40 ans de recherche sur le chant grégorien à l’IRHT

Jean-François GOUDESENNE

Véritable Opus magnum du haut Moyen Âge, précieux trésor de l’Europe pour Olivier Messiaen, « effusion et hommage en l’honneur d’une invisible présence » selon André Frossard, le chant grégorien représente la grande tradition liturgique de l’Église romaine, couvrant la plupart des pays d’Europe de l’Ouest, héritiers d’une latinité progressivement unifiée après la Renaissance carolingienne. Depuis Jean Diacre, biographe du célèbre pape Grégoire Ier (590-604) auquel il doit son nom, ce chant est traversé par le puissant mythe de l’inspiration divine du prélat, instaurateur de la Schola des chantres à Rome, auquel une colombe insufflerait le génie de la composition musicale…

Pour les 40 ans de la création de la section de musicologie par Michel Huglo et Louis Holtz, voici l’occasion de revenir sur une page d’histoire de l’IRHT, octogénaire, honorant modestement l’école française en matière de musicologie médiévale, discipline rare, issue des sciences historiques et pourtant pluriséculaire après l’Encyclopédie et l’érudition Jésuite post-humaniste.

 

Grégoire et la colombe (sacramentaire de Charles-le-Chauve, BnF lat. 1141, f.3.

Le moine copiste de l’abbaye de Thélème…

Ce « mythe de la colombe » en renvoie à un autre dans l’univers de la recherche historique médiévale, celui du moine copiste, longtemps utilisé comme logo de l’IRHT, symbole d’une érudition modelée sur la longue tradition monastique, des Pères de l’Église à Mabillon sans oublier bien sûr les moines de l’abbaye de Solesmes, fleuron de la restauration du chant grégorien aux xixe et xxe siècles. Comment douter de la providentielle arrivée au CNRS de Michel Huglo (1921-2012), connu dès la fin des années 50, dans ce transfert des pratiques et des savoirs depuis cette célèbre abbaye vers les milieux laïcs de la recherche publique ? Devenu un des plus grands musicologues médiévistes, honoré d’une œuvre richissime et innovante, nul doute que l’édition critique du chant grégorien, rénovée par la redécouverte et l’étude de traditions antérieures ou parallèles (vieux-romain, ambrosien, hispanique, iro-gallican…) fut au cœur des travaux de la section parmi d’autres programmes – notamment autour des musiques antiques grecques. Les importants travaux de Claire Maître sur le chant cistercien et les réformes du « plain-chant » répondent eux aussi sur le plan philologique à cette recherche idéalisée des origines qui avait puissamment animé les réformateurs au XIIe siècle, d’un texte « authentique » qu’il convient de reconstruire.

Ces « Champollion » des neumes…

Au préalable de ces travaux de l’IRHT plane l’ombre d’une femme savante qui a brillé en matière de paléographie musicale, Solange Corbin (1903-1973), titulaire d’une chaire à l’EPHE, dont plusieurs membres de la section comme d’autres musicologues de renom se réclament. Dans les années 50, alors que la Paléographie musicale, collection de fac-similés de manuscrits comportant les meilleures notations en neumes – ces signes additionnels au texte qui dessinent les contours des mélodies des chants – irradie les recherches, la sémiographie des signes musicaux constitue un enjeu majeur préalable à toute étude historique – générant d’ailleurs une rupture au niveau des disciplines par la haute technicité de la question des neumes. D’ailleurs les musiques grecques antiques suscitent elles aussi d’importants travaux depuis les découvertes de 1892 à Delphes et en Asie mineure : les fragments de papyrus comprenant des notations dénommées « alypiennes », avec l’identification en 1973 d’un Euripide à Leyde par Denise Jourdan-Hemmerdinger, assistante de Corbin avant d’entrer à l’IRHT. Le grand intérêt de cette spécialiste émérite, honorée de journées d’étude qui lui seront dédiées à Orléans à la fin de ce mois de mars 2018, est d’avoir enjambé la continuité des pratiques entre l’Antiquité classique, les codifications de l’époque hellénistique (Alypios) et la période proto-chrétienne et byzantine, notamment par l’étude de l’ekphonétique grecque, mais encore des Classiques latins – dont les vers étaient toujours appris dans les écoles au moins jusqu’au XIIe siècle (Virgile, Horace, Lucain…). Pour le Moyen Âge, les neumes bretons étudiés par Huglo, arrivés jusqu’à Chartres et Fleury, comme ceux de Laon, de Corbie et des monastères alémaniques (St-Gall, Einsiedeln), mèneront aux éditions critiques telles celles de Dom Cardine mais encore bien d’autres, qui permettront aux interprètes une restitution plus exacte et nuancée – pour ne pas dire fidèle – d’après les témoins manuscrits du xe siècle. Les travaux de Marie-Noël Colette (EPHE), de renommée internationale, s’enracinent également dans cette tradition intellectuelle. Les musicologues médiévistes passent alors pour être des sortes de « Champollion » des neumes, à l’exemple de Denis Escudier, archiviste-paléographe ayant mis à jour, entre autres, une très intéressante notation des environs de 1030 à l’abbaye de Saint-Vaast d’Arras.

ANGERS, Bibliothèque municipale, 91. Neumes bretons sur un livre de Fleury.

Pour en finir avec… le XIXe siècle

L’appréciation des usages culturels du lointain Moyen Âge par les sciences historiques s’est puissamment renouvelée après la période de la « nouvelle histoire » et surtout les travaux sur la mémoire et l’oralité, dans les années 70. Au moment où le best-seller de Régine Pernoud Pour en finir avec le Moyen Âge (Seuil, 1977) – écho populaire de cette « nouvelle histoire » émergeant dans les années 70 – traversait notre société, la philologie (critique et étude des textes) était très loin d’avoir renouvelé ses méthodes, encore largement régie par des concepts et des représentations héritiers du XIXe siècle (existence d’un archétype unique, attribution à un auteur, stabilité de la transmission, contamination…). Commencés au moment où la théorie d’un antiphonaire noté de Charlemagne était avancée aux États-Unis, les travaux de Jean-François Goudesenne poursuivent ceux de ses prédécesseurs tout en proposant un renouvellement des méthodes critiques, inspiré des avancées des historiens des textes et des liturgistes (d’A. Chavasse et du P. Gy à P. Bernard, M. Smyth et Y. Hen), libérés des conceptions lachmaniennes. La multitude des sources qui se comptent par centaines pour les livres liturgiques notés est un véritable défi pour toute étude de synthèse. Ce sont dans un premier temps les outils d’un laboratoire comme l’IRHT qui permettent de les surmonter, à savoir la documentation bibliographique (élaborée par de nombreux techniciens et documentalistes, parmi lesquels on peut citer Denise Reynaud), les campagnes de photographie et leur gestion, jadis représentée par ces innombrables microfilms, progressivement remplacés par la technologie numérique depuis les alentours de 2000, suivie par la TEI et de nombreux savoirs liés à l’ingénierie de l’analyse des textes et des sources manuscrites…

Le mythe prométhéen de la technologie

Pour répondre à ce défi de la maîtrise des textes et de leur transmission, ramifiés parmi des centaines voire milliers de témoins, le traitement informatique des données a été une étape incontournable, dont les résultats ont permis la finalisation d’éditions critiques comme le Graduel romain (1954) ou le CAO (1974)1, trophées de l’érudition bénédictine. Une étape qui ne doit pas s’ériger en mythe, comme celui de la colombe, dont la réalité historique reste incompatible avec la nature même de la culture médiévale, du moins avant le XIIIe siècle et les prémisses d’une culture « moderne ». Inspiré par Mary Carruthers, Rosamond Mc Kitterick, Pierre Riché ou Michel Sot, J.-F. Goudesenne élabore dans son ouvrage Émergences du chant grégorien (Brepols, été 2018), une méthode de compréhension des variations du texte et de la mélodie qui prend en compte la nature oratoire et compilatoire du chant liturgique. Comme le rappelait souvent Michel Huglo, ce chant n’était pas recopié ni transmis de façon mécanique, comme nous y a habitué l’imprimerie depuis Gutenberg. À l’instar des outils technologiques les plus performants, la paléographie musicale comme la sémiologie y sont replacées à leur juste place parmi les sciences historiques et dans la réalité de la performance des chantres, acculturée à des traditions locales. Sans l’informatique ni les technologies numériques, un tel aboutissement, qui s’adosse largement sur les travaux des prédécesseurs et de pairs dans la communauté scientifique, de tels résultats n’auraient pu voir le jour. Pourtant, le résultat final confirme la primauté de la pensée humaine et de la culture sur l’intelligence artificielle des algorithmes : la genèse du chant « grégorien » ne correspond pas à un texte authentique représenté par un manuscrit archétypal (ou un groupe), ni à une pluralité d’initiatives individuelles ou locales résultant du hasard ou de quelque aléa ; plus de douze années de travaux conduisent à l’hypothèse de trois grandes matrices des grandes aires culturelles de l’Europe carolingienne : l’espace occidental (Neustrie et îles Anglo-celtiques), l’espace médian (Austrasien, Lotharingien), largement prépondérant mais plus récent, duquel dérive la matrice alémano-germanique du Saint-Empire. Leur modelage sur un corpus antérieur qu’on appellerait « vieux-romain » reste toujours très hypothétique et complexe, tout comme le rôle des évêchés d’une péninsule pas autant centralisée sur Rome qu’on l’imagine…

À la reconquête d’une culture et d’une spiritualité vibrantes

Si les outils techniques contemporains rendent d’incontournables services, ils ne répondent pourtant pas tout à fait à la finalité même de ces textes médiévaux, en lien avec une pratique de célébration, un acte mémoriel et rituel profondément spirituel, cette louange divine (laus divina) vibrante et résonante des églises mérovingiennes devenues plus amples sous les voûtes romanes. La flexibilité des textes écrits et de leur musiques, parfois codifiées avec une confondante précision par ces notateurs des Xe-XIIe siècles, nous rappelle impérieusement la nature aurale-écrite de la pratique des chantres et des écolâtres des monastères et cathédrales, à une date bien plus avancée que celle que nous supposions (arrivée du lutrin et du livre de chœur grand-format). Les corpus de textes et ces innombrables répertoires ont enrichi un noyau « originel » de chant romano-franc (VIe-VIIIe siècles), accompagné le quotidien comme les fastes d’une pratique liturgique qui n’est pas tombée du ciel, imposée par quelque autorité romaine. La parole cantillée des psaumes comme le chant des fêtes qui rythmaient les sociétés d’alors ont atteint l’oreille des fidèles non pas par l’œil mais par le sonus ; ils ont attendri les cœurs, exalté la joie, imploré miséricorde par des voix sensibles, depuis le tréfonds des bouches vers les oreilles attentives, relayées par un médium acoustique de très grande qualité – bois/pierre – (un contexte culturel opposé au nôtre, caractérisé par l’image/œil et l’amplification dans le bruit post-industriel !) ; une culture liturgico-musicale lentement et sciemment acculturée aux usages et coutumes linguistiques et rituelles, qui n’en mérite pas moins une grande admiration : celle à laquelle on aspire toujours pour la refondation perpétuelle d’une culture européenne qui gagnerait en unité par la diversité…

L’oratoire carolingien de Germigny-des-Prés (Val de Loire).

Quelques jalons bibliographiques

  • Corbin Solange, La notation musicale neumatique : les quatre Provinces lyonnaises : Lyon, Rouen, Tours et Sens, Thèse de doctorat, Université de Paris, 1957, 3 vol., partiellement reprise dans Wulf Arlt, Palaeographie der Musik I:3, Köln, Volk, 1977  (corbin Solange, Die Neumen).
  • Jourdan-Hemmerdinger Denise, La Notation ekphonétique archaïque (Vaticanus gr. 2144), Positions des thèses de l’École des Chartes, 1967.
  • Escudier Denis, « Le scriptorium de Saint-Vaast d’Arras des origines au XIIe siècle. Contribution à l’étude des notations neumatiques du Nord de la France », Positions des thèses de l’École des Chartes, 1970, p. 75-82.
  • Huglo Michel, Les tonaires : inventaire, analyse, comparaison, Paris, Société Française de Musicologie, 1971.
  • Les Sources en musicologie, actes des journées d’étude de la Société française de musicologie à l’Institut de recherche et d’histoire des textes d’Orléans la Source (9-11 septembre 1979), CNRS, Paris, 1981.
  • Huglo Michel, Musicologie médiévale : notations et séquences, Slatkine, Paris-Genève, 1987, (Colloque de la Source 1982).
  • Huglo Michel, Les livres de chant liturgique, Turnhout (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 52), Brepols, 1988.
  • Maître Claire, La réforme cistercienne du plain-chant : étude d’un traité théorique, Cîteaux (Studia et documenta VI), 1995.
  • Goudesenne Jean-François, Les offices historiques ou « historiae » composés pour les fêtes des saints dans la Province ecclésiastique de Reims (775-1030), Turnhout, Brepols, 2002.
  • Goudesenne Jean-François, L’Office romano-franc des saints martyrs Denis, Rustique et Eleuthère, composé à Saint-Denis à partir de la Passio du Pseudo-Fortunat (VIe-VIIIe s.), remanié et augmenté par l’archichancelier Hilduin vers 835 puis au Xe s., Ottawa, The Institute of Mediaeval Music (Historiae Series, Musicological Studies, LXV/6), 2002.
  • Livljanic Katarina, Montecassino, Archivio dell’Abbazia, ms. 542. Antiphonaire (12e s.), Éditions de Solesmes (coll. Paléographie Musicale, vol. XXIII), 2014 .
  • Goudesenne Jean-François, Émergences du chant grégorien : les strates de la branche neustro-insulaire (687 – 930), Turnhout, Brepols, 2 vol. (étude, annexes, édition) environ 800 p. (sous presse, été 2018).
  1. Corpus Antiphonalium Officii de Dom Hesbert (Solesmes et St-Wandrille). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *