[Compte rendu] Le manuscrit franciscain retrouvé

Jacques DALARUN

AfficheOrganisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes, le colloque « Le manuscrit franciscain retrouvé » s’est tenu du 20 au 22 septembre 2017 aux sièges de l’École nationale des chartes puis de l’Institut de recherche et d’histoire de textes, grâce au soutien du LabEx Hastec, du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS), d’APICES, de la Fondation A. Vauchez / Balzan et de la galerie Les Enluminures. Devant un public nombreux et actif, vingt-trois orateurs (voir programme joint) ont successivement pris la parole en trois langues (français, italien et anglais). La première soirée a été marquée par la présentation du volume NAL 3245 au Département des manuscrits et par l’inauguration de l’exposition Enlighten the darkness : An Exhibition in Honor of “Le manuscrit franciscain retrouvé” à la galerie Les Enluminures (voir invitation jointe).

La rencontre avait au moins trois singularités, relatives à son objet, sa méthode et son esprit :

  • L’objet était un unique manuscrit, minuscule (12 × 8 cm), laid et crasseux, qui a défrayé la chronique pour sa récente remontée à la surface et la présence en son sein d’une des plus anciennes Vies de saint François d’Assise, jusqu’alors inédite. Il est à présent conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote NAL 3245 et sa reproduction numérique est accessible sur le site Gallica. Les interventions au colloque ont sans cesse balancé entre l’étude interne approfondie du document et sa mise en contexte (les manuscrits franciscains, les manuscrits bibliques, les florilèges, les écrits prophétiques, les sermons…), comme les archéologues alternent sondage et prospection.
  • La méthode était résolument interdisciplinaire, conjuguant sciences dites dures (physique, chimie avec, entre autres, analyse du carbone 14 de la ficelle de reliure et du collagène du parchemin), histoire des techniques, codicologie, paléographie, linguistique historique (les interférences du vernaculaire dans les graphies latines), histoire des textes, histoire des institutions, histoire culturelle… Le résultat le plus éloquent, de ce point de vue, a sans doute été la convergence des expertises physiques et chimiques avec les analyses propres aux disciplines de l’érudition.
  • L’esprit était celui de l’atelier, avec la volonté d’explorer le plus de pistes possibles, de lancer un foisonnement d’hypothèses, de mettre à l’épreuve de la critique tous les résultats, de pratiquer un dialogue constant entre les participants, orateurs ou non. La conséquence de cet état d’esprit, c’est qu’il ne saurait être question de publier les actes de la rencontre, comme autant de performances juxtaposées. Les travaux des 20-22 septembre sont le prélude à une publication collective alliant livre imprimé et édition électronique de l’ensemble des textes contenus dans le manuscrit, un diptyque que nous nous donnons deux ans pour produire.

Il serait donc prématuré d’exposer des résultats définitifs. Parlons plutôt d’avancées, qui laissent toutefois de nombreuses questions sans réponse et ont ouvert bien d’autres perplexités : par exemple, le vibrant commentaire du Pater noster contenu dans le manuscrit pourrait-il être la reportatio d’une admonition de François d’Assise ?

Le premier acquis de la rencontre est la convergence de toutes les approches (physique, chimie, reliure, codicologie, paléographie, linguistique, contenus textuels) sur la datation et l’origine du manuscrit NAL 3245 : il date du deuxième tiers du XIIIe siècle et provient d’Italie centrale (à l’exclusion de la Toscane), mais il est désormais évident que l’équipe itinérante de Frères mineurs qui l’a réalisé (ou tel de ses membres) a séjourné à Paris : la reportatio d’un sermon inédit fait allusion au Petit-Pont et cite un proverbe in callico [sic]. Sous réserve de vérification, il semble que treize mains au plus (sans doute un peu moins) aient contribué à la copie des textes.

Le contenu est d’une telle richesse qu’on ne saurait le décrire en peu de mots : on a le sentiment d’assister à la récolte, en partie hasardeuse (au Sacro Convento d’Assise, dans des bibliothèques monastiques ou canoniales, au gré des sermons ou des cours entendus en chemin), du corpus textuel d’une communauté naissante dans sa phase préscolastique. Ce corpus comprend des livres bibliques (Job, Zacharie, Matthieu, avec la capitulation de la Bible dite « du XIIIe siècle » ajoutée en marge d’un texte suivant la capitulation antérieure) ; des auteurs classiques et patristiques, mais les uns et les autres passés au filtre d’auteurs du XIIe siècle – cisterciens ou chanoines – qui fournissent la majorité des textes (Bernard de Clairvaux est certainement l’auteur le plus cité du recueil) ; enfin un noyau de sources proprement franciscaines (extraits de sermons d’Antoine de Padoue, Regula bullata, Admonitiones et Vita beati patris nostri Francisci).

Roger de Wendover, Thomas d’Eccleston ou Jourdain de Giano ont décrit des équipes de Frères mineurs itinérants, d’une petite dizaine d’individus, mêlant clercs et laïcs, mais souvent dépourvues de prêtres. Et Mathieu Paris précise que les Frères mineurs portaient « toujours leurs livres, à savoir des bibles (bibliothecas), pendant au cou dans des fourreaux (forulis) ». Le manuscrit NAL 3245, qui contient nombre de textes ou commentaires bibliques, était probablement la bibliothèque portative d’un groupe de ce genre, une « boite à ouvrages » à usage tantôt individuel, tantôt collectif, alimentant aussi bien la méditation personnelle que la réflexion de la fraternité (ainsi que la célébration du saint fondateur par les frères) ou l’action pastorale auprès d’auditoires de rencontre.

Quant au sens de la récolte, il est encore bien difficile de le discerner, mais le volume contient à la fois des textes à teneur morale et d’autres à portée eschatologique (comme les Revelationes du Pseudo-Méthode), le tout au service d’une prédication aux accents pénitentiels appelant à la conversion de cœur, voire à l’entrée dans les religiones novae des Prêcheurs et des Frères mineurs. Plusieurs orateurs se sont interrogés sur la présence d’une citation de Grégoire VII expliquant à quelles conditions on pouvait frayer avec une personne excommuniée sans encourir soi-même l’excommunication et sur son actualité à l’époque de Frédéric II.

Dans la longue durée, l’histoire des fils spirituels de François d’Assise, les Frères mineurs, est faite de tensions, de divisions, de rivalités, de disputes, de luttes, de schismes, de condamnations, d’excommunications, au point que la famille franciscaine – pour ne parler que du premier Ordre – est encore aujourd’hui séparée en trois branches principales : ofm, ofm conv., ofm cap. Peu de communautés ont autant exalté le sens de la fraternité ; peu ont été aussi conflictuelles, en leur sein et face à l’Église. Le manuscrit NAL 3245 nous dévoile peut-être le creuset spirituel de cette histoire tourmentée et son ressort le plus intime. On a le sentiment que la communauté naissante, en se dotant d’un corpus en tension entre appel vibrant à la pénitence et promesses eschatologiques, se prédispose textuellement à vivre les malédictions comme des bénédictions et les tribulations comme le comble de la jubilation.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *