Séminaire Histoire de Paris [3] du 19 janvier 2018 : La mort à travers les fouilles archéologiques

Isabelle Abadie (INRAP), « La fouille du boulevard Sébastopol, Paris (2e) : le cimetière de l’Hôpital de la Trinité »

La fouille a été entreprise avant le réaménagement des caves d’un grand magasin, à l’angle de la rue Réaumur et du boulevard Sébastopol, dans le 2e arrondissement à Paris. Elle a été menée en 2015. L’immeuble Félix Potin avait été construit en 1910. Confiée à l’INRAP, la fouille a été dirigée par Isabelle Abadie (Voir : https://www.inrap.fr/95-103-boulevard-sebastopol-1581) et a permis de dégager huit sépultures collectives.

La présentation a abordé trois points : les circonstances de l’intervention archéologique et la fouille en elle-même ; les sources anciennes traitant de l’Hôpital de la Trinité ; le bilan des premières données.

Les circonstances de l’intervention archéologique et la fouille

L’INRAP mène des interventions préventives en amont d’un projet d’aménagement pour établir un diagnostic en deux temps en faisant notamment des sondages. L’objectif est que les fouilles ne bloquent pas l’avancée des travaux. Dans le cas de l’aménagement des caves du Monoprix, il n’y avait pas eu de diagnostic préalable, mais une découverte fortuite lors du projet de 2006. Au niveau du deuxième sous-sol, des caves voutées en pierre avaient été intégrées dans le bâtiment de 1910 et le niveau archéologique médiéval était resté en place à 6 mètres de profondeur sous le niveau de la rue actuelle.  Les travaux de 2006 étaient des travaux de terrassement qui ont révélés la présence d’ossements humains. En 2014, les travaux ont repris et les archéologues sont intervenus du 5 janvier au 20 mars 2015.

L’immeuble Félix Potin avait été construit sur le site de l’Hôpital de la Trinité détruit à la fin du XVIIIe siècle. Six caves ont pu être fouillées en trois étapes :

  • des sondages pour trouver des squelettes en connexion ;
  • la fouille des caves 1 et 2 sur 10 jours par trois personnes ;
  • la fouille des caves 3 à 6 sur 20 jours par trois personnes

100 m² ont pu être fouillés, avec des arrêts entre les tranches de fouille. L’étroitesse de la surface des caves a empêché le travail simultané de plus de quatre personnes en même temps ; la nature des sols (sable, plâtre, béton) a généré beaucoup de poussière, d’où des conditions de travail difficiles (masques à poussière). Ainsi, pendant ce chantier de trois mois, 315 squelettes ont été dégagés.

Lorsque les archéologues fouillent une sépulture multiple, ils fouillent par niveau en suivant une méthode rigoureuse, sachant que dans le cas des sépultures ici présentées, il y a entre 6 et 20 squelettes par niveau :

  • ils enlèvent le sable sans faire bouger les os ;
  • ils prennent des photographies de chaque squelette et des photographies par groupe ; l’enregistrement par squelette permet de faire une chronologie des dépôts ;
  • ils enregistrent les données par fiche ;
  • ils font un relevé au 1/20° de la fosse, de la forme du squelette et des points de recalage ;
  • ils démontent les squelettes individuellement ;
  • ils font un relevé des points de recalage après avoir vidé la fosse.

Le site est entièrement reconstitué en 3D et les caves ont toutes été géo-référencées. Le géo-référencement est un outil sur le terrain et en post-fouille.

Les 315 squelettes sont répartis dans 8 fosses communes ; il n’y a pas de sépulture individuelle sur le site fouillé. Grâce à la datation au Carbone 14, un plan phasé a pu être proposé (un squelette daté sur le dessus et un autre au-dessous de la sépulture) :

  • La fosse n° 5 est la plus grande du site et a pu être datée de la fin du XIIIe à la fin du XIVe siècle ;
  • Les fosses n° 3 et 4 sont de la fin du XIIIe au début du XVe siècle ;
  • Les fosses n° 6 et 11 sont du milieu du XVe siècle au milieu du XVIe siècle ;
  • Les fosses n° 7, 9 et 8 sont plus tardives et datent du XVe au milieu du XVIIe siècle

On constate une occupation funéraire continue de la fin du XIIIe au milieu du XVIIe siècle.

La fosse n° 5  (caves 1 et 2) rassemble 230 individus. Elle a été en partie détruite en 1910 et une partie se trouve sans doute sous le trottoir du boulevard. Elle mesure  10 m sur 6 (dimensions conservées). Son organisation est rigoureuse : les corps sont bien alignés et tous axés ouest-est, sauf deux enfants orientés nord-sud. Ils sont placés tête-bêche sans espace entre les corps, sur le dos ou sur le côté, bras croisés sur la poitrine ou le pubis. On remarque 5 niveaux de corps déposés les uns sur les autres en une seule fois. Toutes les catégories d’individus (âge, sexe) sont représentées, ce qui laisse penser que la fosse correspond à un événement brutal venu faire mourir en même temps au moins 230 personnes : une crise de mortalité. Les squelettes ne présentant aucune trace de traumatisme (ce n’est pas un conflit), cette crise peut correspondre à une famine ou à une épidémie.

Les fosses n° 1, 4 et 6 plus sont petites et incomplètes. Elles sont mal conservées et en partie coulées dans le béton. Les squelettes sont en morceaux.

Les fosses n° 7, 9 et 11 mesurent environ 2 m sur 1m50 et comptent jusqu’à 20 individus. Les corps sont orientés de manière plus variée. Les individus ont été déposés tête-bêche direction Nord-Sud ou Nord-est-Sud-ouest ou encore en diagonale. Leur organisation est moins rigoureuse. Les corps ont été déposés et non jetés. Les corps sont généralement sur le dos, sauf pour deux d’entre eux, déposés sur le ventre. L’inhumation sur le ventre pourrait être réservée aux personnes de mauvaise vie (exclues du reste de la communauté), mais il peut s’agir aussi d’une inhumation faite dans l’urgence ou d’un geste accidentel. Selon la coutume, l’inhumation se fait sur le dos avec la tête placée à l’Est et les bras croisés.

La fosse n° 8 se trouve sous les caves 5 et 6. On y trouve 43 individus répartis sur trois niveaux. C’est la dernière fosse du site dont les niveaux supérieurs ont été coulés dans le béton. Les corps ont été déposés, ils sont placés tête-bêche ou en parallèle. Les individus sont sur le dos.

La taphonomie est l’observation des connexions osseuses du corps et permet de comprendre le mode de dépôt, c’est-à-dire les pratiques funéraires. Elle permet de savoir si un corps s’est décomposé dans un espace vide (un cercueil) ou dans un espace colmaté (c’est-à-dire directement dans le sol). Dans la terre ou le sable, les os restent en connexion, maintenus par les sédiments. Dans le cas de ces sépultures collectives, les squelettes étaient les uns contre les autres et les connexions osseuses étaient maintenues. Cela veut dire que tous ces corps ont été déposés dans une seule fosse et recouverts de terre. La taphonomie permet également de déterminer la présence de vêtements ou d’une enveloppe contraignante (linceul ou drap) autour des corps. En effet, la présence d’une contrainte textile (le linceul est recommandé par l’Eglise) provoque la compression des épaules, ainsi que la superposition des pieds. Dans le cas de la fouille du Monoprix, tous les corps étaient sans doute enroulés dans un drap de l’hôpital servant de linceul. Des traces de tissu ont été retrouvées sur certains corps, notamment les plus récents. On trouve des traces de fragments piégés sur les os ou dans le béton (les visages étaient couverts).

Les premières données biologiques et démographiques issues de l’étude des squelettes de la fosse n° 5 donnent la répartition spatiale des individus par sexe et par âge. Toutes les classes d’âge sont représentées, ainsi que les deux sexes avec néanmoins une légère surreprésentation des hommes. Toutefois, 46 % des individus adultes sont de sexe indéterminé (absence des os coxaux). Ces individus sont majoritairement jeunes à mâtures, contrairement à ce qui est trouvé lors des autres fouilles de cimetières (adultes âgés), ce qui ne correspond pas à la mortalité dite naturelle.

Des études ont permis de faire une étude sanitaire et pathologique. Le squelette n° 274 par exemple présente des fractures très importantes (sur le flanc gauche, peut-être liées à une chute)  qui ont eu le temps de cicatriser, mais l’individu était fortement handicapé. Il a survécu longtemps après sa chute, a été soigné et pris en charge.

Les sources d’archives : l’Hôpital de la Trinité (1201-1790)

Jean Chémol a publié un article sur l’Hôpital de la Trinité dans le Bulletin de la société française de l’Histoire de la Médecine en 1983. Fondé en 1201 par deux nobles sur une parcelle d’un hectare, c’est un établissement d’accueil pour les pèlerins. Il avait alors pour titre Hôpital de la Croix de la reine. Le bâtiment mesurait 43 m de long sur 12 m de large ; il comprenait deux grandes salles et une chapelle. Il était réservé aux pèlerins hommes, les femmes étant accueillies à Sainte-Catherine. A la fin du XIIIe siècle, cesse l’activité d’accueil des pèlerins. En 1253, un cimetière est créé ; le tarif des inhumations est de 18 d. pour une sépulture individuelle, 8 d. pour une sépulture dans une fosse commune et de 6 d. pour un enfant. A la fin du XIIIe siècle, la grande salle est louée à des comédiens pour y installer un théâtre. En 1365, l’hôpital est intégré dans Paris (cf. Plan Truchet-Hoyaux de 1550). C’est un enclos bordé de maisons.

Hôpital et cimetière de la Trinité dans le plan Truchet-Hoyaux (1550)

Les XIVe et XVe siècles sont marqués par la multiplication des épidémies de peste. En 1348, il y a eu 80.000 décès à Paris. Le cimetière des Saints-Innocents ne pouvant plus accueillir de corps de pestiférés, ceux-ci sont enterrés au cimetière de la Trinité. De grandes tranchées pouvant accueillir jusqu’à 600 corps sont creusées. Paris a connu 16 épisodes de famines et d’épidémies à la fin du Moyen Âge. A partir des guerres d’Italie, s’ajoute la vérole. D’après l’iconographie disponible des milieux hospitaliers (Hôtel-Dieu), les corps étaient recouverts de linceul (draps ?) cousus.

Les représentations théâtrales prennent fin en 1540 (sujets profanes) et, en 1545, l’hôpital devient un lieu d’accueil pour les enfants abandonnés et les orphelins. A cause de l’insalubrité, le voisinage lutte pour faire réduire le cimetière (bordé de murs comme on peut le voir sur le plan Bellefort de 1575). A partir de 1611, le cimetière accueille les sépultures semi-clandestines des protestants. A partir de l’édit de 1650, l’hôpital renferme les pauvres mendiants. En 1672, un terrain à Saint-Marcel est acheté pour y transférer le cimetière entre 1678 et 1692. Les places libérées sont transformées en ateliers et en boutiques. La grande salle est louée à la fin du XVIIe siècle. Sur les plans de 1763 et de 1809, le cimetière disparait et des rues sont percées. En 1812, les bâtiments sont vendus et les ossements sont transférés vers les catacombes de Paris. Sur le plan de Lemercier de 1854, on voit la présence du grand boulevard et du plan parcellaire. Selon le plan de restitution de l’hôpital et de l’enclos du cimetière, la fouille de 2015 n’a touché qu’une petite partie du cimetière, peut-être 1/10e de la zone.

L’hôpital a connu une histoire mouvementée. Il a abrité généralement des indigents, des pauvres ou des enfants abandonnés, en bref des personnes d’un niveau social plutôt bas. C’est une population de malades et de pauvres touchés par les fièvres, les famines et les épidémies (peste et vérole).

Bilan et conclusion

Cette fouille a permis d’établir un portrait biologique ainsi que de l’état de santé de chaque individu et de poser de nouvelles hypothèses. Grâce au croisement des données, il a été possible d’associer la création de la plus ancienne fosse commune de la fouille à une crise de mortalité, sans doute la peste de 1348. La fosse n° 5 n’est pas un charnier où on jette les corps, mais c’est un dépôt très organisé et les corps sont traités avec respect. Cette fouille a été la première opportunité d’étudier un ensemble funéraire hospitalier à Paris, puisque les ossements ont généralement été déplacés dans les catacombes. Des analyses ADN sont en cours pour repérer la présence ou non du bacille de Yersin (peste). Pour les fosses plus tardives, des questions restent en suspens : les corps sont-ils ceux des malades de l’hôpital ? Sont-elles liées à d’autres épidémies ? En tout état de cause, dans ces fosses, les corps ont été moins bien traités que dans la fosse n° 5.

Discussion

Hélène Noizet (HN) remercie pour la contribution et pour la riche présentation de la fouille de 2015.

Michel Lepetit (ML) : Qu’est-ce qui fait penser à la Peste de 1348 et non à une de ses répliques ? Peut-être faudrait-il étendre le champ de la fouille pour gagner en compréhension du site.

Isabelle Abadie (IA) : Il faudrait peut-être fouiller sous le boulevard Sébastopol, à 6 m en dessous du niveau de la rue, mais c’est impossible à savoir s’il y a encore des traces du cimetière. La datation au C14 correspond à 1348, mais les analyses ADN en cours permettront peut-être de déterminer si l’hypothèse d’une crise de mortalité liée à la peste est bonne et s’il ne s’agit pas plutôt d’un épisode de famine, sachant que la famine ou les fièvres ne laissent pas de traces sur les os.

Boris Bove (BB) est frappé par le respect avec lequel les corps ont été traités. Si les rituels sont respectés, même pendant une crise de mortalité, cela montre que la société ne s’est pas désorganisée pendant la peste contrairement à ce qu’affirment certaines chroniques contemporaines. Tout le monde a tenu bon. Concernant les deux organisations concurrentes dans une même fosse, comment expliquer que certains corps ont été déposés dans un sens et d’autres dans un autre ?

IA : L’organisation des corps dans la fosse dépend de la manière dont les fossoyeurs ont pu descendre dans la fosse. Les corps sont déposés, enveloppés dans un drap ou un linceul, et non pas jetés. La sépulture est organisée.

BB : Comment on trouve les traces des bactéries sur les os ?

IA : L’ADN de l’individu inscrit l’ADN du bacille dans son ADN, ce qui permet d’en trouver des traces.

Julie Claustre (JC) : Les archives de l’hôpital sont fragmentaires. Si le cimetière a été créé au milieu du XIVe siècle, un siècle et demi après la fondation, n’y avait-il pas un autre cimetière antérieur ? C’est une église-hôpital avec des métiers qui y sont attachés (fondation de chapelles), dans ces conditions, il y avait sans doute des sépultures individuelles.

IA : Seule une petite portion du cimetière a été fouillée et aucune sépulture individuelle n’a été découverte dans cet espace. Mais on sait que des sépultures individuelles existaient ailleurs dans le cimetière (zones non fouillées ou détruites). L’hôpital accueilles des pèlerins jusqu’à la fin du XIIIe siècle, mais c’est un accueil provisoire, le temps de leur séjour à Paris. C’est aussi un cimetière parisien qui accueille non seulement les malades, mais aussi les parisiens

ML : La surreprésentation des hommes pourrait-elle être liée aux métiers, à l’artisanat ?

IA : D’autres contextes archéologiques montrent que, lors d’une épidémie de peste, il y a de nombreux décès de jeunes adultes et principalement de jeunes hommes.

ML : Comment l’emprise totale du cimetière a-t-elle été déterminée ?

IA : A partir des documents cartographiques anciens par rapport au plan actuel.

HN : D’après la restitution proposée de l’emprise de l’hôpital et de son cimetière, on pourrait supposer l’existence d’un secteur réservé pour les fosses communes en période de crise de mortalité et d’autres secteurs pour les sépultures individuelles. Peut-on avoir une estimation du nombre total de corps ensevelis ?

IA : Un décompte est prévu à partir des ossements de la Trinité entreposés aux Catacombes (voir : http://www.catacombes.paris.fr/fr/les-catacombes). Une exposition est organisé sur la fouille du cimetière de la Trinité jusqu’à la fin de l’année 2018, avec notamment une maquette en 3D.

Sonia Fellous (SF) : Le cimetière de la Trinité a fonctionné en même temps que le cimetière des innocents, sachant qu’il y avait également à proximité trois cimetières juifs.

IA : C’est en effet un espace de Paris qui concentre de nombreux établissements hospitaliers et de cimetière.

SF : Dans ces cimetières, la présence importante d’hommes jeunes veut-elle dire que les femmes sont moins atteintes par la peste et par la vérole ? Il y a également peu d’enfants (16 %).

IA : Nous n’avons pas la fosse en entier. Peut-être y avait-il un espace réservé aux enfants ?

SF : Il n’y a pas de distinction entre les hommes, les femmes et les enfants. Les corps sont collés les uns contre les autres.

Marlène Helias-Baron (MHB) : Est-ce que l’hôpital accueille tout le monde au XIVe siècle ? Au départ, il est destiné aux hommes, est-ce que cela s’est maintenu par la suite ?

IA : Il accueille une population variée au XIVe siècle. Il n’accueille plus les pèlerins au XIVe siècle.

HN : Comment connaît-on l’emprise de la fondation initiale ?

IA : A partir du texte de fondation et de l’article de Jean Chémol de 1983.

BB : Toute la zone est composée de sable : est-ce gênant pour la fouille ?

IA : Le sable est un sédiment instable ce qui a rendu la fouille difficile.

BB : Peut-on déduire de la fouille la manière dont était creusée une fosse commune au XIVe siècle ?

IA : On n’a pas les niveaux supérieurs arasés lors de la construction de l’immeuble Félix Potin.

HN : A-t-on une idée de l’épaisseur des cinq niveaux ?

IA : Il reste 50 cm d’épaisseur de fouille sans sédiment entre les corps. Les fosses étaient sans doute très profondes, sachant que la rue actuelle est à 6 m au-dessus.

Isabelle Vérité (IV) : Les fosses n’étaient peut-être pas aussi profondes à l’époque médiévale.

JC : Quel était le textile utilisé pour envelopper les corps ?

IA : Cela pourrait être du chanvre, mais des analyses plus poussées doivent encore être faites.

ML : Les tests ont-ils permis de réduire le nombre d’individus au sexe indéterminé ?

IA : En l’absence des os du bassin, il est impossible de déterminer le sexe de certains squelettes.

Élodie Wermuth (bureau d’études Eveha), « les aspects anthropologiques de la fouille du cimetière du Carreau du Temple »

Les fouilles ont été entreprises sur le Carreau du Temple en 2011 lors du projet de réhabilitation de la halle (voir : http://www.eveha.fr/fouille/paris-75-carreau-du-temple/). Les travaux ont mobilisé une vingtaine d’archéologues sur plusieurs mois et le rapport de fouille a été publié en 2014.

L’intervention archéologique

Le projet de réhabilitation de la halle prévoyait la rénovation de la halle métallique et le creusement de deux niveaux de sous-sols. Le diagnostic archéologique a été fait en 2003 par la Commission du Vieux Paris à travers des sondages et des puits. La découverte de vestiges a alors entraîné une prescription de fouille par le Service Régional de l’Archéologie pour déterminer l’occupation des templiers. Un nombre de 600 tombes a pu être estimé. Le cimetière a pu être fouillé de manière exhaustive en deux temps pendant l’année 2011 :

  • Des puits ont été creusés entre les piliers de la halle métallique pour y placer les supports des poutres en béton préservant l’élévation de la structure métallique. Cela a supposé une intervention de suivi avec une vision restreinte (coupes et séquençage du site), mais a permis une estimation de l’emprise funéraire sur une hauteur de 3 m à partir du sol actuel ; le creusement des sous-sols est quant à lui allé jusqu’à moins 10 m.
  • La fouille à proprement parler a été menée en trois phases avec une rotation sur trois zones de février à octobre 2011. Seule la zone n° 3 était concernée par l’emprise funéraire avec deux cimetières superposés : un moderne dans un épais niveau de remblais anthropique, et un médiéval à moins 3 m dans le substrat géologique. Un plan phasé d’occupation du cimetière a pu être établi pour une occupation du XIIe au XVIIIe siècle.

A suivi ensuite la période de post-fouilles avec l’étude des vestiges découverts, notamment l’étude historique.

La mort dans l’enclos funéraire médiéval

L’enclos du Temple du XIIe siècle se trouvait en dehors des murs de Paris au milieu des cultures maraîchères. Peu de documents sont conservés sur la période templière (voir Geneviève Etienne, Étude topographique sur les possessions de la maison du Temple à Paris (XIIe-XIVe siècles), Thèse de l’Ecole nationale des chartes, 1974). Au centre de l’enclos, une église (Sainte-Marie du Temple) a été construite, avec autour les bâtiments du cloître. En revanche, il y a peu d’indices de construction au sein de l’emprise de fouilles, mise à part la présence de quelques tranchées : il s’agit d’une zone cultivée avec des canalisations pour l’adduction d’eau. Les premières sépultures sont localisées autour de la rotonde jusqu’à l’emprise de fouille, où le cimetière est délimité par un mur.

La deuxième phase de travaux a été initiée avec la construction de la nef de l’église (dont la tranchée de récupération de l’abside a été retrouvée lors de la fouille)  et de l’hôtel prioral. Le premier mur de clôture du cimetière a alors été en partie détruit et le cimetière a été réduit avant d’être déplacé vers le sud. Un château d’eau a été construit avec tout un réseau d’adduction d’eau.

Le cimetière médiéval comprend 180 sépultures qui ont été gérées de manière raisonnée avec une volonté de les préserver. 95 % des individus ensevelis sont des hommes adultes ; il n’y a que 5 % de femmes et d’enfants. Ce recrutement est caractéristique de deux contextes archéologiques possibles : l’un guerrier, l’autre monastique. Dans le cas de l’Enclos du Temple, nous en sommes bien en présence d’un contexte monastique (ici masculin). Les pathologies observées sur les squelettes sont hétérogènes. On trouve en effet :

  • Des groupes avec arthrose avec des squelettes qui ont le syndrome du cavalier (lésions dues à la pratique intensive de l’équitation) ; des squelettes avec des traumatismes (fractures) ; des squelettes montrant des marques de violences interpersonnelles ;
  • Des groupes avec des traces de tuberculose (vertèbres rongées) ;
  • Peu de groupes avec DISH (maladie de Forestier), croissance des os exorbitants sur les côtés des vertèbres de la colonne vertébrale, qui caractérise une population de privilégiés suralimentés ;
  • Des squelettes avec des marqueurs d’activité, c’est-à-dire des os qui ont répondu à des activités variées.

Ainsi, le cimetière médiéval se caractérise par la présence d’une population de type monastique (masculin), avec des activités diversifiées. Outre les moines-soldats du Temple, il pouvait y avoir des clercs, mais aussi des laïcs (ce qui explique la présence d’environ 5 à 10 % de femmes et d’enfants, assez classique dans ce type de contexte).

Les pratiques funéraires sont extrêmement variées : on y trouve des sépultures anthropomorphes, des cercueils, des fosses où l’on a coulé du plâtre. Concernant les enveloppes souples utilisées pour envelopper les corps, l’absence ou la quasi-absence de boucles et d’épingles laissent supposer qu’ont été utilisés des linceuls cousus. Le mobilier liturgique trouvé est également très peu nombreux : quelques pots à encens utilisés pendant les funérailles ayant sans doute une vocation sanitaire et pouvant souligner le statut social du défunt. Le mobilier social est tout aussi rare : une clé dans une sépulture médiévale et trois autres dans les sépultures modernes. Comment les interpréter ? Est-ce que ces clés symbolisent la clé de saint Pierre ? S’agit-il du signe du refus de l’héritage par les ayant-droits et notamment de payer la sépulture du défunt ?

La mort dans l’enclos du Temple lors de la période hospitalière.

Après la dissolution du Temple en 1307, les biens des Templiers sont passés aux Hospitaliers vers 1312-1313. On remarque un hiatus de l’occupation du cimetière à la fin du Moyen Âge. Pour cette période, peu d’archives sont disponibles. L’enclos est intégré dans Paris lors de la construction de la muraille de Charles V. Au cours du XVe siècle, peu de bâtiments sont construits. On trouve en effet des fosses de plantations, des bassins et des tranchées liés à la gestion de l’eau pour la culture maraichère. Le cloitre est rénové et en partie reconstruit. La zone funéraire médiévale a été scellée par les Hospitaliers avec l’apport de 2 m de remblais ce qui a permis la conservation du cimetière médiéval.

L’enclos est alors loti. Les cultures maraichères sont remplacées par des jardins d’agrément et un cimetière moderne est alors mis en place, bien plus réduit que le cimetière médiéval. Après la Révolution, l’enceinte de l’enclos est détruite. Une « rotonde » en pierre abritant des boutiques est alors construite par Pérard de Montreuil, puis un marché en bois (dit de Molinos), enfin remplacé par des halles métalliques.

Le cimetière moderne comprend 460 sépultures primaires avec des orientations différentes en fonction des bâtiments les contraignant. Ce cimetière est installé dans le remblai des hospitaliers, ce qui provoque des difficultés pour différencier entre le comblement de fosse et les limites des sépultures. De nombreuses sépultures se recoupent. Le sex-ratio est équilibré et toutes les classes d’âge sont représentées. Les squelettes présentent des pathologies très variées mais très homogènes, avec des traumatismes plus ou moins bien soignés, des fractures réduites de manière aléatoire, des pathologies bucco-dentaires, des lésions dégénératives, des lésions carentielles (hypoplasie de l’émail, amélogenèse  des molaires, rachitisme). Parmi les sépultures primaires, un squelette a fait l’objet d’une autopsie crânienne (crâne scié). Par ailleurs, parmi les os épars dans le remblai accueillant les sépultures, des os de pieds, un tibia et un fragment d’os coxal présentaient des trous pour faire passer des fils de cuivre : ils pourraient appartenir à un squelette ayant servi pour des études d’anatomie, de médecine ou de chirurgie. En effet, dans l’enclos, se trouvait une infirmerie dès le XVe siècle. Pour la période moderne, la présence de médecins et de chirurgiens est attestée avec sans doute une morgue à l’entrée de l’enclos.

Pour la population moderne, on remarque l’absence d’un recrutement préférentiel avec un accès aux soins inégal selon les individus. Il s’agirait d’une population paroissiale autochtone typique d’un quartier de Paris.

Les pratiques funéraires sont variées (cercueils et enveloppes souples) et standardisées. Les cercueils ont laissé des traces (bois conservé, clous), ce qui a permis une étude des modes d’assemblage. Des analyses xylologiques ont déterminé l’essence des bois utilisés pour une dizaine de cercueils, en pin maritime ou en peuplier. Les contenants sont de forme rectangulaire et principalement trapézoïdale aussi bien pour les adultes que pour les immatures. Ces cercueils sont fournis par les charpentiers. Les enveloppes souples ont également laissé des traces. La présence d’épingles (en argent et alliage cuivreux) permet de savoir si et comment le corps a été enveloppé, en fonction de leur répartition sur le corps et leur nombre. La présence d’œillets, de ferrets et d’agrafes est plutôt associée à celle de vêtements ; la présence de boutons en os, placés sur le côté, attestent celle d’un linceul. Les analyses textiles ont montré que les linceuls seraient plutôt en lin tissé. Certains squelettes portent des traces de vêtements plus complexes nécessitant une étude fine. Deux types de textile peuvent ainsi être repérés sur un squelette de femme : un vêtement en laine et un autre en soie, ce qui pourrait être un voile fixé sur un premier vêtement en laine. Dans sept sépultures, des restes organiques roses sont encore imprimés sur des traces de linceul. Cela pourrait être de la cire. Serait-ce les traces de scellements apposés au moment où les corps ont été ensevelis, peut-être dans le cadre d’une procédure judiciaire.

Le mobilier déposé est peu nombreux. On trouve un peu de mobilier religieux (deux ou trois crucifix, des médailles, un pendentif reliquaire), quelques parures (un peigne en positon portée, des boucles d’oreilles en or, des perles, des anneaux).

Conclusion

Ainsi la fouille de 2011 a permis d’étudier deux populations différentes pour deux occupations différentes, sachant que les tombes des privilégiés étaient placées dans l’église. Les sépultures étudiées montrent que tous les individus étaient traités de la même façon, de manière très individualisée au Moyen-Âge et beaucoup moins à l’époque moderne qui voit la multiplication des recoupements de sépultures.

L’espace funéraire et sa gestion dépendent des transformations spatiales et de la pression démographique. Paris voit sa population augmenter, puisque dans la seconde moitié du XIVe siècle après la peste, la ville comptait environ 100 000 habitants ; puis au XVIe siècle, elle retrouvait son niveau du XIIIe siècle avec 200 000 habitants ; enfin, à la Révolution, elle pouvait compter 600 000 habitants. La gestion de ce cimetière est à mettre en relation avec les autres lieux d’inhumation de Paris, sachant que de nombreuses paroisses parisiennes relevaient du cimetière des Saints-Innocents. Le manque de place à l’époque moderne a sans doute conduit à une autre gestion des sépultures. Peut-être est-ce également à mettre en relation avec un changement dans la relation à la mort et à la gestion des corps ? Le rapport à la mort serait-il différent à l’époque médiévale et à l’époque moderne ? Serait-ce lié au statut socio-économique des défunts, sachant que l’emplacement de la tombe est un marqueur social ?

Il reste à faire une étude de la gestion de la mort aux époques médiévale et moderne.

Discussion

HN remercie pour la richesse de la communication qui donne des moyens pour étudier les sépultures et pour les interpréter de manière correcte. Combien de temps a été dévolu à chacune des zones et aux deux cimetières successifs ?

Elodie Wermuth (EW) : Les travaux concernaient la zone des Templiers. La zone n° 1 a été explorée rapidement. Un mois de fouille a été consacré au cimetière moderne, avec une individualisation des sépultures, mais leur traitement a été rapide. En revanche, le protocole a été plus long pour les sépultures médiévales. Des choix ont été faits sur place ; il a été notamment impossible de faire une étude des liens de parenté, sachant qu’il y a eu peu d’études sur ce thème à l’époque moderne.

HN : A l’époque moderne, ces populations paroissiales sont des populations qui vivent dans l’enclos.

EW : On trouve dans cet enclos des populations de bourgeois et d’artisans. Pour les marqueurs d’activité sur les os, on trouve beaucoup de lésions au niveau des mains.

HN : Comment expliquer l’approche plus individualisée des corps à l’époque médiévale ? Comment se repère-t-elle ?

EW : Au Moyen Âge, dans les tombes chrétiennes, on trouve peu de mobilier, mais on remarque une attention aux sépultures antérieures. La présence des pots à encens pourrait être le marqueur que le statut de l’individu compte. A l’époque moderne, les tombes sont coupées (ainsi que les corps), lors de sépultures postérieures. C’est sans doute lié à la pression démographique sur des espaces assez restreints, mais également à un changement de mentalité à cause des contraintes liées au manque d’espace.

HN : Il n’y a pas de bouleversements de sépultures au Moyen Âge ?

EW : Lors des constructions médiévales, les ossements sont déplacés dans des ossuaires.

BB : La pratique des ossuaires existe bien à l’époque médiévale. Les changements de pratiques observées à l’époque moderne pourraient davantage être expliqués par la pression démographique et la densification que par un changement de mentalité face à la mort. Au cimetière des Saints-Innocents, on trouve des ossuaires.

EW : A l’époque médiévale, il s’agissait de sépultures monastiques. Il pouvait y avoir un plus grand respect pour les corps des Templiers.

BB : Dans les testaments médiévaux, on trouve la mention des legs.

EW : Les règles d’inhumations sont également décrites.

MHB : Les sépultures de l’époque médiévale reflètent le double statut des Templiers à la fois moines et soldats, d’où la présence de lésions liées à des violences interpersonnelles ou au syndrome du cavalier.

EW : L’étude des squelettes médiévaux montre bien ce double statut.

JC : Au XVe siècle, quel était le statut de l’enclos ?

Geneviève Etienne (GE) : L’enclos était occupé au XVe siècle.

EW : On trouve des traces de maraichage continues depuis la période médiévale, avec une complexification du réseau d’adduction et une préservation de la tour de pression (château d’eau).

Caroline Bourlet (CB) : Ces adductions sont reliées au réseau de Saint-Martin-des-Champs

SF : Le cimetière médiéval a été scellé et le cimetière moderne a été construit au-dessus. C’est toujours le même lieu, mais pas le même périmètre. On constate un enchevêtrement des corps  avec des tombes individuelles.

BB : Comment fonctionne le château d’eau et le système d’irrigation ? D’où vient l’eau ?

EW : La base du château a été conservée avec le canal d’entrée et de sortie de l’eau qui vient de Saint-Martin-des-Champs.

BB : Utilise-t-on le même réseau que les fontaines pour les cultures ?

EW : On l’utilise également pour les jardins d’agrément.

CB : Les Templiers et les moines de Saint-Martin sont propriétaires des lieux d’où vient l’eau ; ils ont construit le réseau d’adduction à titre privé. Il a fallu conclure des accords avec les premiers propriétaires pour faire des réseaux d’adduction d’eau et pour alimenter le nord de Paris en eau.

Anne Massoni (AM) : La population était variée à l’époque templière. Quels sont les trois types de population ?

EW : Des membres de l’ordre, mais ayant des fonctions différentes, des chevaliers à la retraite qui viennent à Paris, des clercs. Les Templiers avaient plusieurs emplacements à Paris.

AM : Les clercs et les moines ne sont pas la même catégorie. Les clercs ne sont pas des moines.

EW : Dans le cimetière, sont enterrés des membres de l’ordre et des laïcs.

CB : Dans les rôles de taille, on remarque la présence de laïcs dans l’enclos. Dans le cimetière, sont ainsi enterrés des gens vivant dans l’enclos et qui sont hors-paroisse. Ceux qui vivent en dehors de l’enclos relèvent de leur paroisse.

Clément Savary (CS) : Quel est le nombre exact de sépultures primaires ?

EW : 179 pour la période médiéval et 460 pour la période moderne.

CS : Y avait-il des sépultures dans l’église ?

EW : L’église ne faisait pas partie de l’emprise de fouille, mais oui il y en avait. Nous nous avons pu fouiller uniquement l’aître du cimetière c’est à dire à la partie en dehors de l’église. Les ossements en remblais et en ossuaire ont été fouillés mais pas identifié un par un en post-fouille faute de temps. Ce sont les ossements des sépultures modernes antérieures perturbés par l’implantation de nouvelles sépultures.

SF : La priorité était de rénover le Carreau du Temple.

EW : L’information sera traitable plus tard. Compter le nombre de personnes à partir d’ossements épars est chronophage.

HN : Quel est le type de corps qui a servi pour le squelette de l’étude anatomique ?

SF : Etait-ce le squelette d’un condamné au gibet ?

EW : Il n’y a archéologiquement parlant aucun moyen de savoir d’où provient le squelette à l’origine.

HN : Y a-t-il une répartition des tombes selon les pathologies ?

EW : Il n’y a pas de secteur particulier. A l’époque moderne, les corps des hommes, des femmes et des enfants sont mélangés, surtout dans la dernière phase d’occupation du cimetière.

HN : Quelle est l’emprise totale du cimetière ?

EW : Pour le cimetière moderne, seulement la moitié a été fouillée. Pour le cimetière médiéval, on a trouvé des sépultures en dehors de l’emprise des fouilles, autour de l’église.

AM : Les historiens des textes n’ont pas conscience que ce qu’ils trouvent dans les textes concernent des privilégiés. Lors des fouilles, on approche les pratiques funéraires de 95 % de la population.

SF : Ces tombes avaient-elles des stèles et des inscriptions ?

EW : Dans les cimetières paroissiaux, les tombes sont sans stèle.

SF : Pour les cimetières juifs, les tombes sont marquées par des stèles et il n’y a pas d’enchevêtrements.

CB : Le fait qu’il n’y ait plus de stèles peut être lié aux destructions.

JC : Il faudrait consulter L’épitaphier du vieux Paris pour avoir davantage d’informations sur le cimetière du Temple.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.