Les matériaux du livre médiéval : Présentation

Copenhague, Kon. Bibl. Grs 4 II, f. 183r.

Copenhague, Kon. Bibl. Grs 4 II, f. 183r.

Monique ZERDOUN

La création d’un séminaire de recherche sur les matériaux du livre médiéval à l’Institut de recherche et d’histoire des textes n’est pas totalement fortuite. Cette action s’inscrit dans la continuité des options que l’IRHT, souvent pionnier, a su prendre en ce domaine.

En effet, s’intéresser aux textes, à leur histoire, leur recensement, leur copie, leur transmission, leur circulation et à leur sauvegarde, recherches maîtresses des membres de l’IRHT, ne pouvait, à long terme, se faire en occultant ou en ignorant l’objet archéologique qu’est le document – codex, charte ou rouleau – qui les porte.

Le rôle joué par l’IRHT dans les études portant sur les matériaux du livre a été des plus novateurs et c’est de longue date qu’ont été initiés journées de réflexion et colloques dans ce domaine à une période où ce genre de recherches n’avait pas encore « le vent en poupe ».

Une des actions les plus anciennes annonçait déjà, par son titre même, les problématiques qui nous intéressent et nous préoccupent encore aujourd’hui : il s’agit du colloque international de 1972 sur Les techniques de laboratoire dans l’étude des manuscrits. Cette rencontre, organisée conjointement par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT, alors dirigé par Jean Glénisson) et le Centre d’Histoire et d’Analyse des Manuscrits Modernes (alors dirigé par Louis Hay), fut pour l’époque une véritable innovation et reste à ce jour une référence scientifique dans le domaine. Certaines des techniques exposées à cette occasion et alors décrites comme expérimentales – je pense à la bétaradiographie – n’ont pas, à l’heure actuelle, trouvé de substitut plus satisfaisant.

Un peu plus tard, en 1988 s’est tenu le colloque international du CNRS Pigments et colorants de l’Antiquité au Moyen Âge. Teinture, peinture, enluminure, études historiques et physico-chimiques, organisé par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, le Centre de Recherche sur la conservation des documents graphiques du CNRS et l’Équipe CNRS « Étude des pigments, histoire et archéologie », colloque dont les actes furent édités par le CNRS en 1990 et réédités en 2002.

Citons encore, en 1990, le colloque international du CNRS Les tablettes à écrire de l’Antiquité à l’époque moderne, organisé en 1990 par l’IRHT et l’Institut de Papyrologie de la Sorbonne [éd. Élisabeth Lalou, Turnhout, Brepols, 1992 (Bibliologia, 12)], et, en 2003, le colloque sur les reliures organisé par l’IRHT (responsable, Guy Lanoë) et par l’Institut de France.

Le rappel de ces quelques manifestations suffit à montrer l’intérêt que l’IRHT a su porter – ou susciter –aux recherches portant sur les matériaux du livre médiéval, en son sein aussi bien qu’à l’extérieur.

C’est à la suite d’une rencontre relativement récente, le colloque international intitulé Le papier au Moyen Âge : histoire et techniques qu’est véritablement apparue la nécessité de créer un séminaire de recherche portant sur les matériaux du livre médiéval. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, organisé par Louis Holtz (alors directeur de l’IRHT), Jean Irigoin (membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres) et moi-même, s’est tenu à Paris en avril 1998 [éd. Monique Zerdoun, Turnhout, Brepols, 1999 (Bibliologia, 19)]

Au cours de ce colloque, les participants, de formations très différentes, allant du maître papetier au paléographe, de l’historien au conservateur, du chimiste au restaurateur et à l’informaticien, ont pu prendre connaissance du nombre et de la variété des recherches en cours, mais également des questions qui se posaient, des enquêtes et des investigations qui restaient à entreprendre aux plans historique, livresque, expérimental, méthodologique, ainsi que dans le champ des analyses physico-chimiques. Or, il y avait de fortes chances pour que ce constat sur les problématiques et les questionnements soulevés à propos des papiers médiévaux se pose au sujet des autres matériaux du livre. C’est donc en quelque sorte pour évaluer où en était la recherche dans ce domaine, qu’a pris naissance l’idée de mettre en place un séminaire de recherche sur les matériaux du livre médiéval.

Jacques Dalarun, alors directeur de l’IRHT, convaincu de l’intérêt et de l’originalité d’un séminaire sur ce thème a cautionné l’idée que je lui proposais et mis en œuvre les moyens nécessaires à la réussite de cette entreprise.

La première année de ce séminaire avait pour objectif, pour chacun des matériaux étudiés, de faire le point sur l’état des connaissances aussi bien sur le plan historique et littéraire que sur les résultats des techniques de laboratoire appliquées à l’étude des matériaux (identification des composants et autres). Il se proposait également d’établir un bilan des problèmes qui se posaient et de déterminer la nature des difficultés rencontrées pour les résoudre. L’interdisciplinarité et la pluridisciplinarité des intervenants et des auditeurs de ce séminaire – historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs, fabricants de papier et de parchemin, cinéastes, calligraphes, paléographes, membres de l’IRHT et membres extérieurs, élèves et enseignants, relieurs, spécialistes des techniques du livre etc. – ont participé pour une large part à la réussite et à l’intensité des échanges.

Comme conséquence tout à fait intéressante, l’IRHT a pu au cours de ce séminaire servir de lien et jouer un véritable rôle fédérateur entre des chercheurs qui n’avaient jamais eu l’occasion de se rencontrer – ou de savoir qu’ils travaillaient sur des problèmes proches –, et leur permettre d’établir des projets en commun.

Dès la fin de la première année, ont pu être mises en évidence la grande richesse et la diversité des recherches en cours. Sont également apparues d’une manière claire les urgences à traiter et les enquêtes à mener en priorité ou à approfondir (en ce qui concerne le matériau papier par exemple, le constat recoupait parfaitement ce qui était déjà apparu lors du colloque de 1998).

Ce séminaire prévu pour une année universitaire (2001-2002) s’est prolongé jusqu’en décembre 2005. Il a par la suite suscité un projet de Groupement de Recherche portant sur les « matériaux du livre médiéval » déposé au CNRS. La création de ce GDR a eu lieu en janvier 2004 pour une durée de quatre ans.

Publication en 2007

Bibliologia 30

Bibliologia 30

Zerdoun Monique, Bourlet Caroline, Matériaux du livre médiéval : Actes du colloque du Groupement de recherche (GDR) 2836 « Matériaux du livre médiéval », Paris, CNRS, 7-8 novembre 2007, Turnhout, Brepols, 2010, XXIII-334 p., 240 ill. (Bibliologia, 30)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *