Les tablettes de cire médiévales : support, surface

Élisabeth LALOU (Communication du 7 mars 2002)

Les tablettes de cire ont été utilisées depuis l’an 3000 avant Jésus Christ jusqu’en 1850, à Rouen sur la criée au poisson. Le Moyen Âge les a couramment employées pour écrire les brouillons jusqu’à la prise de pouvoir du papier, support neuf devenu rapidement suffisamment courant et peu cher pour supplanter la cire à la fin du XIVe siècle.

Le livre de tablettes de cire : l’objet médiéval

Les tablettes de cire étaient des planches de bois, découpées très finement (la feuille mesure un demi-centimètre d’épaisseur), où, dans une cuvette creusée, était coulée de la cire. Ces pages de bois et de cire étaient ensuite reliées ensemble pour former un gros registre mesurant de 8 à 10 centimètres d’épaisseur. Les registres mesurent une trentaine de centimètres de hauteur sur 20 à 26 de largeur.

Il reste en France pour l’époque médiévale, une série de neuf registres contenant les brouillons des comptes de l’hôtel du roi entre le XIIIe et le XIVe siècle. La Pologne en conserve une trentaine constituant le premier état du censier des villes de Gdansk et Torun au XIVe siècle.

Des registres du même type étaient utilisés par un grand nombre de villes, d’abbayes ou d’administrations diverses.

Autres types : le « carnet » et l’ « affiche » ou l’ « ardoise »

À côté des gros registres, existaient des utilisations tout aussi courantes : celles de tablettes beaucoup plus petites dont les feuillets mesurant 5 centimètres sur 10 en moyenne étaient réunis sous une forme de petits carnets. Ceux-ci pouvaient être de bois et cire mais aussi d’ivoire et cire. Ces objets précieux se portaient à la ceinture et servaient à noter les événements de la vie quotidienne.

Certaines tablettes étaient utilisées feuille à feuille et servaient alors d’affiches (pour d’assez grands formats) et partout en Europe, de support pour apprendre à écrire aux enfants. Charlemagne possédait ainsi des tablettes sur lesquelles il traçait des lettres malhabiles, nous apprend Eginhard.

Matériaux : du bois et de la cire

Le bois utilisé pour les tablettes pouvait être le buis (surtout dans le cas des carnets) mais aussi du hêtre ou même de l’érable (tablettes de Jean Sarrazin). La recherche est en cours pour identifier les bois utilisés.

La cire coulée sur les feuilles n’était pas de la cire pure. Elle était mélangée à différents produits (de la poix par exemple) selon des recettes héritées de l’Antiquité, afin qu’elle demeure malléable sous le stylet qui y traçait des lettres. Cette cire était aussi teinte de différentes couleurs. Nous avons conservé un carnet du XVIIsiècle dont la couche de cire n’est pas colorée et sent encore le miel, mais la majorité des tablettes portent une cire de couleur noire qui a durci au fil des siècles. La cire des carnets était souvent de couleur verte et quelquefois de couleur rouge.

Le long terme

À part l’usage qu’en faisaient les enfants pour apprendre à écrire, les utilisations médiévales ne sont pas les mêmes que celles des Grecs ou des Romains. Les Grecs conservaient sur tablettes de cire ou de bois les œuvres des auteurs, à côté du rouleau de papyrus. Les Romains scellaient sur tablettes de cire leurs testaments et échangeaient de la correspondance sur des fragments de bois (tablettes de Vindolanda).

Après la rupture causée par l’utilisation du papier, les tablettes demeurèrent en usage à titre résiduel, surtout dans des abbayes allemandes ainsi que dans des lieux où le papier était considéré comme trop fragile pour être utilisé. Les tablettes de cire conservèrent alors leur atout de support d’écriture solide et d’utilisation facile en toutes circonstances.

Éléments de bibliographie

Les tablettes à écrire de l’Antiquité à l’époque moderne, E. Lalou, dir., Turnhout, Brepols, 1992 (Bibliologia, 12).

Lalou Élisabeth, « Les tablettes de cire médiévales » Bibliothèque de l’École des chartes, 147, 1989, p 123-140

Bull Reinhard, Moser Ernst, Kuhn Hermann, « Wachs als Beschreib- und Siegelstoff, Wachsschreibtafeln und ihre Verwendung », dans Vom Wachs-Hoechster, Beiträge zur Kenntnis der Wachse, Frankfurt, 1968, p. 785-894.

Lalou Élisabeth, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), sous la direction de Robert-Henri Bautier, Paris, 1994.

Lalou Élisabeth, « Un compte de l’Hôtel du roi sur tablettes de cire, 10 octobre – 14 novembre [1350] », Bibliothèque de l’École des chartes, 152, 1994, p. 93-127.

Lalou Élisabeth, Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis, Turnhout, Brepols, 2003 (Monumenta palaeographica Medii Aevi, Series Gallica, 4).

Smith Marc, « De la cire au papyrus, de la cire au papier : deux mutations de l’écriture ? », Gazette du livre médiéval, 43, automne 2003, p. 1-13

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/10.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.