Caractéristiques littéraires et linguistiques des épitaphes judéo-arabes de Tunis

Joseph TEDGHI

Du point de vue littéraire, les inscriptions funéraires judéo-arabes de Tunisie sont majoritairement composées sous forme de vers élégiaques, souvent monorimes, de longueur et de formes variables et dans quelques cas, sous forme de poèmes strophiques. Il n’est pas rare non plus de constater que la pièce porte en acrostiche, le nom du défunt. La longueur du texte dépendra donc de celui-ci, comme l’illustre l’épitaphe d’Ester Houri :

ESTER HOURI1                  אסתר חורי
1897                             ٥٦٥٧
אן תסאלו מן הוא הנא בין אלתרוס ואלצואן
ס
אכנה משהורת אלפ֗על ודאת גִצן אלבאן
ת
רכת אהלהא וביתהא ולמת אלרביין ללקראן
ר
צ֗אעת אלצגִיר רג֗עת ללידין ואלבנאיאת ללקהראן
ח
ארו אלטבא יעלג֗ו אלבנטאדה ואלעמר ג֗א כ֗וואן
ו
לאדהא אלתנין סבקוהא ללקבור והיא כ֗לטת כ֗לטאן
ר
אג֗להא יזעק אין צגִירת אלסן ٢٨ סנא בלעדאן
י
תכנא אסמהא אסתר לדאר חורי אלפ֗כ֗ראן
נ
האר ٤ פ֗י שהר אלול התרנ »ז אלועד נפ֗ד נפ֗דאן
ע
ארצ֗והא מלאיכאת אלסמא סכנוהא בין אלאגִצאן
              ת.     נ.     צ.     ב.     ה.

Quant à la structure du texte, il convient de signaler qu’il commence généralement par une sorte d’exorde (une à deux lignes) qui tient à susciter chez le passant-lecteur attention et vigilance par des formules appropriées :

סאלתךּ יא קארי אן תחייג֗ מן אלעפ֗סאת עלייא
S’altək ya qari, in tḥayyej mən al-‘afsat ‘liyya2
Toi qui lis cette épitaphe, je te demande de ne pas te hasarder à me piétiner [Sultana Khayat]

Après cette interpellation, l’exorde se prolonge par l’évocation des causes du décès, bien souvent, dans des conditions tragiques (partie principale) :

הבטת נעום פ֗לבחר מא ערפ֗ת בהאד אלבליאת
קואת עליהא אלמוזה גִרקת פ֗י קאע אל בחוראת
Hbəṭ-t n-‘um f-l-bḥar, ma ‘raft b-had al-bliyat
Qwat ‘liyya al-muza, ġrək-t fi qa‘ al-bḥurat
Inconscient du drame qui me guettait, j’étais allé nager en mer
Le courant m’a emporté et noyé aux tréfonds des flots
[Elie Cohen]

 Le corps du texte véhicule ensuite un nombre d’informations sur la cruauté du destin et de la douleur des membres de la famille.

זוג֗ךּ ואכ֗ואנךּ יבכיו ופ֗י זסמהם וקדת ניראן
על דאת אלחסן בדר כמיל כאמלת אלציפ֗אן
Zuj-ək u-khwan-ək ibkiw, u-fi zəsm-hum uqdət niran
‘Al dat al-ḥusn badṛ kamil, kaməlt al-ṣifan
Ton époux et tes frères sanglotent, leur corps de chagrin consumé
Pour cette femme, belle comme la lune, parfaite et
comblée de vertus [Kouka Haddad]

Le défunt exhorte ensuite les siens à la patience :

נטלב לרב מולנא ירזק אמי וכ֗ואתי בצברייה
n-ṭləb l-Ṛaḅḅ mula-na, irzəq ’əmm-i u-xwa-ti b-ṣ-ṣəbriyya
Puisse l’Éternel, notre Seigneur, accorder le réconfort à ma mère et à mes frères [Emma Marek]

Dans le corps de l’inscription, il est bien sûr fait mention du nom du défunt et, bien souvent de ses qualités morales et de ses vertus (générosité, vaillance, pudeur), ou encore de celles de sa famille :

תכתבו אסמי חנה חנינה על אלפ֗קיר מכ֗פ֗ייא
נסל דאר זוג֗י הכהן אהל אלפ֗כרה ואלכברייא
t-katbu ’əsm-i Ḥannah – Ḥnina ‘al al-fqir maxfiyya
nsəl dar zuj-i Ha-Cohen, ’ahl al-fəxra wa-l-kəbriyya
Gravez mon nom, Ḥannah, humble et bienveillante envers les déshérités
Épouse
COHEN, une famille issue d’une éminente et noble lignée [Ḥannah Cohen]

 Le texte s’achève généralement par une prière pour l’élévation de l’âme et/ou par la formulation d’un vœu pour l’installation du défunt au paradis, ou aux côtés des Matriarches, lorsqu’il s’agit d’une femme.

כאלנור תשרק בין אלאמהאת פ֗י ג֗נת אלרצ֗ואן
תם תנזהא נאעמא כאלשג֗רה מחצ֗ייה חצ֗ייאן
Ka-l-nur tašreq bin al-’əmmahat fi jannat al-radwan
Tam t-nəzha na‘ma, ka-l-šajra maḥdiyya ḥadyan
Dans les jardins de la grâce, elle scintillera parmi les Matriarches, telle une lumière
Là, elle jouira d’une douce quiétude tel un arbre comblé de prévenances particulières.
[Ghzala Sahel]

Sur de nombreuses épitaphes, figure aussi la formule conclusive hébraïque classique, empruntée au livre de I. Samuel 25, 25 :ת .נ. צ. ב. ה. [תהי נפשה צרורה בצרור החיים]  « Puisse son âme être rattachée au faisceau des vivants ».

D’une inscription à l’autre, les textes peuvent présenter des variantes au niveau du style. C’est ainsi que le récit est tantôt écrit à la troisième personne et tantôt à la première, c’est alors le défunt qui relate sa propre tragédie et s’apitoie sur son sort. Dans l’une des pierres du corpus, le texte élégiaque est composé sous forme de dialogue. La tradition qui consiste à faire parler le mort n’est cependant nullement spécifique à la Tunisie ; on la trouve déjà dans la poésie grecque de l’Antiquité, dans la poésie arabe ainsi que dans la poésie hébraïque du Moyen Âge.

Du point de vue linguistique, la langue des épitaphes correspond généralement à celle de l’arabe vernaculaire usitée par les juifs de Tunisie, mais bien souvent, on y décèle des termes relevant d’un niveau nettement plus littéraire. Parfois, l’ensemble du texte relève d’un registre très soutenu. Globalement, l’analyse du corpus montre qu’il s’agit plutôt d’une langue particulière, une sorte de koiné littéraire et linguistique qui rappelle celle des textes judéo-arabes publiés en Tunisie aux XIXe et XXe siècles. En fait, la langue des épitaphes judéo-arabes de Tunisie peut être apparentée au moyen-arabe, terme qui désigne l’ensemble des registres linguistiques intermédiaires entre l’arabe classique et l’arabe dialectal.

Les tentatives de rehausser le texte ne se limitent pas au lexique. Elles peuvent concerner aussi – et surtout –  la grammaire (morphologie verbale et syntaxe). Par exemple, alors que l’arabe littéraire établit une distinction pour les préfixes entre la première personne du singulier /a/ et du pluriel /n/ : al’abu (je joue) et nal’abu (nous jouons), le préfixe en arabe maghrébin est le même pour la première personne du singulier et du pluriel. Seul le suffixe sera différent : n-l’ab (je joue) et n-la’bu (nous jouons). Cette règle est respectée dans les épitaphes, mais dans certaines inscriptions, il a été constaté que les auteurs font parfois un usage du préfixe /a/ pour la première personne, comme en arabe littéraire. Ainsi à côté de structures dialectales classiques :

נטלב רבנא יבעת אלמשיח עג֗לאן
n-ṭləb Ṛaḅḅna, ib‘ət al-mašiyaḥ ‘ajlan
Je prie l’Éternel d’envoyer promptement le Messie
[Messouda ha-Rakah]

יום אן נרג֗עו לדונייא שאייב מעא גִנמאן
Yum ’ən nraj‘u l-d-dunya, šayb m‘a ġənman
Le jour où jeunes et vieux nous serons tous ressuscités
[Rachel Haddad & Yossef Koskas]

Nous trouvons aussi la structure morphologique propre à l’arabe littéraire :

תמא אתנעם ואתפשש באלאתמאר
mma ’atna‘‘əm wa-atfəššəš b-al-atmar
Là-bas, je goûterai et me délecterai des fruits [Luna Essafar]

D’autre part, alors que dans le parler arabe tunisien, les particules de négation sont ma et la, les auteurs des épitaphes ne manquent pas de faire usage de lam et de lays, deux particules qui appartiennent au registre littéraire :

מכנתני בנטאדה קוייה לם פ֗טנו בייה
Makkənt-ni benṭada qwiyya, u-lam fəṭnu biyya
Une forte bronchite m’a terrassé mais elle ne fut point décelée
[Chalom Attal]

כ֗אלית ולדי וחיד לאיס ענדו כ֗יואן
Xallit wəld-i uḥid, lays ‘əndu xiwan
J’ai dû laisser mon fils unique sans aucune fratrie
[Messouda Ha-Rakah]

Sur certaines inscriptions encore, les auteurs ont fait usage du pronom exclamatif kam ou de la conjonction conditionnelle law propres à l’arabe littéraire et nullement attestés dans le dialecte judéo-arabe oral.

Bien que se voulant proche du registre littéraire, cette langue conserve néanmoins ses singularités. Ainsi, dans plusieurs inscriptions, la transcription reflète plutôt les traits phonologiques spécifiques aux juifs de Tunisie, comme le passage de j à z et vice versa de z à j:  תעליז/ t-ta‘liz au lieu de ta‘lij [remède] ; עאזב / ‘azeb pour ‘ajeb [homme célibataire], וג֗ורוני / u-juru-ni < וזורוני / u-zuru-ni [litt. Venez me visiter] ou encore, la confusion de sifflantes et chuintantes s < š et vice versa š < s : שכאנה / šxana au lieu de sxana [fièvre] ; אשמי / ’əšmi au lieu de ’əsmi [mon nom].

 D’autre part, comme dans le dialecte judéo-arabe, la langue de ces épitaphes illustre sa dimension juive par le recours à des termes hébreux qui, à l’instar des autres langues juives, relèvent pour la plupart, du champ sémantique culturel ou cultuel et font ainsi fonction de complément lexical :

כ֗ללית מיראי בנתי צבייה בלא תפללין זוג֗ ולידאת
Xallit Mireille bənt-i ṣbiyya, bla tfəllin zuj ulidat
J’ai laissé ma fille Mireille, encore petite et deux jeunes garçons n’ayant pas encore célébré les tefillin [Cérémonie de la majorité religieuse].

ענד רבי משית הדייא מקאמי פ֗י מקאם קרבאן
‘and Ṛaḅḅi mšit hdiyya, mqam-i fi mqam qorban
Vers Dieu je suis parti en offrande en guise de sacrifice (qorban)

אשמי יוסף עזיז אלכלייא כושכאש משפחת אלפ֗וכ֗ראן
‘əšmi Yusssəf ‘ziz al-kuliyya Xusxaš məšpaḥat al-fuxran
Je m’appelle Joseph, aimé de tous, de la famille (mišpaḥa) KOSKAS, si réputée [Yossef Koskas]

נטלב רבנא יבעת אלמשיח עג֗לאן
n-ṭləb Ṛaḅḅna, ib‘ət al-mašiyaḥajlan
Puisse notre Dieu envoyer promptement le Messie (mašiyaḥ)
[Messouda Ha-Rakah]

נוציכום תזורו קבריתי ערב ר »ח וערב שבת
Nuṣṣi-kum t-zuru qbṛiti, ‘irəḅ roš ḥodiš u-‘irəšəbbat
Je vous demande de vous recueillir sur ma sépulture les veilles de rosh ḥodesh (néoménie) et de shabbat [Ghzala Perez]

פלישיבה צבאח ועשייא פ֗י קראיתי דאימאן
f-l-išiba ṣbaḥ u-‘šiyya fi-qray-ti daiman
A la yeshiva [académie talmudique], je me consacrais à l’étude, du matin au soir  [Eliyahou Chouraqui]

 Quelques verbes hébreux ayant adopté la morphologie et la conjugaison arabes sont également attestés :

עראפ֗י קדאש עארכו עלייא באש זככאוני לילת שבת
‘Rafi qəddaš ‘arku ‘liyya, baš zəkkaw-ni lilt š-šəbbat
Mes patrons ont dû lutter pour me faire mériter d’être inhumer la veille du shabbat [Elie Cohen].

נפטרת פ֗י מציבת אלטייארה
פ֗י וצלו בר אלנורויג֗
Nfṭart fi mṣibt al-ṭiyyara, fi Oslo bərr al-Norvij
Elle a péri (nfṭart) dans la catastrophe aérienne
Survenue à Oslo, capitale de la Norvège
[Suzettze (Zhora) Cohen-Coudar]

 La comparaison des inscriptions judéo-arabes avec celles composées exclusivement en hébreu, nous a également permis d’identifier de fortes similitudes au niveau lexical et stylistique. Pour certaines phrases, il s’agit carrément de calques syntaxiques :

קינות במר נוטף  ודמע מעיני כנחל שוטף (épitaphe hébraïque)
D’amères complaintes seront élevées, et de mes yeux ruisselleront des larmes [Ghzala Slama]

צוות נואח ובכה יחקלי ודמועכום מג֗רייה (épitaphe judéo-arabe)
Ṣawt nwaḥ u-bka i-ḥaqq-li, u-dmu‘-kum majriyya
À ma mémoire, vous sangloterez, vous vous lamenterez et [de vos yeux) ruisselleront des larmes [Chalom Attal]

מספר ירחים על ערש דוי נלאו חכמיה (épitaphe hébraïque)
Des mois durant, alitée sur sa couche de douleur, sans que les médecins ne puissent la soulager [Khoumsa Alqa’li]

יעאניו אלטבא עאמין פ֗י אלתעליז ולא וג֗דו רג֗ייא
i‘aniw al-ṭabba ‘amin‘fi-al-ta‘lij wa-la wajdu rjiyya (épitaphe judéo-arabe)
Deux années durant, les médecins ont vraiment tenté de la sauver sans pouvoir la soulager [Hannah Cohen]

La ressemblance entre les textes des inscriptions hébraïques et celles rédigées en judéo-arabe laissent donc supposer que les auteurs de ces épitaphes étaient les mêmes.

Outre les interférences hébraïques, le judéo-arabe tunisien est également émaillé d’emprunts romans (espagnols, italiens, français). Cette singularité se retrouve aussi dans l’épitaphier judéo-arabe de Tunisie qui comportent en effet, quelques ces emprunts romans, affectés généralement aux noms de maladies mais pas exclusivement :

עממי ללבניו הבטני ועיונו יג֗ריו בלדמעאת
‘əmm-i l-l-ban͂u həbbəṭ-ni, u-‘yun-u i-jriw b-l-dəm‘at
Mon oncle était venu pour m’a fait descendre au ban͂u [Pour procéder à la toilette mortuaire], et des larmes ruisselaient de ses yeux [Jules (Iṣḥaq) Bellaïche]

Le mot ban͂u « baignoire, salle d’eau », d’origine espagnole est passé dans plusieurs parlers judéo-arabes d’Afrique du Nord.

ייא אלבנטאדה אלדדילא פ֗י ١٠ איאם סכּנתני אלצואן
Hiyya l-bənṭaḍa al-d-dila, fi ‘ašr iyyam sakkənt-ni al-ṣuwwan
En dix jours, une pneumonie (bənṭaḍa) aiguë m’a conduit sous les gravats

Dans cette phrase, le terme de bəntaḍa < ventata d’origine italienne, apparemment très usité dans le judéo-arabe de Tunisie pour désigner une « pneumonie » ou une « forte bronchite », est repris dans plusieurs épitaphes.

Le vocabulaire français n’est pas en reste non plus :

מינינזית פ֗י ג֗סמי ואלטביב לם פ֗הם אלמרצ֗את
Mininzit fi jasmi, u-al-ṭbib lam fhəm al-mərḍat
Je fus atteint d’une méningite mais le médecin ne l’avait point décelée [Jules (Iṣḥaq) Bellaïche]

שהרין ואנא נעאני בדוא אלטובבה ואלכונסלתאת
š
ahrayn wa-na n-‘ani b-dwa, al-ṭuḅḅa w-al-consəltat
Deux mois durant, j’ai subi des examens [consultations], rencontré des médecins et avalé des médicaments [Jules (Iṣḥaq) Bellaïche].

שומי מחצ֗צ֗ר ללבריו֗י עמרי ١٧ סנה מעדודאת
šumi mḥaddər l-l-bṛiwi, ‘amri sba‘taš sana ma
‘dudat
Ah ! J’avais dix-sept ans, j’allais me présenter au brevet [Jules (Iṣḥaq) Bellaïche].

Comment traduire ce corpus en évitant une interprétation excessive ?

  1. Le nom de la défunte (אסתר חורי), est inscrit en acrostiche, suivi des lettres  נו »ןet עי »ן qui forment le sigle noḥah ‘Eden « Puisse-t-elle reposer dans [le jardin] d’Eden ». Signalons aussi la rime en an (marquée en gras dans le texte). []
  2. Bien souvent, les auteurs des inscriptions en judéo-arabe ont opté pour la notation de l’article d’une manière morpho-phonémique אל, qu’il soit placé devant un mot commençant par une lettre lunaire ou devant un vocable commençant par une lettre solaire, imitant en quelque sorte la graphie arabe. En ce qui nous concerne, nous avons tenu à respecter la graphie judéo-arabe et dans de tels cas, nous translittérons l’article al. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *