noter la grande variété de recensions dans lesquelles sont parvenues un grand nombre des œuvres. Ce phénomène est redoublé par l’existence des traductions arabo-hébraïques, arabo-latines, hébraïco-latines. Malgré la notoriété exceptionnelle de l’œuvre, le corpus des textes d’Averroès conservés dans les bibliothèques d’Orient et d’Occident reste donc très largement en friche. Les recherches dans les bibliothèques et l’étude des manuscrits assurent encore nombre de trouvailles. On évoquera des œuvres considérées comme perdues et retrouvées ces dernières années, à Oxford ou dans le désert mauritanien ; nos travaux sur des versions inconnues d’un traité de théologie dans des manuscrits à Istanbul et Hyderabad ; d’importantes recherches sur le Grand Commentaire de la Physique, qui remettent en cause la chronologie jusqu’alors reçue des commentaires sur Aristote ; nos travaux (C. Sirat, M. Geoffroy) sur les manuscrits des commentaires au De anima.

Anne-Marie Turcan-Verkerk − Destins croisés de l’ars dictandi et de l’ars versificatoria : Bernard de Bologne et la « renaissance du XIIe siècle »

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/transmission-erudition.htm)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *