Numérisation des manuscrits du Musée arménien de France (MAF) par l’IRHT

Jean-Pierre MAHÉ, Membre de l’Institut.

Tout comme les Arméniens eux-mêmes, les quelque 30 000 manuscrits arméniens anciens (IXe-XVIIIe s. pour les manuscrits entiers, et de très nombreux fragments des Ve-VIIIe s.) dispersés à travers le monde, sont des rescapés. Non pas seulement du génocide de 1915 et des drames récents du Proche-Orient, mais de toutes les invasions qui ont déferlé sur l’Arménie depuis la seconde moitié du XIe siècle jusqu’à nos jours.

Ms. 51, f. 116v-117. Manuel de chant liturgique avec neumes et indication des voix en marge

 

Lettre du Patriarche de Jérusalem.

On estime généralement que les manuscrits actuellement connus représentent à peine 5% de la production totale des copistes arméniens du XIe au XVIIIe siècle. En dehors des grandes collections mondiales (Erevan, Jérusalem, Venise, Vienne et Paris), beaucoup de ces précieux témoins de la mémoire d’un peuple décimé par la barbarie sont détenus par des particuliers ou dans des collections presque inconnues ou difficilement accessibles au public. Il est techniquement possible et indispensable aujourd’hui de dresser un fichier informatique mondial de tous les manuscrits localisables, exactement comme on recherche des personnes disparues.

En 2017, Madame Edda Vardanyan, membre associée à l’UMR 8167 (CNRS, Orient et méditerranée), a élaboré une description scientifique des 47 manuscrits et fragments du Musée arménien de France (MAF), fondation reconnue d’utilité publique. L’IRHT, maître d’œuvre de cette entreprise, a numérisé tous ces documents, qui sont maintenant en ligne sur la BVMM.  L’information recueillie sera très prochainement recoupée à Erevan, Matenadaran, Institut de recherches sur les manuscrits anciens avec l’inventaire mondial et restera accessible au public intéressé grâce à l’IRHT.

La mise en ligne permet un contact visuel et « zoomable » avec l’intégralité des manuscrits. On découvre d’abord le type même de l’objet : codices de grande ou de petite taille, selon qu’ils servent à un usage public ou privé ; chartes porteuses de lettres pastorales, d’autant plus richement enluminées qu’elles représentent la haute autorité – patriarche ou catholicos – qui les envoie. L’ampleur et le faste du document suppléent à l’absence de leur commanditaire ; ces « lettres » ont la même valeur qu’une visite officielle et solennelle, le plus souvent impossible à cause de la distance ou des circonstances politiques. Viennent enfin les rouleaux magiques, compagnons des marchands arméniens, qui sillonnent les flots, de la Mer Blanche à la Mer de Chine, à partir du XIVe siècle (cf. MAF, Mss 122, 123, 124, 125, 126, 127 et 128). Ce sont de véritables encyclopédies de piété populaire, avec des prières, orthodoxes ou sulfureuses, pour toutes circonstances, des images terrifiantes ou apaisantes, des trésors d’apocryphes et de recettes magiques hérités de l’Antiquité tardive.

La plupart des recueils liturgiques sont ornés de figures ou de décors enluminés qui s’intègrent dans un cycle iconographique, selon un schéma typique traité dans un style caractéristique d’un lieu et d’une époque. Illustre ou obscur, le nom de l’enlumineur figure généralement, avec une demande de prière, dans le colophon du manuscrit. Par exemple, l’un des manuels de chant (manrousoum : MAF, Ms. 051) commandé en 1321 par le prêtre Nersès pour l’église Saint-Georges du monastère cilicien de Blrtsi, a été enluminé par le peintre Sargis, fils de Grigor, sous le règne de Léon IV et le patriarcat de Kostandin Lambronatsi. Le texte s’accompagne d’une savante notation neumatique soigneusement reproduite par le copiste Stepanos.

Un imposant synaxaire (MAF, Ms. 064), comptant 580 feuillets de parchemin, a été réalisé au XVIIIe siècle à Erzincan (aujourd’hui en Turquie orientale). En marge de la vie des saints, s’égrènent de pittoresques vignettes représentant les témoins de la foi.

Ms. 64, f. 108v-109. Synaxaire avec vignette du prophète Joël

Maintes fois restaurés au cours des siècles et passant entre les mains de divers acquéreurs, les manuscrits présentent plusieurs types d’écriture d’époques différentes.

Dans le livre imprimé contemporain, produit en format de poche à fort tirage, le support matériel s’efface nettement devant le contenu intellectuel et la personnalité de l’auteur, s’il s’agit d’un penseur ou d’un écrivain célèbre. Tout au contraire le manuscrit arménien médiéval est avant tout un objet matériel, qui s’apparente le plus souvent aux vases sacrés ou aux meubles d’église. Pour le produire, les compétences techniques passent avant les savoirs théoriques, supposés immuables et d’autant plus certains qu’ils sont connus d’avance, ne tolérant en principe aucune innovation, aucune originalité.

Décrire un manuscrit, c’est donc en premier lieu analyser les compétences techniques qu’il a nécessitées. Pour la matière, le papier s’impose dès le Xe siècle. Le parchemin n’est plus utilisé que pour des occasions particulières : saintes écritures, liturgies à l’usage des évêques ou des princes, etc. Le papier est ordinairement fabriqué sur place, sans vergeures, avec des fibres végétales. Mais à partir du XIIIe siècle, on trouve aussi des papiers occidentaux.

Paris, MAF, ms. 52, contreplat.

Ms. 52. Contreplat.

Quant au texte, le point essentiel est l’effacement complet de l’auteur, même quand il est identifiable. Cela va de soi pour les instruments liturgiques, par définition anonymes. Mais il y a des cas plus surprenants. Par exemple, on sait parfaitement que le livre de l’examen de conscience et de la confession des péchés est l’œuvre d’un grand poète de l’an mille, Grégoire de Narek. Néanmoins, on ne mentionne jamais l’auteur en tant que personne, ni le titre qu’il a lui-même donné à son ouvrage. Le recueil est simplement appelé Narek (MAF, Ms. 052), nom propre devenu nom commun, comparable à Djachots (« Lectionnaire »), Haysmavourk (« Synaxaire ») ou Machtots (« Rituel »).

L’état matériel de l’unique Narek du MAF témoigne, par l’usure des pages et les multiples réparations dont il fit l’objet, du rôle instrumental qu’il a joué dans la communauté, sans cesse lu et relu dans les familles, pour les prières du matin et du soir, ou encore au chevet des malades, et à l’église, dans les circonstances les plus graves.

La description du manuscrit doit donc d’abord caractériser le type du recueil et relever tous les traits distinctifs, qui permettent de situer l’exemplaire concerné parmi les diverses variantes de ce type. Mais il est sans exemple qu’un manuscrit concret soit entièrement conforme à l’une de ses variantes : il comporte toujours des spécificités qu’il importe de noter et de commenter. De ce point de vue, les colophons du copiste et des acquéreurs successifs, qui racontent en direct la naissance et la vie du livre, l’histoire de sa réception communautaire, son rôle social, méritent la plus grande attention. La description minutieuse de Madame Edda Vardanyan rend compte de tous ces points significatifs.

On passe ainsi d’une analyse technologique à la compréhension d’un savoir collectif, consensuel et théoriquement immuable, qui doit néanmoins s’adapter à un milieu et à une époque.

Dans l’Europe moderne ou contemporaine, la foi est souvent jaugée à l’aune de la raison. On croit, ou l’on ne croit pas, pour des motifs intellectuels. On s’efforce de s’affranchir de toute croyance irrationnelle. Les seules apologies de la foi qui semblent admissibles sont argumentatives, éthiques, ou à la rigueur esthétiques. Le précepte pascalien du « abêtissez-vous » a toujours eu un parfum de scandale.

Et pourtant, pendant des siècles, ce fut la base de la piété traditionnelle des chrétiens d’Arménie, et sans doute de beaucoup d’Orientaux. On ne croit pas en Dieu parce qu’on le connaît, parce qu’on adhère rationnellement à la nécessité de son existence, mais au contraire, on apprend à le connaître et à croire en lui en lui rendant un culte dans les formes requises par les usages ancestraux et les traditions de l’Église nationale.

Ms. 51, f. 153v-154.

Le premier point est d’apprendre à chanter, si possible à l’unisson des chœurs angéliques de la vision d’Isaïe. C’est la pierre de touche de l’orthodoxie, qui se dit en arménien, non pas « opinion droite », mais « droite glorification ». Toute fausse note risquerait de gâter la liturgie céleste. Or, les chants d’église sont l’affaire non seulement du prêtre et des diacres, mais de tous les hommes de l’assemblée.

Les Manrousoum ou « Manuels de chant » (MAF, Ms. 051) permettent cet apprentissage dès l’enfance ou l’adolescence jusqu’à l’âge le plus avancé, sous la conduite d’un clerc. Aujourd’hui le secret des neumes est perdu. Les musicologues doutent qu’ils aient jamais permis une notation complète. Néanmoins, ils contenaient de précieuses indications sur la scansion et les intervalles mélodiques. Pour le reste, il fallait surtout se référer aux huit voix de l’Octoéchos, à leurs diverses branches et côtés, ainsi qu’aux hirmes renvoyant à des odes typiques de l’Ancien Testament.

Généralement les Manrousoum passent en revue les offices des fêtes et la commémoration des défunts dans l’ordre du calendrier liturgique. L’un de ceux du MAF offre la particularité de regrouper les odes, non pas chronologiquement, mais selon les voix de l’Octoéchos, pour accentuer son efficacité didactique.

Au quotidien, la pratique religieuse est réglée, dans les communautés monastiques, par l’Hymnaire / Tropologion (Charaknots), qui contient les odes et les tropaires de toute l’année liturgique (cf. MAF, Mss 50, 53, 56, 58). La piété des laïcs se conforme à des coutumes et des usages domestiques, dont on trouve peu de traces dans les manuscrits liturgiques. L’essentiel est de distinguer entre les jours de fêtes, les jours ordinaires et les jours de jeûne ou d’abstinence, frappés d’interdits alimentaires et sexuels, motivés par des traditions relatées par certains Synaxaires ou Calendriers des fêtes (« Tonatsouïts »), MAF, Ms. 064 . Le Rituel (Machtots), MAF, Mss 54 et 61, est le plus profane des livres religieux. Il accompagne les étapes de la vie et de la mort – baptême, première coupe de cheveux des garçons, mariage, funérailles (en arménien « prières pour enlever les taches ») – ainsi que les grands moments de l’année – bénédiction de la maison, du puits, des récoltes des fruits et du raisin.

Ms. 55, f. 12v-13. Début de l’évangile de Matthieu, avec une demande de prière du copiste en bas de la page.

Le Tétraévangile, MAF, Ms. 55, est le livre le plus fréquent, indispensable à toute église, monastique ou paroissiale. C’est normalement un assez gros volume, écrit en majuscules par respect pour la parole de Dieu. On le montre à l’assemblée, on le lit sur un pupitre, on le garde sur l’autel ou dans les niches du sanctuaire. Tous les Tétraévangiles s’ouvrent par les tables eusébiennes de concordance disposées sous des arcades, qui représentent les travées de l’église ou la superposition des voûtes célestes. Après quoi apparaissent le char divin, Abraham prêt à sacrifier Isaac, puis les dix grandes fêtes christologiques. On descend ainsi du ciel sur la terre, de la génération ineffable du Verbe à la naissance et à l’existence humaine du Sauveur. On arrive ensuite aux évangélistes : chacun des quatre portraits précède son livre. En dernier lieu, on affronte l’expérience vécue de la puissance du Livre saint, grâce aux récits de guérison, souvent regroupés à la fin du volume.

Quelle que soit la date de leur copie, les manuscrits arméniens relaient des traditions archaïques, passées plus tard en Occident, mais sous une forme à la fois plus autonome et plus rationnelle. Leur conservatisme, leur naïveté révèlent ingénument les axiomes inavoués de la foi et les craintes ténébreuses de l’inconscient collectif.

Fondé, il y a 65 ans, par Nourhan Fringhian, grâce à de nombreux dons de la communauté, le MAF avait été installé par arrêté ministériel dans deux pièces vacantes, au rez-de-chaussée, en dessous des collections chinoises du Musée d’Ennery (59 avenue Foch), annexe du Musée Guimet.

Depuis six ans, l’administration, souhaitant récupérer les locaux, a fait mettre en caisse les objets arméniens, rendus ainsi inaccessibles au public. C’est une grande perte, étant donné la valeur artistique et patrimoniale de ce fonds. Faute de locaux de remplacement, le risque de dispersion, voire de départ à l’étranger, devient de plus en plus menaçant.

L’entreprise de l’IRHT, avec le concours du Labex Hastec, est donc une véritable opération de sauvetage. À l’heure actuelle, tous les manuscrits numérisés sont consultables, à l’exception des lettres pastorales, auxquelles on espère bientôt avoir accès. Entièrement rédigé par Madame Edda Vardanyan, le catalogue est en cours de relecture.

Les notices comportent toutes les précisions nécessaires non seulement sur le contenu textologique de chaque unité, mais aussi sur la structure des cahiers, leur numérotage et leur assemblage, la reliure et ses cartonnages, l’histoire externe de l’objet plusieurs fois réparé ou augmenté au cours des siècles.

L’écriture, la mise en page, la place respective des minuscules et des majuscules, la relation du texte et des enluminures (le copiste et les peintres sont en général des personnes différentes) nous découvrent le fonctionnement du scriptorium sous ses aspects techniques et économiques.

En prélude aux notices exhaustives consacrées à chacun des 47 manuscrits du MAF, le catalogue sera pourvu d’une introduction exposant systématiquement l’articulation et les rapports mutuels des types de recueils.

Ms. 61, plat inférieur. Toutes les reliures médiévales arméniennes en orfèvrerie ont été victimes des guerres ou des pillages. Il ne reste plus que quelques exemplaires en argent repoussé du 18e s., comme cette Pietà.

Bibliographie

  • Jean-Pierre Mahé, « Connaître la sagesse : le programme des anciens traducteurs arméniens », dans Raymond Kévorkian (dir.), Arménie entre Orient et Occident, Paris (BNF) 1996, p. 40-61 et p. 216-217.
  • Edda Vardanyan (avec la collaboration d’Annie Vernay-Nouri), Reflets d’Arménie. Manuscrits et art religieux, choix d’objets de collections françaises, Paris ACHCByz 2012.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *