Cycle thématique [18 mai 2017] : Les marges

Le jeudi 18 mai 2017 se tiendra la journée thématique annuelle de l’IRHT consacrée aux marges. Ce thème, qui se trouve au carrefour des sciences du texte, rassemble toutes les sections du laboratoire, en ce qu’il touche aussi bien à la philologie, la lexicographie, l’histoire, la paléographie, qu’à la codicologie.

Autour du texte, dimension essentielle de la culture et de sa transmission, les espaces laissés vides sont devenus le réceptacle de mentions, décors, marques codicologiques, etc. qui participent à son histoire. Sur tous les supports – papyrus, parchemin ou papier, manuscrit ou imprimé – et quel que soit le type de document, des écrits de la pratique aux livres liturgiques, en passant par les textes scientifiques et juridiques, ces ajouts, contemporains ou postérieurs, doivent être analysés. Il s’agira ainsi de rendre compte de pratiques éditoriales (rubriques, manchettes, références, iconographie), de pratiques de lecture et d’utilisation des textes transmis (marques de repérage, annotations, gloses, commentaires), mais également de tout autre type d’ajouts indépendants (mentions de noms, listes de livres, décomptes).

Résumés

Du texte à la marge : question de mise en page

Marie-Laure Savoye et Julie Métois, « Les recettes marginales dans le manuscrit médiéval : tentatives de contextualisation »

La première partie de cet exposé sera consacrée à une présentation générale des marginalia dans les manuscrits français médiévaux. Suivra une présentation portant sur un type d’écriture marginale plus spécifique : la recette. Sa forme, très caractéristique, est propice à l’annotation dans un recoin de manuscrit. Relatives à diverses techniques (médecine, alchimie, teinture, cosmétiques…), les recettes sont en effet ajoutées dans les marges de manuscrits dont le projet intellectuel initial était tout autre (religieux, littéraire, historique, juridique) et parfois dans une autre langue, si bien que l’on peut se poser la question de l’utilité et de la visibilité/lisibilité de ces recettes placées dans un contexte qui leur est apparemment étranger. Ces annotations posent également la question de l’identité de leur rédacteur et de leur lecteur. Quelques exemples viendront appuyer cette étude dont les enjeux couvrent un large éventail de domaines, de la codicologie à l’histoire des textes et à celle des livres.

Frédéric Duplessis, « Les gloses de A à Z : les signes de renvoi alphabétiques et les gloses carolingiennes sur Juvénal »

L’importance accordée à l’enseignement par le pouvoir carolingien se traduit durant le ixe siècle par la production de nombreux commentaires scolaires qui se diffusent souvent sous la forme de gloses.  Cette intense activité exégétique conduit les copistes carolingiens à développer différents systèmes de renvoi au sein des manuscrits glosés pour permettre au lecteur de naviguer entre le texte et les scholies marginales à l’aide d’un symbole noté à la fois dans l’interligne au-dessus du mot glosé et dans la marge au début de la glose correspondante. Parmi ces systèmes, l’utilisation des lettres de l’alphabet comme signes de renvoi se révèle particulièrement efficace et l’on peut s’étonner que cette méthode ne se soit pas généralisée rapidement.

La vingtaine de manuscrits copiés entre le ixe et le xie siècle transmettant les gloses carolingiennes sur les Satires de Juvénal (que les éditeurs nomment Scholia in Iuuenalem recentiora) constitue un corpus intéressant pour étudier les différentes façons de structurer le matériel marginal par l’alphabet. L’examen des signes de renvois contenus dans ces manuscrits glosés met parfaitement en lumière l’intérêt et les limites de ce type de mise en page. Il offre, en outre, parfois des informations précises sur les antigraphes utilisés, qui viennent enrichir les indices fournis par des approches philologique et codicologique plus classiques.

Emmanuelle Kuhry, « La réception continentale de la glossa anglicana à travers quelques exemples »

Chaîne de commentaires copiée autour des textes du corpus vetustius des traités naturels d’Aristote, la glossa anglicana était vraisemblablement à l’usage à l’université d’Oxford au xiiie siècle dans le cadre de l’enseignement en faculté des arts. Depuis les travaux pionniers de Charles Burnett dans les années 1990 qui ont révélé sa cohérence mais aussi qu’elle circulait sous différentes formes, elle a suscité un grand intérêt parmi les chercheurs, mais paradoxalement peu de travaux lui sont consacrés. Aucune édition complète de la glose sur l’un des traités aristotéliciens n’a vu le jour jusqu’à présent. Ses rapports avec les commentaires des maîtres ès arts d’Oxford sur le corpus aristotélicien restent mystérieux, de même que la date du début de sa diffusion. Les plus anciens manuscrits ne permettent guère de remonter au-delà de 1250. Or, l’identification de son utilisation dans certains textes, y compris continentaux, permettrait de préciser les conditions de sa genèse et de sa diffusion, et d’éclairer la question des modes de transmission du savoir naturel dans le premier tiers du xiiie siècle.

Jean-François Goudesenne, « Le rôle des marges dans les livres de chants liturgiques latins (900-1200) »

Utilisées par les notateurs comme espaces additionnels, tandis que les scribes du texte littéraire n’avaient pas toujours anticipé l’émergence des neumes (signes musicaux) vers 900, les marges vont s’imposer comme un espace organisé, pour l’indication des tons, pour l’addition de proses et séquences. C’est un usage qui perdure dans la typologie des sacramentaires-missels jusqu’au Moyen Âge central, avant l’apparition des grands livres de chœur et de la généralisation du livre plénier avec le système des portées musicales.

De l’utilisation des marges pour identifier ou préciser un contenu

Sébastien Hamel, « Identifier, classer, modifier, compléter : les mentions dorsales des chirographes échevinaux »

Le chirographe échevinal ne porte pas ou peu de notes marginales. Dans ce type de documents, les ajouts hors teneur au texte principal se font la plupart du temps au dos de l’acte. Les plus fréquents tiennent d’abord à un embryon de pratique archivistique par l’addition de notes très brèves servant à l’identification et au classement de ces chirographes : éléments de datation, nom du lieu de la transaction, de l’échevin ou de la partie à qui appartient la copie, etc. Loin d’être une pratique structurée et systématique, le développement de ces notes dorsales dénote un souci certain de gestion du chartrier municipal face à l’inflation galopante de la production de ce type d’acte, principalement dans les villes du nord de la France et des Pays-Bas méridionaux. Malgré de nombreuses pertes, les archives en conservent encore aujourd’hui des quantités phénoménales [1]. La seconde catégorie de mentions dorsales a trait à la pratique judiciaire. Elle concerne des rectifications et des précisions apportées a posteriori par les échevins au contenu même du texte du chirographe.

[1] Par exemple, à Saint-Quentin, il reste entre 600 et 700 chirographes pour la période allant de 1213 au milieu du xvie siècle, à Saint-Omer, 7 000 (de 1214 au xive siècle), à Douai, 35 000 (de 1204 à la fin du xve siècle),  à Ypres, 7 000 (de 1249 à 1291), à Nivelles, 65 000 (de 1290 à 1611), à Mons, plusieurs milliers (à partir de 1247), et à Tournai, on en possédait au moins 120 000 avant les bombardements de mai 1940.

Sébastien Barret, « Aux marges des cartulaires médiévaux »

Les cartulaires ne sont pas les premiers documents auxquels l’on songe quand il est question de marginalia, car ils semblent se tenir dans une sorte d’angle mort entre l’histoire de l’art et l’iconographie, d’une part, et l’histoire intellectuelle et livresque, d’autre part – les exceptions étant dès lors traitées par l’une ou l’autre de ces disciplines. Néanmoins, comme tous les manuscrits, ils ont des marges, et ces dernières, comme toutes les marges, peuvent être utilisées à diverses fins. Elles servent à porter des marques et des signes d’organisation de la matière des recueils, des corrections de leur texte ou des commentaires de leur contenu. Elles accueillent des notes archivistiques, des compléments aux actes transcrits, des notes de lecture ou des mentions chronologiques et généalogiques, des explications de texte, des foliotations. Ces diverses notes se distribuent souvent depuis la période de compilation du manuscrit jusqu’à la fin de l’époque moderne, sans oublier les mentions des bibliothécaires postérieurs. Elles permettent ainsi de suivre, au cours de leurs diverses strates, une part importante de la vie et de la réception des manuscrits, d’une manière couramment impressionniste. Souvent passionnante, leur exploitation est toujours difficile, car elle pose des problèmes délicats en matière de paléographie et d’identification des mains. Dans certains cas, leur efficacité réelle comme instruments d’utilisation du cartulaire peut sembler douteuse, ce qui pose la question de leur fonction, autant, du reste, que celle de leur valeur comme source d’informations sur la lecture et la réception des cartulaires. L’indiscutable investissement que représente leur étude, surtout systématique, s’avère néanmoins rentable, car il offre des aperçus irremplaçables, bien que partiels, de l’existence des recueils. La communication prévue s’appuiera sur des exemples choisis pour illustrer les divers points évoqués et montrer combien, malgré leur simplicité, leur informalité et leur modestie, ces notes peuvent être importantes pour l’historien.

Jean-Charles Coulon, « Les marges dans les manuscrits de droit et de sciences occultes de Tishit (Mauritanie) »

Dépositaires des connaissances sur le « monde invisible » (al-ġayb) et des lois cachées régissant le monde créé, les manuscrits de sciences occultes occupent une place importante dans les bibliothèques des mondes musulmans médiévaux. Ces manuscrits sont généralement tout à la fois théoriques et pratiques. Ils exposent à la fois la « grammaire » du monde créé, mais délivrent également des recettes et rituels utilisant ces règles afin d’obtenir un effet particulier. Il faut ajouter à cela que le livre de magie est également un livre magique : les connaissances qu’il contient fait du livre un objet particulier avec certaines propriétés qui supposent des conditions de lecture particulières. Les marges de ces manuscrits ont donc des spécificités qui leur sont propres et nous pouvons ébaucher une typologie des annotations marginales.

Décorations et marques de possession

Sonia Fellous, « La Biblia de Alba et ses marges (Castilla 1422-1433) »

La Biblia de Alba (1422-1433) est une œuvre destinée à un champion du christianisme et exécutée par un savant juif apparemment réputé et respecté des chrétiens. Il s’agit d’une traduction de l’Ancien Testament en romance de Castille dont les marges contiennent des commentaires rabbiniques suivis de ceux des Pères de l’Église lorsque les dogmes juif et chrétien s’opposent. Trois cent vingt-quatre miniatures en ornent le texte et les marges. Nombre d’entre elles, sous-tendues par les sources rabbiniques, ont parfois provoqué la réaction du superviseur chrétien de cette œuvre qui a ajouté ses remarques dans les marges, les interlignes ou à côté de certaines miniatures. En signalant ainsi les divergences d’interprétation, il permet au lecteur  de discerner « à première vue »  ce qui procède d’une collaboration forcée et ce qui y échappe. D’autres annotations marginales apportent des informations sur le travail conjoint des artistes et du maître d’œuvre ou sur le devenir de cette œuvre. Mais le silence des marges, en particulier dans le livre d’Esther, est aussi révélateur de la régression du dialogue religieux en Péninsule Ibérique.

Joanna Fronska, « Dessins marginaux et les enjeux de la navigation dans les manuscrits juridiques »

A partir du xiie siècle, de nombreux signes et dessins commencent à peupler les marges des manuscrits juridiques. Leurs fonctions et leur utilité sont variées, des simples indications qui focalisent l’attention du lecteur sur des lois particulières et facilitent leur localisation dans le livre, jusqu’aux interprétations figurées du texte qui proposent un discours supplémentaire par rapport à la glose. Dans plusieurs manuscrits, l’usage des dessins devient systématique et répétitif, suggérant la mise en place d’une pratique commune de lecture et de consultation des textes juridiques. Je propose d’explorer la genèse de cette technique, en étudiant des exemples précoces tels que le Code de Justinien, Londres, British Library, Harley ms. 5117 et le Digeste vieux, Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 347.

Hanno Wijsman, « Marques de possession cachées dans les marges enluminées du XVe siècle. L’emblématique dans le recueil Chartier d’Antoinette de Maignelais »

Dans les marges des manuscrits de luxe de la fin du Moyen Âge, il y a souvent beaucoup à voir, mais il n’est pas toujours facile de savoir jusqu’où chercher là-derrière. Nous pouvons distinguer la question de savoir si certains éléments sont significatifs ou décoratifs de la question de savoir si des éléments clairement significatifs le sont à propos de l’identification d’un commanditaire (ou plus généralement de toute personne liée au manuscrit, notamment par le biais de l’emblématique) ou à propos d’autres choses (le texte du manuscrit, des thèmes plus généraux, etc.).

Dans le cadre de cette communication, je traiterai ces questions à travers l’étude d’un cas spécifique. Un recueil de textes d’Alain Chartier, autrefois à Clumber Park, en Angleterre, a réapparu en 2016 lors d’une vente Christie’s après avoir été caché pendant près de 80 ans. Ce manuscrit, passé par Gaignat et le duc de la Vallière, n’avait pas de provenance médiévale connue. Pourtant, les signes ne manquent pas. Je pense que ce manuscrit a été fait pour Antoinette de Maignelais, maîtresse de Charles VII dans les années 1450 et c’est notamment une enquête à travers les marges décorées du manuscrit qui amène à cette hypothèse. L’iconographie des marges n’est pas indépendante ; l’emblématique envahit également les miniatures, et tout prête à croire que ce manuscrit hautement personnalisé doit être conçu comme un tout significatif.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 avril 2017

    […] Vous pouvez consulter le programme détaillé sur le Carnet de l’IRHT. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *