Collecta est en ligne : 5569 clics d’un coup…

Pascal SCHANDEL

Collecta, la base de données dédiée à la collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715), est en ligne, accessible sur le site de l’IRHT. Elle fut conçue conjointement par l’École du Louvre et par l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne dans le cadre d’un projet Synergie de la COMUE HéSam. Optimisée à l’IRHT qui l’héberge, elle bénéficie du soutien de Biblissima grâce au programme des Investissements d’avenir.

Son interface est structurée à partir de l’inventaire général dressé en 1711, à l’occasion de la cession de la collection au roi Louis XIV. Celle-ci comportait des recueils de textes manuscrits, des portefeuilles de planches, des imprimés, des tableaux et de rares objets, car il s’agissait essentiellement d’un « musée de papier », d’une collection documentaire à vocation historique rassemblant des textes (originaux, copies et extraits), des images de toute technique (dessins, gravures et tableaux) et de toute nature (vues topographiques, tombeaux, costumes, etc.). Gaignières la construisit à force d’enquêtes sur le terrain, de voyages annuellement organisés à travers la France en compagnie d’un peintre (Louis Boudan) et d’un scribe (Barthélemy Rémy) à son service. Il l’enrichit aussi d’emprunts, d’échanges, d’achats et de dons, sans compter la duplication des pièces nécessaires à ses classements. Parce qu’il fut attentif aux lignées familiales et à l’histoire du Royaume, le fonds couvre un long Moyen Âge qui s’étend jusqu’à son siècle.

Le modèle par points de la page d’accueil propose une traduction visuelle et fonctionnelle de la collection à partir de l’inventaire de 1711 (un item = un point). Il restitue son ampleur, sa structure et affiche en points rouges les réponses aux requêtes formulées dans les champs. L’affichage des résultats donne mieux qu’une liste le contenu structuré de la base et offre un accès informé aux notices correspondantes.

Collecta ne propose pas seulement de restituer la totalité d’une collection aujourd’hui dispersée entre plusieurs villes, institutions et fonds. Collecta restitue les pièces dans leur contexte car des inventaires détaillés, descendant plus profond à l’intérieur de chaque recueil de textes et d’images, nous en livrent le contenu ordonné. Le sens d’un document, ainsi considéré, n’est plus univoque, ne se limite plus à son objet ou à sa légende explicite. Son interprétation s’enrichit par l’effet de la série. Et la série elle-même peut à son tour être perçue comme le segment d’une autre plus vaste… ou en croiser une autre… puisque dès l’origine une même pièce, sous forme de copies ou d’extraits, pouvait être reproduite et classée en plusieurs endroits de la collection, associée à d’autres documents.

Le design de la base, tant dans ces requêtes que dans ses dispositifs visuels, a été conçu pour donner à voir la logique de ce qui s’avère être une grande entreprise de classement. Il permet à chacun d’y naviguer aisément selon ses propres intérêts, et multiplie les liens vers les autres bases de l’IRHT et de la BnF notamment. Nous espérons, en cela, être fidèles à l’esprit de la collection et de son créateur qui l’a voulue ouverte, faite pour être sans cesse augmentée.

Signalons pour finir que les onglets de la barre de menu fournissent des informations que nous n’avons pas données ici, sur l’historique du projet scientifique ou sur le collectionneur. Le « Mode d’emploi » propose de nombreuses captures d’écran assorties de brefs commentaires. Il liste tous les modes d’accès aux données et décline les fonctionnalités liant les pièces les unes aux autres. Il est aussi possible de dérouler l’inventaire de 1711 pour une lecture continue ou celui de 1717 annoté par les conservateurs récolant les manuscrits fondus dans la bibliothèque du roi. Enfin, on accédera à l’intérieur du « Projet » aux actes du colloque transdisciplinaire tenu à l’école du Louvre en juin 2016 : « Collecta. Des Pratiques antiquaires aux humanités numériques ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.