Séminaire Histoire de Paris [2] du 8 décembre 2017 : Processions et rogations

Le séminaire s’est ouvert sur la présentation du livre de Boris Bove, Murielle Gaude-Ferragu et Cédric Michon (dir.), Paris, ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2017. Il s’agit d’un ouvrage résolument comparatiste dans le temps et dans l’espace (voir : http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4505).

Maria Gurrado (IRHT), « Les processions de Notre-Dame de Paris au XIIIe siècle »

Maria Gurrado, actuellement ingénieure de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes, a soutenu sa thèse sur La Sainte-Chapelle de Bari : Iuxta ritum capelle nostre Parisiensis : recherches sur les manuscrits des Archives de la basilique de Saint-Nicolas de Bari en 2004 à l’École pratique des hautes études sous la direction de Marie-Noëlle Colette et de Jean Vezin.

Ses travaux en cours portent sur la liturgie de Notre-Dame de Paris à partir des manuscrits parisiens actuellement conservés à Bari. En effet, lors de la fondation de la Sainte-Chapelle royale de Bari, ont été donnés des livres liturgiques venus de Paris. L’un des manuscrits est un ordinaire de Notre-Dame daté du XIIIe siècle.

Les processions sont mentionnées dans le processionnal et l’ordinaire. Deux manuscrits sont pourvus de notes : le Processionnal de Notre-Dame (Bruxelles, Bibl. royale, 1799) qui a été rédigé à la fin du XIIIe siècle, mais livre un état liturgique des années 1230 et l’ordinaire (Paris, Bib. nat. Fr, lat 16317). L’ordinaire de Bari (Bari 13) était appelé antiphonaire. Il a subi une restauration dans les années 1950 qui a conduit à plastifier les feuillets. La colle utilisée a rendu le parchemin translucide, si bien que les écritures du verso et du recto se superposent. La datation de ces manuscrits est importante pour notre propos, sachant que les renseignements topographiques varient d’un manuscrit à l’autre : ces différences dépendent-elles du type de manuscrits ou de leur datation différente, ce qui renseignerait sur des évolutions de la liturgie ou de la construction dans la cathédrale ? Actuellement, Maria Gurrado prépare l’édition du manuscrit Bari 13 avec Laura Albiero.

Pour ces manuscrits, deux dates sont importantes, à savoir la date de la composition du texte et la date de sa copie. On peut dater le rituel liturgique à partir de la présence ou de l’absence de telle ou telle fête et à partir du rang de la fête dans le manuscrit ; il peut s’agir de fêtes annuelles, de fêtes doubles ou de fêtes semi-doubles. Cela peut être des fêtes à 9 leçons ou à 3 leçons, ou de simples commémorations. Du rang de la fête dépendent les chants, le nombre de bougies, le nombre de chantres et de processions.

Le manuscrit de Bari contient un calendrier et un sanctoral. Il est difficile de dater un manuscrit liturgique d’après le calendrier, puisqu’il s’agit souvent d’un cahier à part. Par ailleurs, il est souvent mieux mis à jour que le reste du manuscrit. Dans ce cas, le calendrier coïncide avec le sanctoral. Aucune fête des années 1230 n’est dans le manuscrit. Pour François d’Assise, il ne s’agit que d’une simple commémoration. On pourrait croire ainsi que l’on est dans les années 1220, mais se trouve la mention de la fête de la réception de la couronne (1239 semiduplum, 11 août). Ainsi, il semblerait que le copiste ait utilisé un document des années 1220, mais qu’il copiait dans les années 1240. Il a en effet ajouté la fête la plus importante qui s’est passée à Paris depuis les années 1220, à savoir la fête de la réception de la couronne.

Une procession est un déplacement ordonné de plusieurs personnes. Il y en avait tout le temps dans la cathédrale. Ce sont des processions ordinaires ne concernant que le chapitre, à savoir celles qui se font avant la messe dominicale ou aux vêpres.

Trois types de processions sont à signaler à Notre-Dame :

  • Les processions à l’intérieur de la cathédrale sont les plus fréquentes et se dirigent vers un ou plusieurs autels ou vers la croix ;
  • Les processions à l’intérieur du groupe cathédral, vers le baptistère (Saint-Jean-le-Rond), vers Saint-Denis-du-Pas ou vers une croix extérieure, avec la mention d’une station dans un petit champ ;
  • Les processions à l’extérieur se font dans la cité, dans toute la ville et au-delà (jusqu’à Saint-Martin-des-Champs).

Les processions à l’intérieur de l’église sont peu détaillées dans le Processionnal. Elles existent pour les quatre temps pendant l’Avent, le Carême, après la Pentecôte, puis après l’Exaltation de la croix. Le parcours de ces processions n’est pas connu. Elles rassemblent un diacre, un sous-diacre et trois enfants. Le jour de Noël, après la bénédiction de l’eau entre deux autels, une procession se rend vers la croix (à l’intérieur ou à l’extérieur), devant laquelle est chanté un chant polyphonique. La polyphonie est pratiquée au pied de la croix. Une procession est également faite tous les dimanches après la Purification. Le Jeudi saint, le sous-diacre précédé par le maître des enfants et deux enfants entament une procession, sachant qu’il y en a une pour chaque ampoule, ainsi qu’une procession pour le lavement des autels. Le Vendredi saint, il y a une procession pour l’Adoration de la croix. Une procession pour le lavement des autels se fait également à la Toussaint. La procession allait peut-être jusqu’à Saint-Jean-le-Rond. Elle commençait par l’autel de la Trinité, puis l’autel de la Vierge, les autels de Marcel, Madeleine, Pierre et Paul, Cosme et Damien, puis sortait pour aller à Saint-Jean-le-Rond. La procession allait ensuite à Saint-Denis-le-Pas. Après le sermon, les chanoines se réunissaient dans un petit champ pour la bénédiction du pain et du vin et la lecture de l’Évangile de Jean, avant le retour à la cathédrale.

La liste des autels mentionnés dans l’Ordinaire de Paris est plus courte et ne mentionne pas de sortie. Toutefois, sont signalés le lavement des pieds des malades et des pieds des chanoines (à l’eau chaude) puis le séjour dans le petit champ, mais pas les mêmes autels. Pourquoi les sources divergent-elles ? Le Processionnal est plus complet que l’Ordinaire, or l’Ordinaire devrait être le plus fiable. La réalité topographique décrite par les deux manuscrits n’est pas la même.

Si on prend la datation de la construction de Notre-Dame, on ne peut pas exclure que la position des autels ait changé au cours du XIIIe siècle. Le manuscrit de Bari donne le nom de certains autels construits par la suite au début du XIVe siècle. On ne trouve aucune mention des autels de la partie haute dans l’Ordinaire mais ils sont présents dans le Processionnal de la fin du XIIIe siècle. Les autels cités dans l’Ordinaire correspondent aux parties construites vers 1230-1240.

Les processions ordinaires à Notre-Dame se font à l’intérieur du groupe Notre-Dame vers Saint-Jean-le-Rond et/ou Saint-Denis-du-Pas avec un arrêt devant la croix qui se trouve à l’intérieur ou à l’extérieur de la cathédrale. Le jour de Pâques, il y a deux processions.

Pour les processions à l’extérieur du groupe cathédral, le mercredi des cendres, elles vont vers Saint-Christophe. Pendant le Carême, les lundis, mercredis et vendredis, elles se terminent aux vêpres. Aux Rameaux, elles vont jusqu’à Sainte-Geneviève-du-Mont. Lors de cette fête, la grande procession arrive devant les portes de la Cité, elle chante devant les portes avant d’entrer. Pendant le Carême, la première semaine sont concernées les églises de la Cité ; les deuxième et troisième semaines, les églises de la rive gauche ; la quatrième semaine, les églises de la rive droite puis et la cinquième semaine, les églises de la rive droite jusqu’à Montmartre.

Les Rogations sont les trois jours qui précédent l’Ascension. On organise des processions sans retour à la cathédrale. Le premier jour, une procession se rend à Saint-Martin-des-Champs en passant par Montmartre. Le deuxième jour, avec la châsse de Merry et Laurent, une procession passe à Saint-Benoît-le-Bétourné, Saint-Etienne, Sainte-Marie-des-Champs, Saints-Cosme-et-Damien. Elle rencontre une autre procession. Le troisième jour, elle passe à Saint-Victor, Saint-Médard et Sainte-Geneviève.

Des processions sont organisées le jour de la fête de certains saints importants, sachant que tous les saints avaient des processions à l’intérieur de leur église.

Caroline Bourlet présente les stations des processions des chanoines de la cathédrale dans Paris et met en évidence des points précis représentatifs d’une situation qui remonte au moins aux débuts des Capétiens, à savoir les églises favorisées par les rois depuis Hugues Capet. Les églises qui dépendent de l’évêque et des chanoines sont visitées, c’est donc une représentation de la situation de l’Eglise de Paris. L’Est de Paris a été organisé tard. Pour aller à Saint-Paul ou Saint-Victor, on prend le bateau (on passe per aquam), ce qui rappelle l’importance de la batellerie à Paris.

Article à lire : Rebecca A. Baltzer, « The Geography of the Liturgy at Notre-Dame de Paris », dans Plainsong in the Age of Polyphony, Cambridge, 1992, p. 45-64.

Discussion

Clément Savary (CS) évoque une commande par le chapitre cathédral de Chartres vers 1400 d’une croix comme celle de la cathédrale Notre-Dame de Paris située près du jubé.

Maria Gurrado (MG) : Cela permet d’affirmer qu’il y avait bien une croix à l’intérieur de la cathédrale ainsi qu’une croix à l’extérieur.

Caroline Bourlet (CB) : La mention du sépulcre fait-elle référence à l’église du Saint-Sépulcre ?

Nicole Bériou (NB) pense que la mention du sépulcre renvoie à une installation provisoire dans le narthex de l’église au moment des cérémonies entre Vendredi saint et Pâques avec des jeux liturgiques autour des saintes femmes au tombeau.

MG : Il y a des indications de jeux liturgiques, mais à l’extérieur.

NB évoque la pratique de l’enterrement de l’hostie à cet endroit pour commémorer l’ensevelissement du corps de Jésus.

CB : Concernant le petit champ, il s’agit peut-être du terrain vague derrière Saint-Denis-du-Pas.

MG : On y fait la bénédiction du pain et du vin.

NB : L’emploi du mot campiculum est-il courant ?

CB : Il ne semble pas que cela soit le cas.

Nicole Bériou (IRHT-EPHE), « Sermons donnés pendant les processions parisiennes des Rogations au XIIIe siècle »

Nicole Bériou a été directrice de l’IRHT et travaille depuis des années sur les sermons. Elle a publié à ce propos L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, 2 vol., Paris, 1998 (voir : http://www.persee.fr/doc/medi_0751-2708_2001_num_20_40_1518_t1_0161_0000_2).

Lors de ce séminaire, elle se propose de présenter les sermons donnés à Paris pendant les Rogations, à partir des traces laissées dans les manuscrits par la prédication médiévale. Elle analysera principalement le thème du dragon exhibé lors des processions organisées pendant les Rogations.

Les sources les plus immédiates sont les documents liturgiques. Dans les Sommes des liturgistes, on a des informations sur les rituels. Concernant les processions des rogations, Caroline Bourlet a pu les localiser par des cartes de Paris et Maria Gurrado a eu la possibilité de nous les faire connaître grâce à l’analyse des rituels. On trouve également des traces des processions dans les chroniques (cf. Jacques Chiffoleau, « Les processions parisiennes de 1412. Analyse d’un rituel flamboyant », Revue Historique, CCLXXXIV/1, 1991, p. 38-76). Cela concerne des processions ordinaires à caractère général. Ce ne sont pas les processions organisées à l’intérieur des paroisses, mais des processions pour lesquelles on fait appel au clergé de la cathédrale. A partir du XIIIe siècle, on a une nouvelle source d’information sur les processions avec le développement des sermons. La prédication devient régulière à partir du XIIIe siècle, notamment avec la création des ordres mendiants qui assurent une grande partie de la prédication, sachant que les séculiers prêchent également. Les Mendiants produisent des modèles de sermons et les font circuler. Ce développement de la prédication se fait sur un fond de concurrence entre les séculiers et les Mendiants. A Paris, même avant l’arrivée des Mendiants, s’était développé dans le courant du XIIe siècle un mouvement en faveur de la prédication autour de Maurice de Sully et de Pierre le Chantre (qui peut être considéré comme le Jean-Baptiste des Frères mendiants). La prédication apparaît comme un élément structurant dans la vie religieuse des fidèles. Il faut que le clergé prêche et se prépare à la prédication (l’exégèse de la Bible sert à la prédication). Pierre le Chantre définit ce modèle.

Compréhension de la vie liturgique à travers les prédications

Étude d’un extrait d’un texte de Maurice de Sully (Texte n° 1 du dossier joint : Séminaire Histoire de Paris_20171208_Dossier_Nicole Bériou). La première version a été rédigée en latin, puis il y a eu une adaptation en français qui a circulé au XIIIe siècle. Il s’agit du sermon pour le 5e dimanche après Pâques, c’est-à-dire la veille des Rogations. A partir de la ligne 7, il est question des Rogations (Rovisons), après la prière universelle. L’évêque présente un point d’histoire avec Mammer, évêque de Vienne vers 470, qui a instauré ces journées de jeûne et de prières collectives avec une déambulation pour éloigner tous les fléaux. C’est une initiative pour marquer le relais pris par les évêques à un moment où les institutions civiles ont perdu de leur force. L’autorité de l’évêque est manifestée à travers le rituel. Ce type de processions a été imité dans d’autres cités gauloises (cf. Sidoine Apollinaire à Clermont). En 511, le concile d’Orléans la généralise à toute la Gaule. Sous Léon III, cette pratique s’étend à Rome puis à tout l’Occident d’après le Pontifical romano-germanique du Xe siècle. Maurice de Sully fait un rappel historique. La fin du sermon donne un modèle de prédication rurale et urbaine. On annonce les Rogations la veille du jour où elles commencent.

Le texte n° 2 du dossier est un sermon pour le dimanche des Rameaux. C’est un modèle de sermon qui traite d’un sujet de l’Evangile cité auparavant. Le texte est lu en entier et fait un lien entre le récit évangélique et la procession du jour, qui est une procession générale qui rassemble toute la communauté humaine.

La procession de la Purification se fait en mémoire de la présentation de Christ au Temple de Jérusalem et de la purification de la Vierge. C’est un modèle pour les femmes qui viennent d’accoucher et qui doivent être purifiées pour réintégrer la communauté des fidèles. On y trouve un rituel particulier comme pour les Rameaux avec les branches : des bougies sont portées par les fidèles, d’où l’appellation de Chandeleur, fête des chandelles. Ces chandelles représentent le Christ. La cire blanche et pure symbolise l’humanité du Christ ; la mèche invisible, la divinité ; le feu, l’Esprit. Dans la plupart des sermons, on insiste sur ces métaphores.

Dans les sermons de Maurice de Sully, apparaissent deux cas de figure : une explication avant la procession et au moment de la procession. Cette façon de procéder n’est pas propre à Maurice de Sully, puisque l’on trouve dans les sermons une présence plus forte des explications le jour même de la procession.

La prédication des Rogations se fait entre le 5e dimanche après Pâques et l’Ascension, lundi, mardi et mercredi, du moins en ville. Quand cela se régularise-t-il ? La prédication est connue à partir de recueils de modèles. Les prédications des Rogations sont présentes dans les recueils les plus complets. Les sermons portent sur la prière (cf. si quid petieritis Patrem etc.). A l’Ascension, le Christ porte au Seigneur les prières des fidèles. Ces prières doivent être bien formées. La thématique de la prière est plus accentuée que le motif de la défense contre les dangers. On glisse peu à peu vers l’idée que ces processions sont des moyens spirituels. Les modèles de sermons tournent autour du motif de la prière. Le thème principal de la prédication des Rogations devient la prière. Les Mendiants prennent toutes les occasions pour prêcher (cf. p. 9 du dossier : répartition des interventions des dominicains et des franciscains dans les prédications à Douai). Les Franciscains et les Dominicains se partagent les sermons. Il n’y a pas de sermons que l’on puisse dater précisément.

Pour les processions des Rogations à Paris, les sermons viennent des séculiers de manière paradoxale, mais explicable puisque les étudiants et certains clercs prennent des notes. Les étudiants en théologie de la Sorbonne ont pour vocation de prêcher et ils lèguent leurs manuscrits à la bibliothèque. C’est pourquoi nous disposons de notes d’auditeurs intelligents qui nous restituent certaines prédications (cf. p. 2, sur les deux colonnes, à gauche se trouvent les notes de Robert de Sorbon, c’est-à-dire son brouillon et, à droite, les notes de Pierre de Limoges). Est développée l’idée que la pénitence est comme le pain qui ne peut être mangé en entier. Robert de Sorbon interpelle les gens en disant « Amice ». Le texte est restitué par Pierre de Limoges dans un mélange de langue en latin et en langue limousine, donc occitane (Pierre de Limoges vient d’un pays de langue d’oc).

Aux pages 3-4 du dossier, se trouvent des extraits de Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris qui était un prédicateur impressionnant. En fait, il prêchait tout le temps et a prononcé 557 sermons. Ont été gardés ses brouillons, qui étaient pour lui des points de repère pour développer. On conserve cinq sermons pour les jours des Rogations qui ont un ancrage liturgique (cf. texte n° 3). Les Rogations se font avant la Pentecôte et ce qui importe selon les sermons c’est la prière, c’est-à-dire la demande du don que fera Dieu à son peuple le jour de la Pentecôte ; le sermon reprend en fait l’idée que c’est une imploration contre les dangers, mais que ce qui est plus important est d’ordre spirituel avec un développement sur les péchés. Selon la structure sont décrits trois types de péchés avec une mise en parallèle avec la Trinité. Dans le texte n° 4, se trouve une insistance sur la pétition (Petite et accipietis etc.) : il suffit de demander, c’est-à-dire de prier. Dans le texte n° 5, le principal métier du chrétien est la prière (Luther dit la même chose au XVIe siècle). Le chrétien est un changeur, un travailleur. Il doit prier de manière gaie (le chrétien est comme le joculator). La prière est régulière chez les gens cloîtrés. Il ne faut pas demander n’importe quoi à Dieu et dans n’importe quelle forme. On doit restituer le bien mal acquis. La vision de la prière est bien élargie. Il faut prier comme les voleurs, comme les truands qui mendient. Il faut vraiment prier contre les detractores qui commettent des péchés de langue. Dans ces sermons des Rogations, il faut souligner la place donnée à la prière comme métier du chrétien. C’est une prière personnelle. On met en avant des méthodes pédagogiques avec une grande place accordée aux comparaisons.

Les sermons de Robert de Sorbon

Aux pages 5-7 du dossier, on trouve une reportatio des sermons de Robert de Sorbon par Pierre de Limoges. C’est un manuscrit autographe de Pierre de Limoges dans lequel il a rassemblé ses notes au fur et à mesure (BnF, latin 15971 de janv. 1260 à sept. 1261). Cf. In processione Rogationum. Motif : Exeamus extra castra. C’est un sermon sur ce qu’est une procession. Exemple : un grand baron qui veut partir à la guerre envoie des hérauts pour appeler au combat. On fait de même pour les processions contre trois dangers importants : corruption des airs qui tue énormément de gens, puis les loups (loberolfs) qui mangent les hommes, et enfin la famine. On recourt au Médecin suprême pour trouver le remède et on organise des processions, qui vont de pair avec la pratique du jeûne. Ce rappel est une réaction face au laxisme des fidèles. Robert de Sorbon insiste sur le fait qu’il faut jeûner pendant ces trois jours et précise que si un adulte meurt pendant ces trois jours sans avoir jeûné, il va en enfer. Au moment des sermons de Robert de Sorbon, aucun danger imminent ne se présente : il n’y a pas d’épidémie, pas de loups, pas de famine. Alors pourquoi organiser ces processions ? Pourquoi trois jours ? A cause de trois maux : à cause de l’épidémie, c’est-à-dire le péché et la mort spirituelle qui concerne tout le monde (or, trop peu de personnes s’occupent de leur âme) ; à cause des loups qui mangent les hommes, c’est-à-dire les femmes séductrices (la femme est la lupa, prostituée, qui attire les hommes dans son lupanar lubiecta), sachant que n’importe quelle femme peut être la louve et que le danger existe principalement au printemps ; à cause des loups qui menacent les agneaux, c’est-à-dire les jeunes vierges poussées au vice par les petites vieilles entremetteuses (dans ses sermons, Robert de Sorbon insiste sur la luxure) ; à cause de la famine, puisque le pain, c’est la parole de Dieu ; dans certaines paroisses, le prêtre ne sait pas prêcher. A Paris, on prêche beaucoup, parce que les hommes sont tellement malades, qu’ils ne peuvent avaler un pain entier. Le moment où il faut faire les processions, c’est au moment où le Christ a fait lui-même une procession avec les apôtres avant de partir au ciel. Les prières doivent être bien formées en échange des dons du Saint-Esprit.

Cette procession est un rappel des processions du Christ de son vivant et une procession du Seigneur vers le ciel. Les chrétiens sont en marche vers le ciel. Elles nécessitent donc un travail du corps essentiel.

Le dragon dans les processions des Rogations

Lors de ces processions, sont portés trois objets sacrés : les bannières, les croix, les trompettes pour faire de la musique. Ces objets symbolisent la patience ou l’élévation du cœur, la pénitence, le jugement dernier ou Jéricho. Ils donnent une vision large de l’histoire du salut. Un quatrième objet est porté, à savoir un dragon de grande taille qui se trouve, les deux premiers jours des Rogations, avant les bannières (ce qui signifie que les pécheurs appartiennent à la procession du Diable) et qui est à la fin de la procession, le troisième jour (ce qui signifie que les hommes se sont enfin convertis). En fait, cela veut dire que beaucoup de chrétiens appartiennent à la procession du Diable et bien peu à la procession de Dieu. Ce rituel existe depuis au moins le XIIe siècle, comme le montre Pierre Lombard dans le commentaire des psaumes qui parle du dragon qui passe de la première à la dernière place lors de la procession des Rogations. Cette description apparaît également chez d’autres prédicateurs (Dossier p. 10). Les deux premiers jours, le dragon a la bouche ouverte et la queue dressée et, le dernier jour, il a la queue basse. Cf. Jacques de Voragine, dans La Légende dorée. La Légende dorée est d’abord faite pour les prédicateurs : Jacques de Voragine a en effet été utilisé par Robert de Sorbon. Pascal Collomb « Le dragon chez les prédicateurs et dans les processions de l’Occident médiéval », dans Jean-Marie Privat (dir.), Dragons. Entre sciences et fictions, Actes du colloque international de l’Université Paul Verlaine de Metz organisé les jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2005, Paris, Ed. du CNRS, 2006, 203 p., spéc. p. 61-71) a cherché toutes les indications sur les dragons processionnels. Dans six ordinaires (Padou, York, Evreux), on trouve la mention de ces dragons. A York, le dragon rit. A Padou, il passe le deuxième jour après le clergé de la cathédrale. Au début du XVIIIe siècle, on utilise encore des dragons de processions. Le dragon représente les forces qui menacent la civilisation. Cf. saint Marcel a vaincu un dragon à Paris. Les reliques de Marcel ont été transférées dans la cathédrale au plus tard au XIIe siècle. Le dragon processionnel est à la fois le dragon de saint Marcel qui a civilisé le monde sauvage et le Diable : il y a une interpénétration de plusieurs modèles (cf. Jacques Le Goff sur la culture folklorique).

Dans le dossier p. 8, se trouvent les sermons de prédicateurs intervenus les trois jours des Rogations en 1273. Les notes ont été prises par un étudiant, Raoul de Châteauroux. Le lundi 15 mai, le sermon a lieu à l’église Saint-Lazare ; le mardi 16 mai, à Sainte-Marie-des-Champs ; mercredi 17 mai, à Sainte-Geneviève. Ces trois sermons ont été prononcés par deux chanoines de la cathédrale : Ranulphe de La Houblonnière et Jean d’Orléans, chancelier de Notre-Dame. Ils portent sur la prière et utilisent un exemplum de Philippe-Auguste, célèbre au XIIIe siècle pour ses histoires drôles (exemplum Philippi ribaldo). A côté des exempla, il y a les comparaisons et les métaphores. Comment prier ? Comme les hérauts, comme les voleurs, comme les avocats, avec une digression contre les gens qui donnent l’aumône pendant la prédication, ce qui provoque de l’agitation.

Dans le texte de Jean Gobi (p. 9), revient le thème du dragon. Le prédicateur insiste sur le fait que, pendant les Rogations, les fidèles doivent jeûner. Il décrit également qu’ils doivent cracher dans un pot et qu’à partir des crachats, doit être fait un cercle autour du dragon pour le circonscrire.

A travers les sermons, on peut approcher la vie des gens de la ville. Les prédicateurs les plus célèbres disent aux gens ce qu’ils veulent entendre. On approche un peu de la culture de ceux qui les entendent. Ils ont un sens de l’image qui peut être poétique et proposent à leur auditoire une prédication amusante, pleine d’esprit, vigoureuse, faisant passer un message d’actualité.

Discussion

Boris Bove (BB) : la procession peut être vue comme une pénitence, or toutes les processions ne sont pas aussi longues. On met sous l’étiquette procession plusieurs choses différentes.

MG : dans les manuscrits, on utilise le terme processio pour tous ces types de déplacements.

BB : Est-ce que cela change quelque chose que le chemin fasse quelques mètres ou plusieurs kilomètres ?

MG : dans les processions à l’intérieur de l’église, le peuple n’est pas mentionné.

NB : dans l’église, ce sont des déambulations de clercs avec des enfants qui chantent. Cela donne une importance à l’espace sacralisé. On prend possession du lieu. Tout l’espace ecclésial est sacré et, pour entretenir la sacralité, il faut le parcourir. Pour les grandes processions des Rameaux, des Rogations, de la Purification, on parcourt l’espace de la ville pour le sacraliser. On va vers les plus anciens sanctuaires lors des Rogations. Cf. à Sainte-Marie-des-Champs, se trouve une crypte, Saint-Denis-sous-terre, qui serait le lieu où le premier évêque de Paris aurait prêché. Sont repris les thèmes de la fatigue du chemin et du pèlerinage dans les sermons pour les processions, mais ils insistent sur le temps liturgique. On prend possession de l’espace en allant dans les églises les plus éloignées. A Pise, l’évêque ne prêchait pas n’importe quand et pas n’importe où : il utilise l’histoire des sanctuaires en relation avec l’histoire de la cathédrale. Il reprend possession de l’espace en prêchant lors des fêtes des saints des églises. En fait, le terme processio peut être compris comme un synonyme de conversio. C’est le message de base adressé aux chrétiens : chacun doit se mettre en route pour gagner le Paradis. On parle beaucoup du Paradis dans ces sermons du XIIIe siècle, mais peu du Purgatoire sauf le 2 novembre. Tous les fidèles peuvent aller au Paradis mais ils doivent d’abord se convertir.

MG : pour le dimanche des Rameaux, deux processions sont prévues à la même heure : une vers Sainte-Geneviève et une dans le groupe cathédral.

CB : on ferme les portes du Petit Châtelet avant de les ouvrir pour permettre l’entrée dans la Jérusalem céleste. L’évêque frappe aux portes.

Il semblerait que l’on parle ici seulement d’une petite partie de la population. Comment l’ensemble de la population pouvait être touchée par ces processions et ces sermons ?

NB : ces grandes processions rassemblent la population. Tout le monde ne fait pas la procession et beaucoup de monde la regarde passer en restant sur les côtés. Tout le monde n’assiste pas au sermon, mais des relais existent : ceux qui l’entendent ou l’ont entendu, répètent aux autres. Des idées passent d’un sermon à un autre. Les prédicateurs sont conscients que tout le monde ne peut pas les entendre. La Fête-Dieu rassemble une foule incroyable.

MG : le dimanche des Rameaux, existe un rassemblement de plusieurs processions à Notre-Dame. Le deuxième jour des Rogations, lorsque la procession sort de Sainte-Marie-des-Champs, elle rencontre celle qui sort de Saint-Marcel. Elles suivent des parcours différents.

NB : même si les processions ne se rejoignent pas, de nombreuses processions ont lieu le même jour. Il y a des processions paroissiales. Sainte-Marie-des-Champs était de taille modeste.

MG : Pour Sainte-Marie, il est écrit qu’ils y entrent et qu’ils en sortent.

CB : il s’agit sans doute des clercs. C’est comme à la Sainte-Chapelle, tout le monde n’y entre pas.

NB : il faut poser la question de savoir ce que les gens recevaient et retenaient. On n’est pas dans l’exceptionnel d’une parole que l’on n’entend qu’une fois. A Paris, on prêche tout le temps.

Dans le discours véhiculé, comment les mentalités ont-elles évolué ? Quelles étaient les mentalités à cette époque ? A-t-on analysé le discours ? En France, à cette époque, il n’y a pas de famine et loups ? Peu d’évocation de l’enfer dans ces textes.

NB : on ne peut travailler que sur des corpus. Il y a en effet des années de travail derrière cette présentation, un travail qui a porté sur le milieu parisien. On ne peut pas extrapoler. Il faut être prudent sur les généralisations. La prédication donne une certaine tonalité. Il faut travailler sur des sermons modèles comme ici. La prédication du XIIIe siècle met au premier rang, la voie du paradis et la spiritualité. Un tournant s’observe dans les sermons au cours du XIVe siècle, sachant que le climat politique, économique et culturel est différent. Jacques de Voragine récupère tout pour faire une compilation. Ce n’est pas un pessimiste. Il faut croiser les modèles et les sermons prêchés. Les peintures de l’Enfer viennent de l’Enfer de Dante et c’est plus le XIVe siècle. On parle plus de l’Enfer et du Purgatoire aux XIVe et XVe siècles. Au XIIIe siècle, domine l’idée qu’il y a un temps pour tout, notamment un temps pour se convertir.

BB : nous sommes tributaires d’un mouvement historiographique des années 1970-1980 qui a peint le Moyen Age en noir. Cf. J. Delumeau.

Julie Claustre (JC) : d’après la chronologie des famines à Paris, il n’y a pas de famine en 1270.

NB a travaillé sur des sermons datés. Par la suite, les étudiants notent moins. En 1276, un gros problème à Paris nécessite un appel à la charité. On n’a pas les mêmes types de sources entre le XIIIe et le XVe siècle. On n’a plus les reportationes qui ne viennent plus éclairer les sermons modèles. Qu’est-ce que leur pédagogie ? Ils livrent une tranche d’instantané.

Quelle est la date des sermons étudiés ici ?

NB : les années 1240-1276. Les sources changent ensuite avec des sermons à l’intérieur de l’Université. Au XIVe siècle, il n’y a plus de notes d’auditeurs.

Séminaire Histoire de Paris_20171208


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.