Pigments et colorants anciens : exemple d’une étude comparée d’enluminures du XVe siècle

Patricia ROGER (Communication du 23 mai 2002)

L’une des thématiques de recherche du Centre Ernest-Babelon au CNRS d’Orléans, concerne l’étude des pigments et colorants anciens à l’aide de méthodes d’analyses non destructives et applicables, à l’aide d’appareils transportables, à des mesures in situ1 . Plusieurs recherches ont été effectuées ou sont en cours sur ce thème et l’une d’elle concerne l’étude des enluminures médiévales réalisées par l’un des grands enlumineurs parisiens au début du XVe siècle : le maître de Boucicaut. Celui-ci exerce à Paris, sous le règne de Charles VI, jusqu’aux alentours de 1420-1430. On ne trouve plus traces de sa présence sur la scène parisienne après cette période. Il fait partie d’un cercle d’enlumineurs célèbres comme les frères Limbourg ou le maître de Bedford, qu’il a, dit-on, fortement influencé. Un autre grand nom de l’époque lui est également associé : Jean de Berry, l’un des mécènes du royaume et grand amateur d’art. L’étude portant sur les enluminures du maître de Boucicaut a été entreprise afin de mieux connaître la palette et les pratiques d’un maître, exerçant à l’intérieur d’une sphère artistique parisienne prolifique, dont une partie des travaux, conservés dans les bibliothèques françaises peut encore y être admirée. Ce maître enlumineur travaille pour la famille royale, mais ne lui est pas spécifiquement attaché comme pouvaient l’être ses collègues. Il travaille aussi pour la bourgeoisie d’affaires ou les milieux intellectuels et universitaires. De sa production supposée, trois manuscrits ont été retenus pour notre étude :

  • « Le livre d’Heures du maître de Boucicaut », manuscrit enluminé qui porte le nom du maître anonyme qui l’a presque exclusivement enluminé est conservé au musée Jacquemart André. Il a probablement été exécuté en 1408 et est illustré de quarante-deux enluminures pleines pages.
  • Le livre des « Propriétés des choses » de Barthélemy l’Anglais conservé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit au départ d’un ouvrage encyclopédique écrit en latin, dont la traduction va être encouragée par Charles V. Le manuscrit étudié est une copie de Jean Corbéchon, il est daté des environs de 1410 et est destiné à Béraud III, comte de Clermont, dauphin d’Auvergne. L’ouvrage comporte dix-neuf miniatures de la largeur d’une colonne ; une illustration plus grande qui occupe les deux tiers de la page est subdivisée en sept compartiments montrant les scènes de la création du monde.
  • Le « bréviaire de Châteauroux », réalisé vers la fin de 1414 pour le dauphin Louis de France, duc de Guyenne, est conservé à la médiathèque de Châteauroux. Il présente de nombreuses enluminures dont trois en pleine page ainsi que des initiales historiées. Quatre enlumineurs (Bedford, Orose, Boucicaut et un anonyme) ont exécuté les décors.

Les résultats de nos analyses dévoilent l’ensemble de la palette utilisée dans ces trois ouvrages. La couleur bleue est obtenue par le lapis-lazuli dans quatre-vingts pour cent des cinquante mesures effectuées sur les trois manuscrits. Elle est employée pour les vêtements et les ciels.

– Treize pour cent des mesures indiquent l’emploi de l’indigo pour les teintes bleu-gris des chevelures. L’azurite est également utilisée mais pour une part nettement plus restreinte (couleur de pierres précieuses).

Le diagramme colorimétrique [illustration 1] montre la répartition des points correspondant aux mesures effectuées sur les ouvrages de Châteauroux et de la BnF. Trois groupes sont visibles qui correspondent aux indigos, aux lapis, à l’azurite et à des compositions de deux bleus (ou de bleu et d’un autre matériau).

Illustration 1 Coordonnées colorimétriques dans l’espace CIELAB des bleus mesurés sur des enluminures attribuées au maître de Boucicaut (ms. BnF. fr. 9141 et Châteauroux, BM, ms. 2).

Illustration 1
Coordonnées colorimétriques dans l’espace CIELAB des bleus mesurés sur des enluminures attribuées au maître de Boucicaut (ms. BnF. fr. 9141 et Châteauroux, BM, ms. 2).

– Plus de quarante pour cent des mesures effectuées sur les surfaces vertes indiquent l’emploi de verts de cuivre parfois en association avec une laque translucide de même couleur. La même part correspond à l’association de bleus (lapis ou indigo) et de jaunes (voir plus loin les matériaux employés pour cette couleur) qui fournit un vert de sol plutôt terne. Du résinate de cuivre est également utilisé pour réchauffer la couleur verte des paysages (arbres, herbes, sols). Ce résinate, associé à du lapis-lazuli permet d’obtenir un bleu vert dans certains paysages montagneux.

– Les jaunes orangés et les marrons sont fournis par l’orpiment et les terres naturelles ; une teinte plus vive est obtenue par l’emploi de jaune de plomb et d’étain.

– Les noirs de carbone et les blancs de plomb, seuls ou associés, donnent les noirs profonds, les blancs lumineux et toutes les déclinaisons de gris.

– Boucicaut emploie l’argent pour d’obtenir l’aspect métallique des armes et des vêtements guerriers ou le reflet d’un vitrage, et l’or pour les auréoles et la finition des vêtements des personnages illustres.

– La gamme des rouges (englobant l’orange et le rose), a fait l’objet de soixante-dix mesures réparties sur les trois ouvrages. Le rouge de plomb couvre la gamme des orangés et rouges orangés souvent employés pour les accessoires vestimentaires. Les terres naturelles fournissent les teintes rouge marron ; associées au blanc de plomb, elles colorent les visages ou autres parties du corps. Très majoritairement, le sulfure de mercure ou cinabre, fournit le rouge vif des vêtements, robes de saints ou capes de dignitaires.

Un « autre rouge » est cependant associé à cette gamme de rouges pour modeler les formes et contours et pour obtenir de belles teintes roses. Le spectre de cet « autre rouge » évoque celui d’un colorant organique tel que la garance mais n’y correspond pas vraiment. Les mesures provenant d’analyses de Kirby2 , laissent à penser que le colorant employé pourrait être du bois brésil. Le spectre comporte en effet un profil caractéristique comprenant un épaulement vers 520 nm et un maximum d’absorption vers 560 nm. À l’appui de cette hypothèse, un document d’époque, un réceptaire du XVe siècle, entièrement consacré aux couleurs, indique entre autres, la façon d’obtenir des couleurs roses, ou des glacis pour ombrer les surfaces, à partir de bois brésil.

De même, pour faire une couleur rose : Mettez en une écuelle vernissée une once de brésil réduit en poudre, autant d’urine d’enfant qu’il en faut pour recouvrir le brésil et les ingrédients qui suivent : ajoutez une once de marbre blanc pilé avec de l’eau claire sur une meule, puis séché, une demi-once d’alun de roche broyé, et que la poudre de marbre soit versée en dernier dans l’écuelle ; ne mélangez pas avant d’avoir laissé assez longtemps reposer au soleil pour que le marbre prenne la couleur, et si le mélange au soleil venait à sécher avant, rajoutez de la même urine, et qu’il reste au soleil jusqu’à ce que le marbre soit devenu rouge ou rose. Puis, filtrez par un tissu de lin et faites sécher à l’aide d’une pierre cuite ou une brique, et gardez-le pour votre usage.

Recettes de couleur rose et de glacis rosé pour ombrer les images
Ad faciendum aquam roxeaceam pro umbrando ymagines alia
 : Pone de verxino raso in albumine ovi spongiato, & stet per diem. Postea cola per telam, stringendo, & quod exierit distempera cum aqua pura, & umbra quod vis, in carta & papiro.
Credo quod color non exibit a dicto brexillo, seu verzino, nisi ponatur de alumine rote.

Pour faire un glacis rosé pour ombrer les figures et autres images : Mettez du brésil en poudre dans du blanc d’œuf battu et laissez reposer la journée. Puis, filtrez en pressant par une toile, et détrempez d’eau pure ce qui en sortira, ombrez ce que vous voudrez sur parchemin ou papier.
Je crois que la couleur ne s’extrait du brésil que si on y ajoute de l’alun de roche. (extrait de : « Brésil et autres rouges : dix recettes de laque médiévales », Ines Villela-Petit, Technè, 4, 1996, p. 72.)

Ne disposant pas de références au laboratoire, une étude particulière a été consacrée à ce colorant végétal [illustration 2], ce qui nous a permis de confirmer que le Maître de Boucicaut employait bien le bois brésil.

Illustration 2 Bois brésil brut, en copeaux, et en poudre.

Illustration 2
Bois brésil brut, en copeaux, et en poudre.

Ainsi identifié, ce matériau a été repéré sur tous les manuscrits [illustration 3]. L’association du bois brésil à du cinabre a également été observée dans chaque ouvrage. Dans ce cas, on peut noter un aplatissement du profil d’absorption ainsi qu’un déplacement du minimum vers les grandes longueurs d’ondes. Enfin, le brésil est associé à du bleu de lapis ou d’indigo pour obtenir des couleurs violettes.

Comparaison de spectres d’absorption de roses mesurés sur des enluminures attribuées au Maître de Boucicaut correspondant à du rouge de brésil mêlé à du blanc de plomb.  BnF fr. 9141, f. 207, robe rose du personnage ;  Musée Jaquemart André, ms. 2, f. 40, rose d’une marche ;  Châteauroux, BM, ms.2, f. 345v, rose de l’architecture.

Comparaison de spectres d’absorption de roses mesurés sur des enluminures attribuées au Maître de Boucicaut correspondant à du rouge de brésil mêlé à du blanc de plomb. BnF fr. 9141, f. 207, robe rose du personnage ; Musée Jaquemart André, ms. 2, f. 40, rose d’une marche ; Châteauroux, BM, ms. 2, f. 345v, rose de l’architecture.

Ainsi, malgré toutes les différences existant entre les ouvrages (nature du contenu, dimensions des illustrations, modalités d’intervention…), il n’existe pas de « dissonances » dans l’emploi des matériaux utilisés : le Maître affectionne les associations de pigments opaques et de glacis de même couleur ; il emploie assez aisément le brésil et dans ce cas, l’associe volontiers à du bleu pour l’obtention de teintes violettes originales. Sa palette est de ce fait assez étendue et lui permet d’obtenir des compositions riches et minutieuses.

Patricia ROGER (IRAMAT, centre Ernest-Babelon, Orléans)

Éléments de bibliographie

Châtelet A., L’âge d’or du manuscrit à peintures en France au temps de Charles VI et les heures du maréchal Boucicaut, Paris, Faton, 2000.

Clarke M., « The Analysis of Medieval European Manuscripts », Reviews in Conservation, 2, 2001, p. 3-17.

Delamarre F., Guineau B., Les matériaux de la couleur, Paris, Découverte Gallimard, 1999.

Dulin L., Guineau B., Vezin J., « Application des mesures colorimétriques et spectrophotométriques à l’étude des manuscrits à peintures du Moyen Âge », dans 7th Congress of the International colour association, Budapest, 1993.

Guineau B., Vezin J., « Étude technique des peintures du manuscrit De laubidus sanctae cruxis conservé à la bibliothèque municipale d’Amiens (Amiens 223) », Scriptorium, 46/2, 1992, p. 224-237.

Guineau B., Holtz L., Vezin J., « Étude comparée des tracés à l’encre bleue du ms. Lyon, B.M. 484 et du fol. 348v du codex de Bèze », dans Codex Bezae. Studies from the Lunel colloquium, June 1994, Leiden, Brill, 1996, p. 79-93.

Guineau B., Fauduet I., Biraben J.-M., « Étude de fragments de couleurs recueillis sur le site d’Argentomagus », Germania, 73/2, 1995, p. 369-401.

Guineau B., en collaboration avec Guesdon M.G. et Vernay-Noury A, « Les matériaux de la couleur dans les manuscrits maghrébins (VIe/XIIe-IXe/XVe s.) : éléments d’identification et de comparaison », Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2000, p. 145-167.

Guineau B., Villela-Petit I., « Couleurs et technique picturale du Maître de Boucicaut », Revue de l’Art, 135, 2002, p. 23-42.

Kirby J., « A Spectrophotometric Method for the Identification of Lake Pigment Dyestuffs », National Gallery Technical Bulletin, 1, 1977, p. 35-45.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/12.htm).

  1. En ce qui concerne les méthodes, cf. séminaire du 25 avril 2002. []
  2. Voir la bibliographie. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 avril 2016

    […] Patricia Roger, auteure d’un article sur les « Carnets de l’IRHT » intitulé « Pigments et colorants anciens : exemple d’une étude comparée d’enluminures du XVème siècle ». Il fait également l’objet d’une étude effectuée par le Centre des Restaurateurs des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.