L’art funéraire des Juifs de Tunisie. Étude épigraphique et iconographique

Sonia FELLOUS

Les plus anciens vestiges des traditions funéraires juives portent généralement une inscription en langue vernaculaire (grec ou latin selon le lieu) conclue par le mot hébreu שלום (Shalom, Paix) et suivi parfois des sacra du judaïsme, chandelier à sept branches, corne de bélier, palme et cédrat (menorah, shofar, lulav, etrog), ces trois derniers symboles emphatisant la dimension eschatologique du décor. La tradition épigraphique juive en Tunisie remonte à l’Antiquité avec les inscriptions des catacombes de Gammarth (IIe-IVe siècles) et celles des synagogues de Naro-Hammam-Lif et de Kelibia (IVe-Ve siècles)1.

Épitaphe provenant de la catacombe de Gammarth, (IIe-IVe s. ?). Le mot shalom en hébreu est flanqué de deux chandeliers (celui de gauche est endommagé) ; la palme est gravée à droite du panneau, la corne et le cédrat au niveau inférieur, Musée national de Carthage.

Le décor typiquement juif évoquant le rituel du Temple de Jérusalem représenté sur l’épitaphe de Gammarth ne figure sur aucune des pierres tombales tunisiennes datant du XIXe et du début du XXe siècle. À partir du siècle dernier, la seule référence iconographique au judaïsme est marquée par la représentation « des mains de prêtres » dans le geste de la bénédiction sur les tombes des membres de la famille Cohen2.

Tombes de Moïse Cohen (18 ans, 1900) et d’Elie Cohen (jeune marié, 1929). Tunis, Cimetière du Borgel.

Depuis l’Antiquité, les communautés juives de Tunisie dont la présence matérielle n’a été établie qu’à partir de l’époque romaine, ont connu différentes invasions (arabe, turque, française) et plusieurs vagues migratoires (juifs orientaux, ibériques, italiens, grecs, ashkénazes) qui ont laissé les traces d’un réel métissage, perceptibles à travers ces élégies, tant du point de vue stylistique que linguistique ou onomastique.

Il faut rappeler que les juifs d’origine livournaise (Grâna) établis en Tunisie depuis le XVIIIe siècle ne se sont jamais intégrés aux autochtones (Twansa). Les deux communautés ont évolué séparément et se sont distinguées tant par la langue que par leurs coutumes vestimentaires et leur organisation communautaire (Beit Din (tribunal rabbinique), cimetières, synagogues, boucheries…).

À Tunis, les lieux de sépulture des deux communautés restent matériellement séparés par un mur. Les épitaphes se distinguent aussi par la langue : l’italien ou le français – plus rarement l’hébreu – sont celles utilisées dans la partie « occidentale » réservée aux Livournais3. Le judéo-arabe n’y apparaît presque jamais, sauf dans les deux carrés les plus anciens du cimetière où ont été enterrés ensemble des jeunes gens issus des deux communautés et dont les tombes arborent le même type de décor.

La stèle de Rosina Tibi (décédée en 1894), peut-être d’origine italienne, en est une parfaite illustration. L’épitaphe composée en judéo-arabe est suivie du nom et de la date en caractères latins et en italien, la langue de sa famille4. Le décor placé dans le panneau inférieur symbolise la vie écourtée : un arbre déraciné et sauvagement étêté alors qu’il porte des branches lourdes de feuilles et de fleurs charnues retombant sur le sol. Un oiseau perché sur l’une des fleurs tente d’emporter la feuille qui tombe symbolisant l’âme de la défunte. Le décor central  est flanqué de deux coupelles incurvées et gravées de fleurs écloses vues de haut comme les coins du panneau qui sont meublés de trois roses écloses au bout de leur tige.

Épitaphe de Sultana Rosina Tibi, 1894, judéo-arabe et italien, cimetière du Borgel, Tunis.

תחתךּ בדרה כאמלת אלציפ֗את צארת מגִביא

סאקיא מכנתהא פ֗י מדה וג֗יזה סכנתהא אלרוצ֗יא

עיאו אלטבא יעאלג֗והא ולא וג֗דו להא רג֗יא

לא חצ֗רת לתפ֗לין בכרהא ותקתצפ֗ת עג֗ליא

אמהא ואכ֗ותהא יבכיו ודמעהם תג֗רי דפ֗קיא

אסמהא צולטאנה עוריפ֗ה רוג֗ינה אלפ֗כ֗ריא

מן קבילת טיבי אלחנאן לאלפ֗קרא מכפ֗יא

יום ٨ מן שהר אייר התרנ »ד חצ֗רת אלמניא

ענד רבי אפ֗עאלהא מלאח ותסכן אלג֗נה אלכ֗לדיא5

ת.     נ.     צ.     ב.     ה.

ROSINA TIBI

LI 13 MARZO 1894

Toi qui empruntes ce chemin, veille à ne pas me piétiner !

Sous tes pieds est ensevelie une femme aux multiples qualités

Qui, atteinte d’une grave maladie, au cimetière s’en est allée demeurer.

Les médecins, si acharnés, furent bien impuissants à la soulager !

Emportée brusquement, elle ne put assister au tefillin6 de son fils aîné.

Pour Sultana, dite Rogina, de si bonne renommée,

De la famille Tibi, charitable envers tous les déshérités,

Le 8 du mois d’Iyyar 5654, son heure est arrivée.

Puisse Dieu agréer ses bonnes actions et l’accueillir en son paradis pour l’éternité !

L’épitaphe de Messaouda ha-Rakah, une tunsiyya, laissant un enfant sans fratrie à son décès (1901) est entièrement gravée en judéo-arabe et ornée d’un décor d’inspiration italienne chargé principalement de motifs végétaux. La pierre est divisée en trois champs d’inégales dimensions. Le plus grand au centre est réservé à l’épitaphe ; le panneau supérieur trilobé, le plus petit, porte les initiales de la défunte gravées dans une couronne de fleurs. Le panneau inférieur, réservé au décor, reflète le destin brisé de la disparue décrit dans l’inscription. À droite, en haut du panneau, un oiseau aux ailes déployées tenant une branche en  son bec, semble se précipiter vers l’arbre pour y construire son nid. Mais celui-ci est arraché du talus où seul reste planté un tronc décapité, courbé vers le sol. Ne demeurent fichées dans la terre que deux branches brisées dont l’une est nue et l’autre, porte une feuille isolée et vacillante, tel l’enfant orphelin que Messaouda laisse derrière elle. Deux représentations sont mises en contraste, celle d’un arbre vigoureux et touffu sur lequel s’est posé un oiseau prêt à construire son nid, et celle de sa base, ravagée, ancrée dans le sol. Elles symbolisent à la fois la femme promise à un bel avenir et la désolation de ceux qu’elle laisse, privés à jamais de sa protection.

Épitaphe de Messaouda ha-Rakaḥ, 1901, Cimetière du Borgel, Tunis.

אקראו קצתי ודמועכום יג֗ריו טופ֗אן

בנת צנצ֗ידה וערוצי בייה פ֗רחאן

זאין וצגִר ועקל וכאמלת לדיאן

פ֗י כ֗אוף רבי קליל מתלי פ֗נסואן

מכנתני שכ֗אנה מא פ֗יהא בריאן

כ֗אלית ולדי וחיד לאיס ענדו כ֗יואן

יבכי ויציח מן אמי קעדת עריאן

אסמי מסעודה הרכח מן אלעיאן

٢١ חשון טלבני רב אלרחמאן

שנת ٥٦٦٢ שכנת ג֗ננת ארצ֗ואן

נטלב רבנא יבעת אלמשיח עג֗לאן

Découvrez mon histoire, des torrents de larmes vous verserez !

J’étais une femme valeureuse et mon époux était comblé.

Belle, jeune, intelligente, d’une grande piété,

D’une foi si intense que peu de femmes pouvaient m’égaler !

Une fièvre fatale m’a anéantie

Et j’ai dû laisser mon fils unique sans aucune fratrie.

Il pleure et gémit : « De ma mère me voici dépouillé ! »

Je m’appelle Messaouda Ha-Rakaḥ, née d’une noble lignée.

Le 21 ḥeshwan, Dieu le miséricordieux m’a rappelée,

En l’an 5662 (1901). Au jardin de la grâce je résiderai.

Puisse notre Dieu envoyer le Messie sans tarder !

Transcription phonétique :

‘qrawwu qәṣt-i u-ḍmu‛-kum ijriwwu ṭufan

bәnt ṣәnḍida u-‛ruṣ-i biyya fәrḥan

zayyin u-ṣġәr u-‛qәl u-kamәlt l-d-din

fi xawwuf r-rbbi qlil mtәl-i f-n-nswwan

mkәnt-ni šxana ma fi-ha briyyan

xalit wuld-i uḥid layṣ ‛әnd-u xwwan

ibki u-iṣiḥ mәn ‘umm-i qә‛dәt ‛әriyyan

‘ism-i mәs‛uda ha-rәkaḥ mәn l-‛yyan

21 ḥәšwan ṭәlb-ni ṛәbb r-rәḥman

šәnt 5662 skәnt jәnnt r-rḍuwwan

nṭәlb rәbb-na ibә‛t l-mašiyyaḥ ‛әjllan

Les récits bouleversants de ces épitaphes relatent – parfois à la première personne – les conditions de la mort, interpellent le lecteur et le sensibilisent aux drames endurés.

Ces textes révèlent des tranches de vie en insistant sur la personnalité du défunt, ses vertus, sa beauté et ses qualités intellectuelles. Ils retracent parfois l’histoire de sa famille, les évènements marquants de sa vie mais ils livrent aussi toute une série d’informations (les symptômes ou la maladie cause du décès, le nom des médecins, les diagnostics et les thérapies). Le statut social, les pratiques de rituels juifs mais aussi les traditions locales, communes aux sociétés juives et musulmanes de cette époque (naissance, mariage, mort), y sont régulièrement mentionnés.

Au-delà du bilinguisme, voire du trilinguisme, quasi constant, ces inscriptions, reflètent un certain nombre de caractéristiques de la langue judéo-arabe des juifs de Tunisie.

  1. Cf. E. Renan, « Les mosaïques d’Hammam Lif », Revue Archéologique, 1883 et 1884 ; A. Delattre, Gamart ou la nécropole juive de Carthage, Lyon : imprimerie Mougin-Rusan, 1895 ; Yann le Bohec, « Inscriptions juives et judaïsantes d’Afrique romaine », Antiquités Africaines 17 (1981), p.178 et Jean-Pierre Darmon, « Les motifs de la synagogue d’Hammam Lif », un réexamen du dossier, Journal of Roman Archeology, Supl. IX, 2, 1996, p.7-29. Sur la synagogue de Kelibia, cf. Mounir Fantar, « Sur la découverte d’un espace cultuel juif à Clipea (Tunisie) », In : Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 2009,  Volume 153,  Numéro 3,  pp. 1083-1101. Par ailleurs, l’existence de vestiges d’une synagogue antique à Carthage a été révélée par l’archéologue danois J. Lund, « A synagogue at Carthage ? Menorah-lamps from the Danish excavations », Journal of Roman Archaeology VIII, 1995, p. 245-262. Mais ce site n’a toujours pas fait l’objet d’une mission archéologique. []
  2. Les Cohen sont les descendants des prêtres qui assuraient le service au Temple de Jérusalem. Bénédiction des Cohanim, cf. Nombres VI, 24-26 et Encyclopédie du judaïsme, Paris, Cerf, 1993, p. 898-902. []
  3. L’arrivée en Tunisie de juifs de Livourne – la plupart  réfugiés dans cette ville après leur expulsion d’Espagne et du Portugal – remonte au début du XVIIe siècle. Elle se fait dans le cadre de l’établissement de relations commerciales avec la Toscane. Ces immigrants, appelés Grâna en arabe, sont plus riches et moins nombreux que les juifs autochtones, dénommés Twansa. Ils parlent et écrivent le toscan, mais parfois aussi l’espagnol et le livournais et leurs patronymes rappellent souvent leur origine. Cf. Paul Sebag, Histoire des Juifs de Tunisie, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 80-87. []
  4. À la ligne 7 est gravé le prénom « Sultana » suivi de « connue sous le nom de Rojina ». Le prénom local qui est aussi une traduction arabe du prénom hébreu Malka, « Reine » ou « Regina » en italien, n’a pas été mis en relief dans l’épitaphe, contrairement  à celui de « Rojina » gravé en lettres de plus grand module de la même taille que celle de son patronyme « Tibi ». Mais l’épitaphe transcrit ce prénom en italien non pas sous la forme de « Régina » mais sous celui de « Rosina ». La famille voulait sans doute rehausser le prénom italien usuel. Les juifs de Tunisie ont pour coutume de donner aux enfants en premier prénom celui de leurs grands-parents vivants ou défunts. Depuis le XIXe siècle, ils lui associent un second prénom occidental. []
  5. Les trois derniers mots de cette ligne sont inspirés de la Hashkaba, prière pour le repos des défunts figurant le rituel de prières. Cf. le Siddur Pataḥ Eliyahou, p. 385-386. []
  6. La cérémonie de bar miṣwah est appelée tefillin en Afrique du Nord par métonymie, en référence au nom araméen des phylactères que l’adolescent devait enrouler autour de son bras et de sa tête. Cf. Ex. 13, 1-10, 11-16 et Deut. 6, 4-9, 13-21. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *