Le projet pilote de la bibliothèque Mohamed Tahar à Tombouctou

Située à Sankoré, dans la vieille ville de Tombouctou, la bibliothèque Mohamed Tahar est l’une des 36 bibliothèques privées de la ville.En 2012, elle a préservé ses manuscrits durant l’occupation islamiste du nord du Mali en cachant les malles dans lesquelles ils sont conservés. Si l’Institut des hautes études et des recherches islamiques Ahmed Baba (IHERI-AB), la bibliothèque Mamma Haïdara et certains fonds de la SAVAMA sont parvenus à exfiltrer leurs manuscrits vers Bamako, les bibliothèques privées les ont conservés sur place. Après la reconstruction des mausolées de la ville aux 333 saints, la Minusma puis l’UNESCO ont entrepris la restauration des principales bibliothèques privées de la ville pour faciliter leur réouverture. En 2014, la Minusma a financé des travaux dans les bibliothèques Imam Essayouti, Al-Wangari et Ahmad Boularaf. Puis l’UNESCO a entrepris de réhabiliter les bibliothèques Mamma Haïdara, Fondo Kati et Mohamed Tahar. Ces travaux, suivis par un architecte, ont été pilotés par la Mission culturelle à Tombouctou dirigée par Ben Essayouti.

Le 29 janvier 2018, en présence des notables de la ville, M. Hervé Huot-Marchand, représentant de l’UNESCO au Mali, est venu dans le patio de la bibliothèque Mohamed Tahar remettre officiellement les clés aux  responsables de ces trois bibliothèques lors d’une cérémonie.

La bibliothèque Mohamed Tahar, peu connue jusqu’à aujourd’hui malgré la richesse de son fonds de 2000 manuscrits, reprend aujourd’hui ses activités. Un financement participatif lancé par un réseau d’amis belges et français en 2015, puis le soutien de la Fondation Singer Polignac à Paris et celui l’UNESCO aujourd’hui, redonnent espoir à la famille d’Abdouwahid Haidara, son actuel propriétaire. Les touristes ne reviendront pas de sitôt dans la ville légendaire, il faut donc beaucoup d’imagination et de volonté pour faire revivre la bibliothèque. Des cours d’arabe et des ateliers de calligraphies y sont organisés, avec comme source d’inspiration les décors des manuscrits anciens et des extraits de sagesses. Un nouveau modèle économique doit être pensé pour permettre la conservation des manuscrits, la diffusion de leur contenu auprès de la communauté scientifique tout en permettant aux propriétaires de subvenir aux besoins de leurs familles.

Les 2000 manuscrits de la bibliothèque sont toujours conservés dans des malles, certains sont en fort mauvais état. Le don récent de 70 boites de conservation par la BULAC permettra d’entreposer les plus fragiles dans de meilleures conditions. Abdoulwahid Haidara, auparavant professeur d’arabe, a commencé l’inventaire de son fonds. Le travail de catalogage des manuscrits de Tombouctou et de sa région est colossal et les catalogues existants encore peu nombreux : un catalogue partiel en 5 volumes des manuscrits conservés à l’IHERI-AB, un catalogue de la bibliothèque Mamma Haidara en 4 volumes (2000-2003) et un 1er volume paru en 2010 concernant ceux de la bibliothèque Imam Essayouti.  C’est une goutte d’eau en comparaison des dizaines de milliers de manuscrits qu’il reste à décrire. Le travail est long et difficile car les manuscrits de Tombouctou ne sont généralement pas reliés et des feuillets non numérotés sont éparpillés dans les malles.

La bibliothèque Mohamed Tahar a signé une convention scientifique avec l’IRHT en octobre 2017. La description d’une sélection de 33 manuscrits est intégrée dans la base de données Medium. Leur contenu sera progressivement mis en ligne dans la BVMM. Une nouvelle étape vient d’être franchie en janvier dernier avec la venue à Orléans de Hassane Abdourahim, membre de la famille d’Abdoulwahid Haidara. Il y a suivi une formation d’une semaine avec Gilles Kagan dans le service « Images » de l’IRHT afin d’apprendre à numériser les manuscrits dans les règles de l’art et à traiter les fichiers. Notre objectif : intégrer progressivement dans la BVMM les numérisations effectuées à l’avenir dans la bibliothèque en privilégiant les textes juridiques, historiques, les traités d’histoire des sciences y compris les sciences occultes, les contrats et les correspondances rédigés par les savants locaux. Le traité d’astronomie de Muḥammad b. Muḥammad Baġīġ b. Muḥammad Kūrd al-Fulānī, intitulé al-La’ālī al-durrīya en est un exemple, accessible dans la BVMM. C’est en effet le souhait d’Abdoulwahid Haidara de permettre, par la numérisation de ses manuscrits, l’étude et la transmission des textes rédigés depuis le XVIe siècle par les savants de la région de Tombouctou.

Pour des informations plus précises sur le contenu des manuscrits de la bibliothèque Mohamed Tahar, voir mon article publié dans le Journal of the Early Book Society (JEBS), vol. 20, 2017, p. 321-334 : « The Pilot Project for the Library Mohamed Tahar in Timbuktu » : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01706908.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *