Novum Glossarium Mediae Latinitatis : le passage obligé par l’édition en ligne

Bruno BON (Communication du 4 mai 2006)

Le Novum Glossarium « Nouveau Du Cange » est le nom du programme principal de la Section de lexicographie latine de l’IRHT.

Présentation du Novum Glossarium: un « Nouveau Du Cange »

Le projet en 1923 : un TLL pour le Moyen Âge

Projet de l’UAI : programme phare de la nouvelle institution

  • Le NGML doit être un dictionnaire scientifique, empruntant ses références aux textes médio-latins édités scientifiquement.
  • Le NGML doit être un dictionnaire historique, reprenant à son compte l’orientation sémantique de l’ouvrage ancien de Charles Du Cange, qui n’est ni linguistique ni grammatical ; son ambition n’est pas d’offrir un instrument de thème latin, mais de replacer les mots au plus près des concepts médiévaux, en remontant le processus de création verbale pour dégager une réalité des besoins linguistiques d’une société nouvelle.
  • Le NGML doit enfin être un dictionnaire unique, offrant une vision générale de toute la latinité européenne, malgré tout limitée à la période 800-1200, de la Méditerranée à la Baltique.

Un projet européen impliquant les académies adhérentes

La collaboration internationale, à l’origine du projet, s’est illustrée dans les campagnes de dépouillements de textes, destinées à réunir les occurrences servant ensuite de base à la rédaction : chaque académie était chargée de dépouiller les sources rédigées au Moyen Âge dans leur ressort géographique d’aujourd’hui.

Mais les rédactions sont restées indépendantes : les équipes sont bien sûr en contact, mais leurs méthodes sont disparates ; l’Italie, par exemple, a choisi d’éditer rapidement un dictionnaire provisoire, qu’elle complète régulièrement par plusieurs séries de suppléments ; les Pays-Bas, eux, ont pris le parti de publier un dictionnaire plus grammatical, marqué par un rapprochement original des graphies.

Le résultat aboutit à une somme d’instruments de travail, dont la parution est le plus souvent en cours (autour des lettres A-E et L-P, dans le but de couvrir au plus vite l’ensemble de l’alphabet) ; mais les dépouillements sont presque achevés, puisqu’ils se limitent désormais aux éditions nouvelles de textes nouveaux ; le tout est consultable dans les locaux de la section et des comités nationaux.

La situation en 2006 : un ensemble composite

Le NGML et les dictionnaires nationaux : des instruments complémentaires

Sur la forme, les usages en sont différents : un instrument unique (une interrogation) permet de s’orienter rapidement dans l’ensemble de la latinité médiévale, porte d’accès au sens de la majeure partie des textes de la période couverte ; des instruments multiples (multi-interrogation) permettent de se concentrer sur un (ou plusieurs) aspect(s) d’une langue marquée par les spécificités géographiques, sans le « bruit » généré dans le NGML par les autres régions, et de dépasser les dates du NGML, le cas échéant.

Sur le fond, les priorités sont différentes : le NGML est restreint aux siècles centraux du Moyen Âge ; les dictionnaires nationaux ont un champ chronologique plus large.

Dans le détail, les choses sont moins simples : l’Italie et Espagne des XIe-XIIs. étant peu ou pas couvertes par leurs dictionnaires nationaux respectifs (il y en a plusieurs en Espagne), c’est le NGML qui comble cette lacune ; le comité français étant chargé de la rédaction du dictionnaire international, il n’y a pas d’instrument national pour la France, et le NGML se doit d’en faire l’une de ses priorités.

Le NGML et le « vieux Du Cange » : un rapport ambigu

A priori, la consultation du « vieux Du Cange » marque un échec du programme UAI.

Mais il faut y apporter deux nuances importantes : Charles Du Cange a eu accès à des manuscrits disparus ou inédits, qui ne sont donc pas repris par le NGML ; ses limites chronologiques sont bien plus larges, ce qui en fait un instrument irremplaçable, par exemple pour la fin du Moyen Âge français.

Le NGML et les ouvrages modernes : un instrument sous-utilisé

Sous prétexte qu’il s’agit de latin, l’utilisation de dictionnaires de latin classique est encore très fréquente ; or l’utilisation rapide du Thesaurus Linguae Latinae (ou pire, celle du « Gaffiot ») présente des risques de contresens graves : ce serait comme prétendre lire Camus avec un dictionnaire de français du XVIe s. ; une prise de conscience tardive a heureusement permis l’accession récente du latin médiéval au statut de langue, digne d’être l’objet d’une science linguistique spécialisée.

L’intention d’utiliser les instruments de latin médiéval disponibles est louable, mais les ouvrages de Niermeyer ou Blaise sont des lexiques de fait spécialisés, pas des dictionnaires scientifiques, et qui, de plus, renvoient fréquemment au latin classique.

L’informatique au service du Novum Glossarium: révolution des méthodes

Pour (re)donner sa gloire au latin médiéval, il est d’autant plus important d’être moderne.

Informatique et lexicographie : le travail quotidien de la section

Les nouvelles technologies ont évidemment considérablement facilité la rédaction grâce au traitement de texte, et la collaboration internationale par l’internet ; mieux, rédaction et relecture se sont améliorées avec une version informatique de l’Index des sources ; elles ont également apporté une aide au dépouillement dans la rédaction des fiches, en remplaçant le carbone.

En revanche, une tentative dans les années quatre-vingt-dix d’utiliser des fiches « informatiques » dans la rédaction des notices n’a pas abouti ; elle a montré l’impossibilité de faire monter la structure de l’article par un ordinateur : les limites de la machine touchent au « sens de la langue » ; finalement, seul le support de conservation change, car la rédaction passe nécessairement par l’impression des fiches sur ce qui devient une sorte de carte à jouer.

Les dictionnaires électroniques : exemples et contre-exemples

Multiplication des instruments disponibles

Les exemples sont de plus en plus nombreux sur CD/DVD-Rom, et en ligne : en français (Trésor de la Langue Française), ancien français (« Godefroy », « Tobbler-Lommatzsch »), latin classique (TLL), latin médiéval (« Niermeyer », base Brepolis [« Blaise », « Du Cange », glossaires médiévaux, etc.]).

Deux avantages principaux : accessibilité et plus-value

Même dans le cas d’une simple numérisation, on peut apprécier l’accessibilité d’ouvrages de référence anciens, souvent volumineux et onéreux… à condition que l’accès en ligne soit gratuit, ou que les CD/DVD soient diffusés pour une somme modique ; c’est évidemment bien plus pratique que de courir les bibliothèques ; mais dans les exemples cités, seuls le TLF, et dans une moindre mesure le « Niermeyer » sont dans ce cas.

Surtout, une plus-value est rendue possible par les nouvelles technologies, mais elle dépend du montage de l’outil d’interrogation ; un simple changement de support par numérisation n’apporte pas grand-chose, le « Tobbler-Lommatzsch » étant l’exemple à ne pas suivre : on consulte le DVD (qui en plus ne fonctionne pas très bien) comme on consulterait l’ouvrage papier, en faisant défiler les pages ; il faut aller au-delà d’une simple dématérialisation du support, pour proposer un type nouveau de recherche, pour un type nouveau de résultat.

Les bases de données textuelles : sacs de mots

L’utilisation des corpus de textes numérisés est devenue indispensable : elle offre un complément inespéré des dépouillements manuels, en permettant de doubler le nombre d’occurrences citées par le NGML.

La possibilité d’interroger tous les mots d’un corpus représente ainsi une forme de dépouillement exhaustif virtuel, qui amène certains lexicographes à renoncer à la rédaction d’articles structurés, considérant que le meilleur des dictionnaires est constitué par l’ensemble de tous les textes, réunis dans un instrument d’interrogation commune.

Mais il ne faut pas confondre dépouillement et dictionnaire : le premier, en donnant des occurrences, permet de rédiger le second, qui opère un choix et un classement, résultat d’une analyse sémantique ; avec les « sacs de mots », le travail lexicographique reste à faire.

Le Novum Glossarium à la hauteur des moyens modernes : de la nécessité d’une publication en ligne

Si les dictionnaires, leurs rédacteurs et leurs utilisateurs ne peuvent plus se passer de l’informatique, la recherche scientifique « numérique » peut-elle se passer de dictionnaires ?

Pertinence du travail lexicographique

Polémique

Le travail du lexicographe est apparemment facile : il s’agit de rassembler et de comparer des occurrences.

Mais cette simplicité est illusoire, ne serait-ce qu’à cause de la longueur du cheminement scientifique ; il est donc tentant de le laisser faire à l’utilisateur : ce fut le choix de l’équipe de rédaction du dictionnaire belge.

Mots fréquents et mots rares

Pour prendre un exemple, on n’utilisera pas de la même façon les 30 000 occurrences de la forme (pas du lemme) pater dans la version 5 de la Cetedoc Library of Christian Latin Texts que l’article de quelques colonnes du NGML.

Si l’on trouve dans un texte le mot pinafora, -e f., on ne sera pas renseigné de la même façon en constatant dans un ‘sac de mots’ que la seule occurrence recensée est dans « Goscelinus Cantuariensis, Translatio s. Wulfhilde 13 » (voire même sans indication de livre ou de chapitre, comme ce serait le cas si la forme avait été recensée dans le Thesaurus formarum totius latinitatis [CILF] – ce qui n’est pas le cas), ou en étant renvoyé par le NGML à l’anglais pinafore, « sorte de vêtement ».

Enfin on ne repérera pas de la même façon la forme unique pinea de pineum, –i n. « pomme de pin » dans « Arnulfus Aurelianensis, Allegorie super Ovidii Metamorphosin 10, 4 », dans l’expr. inter pinea.

Une somme d’occurrences aboutit ainsi à une exhaustivité d’utilisation délicate, tandis qu’un article de dictionnaire offre une sélection facile d’accès.

Entre les deux, le cas original de l’Irlande

Une base de données, Archive of Celtic Latin Library, regroupe l’ensemble des textes irlandais de latin médiéval ; leur étude sémantique, réalisée en liaison avec ce « sac de mots », sera surtout utilisable comme glossaire de la base de textes (par appel en cours de lecture), mais également comme dictionnaire médio-latin irlandais, par renvoi à la base de textes.

Le résultat lexicographique aboutit à une simple hiérarchie sémantique (pour les mots les plus fréquents), avec codage des références : le dictionnaire est indissociable de la base de textes, pour ne pas dire inutilisable en l’état.

Pertinence de la mise en ligne du NGML

Diffusion du savoir

La multiplication des points d’accès au dictionnaire peut entraîner celle du nombre de ses utilisations ; la diffusion papier étant très coûteuse, elle est limitée de fait aux grandes bibliothèques, et reste incompatible avec la volonté de développer l’usage du NGML par les étudiants et les chercheurs.

Par ailleurs, la réactivité de ce type d’édition aux mises à jour est un facteur opportun dans le cadre de longues publications en cours.

Efficacité de la recherche

L’association de plusieurs instruments dans un outil commun, à l’exemple de la version informatique du « Godefroy » et de son supplément, serait le lieu d’interrogation et de consultation simultanées de différents ouvrages, sans nécessité de refondre complètement un instrument unique.

Le projet de l’UAI concerne avant tout le NGML et les différents dictionnaires nationaux qui ont donné leur accord lors de la dernière réunion quadriennale à Barcelone : il implique donc un travail en collaboration sur le choix des marquages et des termes d’interrogation minimale, et dans des formats compatibles.

Renouveau des pratiques

Ce projet commun permet d’envisager d’autres types de consultation que le feuilletage par lemme : la limitation géographique, chronologique ou sémantique des emplois serait possible, ainsi que l’interrogation croisée sur deux termes dans le corps des articles.

Surtout, une fonction de recherche inverse dans les définitions aurait des implications au niveau de la rédaction ; si l’on veut, en effet, qu’une recherche puisse donner les termes désignant le cheval (fonction onomasiologique), il faut impérativement placer ce terme dans la définition : « palefroi » seul est perdu, il faudrait ajouter « cheval de parade ».

Le véritable problème reste qu’il est très difficile d’imaginer de nouveaux types de consultation ; les premiers dictionnaires informatisés permettent des consultations traditionnelles, directement inspirées des possibilités limitées des instruments sur papier (c’est le cas du TLL) ; il faudrait aller beaucoup plus loin, mais il est difficile de préciser où, ce qui implique la nécessité d’avoir un outil très souple et modulable : à terme, l’idée est bien de faire dire à un dictionnaire ce que nous n’avons pas (encore) l’idée de lui demander ; c’est pour cela que nous sommes toujours en demande de retour de la part des utilisateurs de dictionnaires.

Urgence et modalités de la mise en ligne du NGML

Développement anarchique (ou non) des outils payants

Le TLL, le « Niermeyer », la base Brepolis : leur disponibilité est illusoire, et dangereuse, car ces outils ne sont pas toujours ceux sur lesquels une recherche efficace devrait s’appuyer.

Besoin de visibilité du programme phare de l’UAI (Union académique internationale)

Le NGML est une entreprise publique de science fondamentale méconnue, dont on pourrait développer l’usage.

Le choix de la gratuité d’accès est celui d’une recherche publique, et rendu possible par l’accord des différentes équipes nationales engagées dans ce programme ; c’est une situation très favorable dont il faut profiter.

Numérisation – marquage – outil d’interrogation

Ces trois étapes indispensables, à mener rapidement, ne doivent pas freiner la rédaction des articles (c’est la position de toutes les équipes), ce qui soulève évidemment des problèmes de moyens.

Une collaboration efficace avec l’École des chartes et l’université de Lyon II, autour du « vieux Du Cange », est en cours pour la première étape.

La collaboration est à mener également avec nos collègues européens pour les deux étapes suivantes, l’idéal étant d’avoir un outil efficace à proposer lors de la prochaine réunion quadriennale en 2008.

En exergue

En avant-goût du projet, on prévoit la mise en ligne de l’Index scriptorum, version cumulative de celui de 1973 et du supplément de 2005 ; l’intérêt en est évident, mais ses modalités restent à discuter : format, mises à jour, site.

En attendant mieux, les fichiers de la section sont toujours consultables.

Commentaires d’Olga Weijers

Madame Olga Weijers (Institut Constantijn Huygens ; IRHT, section latine) apporte les précisions suivantes au résumé de Bruno Bon :

  • Les dictionnaires nationaux sont d’autant plus importants que le NG commence par la lettre L.
  • Le dictionnaire anglais couvre désormais la première partie de l’alphabet et que le dictionnaire néerlandais est terminé, ainsi que le suédois.
  • Le dictionnaire néerlandais a effectivement l’inconvénient d’un ordre alphabétique basé sur l’orthographe « médiévale », mais que cela ne concerne que l’ordre alphabétique des lemmes et qu’à l’intérieur des articles les graphies sont respectées comme dans les autres dictionnaires.
  • Les graphies figurant dans les dictionnaires sont toujours celles trouvées dans les éditions des textes (sauf dans certains cas pour le dictionnaire anglais) et que les éditeurs de textes ne respectent pas toujours les graphies des manuscrits, loin de là ; qu’il faut donc, pour les graphies, retourner aux manuscrits.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/ducange.htm)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.