Une journée de recherche avec un médiéviste engagé

Vendredi 13 avril 2018, les abonnés du compte Twitter @medieviz ont pu suivre en direct les pérégrinations du chercheur médiéviste, Paul Bertrand (UCL/IRHT), au Centre de recherches des Archives nationales à Paris (Le Caran) pour, comme le précise le hashtag, une #MissionEnquete1294. Ses différents « gazouillis » tout au long de sa consultation d’« un beau rouleau d’enquête de 1294 » ont établi une interactivité rare et intelligente sur le réseau social et un regard original sur la recherche en train de se faire avec ses découvertes, ses interrogations et surtout son enthousiasme.

Paul Bertrand, qui êtes-vous ?

Docteur en histoire de l’université de Liège en 1998, chercheur et archiviste, j’ai rejoint le CNRS de 2001 à 2012, comme chercheur en histoire médiévale : j’y ai dirigé plusieurs équipes de recherches au sein de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS-Paris et Orléans) avant d’en assurer la direction adjointe (j’en suis toujours chercheur associé). Depuis 2012, je suis professeur en histoire médiévale et en humanités numériques à l’UCL et j’y assure notamment la direction du département d’Histoire (ou Commission de Programme). Je dispense des cours de méthodologie de l’histoire, d’histoire médiévale et d’histoire du fait religieux médiéval, ainsi que des matières comme la diplomatique, la codicologie, les humanités numériques ou l’édition critique électronique.

Je me suis engagé, depuis deux ans, dans plusieurs enquêtes d’histoire sociale, culturelle et économique: l’une d’elles s’articule autour des infra- et micro-pouvoirs médiévaux, du Xe au XVe s. (échevinages ruraux et urbains, cours locales, confréries, mambours, avoués, pouvoirs bourgeois et seigneuriaux…) pour mieux comprendre la structuration politique et sociale complexe du Moyen Âge. L’autre veut étudier les grandes dynamiques sociales et culturelles du Moyen Âge au travers de leur impact dans les pratiques de l’écrit. La « renaissance carolingienne », la « réforme grégorienne », la « dynamique féodale », le « beau XIIIe s. », la « naissance de l’Etat moderne », etc. : autant de concepts historiographiques qu’une histoire des  cultures graphiques peut éprouver.

À l’IRHT, j’ai développé des compétences autour du numérique et, plus largement, des humanités numériques, par l’exploitation et la publication des sources médiévales, mais aussi par l’établissement d’une critique du numérique : outre une série de travaux publiés, je pilote une plateforme d’édition électronique (TELMA), plusieurs projets d’édition électronique (CartulR) ainsi que le Consortium Sources Médiévales (Cosme²). J’ai transposé ces connaissances et compétences dans une formation aux humanités numériques dispensée à l’UCL. Je tiens aussi le blog des étudiants médiévistes de l’UCL.1

Et @medieviz ?

Par son profil, l’internaute abonné au compte @medieviz sait avoir affaire à un « Historien – Médiévactiviste – DH compliant – sur les falaises de marbre – l’indifferenza è il peso morto della storia (Gramsci) ». À la lecture de publications quasi quotidiennes, le profil s’enrichit d’informations personnelles (passion pour la moto, la BD, le rock…), pédagogiques (adepte de la classe inversée, d’@wooclap), ou professionnelles (lectures, séminaires, comités de lecture, soutenances de thèse…), en résumé une profession faite de liberté :

Profil réaliste ou surréaliste ?

Une journée au Caran !

Avec peut-être une pointe d’amertume de ne pas consacrer plus de temps à la recherche fondamentale :

Car souvenons-nous que @medieviz sort d’une période intense en dépôt de projets. Bien que libre, pour faire de la recherche, il faut s’en donner les moyens…

L’objet des tweets en direct (autrement dit LT) !

Paul Bertrand aborde sa recherche avec des moyens technologiques, ordinateur, appareil-photo et téléphone, à l’opposé de son objet d’étude : rouleau, manuscrit, scribes, coutures, fils… Le texte et les images2 qui suivent sont le produit de sa réflexion partagée avec les internautes à travers son compte twitter. Une belle mise en abyme de la recherche en histoire en 2018 !

Ne pas voir l’original, c’est s’exposer à ne rien comprendre au texte. Les éditions anciennes sont souvent épouvantablement sommaires : oubli de ratures ou de suppressions, mise en page invisibilisée.

Édition Original

Première intrigue

Les deux grands techniciens du comte de Flandre, Jacques de Deinze et Lotin de Bruges, y sont cancellés #intrigant #MissionEnquete1294.

La mémoire de l’archive

Voilà les élites de la ville de Namur en 1294 #HistoireDesHommes #MissionEnquete1294 #whoswho Souvent on vous dit que les hommes et les femmes du Moyen Âge ont disparu. Eh bien non. Rien que dans ce rouleau, il y en un petit millier.

Confirmer une hypothèse !

Et tout d’un coup on change de scripteur. Car on change de domaine. Et ainsi se confirme une fois de plus mon hypothèse que à partir de la mi-13e s. les scribes professionnels laissent place aux techniciens écrivants #MissionEnquete1294

Des interrogations ?

25 mètres de rouleau avec les revenus du comte de Namur en 1294. Et la question: comment gérer cette masse de revenus sans une vraie organisation administrative… dont il ne nous reste que des épaves…

Fin du rouleau. Le comté de Namur « vaut » donc 13 804 livres en 1294… sachant qu’un grand nombre d’autres revenus (secondaires) n’ont pas pu être évaluées et que les « gens le roy » ne veulent « plus aler avant en le besongne quant a ore ».

Moment émotion

Au détour d’une feuille le maire et des échevins de Bredines / Burdinne, mon village natal. En 1294…

Conseil : regarder le document sous toutes ses facettes

Et maintenant je le ré enroule…. mais à l’envers pour bien voir les traces dorsales et les coutures. Le ré enroulage du rouleau déroulé est à faire très précautionneusement. À l’envers pour voir les notes, traces dorsales et coutures… lentement pour que le rouleau soit à nouveau bien serré. Question de respect pour le document et les conservateurs. Pourquoi on passe du bleu au blanc pour la couture après la mairie de Flarion? À voir…

Les adieux !

Pratiquement une heure pour ré enrouler le rouleau. On termine avec les notes dorsales qui indiquent bien comment deux ficelles devaient enserrer le rouleau et passer dans deux/trois incisions.

Fin de la séance de travail sur le rouleau d’enquête de 1294… Petit pincement au cœur. Comme avec des amis chers qu’on a enfin revus après une longue absence. On se promet qu’on se reverra vite… qu’il faut, qu’on doit. Et puis le reste.

  1. Source : https://louvanhist.hypotheses.org/255 []
  2. Nous remercions les Archives nationales pour leur aimable autorisation de reproduction des images illustrant ce billet. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.