Séminaire d’histoire de Paris [1] 9 novembre 2018 : « La cour, moteur de l’économie parisienne »

Appel à communication pour le XVcolloque d’Histoire régionale (22-23 mars 2019) : « L’Île-de-France dans la formation de la nation France ». Projet de communication à adresser avant le 15 décembre 2018 avec un résumé d’une dizaine de lignes à fedhist.paris@wanadoo.fr.

Présentation de trois livres entrés récemment dans la bibliothèque de la section de diplomatique :

  • J.-O. Boudon, Le plancher de Joachim. L’histoire retrouvée d’un village français, Paris, Belin, 2017.
  • T. Knighton et A. Mazuela-Anguita, Hearing the city in early Modern Europe, Turnhout, Brepols, 2018.
  •  J. Oberste, Die Geburt der Metropole. Städtische Raüme und soziale Praktiken im mittelalterlichen Paris, Ratisbonne, Verlag Schnell und Steiner, 2018.

Tour de table : présentation des organisateurs du séminaire et des auditeurs.

Boris Bove, « État de l’art sur l’historiographie de la cour à Paris »

Le thème du nouveau cycle du séminaire d’Histoire de Paris est un thème à la mode. Plusieurs colloques ont été organisés et ont donné lieu à des publications récentes (cf. l’introduction de B. Bove, M. Gaude-Ferragu et C. Michon, Paris, ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2017). B. Bove a par ailleurs soutenu son habilitation à diriger des recherches le 17 novembre 2018 sur Une capitale et ses élites (XIIIe-XVe siècles)avec un mémoire inédit intitulé : Habiter la ville. Paris et la noblesse de cour au XIVe siècle.

Le thème choisi pour l’année 2018-2019 : « la cour, les nobles, la ville » combine en fait trois objets historiographiques épais, dont le croisement est peu fréquent, même si des projets de recherche apparaissent actuellement de plus en plus souvent sur ce carrefour. Pourquoi ces traditions anciennes ne se croisent-elles que depuis peu ? Parce que la cour, la noblesse et la ville sont des objets qui ne sont pas dans la même dimension.

  •  La ville est un objet spatial, un lieu où la société se rassemble, un lieu où il n’y pas de distance. Pour Jacques Lévy, « la ville est un objet spatial de substance sociétale qui associe densité et diversité » (cf. J. Lévy, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1994, p. 319).
  • La cour et la noblesse sont des objets sociaux. La noblesse, c’est la supériorité sociale qu’elle soit attribuée au sang, au statut ou à un rapport de force social. Elle repose sur un processus de sélection fondé sur une combinaison de richesse et d’hérédité. Or la richesse à l’époque médiévale, c’est la terre. C’est pourquoi les nobles n’intéressent pas les historiens de la ville. La cour repose sur un phénomène de polarisation de la société autour d’un seul homme qui concentre le pouvoir. C’est un processus de sélection et de hiérarchisation des élites (principalement nobiliaires au Moyen-âge).

Ainsi, le sujet concentre trois termes, mais seulement deux pôles historiographiques avec des traditions étanches : la ville d’un côté, la cour de l’autre. Quand il y a communication entre les deux, la question des relations part de la cour vers la ville, jamais dans le sens inverse. Cet effet est produit par les sources : les historiens utilisent en effet les comptes des maisonnées princières. Les contemporains eux-mêmes quand ils parlent de la Cour, ne parlent pas de la ville (sauf Christine de Pizan).

Les discours des contemporains sur la cour

Le discours sur la cour est aussi ancien que la cour elle-même, mais ne se préoccupe pas de la ville et de la spatialisation.

Au XIIe siècle : Gautier Map, Contes pour gens de cour, vers 1180

« « Je suis dans le temps et je parle du temps » dit saint Augustin, en ajoutant « je ne sais pas ce qu’est le temps ». Moi aussi, avec la même surprise, je puis dire que je suis à la cour, que je parle de la cour,et que, Dieu le sait, je ne sais pas ce qu’est la cour. Cependant je sais que la cour n’est pas le temps. Elle est, il est vrai, temporelle, changeante et variée, localisée et nomade, car elle ne reste jamais dans le même état. Quand je la quitte je la connais parfaitement, mais à mon retour je ne trouve rien – ou peu – de ce que j’avais laissé ; devenu étranger moi-même, je vois une cour étrangère. C’est la même cour en fait, mais ses membres ne sont plus les mêmes. Si je devais définir la cour comme Porphyre définit le genre, peut-être ne mentirai-je pas si je dis qu’elle est une multitude d’objets ayant un certain lien avec un seul principe. En effet, nous sommes une multitude infinie avec un seul but : plaire à un seul homme. Aujourd’hui nous sommes une multitude, demain nous en serons une autre. Par contre, la cour ne change pas : elle est toujours la même » [suit une description de la cour comme un enfer] (trad. A.K. Bate, Turnhout, Brepols, 1993, p. 79).

Pour Gautier Map, la cour est un phénomène social (sans lieu désigné) ; c’est une organisation pérenne qui vient de la concentration du pouvoir autour d’un seul homme. Elle est l’expression sociale du système monarchique. Gautier Map a une vision négative de la cour.

Au XVIe siècle : Castiglione, Le livre du courtisan (1528)

« À messire Alfonso Ariosto[1](…)

Le genre littéraire du traité de bon comportement est en vogue avec les débuts de l’Humanisme. Il y a un souci constant d’éduquer à travers les mœurs et les valeurs de la cour (chasse, équitation, musique, danse, lettres, conversations, courtoisie).

Vous me demandez donc d’écrire quelle est, à mon avis, la forme de courtisanerie la plus convenable à un gentilhomme vivant à la cour des princes, par laquelle il puisse et sache parfaitement servir en toute chose raisonnable, pour acquérir leur faveur et les louanges des autres ; bref de quelle sorte doit être celui qui mérite le nom de parfait Courtisan »(p. 18)

[« Nous ne suivrons, dans ces livres, aucun ordre certain, ni aucune règle faite de préceptes distincts, comme ceux dont on a le plus souvent l’habitude de se servir quand on veut enseigner quelque chose que ce soit. Mais, à la manière de nombreux anciens, et renouant avec d’agréables souvenirs, nous rapporterons quelques propos qui ont été jadis tenus sur ce sujet par certains hommes très remarquables » (p. 19)]

« Sur les pentes de l’Apenin, presque au milieu de l’Italie, vers la mer Adriatique, est située, comme chacun sait, la petite cité d’Urbino. Bien qu’elle soit entre les montagnes qui ne sont peut-être pas aussi plaisantes que certaines autres que nous voyons en beaucoup d’endroits, le ciel lui a néanmoins été si favorable qu’alentour la campagne est la plus fertile du monde et pleine de fruits, de manière qu’outre la salubrité de l’air, il y a abondance de toute chose nécessaire à la vie humaine.

Parmi les plus grandes félicités que l’on peut lui attribuer, je crois que la principale est que, depuis longtemps déjà, elle a toujours été gouvernée par de très bons seigneurs (…). Nous pouvons avancer un bon témoignage de cela avec la glorieuse mémoire du duc Frederico, qui en son temps fut la lumière de l’Italie (…). Ce duc, entre autres actions dignes de louanges, édifia sur l’âpre et difficile site d’Urbino, un palais, selon l’opinion de beaucoup, le plus beau que l’on trouve dans toute l’Italie ; et il se fournit si bien de toutes choses utiles que ce ne semblait pas être un palais, mais une ville en forme de palais ; il l’emplit non seulement de ce dont on se sert ordinairement pour décorer les pièces, vases d’argent, riches draps d’or, de soie et d’autres choses semblables, mais à titre d’ornement, il y ajouta une infinité de statues anciennes de marbre et de bronze, de peintures très singulières, d’instruments de musique de toute sorte ; et il n’y voulut aucune chose qui ne fût très rare et très excellente. Il fit ensuite une grande dépense pour rassembler un grand nombre de très excellents et rares livres grecs, latins et hébreux, qu’il fit orner d’or et d’argent, estimant que c’était là la suprême excellence de son grand palais » (p. 19-21).

Dans ces extraits du Livre du courtisan, 1528, la cour est toujours une société (ici une ville en forme de palais) polarisée par un prince, mais elle est valorisée comme un modèle d’éducation, puisqu’elle est le sommet de la civilisation (œuvres d’art, livres rares, bon gouvernement, etc.). Le courtisan devient meilleur par les mœurs et par l’éducation. Il doit servir le Prince, donc l’État. Dans ce cas, la cour est localisée dans la ville d’Urbino, qui est la ville idéale, mais ce qui y est important, c’est le palais. En fait, Urbino apparaît comme un décor pour le palais, mais ne lui sert à rien. En effet si la cour est l’idéal de la civilisation, la ville de cour est la ville de résidence du prince ou du roi. Urbino est l’archétype de la ville de cour qui n’est rien sans la présence du palais.

Aux XVIIe-XVIIIe siècles : Saint-Simon, Mémoires (1693-1750)

Saint-Simon fait une chronique de la vie de cour sous Louis XIV. La cour tourne autour du roi.

Ces témoignages ne s’intéressent pas à la ville en tant que telle. Si elle apparaît, elle n’est qu’un décor.

Les positions des historiens

Bernard Guenée

Pour lui, « la cour est l’ensemble des personnes qui entourent un prince » (cf. Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval,1999, p. 246). Il dresse une généalogie de la cour depuis l’époque carolingienne.

  • La cour carolingienne est autour du palais (palatium). C’est un lieu de pouvoir, un foyer intellectuel, un lieu de formation des élites qui enfle lors de la sédentarisation hivernale.
  • Le mot cour (curia) apparaît dans un contexte féodal, au XIIe siècle, à l’époque où se formalise l’idéal de la courtoisie (curialitas). C’est une valorisation des qualités de la chevalerie et de la clergie (la culture), avec une codification des relations hommes / femmes (amour courtois). Une culture de cour spécifique prend naissance dans plusieurs foyers.
  • Au XIIIe siècle, la cour s’institutionnalise. Celle du roi reprend sa prééminence et se développe au point de se scinder en deux : l’Hôtel d’un côté, le Parlement de l’autre. L’administration s’autonomise. Toutefois, la cour royale est un lieu de pouvoir avec l’essor de l’État et de l’impôt, ce qui s’accompagne d’une augmentation des effectifs, d’une ritualisation et d’une sédentarisation.

Étienne Anheim

Pour E. Anheim, dans « Les sociétés de cour », Histoire du monde au XIVe siècle, 2009, la cour est un phénomène universel comme la monarchie. La cour est « l’entourage stable et structuré d’un individu exerçant un pouvoir capable de contrainte et pouvant être transmis à un successeur ». Les cours sont en réseau et subissent une homogénéisation à l’échelle continentale. Mais par-delà les continents, il existe des ressemblances formelles entre les cours, les mêmes causes ayant les mêmes effets :

  • Elles sont vouées à assurer la vie quotidienne du roi ou du prince (cf. structures logistiques et spirituelles).
  • Elles forment une société à part avec ses codes, ses rites, sa culture. Elles deviennent de plus en plus importantes et se sédentarisent (constitution de complexes palatiaux au XVe siècle (Paris, Mantoue, Pékin).
  • Ce sont des lieux de représentation. La cour est un théâtre. On crée du pouvoir par sa théâtralisation qui s’accompagne d’une littérature normative pour en décrire le fonctionnement.

Toutes les cours n’ont cependant pas le même rapport au pouvoir. Certaines cours sont des lieux de gouvernement, ce sont de véritables creusets de l’État et des machines à domestiquer les élites, comme la cour chinoise, à la fois lieu de contrôle par l’éducation et la culture mais aussi État dans l’État qui échappe aux mandarins. Mais la plupart des cours sont seulement le lieu de réunion des élites, l’expression d’une forme fédérale du pouvoir.

Agostino Paravicini-Bagliani

Dans la « conclusion » de La cour du Prince, 2011, A. Paravicini-Bagliani insiste sur la grande homogénéité des cours européennes, s’appuyant sur un héritage commun. Si la cour de France exerce une influence indéniable, celles des papes, des rois ibériques (etc.) sont aussi des acteurs majeurs. On observe une forme d’ajustement par la mise en réseau des cours et une acculturation multilatérale réciproque.

Jean-François Solnon, La cour de France, Paris, 1987

J.-F. Solnon est un moderniste qui ne voit pas de cour de France au Moyen-Âge. Pour lui, la cour est balbutiante sous Henri IV et Louis XIII et rayonne sous Louis XIV. La cour du roi-Soleil éblouit et sert d’archétype pour penser le phénomène. Pour Louis XIV, la cour est une scène de théâtre et le palais de Versailles, son décor.

Interprétations

On remarque ainsi une coupure entre les historiens médiévistes et les historiens modernistes, les premiers tendant vers l’universalité et les seconds étant focalisés sur Louis XIV. Pour eux, la cour de Louis XIV est l’archétype du phénomène à l’échelle de l’Occident, avec des répliques de Versailles jusqu’à Istanbul (cf. Norbert Elias). Cela donne lieu à plusieurs interprétations :

  • Interprétation biographique. La cour apparaît comme l’expression du caractère égotique, autoritaire de Louis XIV et de son incapacité à gouverner réellement (incapacité à comprendre la complexité de l’État). Il jouerait à gouverner pour masquer son incompétence (c’est la thèse de Saint-Simon validée par Daniel Dessert dans son introduction aux Mémoires)
  • Interprétation politique. La cour est un effet de la construction de l’État. Le contrôle des mœurs de la noblesse est un moyen de soumettre la grande noblesse au roi à l’État (cf. contexte de la Fronde)

En fait, il existe un surinvestissement historiographique du phénomène de cour dans la civilisation occidentale. L’historiographie met en valeur :

  • le rôle matriciel de la cour dans la naissance de l’État, notamment dans l’administration du royaume  (conseillers, chambellans, Parlement) ;
  • le rôle culturel, puisque la courtoisie naît à la cour de Champagne au XIIe siècle ; le premier humanisme émerge à la cour de Charles VI au XIVe siècle ; le deuxième humanisme apparaît avec François 1er ;
  • le rôle décisif des cours du XVIe siècle dans la naissance du capitalisme moderne, notamment par la demande en produits de luxe (cf. Werner Sombart, Luxe et capitalisme (1922) et Le capitalisme moderne, (1928)) ;
  • Le rôle anthropologique. L’éducation noble se diffuse dans la société et prépare la sujétion des individus à l’État (cf. Norbert Elias, La société de cour, 1969). Cette forme de sociabilité se prolonge dans le monde urbain (cf. Romagnoli, La ville et la cour, 1994). Se pose en fait la question de l’origine de la civilité : courtoisie ou urbanité ?
  • La cour permet finalement un tête-à-tête entre le mécène et l’artiste, ce qui lui permet de se libérer du cadre corporatiste (cf. Warnke, L’artiste et la cour, 1989).

La ville

La ville apparaît un peu dans l’historiographie de la cour, à travers les cérémonies (Guenée et Lehoux, Bryant) ; l’Hôtel, les palais, les villes de résidence comme Vincennes (Lalou et Chapelot) ou Versailles (sachant que le moment Louis XIV fixe aussi l’archétype des relations entre la ville et la cour avec une cour insoluble dans la ville). Dans le monde germanique, les historiens s’intéressent depuis longtemps aux villes. En effet, les villes de résidence curiale sont plus nombreuses, faute de capitale fixe (cf. travaux de la Residentzen Kommission depuis 1985). Les études bourguignonnes se sont intéressées à l’itinérance des ducs de Bourgogne (E. Lecuppre-Desjardin, P. Stabel). Dans le monde ibérique, les historiens s’y intéressent depuis les années 2000 (e-Spania, A. Beauchamp, Narbonna). Ces études se focalisent toujours sur des relations partant de la cour vers la ville.

L’essor récent de l’historiographie de la cour en ville

L’historiographie sur la cour en ville est récente. Elle se concentre sur les palais et l’architecture (cf. P. Boucheron), sur l’économie de luxe, les nobles. Les travaux sont rarement généraux (cf. Courbon et Menjot, 2015).

Pour Paris, les pionniers sont B. Guenée et Cl. Gauvard qui considèrent que Paris doit beaucoup à sa cour. Il existe des monographies, mais elles sont centrées sur le duc de Bourgogne à Paris (cf. W. Paravicini et B. Schnerb ; F. Berland). C. Bourlet et B. Bove ont montré que la noblesse en ville au XIIIe siècle est surtout curiale. Enfin, le colloque Paris,ville de cour (2017), tend à relativiser les effets de la cour sur Paris.

 La cour est ainsi un vieux sujet,souvent pensé à partir du modèle louis-quatorzien. Les historiens lui reconnaissent un effet puissant sur la civilisation des XVIe-XVIIsiècles. Seuls les médiévistes s’intéressent à la cour au Moyen Âge et lui accordent une place importante dans la civilisation. On parle peu des effets de la cour sur la ville. Si les pionniers ont tendance à lui donner une place importante, les travaux récents, notamment Paris, ville de cour, tendent à la relativiser.

Enjeux problématiques

Le premier enjeu est de bien distinguer les effets de la fonction capitale des effets de la fonction de résidence curiale. Au niveau économique, il faut faire une approche macro-économique de la présence de la cour sur la ville (est-ce une aubaine ou un inconvénient ?) ; une approche micro-économique (transformation de la structure économique, apparition de nouveaux métiers, relations entre les artisans-marchands et les gens de cour, rôle des Italiens). Quelles sont les influences de la cour sur le paysage urbain (construction de palais et hôtels) ? Quels sont les rapports des gens de cour à la ville à travers leurs testaments comparés à ceux des Parisiens ? Il s’agit de comprendre la spiritualité comme un indicateur de l’urbanité. Comment les princes s’insèrent-ils dans la ville (avec une comparaison entre Paris et Naples) ? D’où vient la civilisation des mœurs ? De la cour ? De la ville ? Tels sont les thèmes qui seront tour à tour abordés cette année.

Cécile Troadec, « Rome, ville de cour. Les effets macro-économiques de la cour sur l’économie romaine au XVe siècle »

Thèse soutenue en 2016, en cours de publication dans la collection de la BEFAR : Roma crescit. Une histoire économique et sociale de Rome au XVe siècle.

Élève à l’École française de Rome.

Quel est le rôle du facteur curial (cour pontificale et cours cardinalices) sur l’économie de Rome ? Quel est l’impact du retour du pape et de sa cour à Rome après le Grand schisme ? Au XVe siècle, Rome est le lieu de résidence du pape et la capitale des États pontificaux. Le retour du pape et de sa cour donne à la ville une nouvelle dimension. On peut comparer le XIVe et le XVe siècle.

La carte de Rome au début du XVIsiècle montre une partie non habitée dans la muraille aurélienne. Rome compte 25 000habitants au début du XVe siècle et 60 000 à la fin du siècle. L’histoire de la Rome médiévale a longtemps été vue comme une annexe de l’histoire de la papauté. À partir des années 1980, les historiens se focalisent sur la société urbaine en opposition à l’histoire pontificale. Récemment, la cour n’est plus vue comme un élément exogène à l’histoire de la ville.

À partir de Nicolas V, prend fin le sentiment de provisoire de la résidence pontificale à Rome. Jusqu’en1460, la cour reste itinérante. Les premiers palais cardinalices sont construits dans les années 1450. La présence de la curie entraine l’arrivée massive de capitaux dans la ville, ainsi que celle des grandes compagnies marchandes qui se concentrent dans le quartier Ponte. Cela entraîne un enrichissement généralisé de la ville.

Si on étudie l’évolution de la consommation, on constate une diversification des importations, d’après les registres de douanes (registres de Ripa et de Ripetta pour les importations fluviales et douane de San-Eustachio pour les importations terrestres). La présence ou l’absence du pape et de sa cour est visible dans les registres des douanes. Pie II est absent une grande partie de l’année 1460, ce qui entraîne une baisse des importations. Dès septembre 1460, on observe un rattrapage qui précède le retour du pape en octobre. Les contrats de location de logement incluent le facteur présence / absence du pape. Les loyers fluctuent en fonction de la présence ou l’absence de la curie. On remarque une  capacité d’adaptation dans les montants d’adjudication des douanes, ainsi qu’une fluctuation des prix du pain. Le marché romain a deux circuits d’échanges parallèles, dont un détaxé (le circuit pontifical). La cour a une fonction redistributive puisqu’une partie des marchandises est destinée à être revendue.

On remarque une augmentation et une diversification des importations, s’appuyant sur un marché de consommateurs atypiques (la curie et les nobles étrangers). En effet, la quantité de vin, de viande,de poisson consommés est en augmentation. Cela suppose une augmentation du niveau de vie (cf. Dogana delle Grascia (1459-1480)). L’alimentation carnée tient une place importante au XVe siècle. 40 000 têtes de bétail sont abattues par an : des ovins d’abord, puis des porcins et des bovins, auxquels il faut ajouter, les caprins, les viandes séchées et les animaux élevés sur place. Les veaux représentent 61% des bovins abattus. La consommation d’animaux jeunes est typique des milieux aisés. La consommation de viande bovine augmente de 5000 à 9000 bêtes (1459-1478), ce qui suppose la présence de populations aisées et une spécialisation des bouchers. Les rythmes saisonniers de la consommation de viande sont atypiques : il y a deux pics au printemps et à l’automne liés aux pèlerins qui consomment des ovins, viandes de qualité médiocre. On remarque une importance de la consommation de viande bovine en été. C’est une aristocratisation de la consommation. Un constat similaire peut être fait pour les importations de vins : il y a des différences entre les vins du Latium de médiocre de qualité et les vins de qualité, venant de loin surtout consommés en été. À partir de 1465, sous le pontificat de Paul II, les importations de vins navigués deviennent très élevées, ce qui souligne l’effet moteur de la cour sur la consommation. On voit comment la présence de la curie crée une dualité dans la consommation entre une consommation populaire et une consommation de l’élite.

La transformation des systèmes productifs

La présence de la cour a un effet sur l’agriculture par la réduction des terres emblavées au profit de l’élevage. Les papes agissent pour attirer des bras pour travailler sur les terres, mais les financements se tournent vers les activités urbaines plus lucratives. Les terres se concentrent entre les mains d’un petit groupe de propriétaires comme au XIIIe siècle. Les productions agricoles s’améliorent avec l’essor des froments et l’amélioration des cépages.

La production artisanale est importante,mais repose sur une importation de matières premières et de produits semi-manufacturés. Les fouilles archéologiques menées à partir de 1991 ont mis au jour des ateliers de production de céramiques très importants. Il y a une production de vaisselles de catégories médiocres pour répondre à la demande et de majoliques de meilleure qualité pour une clientèle qui connaît une amélioration de son niveau de vie. Des artisans étrangers viennent s’installer à Rome, ce qui favorise des transferts technologiques (cf. production de briques, de verre,de parchemin). Pour la céramique, le cas le plus spectaculaire est celui d’un potier de Brescia, Giovanni Boni, mort en 1520, qui possédait une maison-atelier sur le forum de Trajan. C’est un artisan lombard qui participe aux évolutions de la production de céramique. C’est également le cas pour l’armurerie, l’industrie de la soie ou l’orfèvrerie. La production artisanale en céramique répond à la demande des élites urbaines et à la demande courante (population et tavernes)

Le marché immobilier : évolution de l’accès au logement

Il apparaît une différence entre des biens de faible valeur (en florins courants) et des biens de grande valeur(en florins d’or ou ducats d’or). Au-delà de 250 fl., on passe dans le marché du luxe, destiné aux élites de la société romaine et aux étrangers qui s’installent dans les quartiers centraux. À partir de 1450, ce marché devient de plus en plus important en même temps que les travaux d’embellissement.

Cette expansion d’un marché immobilier du luxe contribue à asphyxier le marché immobilier intermédiaire, ce qui accentue les inégalités sociales. L’accès à la propriété devient de plus en plus difficile. Rome devient une ville de locataires et de sous-locataires. Seulement10% de la population romaine est propriétaire de son logement. C’est une rupture majeure avec la période précédente.

Si les loyers augmentent, les salaires restent stables, d’où une réduction du niveau de vie des populations les moins aisées. Les répercussions sociales n’ont pas échappé à la papauté qui prend des mesures pour protéger les locataires.

L’accentuation des inégalités sociales dans la 2nde moitié du XVe siècle s’accompagne d’une hiérarchisation des différents quartiers de Rome et d’une gentrification. Certains quartiers se détachent. Le quartier Regola est le quartier où les logements sont les plus coûteux, mais aussi San-Eustachio. Leur prestige est lié à la présence des demeures des cardinaux et de leurs proches,des membres de la curie, surtout à proximité du Vatican. La construction des palais a été facilitée par la franchise des droits de douanes pour l’importation des matériaux et par la facilité pour obtenir des permis de construire. Le principe d’expropriation a été étendu et facilité. À partir de 1475, le patrimoine acquis par les cardinaux ne revient plus au pape après leur mort. L’attractivité croissante des quartiers centraux dynamise le marché locatif et la pression immobilière. Le marché est moins tendu dans les quartiers périphériques.

Ainsi se remarque un processus de gentrification (front pionnier) dans les quartiers centraux avec une polarisation sociale de la ville.

Conclusion

Ces transformations ont été impulsées par le retour de la papauté et de la curie, mais il ne faut pas minimiser le dynamisme de Rome pour les périodes antérieures. Le rôle de la cour a été celui d’un catalyseur, elle a permis une accélération. Cet élan impulsé par le retour de la curie ne se fait pas dans la durée et un ralentissement se fait sentir avant même le sac de 1527, à cause de la faiblesse des investissements dans l’économie urbaine. Certains secteurs ont été favorisés aux dépens d’autres. Les inégalités sociales se sont renforcées. Rome apparaît comme une ville en voie de métropolisation.

Discussion

Boris Bove (BB) : Le sujet est parfaitement planté pour l’année. La cour du pape compte combien de personnes ? Quel budget ? C’est difficile à apprécier à partir des registres de douanes. Qui compose la « cour du pape » ? Y a-t-il des hôtels ?

Cécile Troadec (CT) n’a pas de données précises.

BB : L’étude explore un chemin assez rare de la ville vers la cour. Le secteur des travaux est un secteur fort d’investissement dans l’économie et est associé à des privilèges, avec extension du droit d’expropriation.

CT : sous le pontificat de Sixte IV, des mesures sont prises pour favoriser les expropriations dans le nord de Rome. Il y a de très fortes réticences aux expropriations. On expulse des propriétaires dont les maisons empiètent sur les voies.

Simone Roux (SR) : ces gens modestes étaient-ils vraiment propriétaires ?

CT : le sol appartenait à des monastères.

SR : qui est propriétaire à Rome ? L’agrandissement d’un palais à Paris supposait de racheter la propriété du sol et de rembourser un seigneur qui avait un droit supérieur de propriété.

BB : à Paris, un propriétaire peut refuser de vendre. La propriété est une des libertés fondamentales.

Caroline Bourlet (CB) : à Rome, la propriété n’a pas le même schéma qu’à Paris. Le droit du sol n’est pas le même à Rome et à Paris.

Julie Claustre (JC) : sur la carte, il y a un grand espace vide alors que le marché locatif se tend. Comment cela se fait ?

CT : il y a une densification de l’habitat sur le fleuve, dans les quartiers déjà habités du centre dans un premier temps. Les espaces interstitiels sont d’abord bâtis, avec une fragmentation et des lotissements vers le nord. L’extension se fait aux XVIe-XVIIe siècles.

SR : il faut réfléchir sur la notion de ce qui est loin et dece qui est près.

BB : le pouvoir polarise à un seul endroit.

CT : l’ancienne centralité à Rome était autour du Capitole. Il y a eu un renversement avec le retour de la curie.

Marlène Helias-Baron (MHB) : comment expliquer la partie non urbanisée à l’intérieur de la muraille d’Aurélien ? Est-ce que ce sont des emblavures ? des marais ? présence de moustiques ?

CT : ce sont des enclos maraîchers. Il y en a 25 000. Ce sont des parcelles de tailles diverses aux mains des familles romaines.

Benoît Descamps (BD) : les sources sur l’approvisionnement font rêver. Pourquoi le prix du pain augmente-t-il en l’absence du pape ?

CT : le pape a fixé un prix maximum mais quand il est absent, il n’est plus respecté.

SR : le prix du pain et le poids du pain sont des données essentielles.

BB : on remarque l’affolement économique que provoquent l’arrivée et le départ du pape. Rome n’est pas une petite ville, comment l’expliquer ? D’où la question sur le nombre de personnes présentes à la cour du pape. Quelle est la structure de l’économie romaine ? Peut-être n’est-elle pas si diversifiée ? À Gand par exemple, cela bouge peu lorsque le duc arrive ou part.

CT : La cour est composée de grands aristocrates. Pour la production artisanale, l’historiographie a longtemps pensé qu’elle était très faible.

CB : il y a un effet moteur de la présence de la cour dans l’activité artisanale. Le travail n’a pas été fait pour la métallurgie et les autres activités de luxe. Il faut voir la date à partir de laquelle ces activités prennent leur essor.

SR : il faut que cela soit rentable par rapport aux autres villes.

CB : le pape peut avoir intérêt à développer ces activités.

Isabelle Vérité (IV) : Il faut savoir d’où viennent les papes de manière précise.

CT : les papes sont tous italiens au XVe siècle.

CS : consommation de viande est-elle en proportion ou en nombre ? Le nombre de porcs et d’ovins est très élevé pendant l’Avent et le Carême, deux périodes de jeûne, ce qui est paradoxal.

CT : ce sont des animaux achetés sur pied et sans doute abattus plus tard.

Boris Bove, « Les effets macro-économiques de la cour sur l’économie parisienne »

Bernard Guenée s’appuie sur les témoignages des contemporains de Charles VI pour qui la cour soutient l’économie de la ville et en fait la fortune. Eustache Deschamps par exemple chante ainsi Paris :

« Cité en tout incomparable,

Où chacun peut devenir riche,

Paris qui n’eut jamais d’égale,

Qui reste en ton sein ne craint rien

Et moi je m’apprête à rester chez toi.

Un million de pauvres, grâce à toi

S’enrichissent ; voilà pourquoi je peine ».

Anthologie,éd. et trad. Dauphant C., Paris,2014, p. 121 (n° CLXXI).

Pour Christine de Pizan (dossier, p. 5), la cour peut menacer le peuple de Paris, notamment sur le plan de l’approvisionnement. Enfin, Alain Chartrier (dossier, p. 5) fait dire au Chevalier que Paris est un gouffre qui a absorbé tous les impôts levés pour la protection du royaume.

Claude Gauvard chiffre la population des hôtels princiers pour souligner le poids démographique de la cour dans la ville. Elle estime qu’il y aurait environ 5 000-10 000 personnes sur peut-être100 000 habitants au XVe siècle, soit de 5 à 10% de la population. Dans ces conditions, la cour aurait un effet significatif sur la ville.

Florence Berland, étudiant les archives comptables du duc de Bourgogne, a pu calculer la dépense journalière de l’hôtel du duc de Bourgogne en la rapportant à la richesse de la ville et a estimé que cela représentait 2,65% de l’ensemble parisien (dont l’essentiel comprend des produits de luxe).

Ainsi ces trois études valorisent les effets macro-économiques de la cour dans Paris seulement à l’époque de Charles VI,sans prendre le sujet dans sa globalité.

Dans ces conditions, est-il possible de chiffrer la consommation curiale entre 1300 et 1400 et de la rapporter à l’économie de la ville ? C’est un problème méthodologique intéressant puisqu’il n’existe pas d’indicateur évident. Il faut en effet construire des données macro-économiques en croisant de très nombreuses sources.

La méthode et le cas bourguignon

La méthode suivie est celle de Peter Stabel, dans son article : « For Mutual Benefit ? Courtand City in the Burgundian Low Countries », S.J. Gunn et A. Janse (dir.),The court as a stage : England and the Low Countries in the later MiddleAges, Woodbridge, UK, The Boydell Press, 2006, p. 101-117.

Il a étudié le poids de la cour dans les villes flamandes en menant une critique des études bourguignonnes.

  • Pour lui, il faut distinguer les dépenses de luxe (qui ne sont pas forcément locales) des dépenses ordinaires (qui sont locales). En effet, pour le luxe, le lieu d’achat ne coïncide pas avec l’itinéraire et la localisation du duc : la géographie des achats de luxe coïncide avec celle du commerce international (Bruges, Bruxelles, Gand, Anvers). L’essentiel du budget est formé par les dépenses ordinaires (foin, bois, chandelles). Le luxe ne forme ainsi pas la majorité du budget du duc (36%). Il faut bien distinguer les deux économies : l’économie locale et les circuits internationaux.
  • Comment estimer le poids de l’économie curiale par rapport à l’économie urbaine ? Prendre la dépense totale n’est pas pertinent, car la dépense curiale n’est pas comparable à la dépense urbaine. En outre, seul le bénéfice vient réellement enrichir l’économie urbaine, or il est impossible à distinguer au sein de la dépense qui indique seulement le chiffre d’affaire des fournisseurs et non leur marge. Ce qui doit être pris en compte ce sont les revenus des gens d’hôtel, leurs gages, qui peuvent être comparés avec les revenus des citadins (formant un agrégat sous le nom de « revenu urbain cumulé »). Il s’agit de prendre le salaire d’un maître de métier et de le multiplier par le nombre de foyers, ce qui permet d’obtenir une sorte de PNB urbain médiéval. Cela permet de comparer le flux d’argent suscité par la ville et de le comparer au flux d’argent suscité par les gens de cour.
  en Flandre     
Gand     % Bruges     %
Oudenarde         %
Courtrai        %
% dépense totale
avec serviteurs
et chevaux / revenu urbain
7 740 5,8 7,7 49,8 43,5
Population
des villes
  60 000 45 000 7 000 8 000

Ainsi à Gand (60 000 habitants), le poids de la cour du duc de Bourgogne sur la ville tourne autour de 6% ; à Bruges (45 000 habitants) autour de 8%, mais à Courtrai (10 000 hab.), de 43%. Une loi peut être tirée de ces comparaisons : la cour pèse d’autant plus lourd sur l’économie urbaine que la population est réduite.

  • Il faut enfin rapporter les dépenses au temps de présence de la cour dans la ville, ce qui est permis par l’étude des itinéraires. Le duc circule énormément et ne reste jamais longtemps dans une même ville. Le rôle de la cour en termes d’impact économique est ainsi limité : 0,7% pour Bruges, 0,4% pour Gand, 2,3% pour Courtrai.

P. Stabel en conclut que le rôle de la cour est important dans la définition de la mode et du goût mais que son impact économique sur les villes est limité. La demande ducale est finalement trop marginale pour transformer les réseaux économiques dans une région économiquement très intégrée. Les ducs ont tendance à choisir leur ville de résidence en fonction d’impératifs politiques. Il renvoie au XVIe siècle les effets macro-économiques de la cour et sa sédentarisation.

Le cas parisien : la comptabilité royale

La méthode suivie est un essai de comptabilité publique à partir des comptes de 1300 et de 1400.

Sachant que la structure comptable de l’Hôtel (Hôtel, Argenterie, Garnison de vins, Hôtel de la reine) est en place avant 1300, les comptes royaux sont donc comparables. Sous Charles VI néanmoins, deux nouveautés sont introduites : la Vénerie et la Fauconnerie (mais ce sont deux petits budgets), ainsi que l’Épargne (budget politique) (dossier, p. 5).  Dans ces conditions, le budget de l’Hôtel est le suivant :

  • au XIIIe siècle : 60 000 livres p.
  • sous Philippe IV : 160 000 livres p.
  • au XIVe siècle : 100 000 livres p.
  • après 1420 : 40 000 livres p.

Ce budget suit les événements politiques. Le boom observé sous Philippe le Bel est lié aux débuts de la dépense somptuaire dans Paris (sachant que le budget de Louis IX avait sans doute été gonflé par la croisade). Au XIVe siècle, la guerre de Cent ans (et pas la Peste) introduit une diminution, mais c’est surtout l’occupation anglaise qui provoque un effondrement. L’argent vient du domaine pour 4,7% et 32,7% vient des aides. En fait l’impôt finance l’Hôtel.

Concernant la structure de la dépense, si on considère que l’Argenterie, c’est le luxe, alors que le budget de l’Hôtel correspond aux dépenses ordinaires, on peut avancer que la proportion est de 1/3 pour le luxe contre 2/3 pour les dépenses ordinaires – ce qui avait été observé pour les ducs de Bourgogne. En fait, toutes les marchandises viennent de Paris ou sont importées par les marchands parisiens : en général, l’argentier achète à des marchands parisiens sauf en 1353, ce qui aurait provoqué la colère d’Étienne Marcel (selon R. Cazelles). Ainsi, la structure de la dépense a un double effet sur l’économie parisienne à la fois sur le secteur du luxe et sur le secteur ordinaire.

Reste la question du temps de présence de la cour à Paris qui peut être connue grâce aux itinéraires royaux. En 1300, Philippe IV est présent à Paris 19% de son temps, mais cela monte à 42% si on étend l’étude à l’Île-de-France (Vincennes, Poissy, Saint-Germain-en-Laye). Sous Charles VI avant 1392, il passe 48% de son temps à Paris et 73% en Île-de-France. En général, Jean II le Bon, Charles V et Charles VI sont très Parisiens.

Le poids de l’Hôtel royal dans l’économie urbaine

Il s’agit de comparer les flux monétaires générés par la cour avec ceux générés par la ville. Il ne faut pas prendre la dépense de l’Hôtel comme repère, car on en viendrait à confondre le chiffre d’affaire et le bénéfice, or seul le bénéfice est réellement introduit dans l’économie urbaine. Par exemple, F. Berland prenant en compte la dépense globale de l’hôtel du duc de Bourgogne, en vient à surestimer l’impact de la cour ducale sur l’économie parisienne. Dans ces conditions, il faut se focaliser sur les gages des officiers qui relèvent de l’indemnité et sont probablement dépensés sur place. Cela permettra de comparer les masses salariales générées par la cour et par la ville (ce que P. Stabel appelle le« revenu urbain global »).

Pour la masse salariale curiale, il faut multiplier le salaire individuel par le nombre de serviteurs.

  • Concernant le poids des salaires, l’ordonnance de 1387 permet de donner des pistes. Le salaire combine les gages, des salaires en nature, des  livraisons de bois de chauffe, les chandelles, le vin de coucher, les gages de valet, la forge et hostellage, ainsi que le repas d’un valet ou écuyer en salle. Les gages représentent 13% du budget de l’Hôtel royal.
  • Concernant le nombre de serviteurs, l’ordonnance de 1387 permet de compter 421 personnes, mais seulement 216 d’entre elles sont présentes ensemble (-50%) avec 81 serviteurs non gagés, mais mangeant à la cour. Cela donne 297 personnes présentes en même temps à la cour (-31%), mais seulement 130 « mangeant en salle ». Le choix est de conserver le chiffre brut : 421 en 1387 ; 600 personnes en 1406 (d’après l’organisation d’une procession pour la Chandeleur prévoyant l’achat de 600cierges). Cela donne des gages moyens annuels de 31 livres en 1387 et de 20 livres en 1406.

Pour l’époque de Philippe le Bel, Élisabeth Lalou propose le chiffre de 250 personnes.

Pour la masse salaire urbaine, il faut multiplier le salaire individuel par le nombre de feux. Pour le salaire individuel, la seule information facile à trouver est celui des valets maçons. D’après Geremek (Le salariat, p. 85), en 1300, un valet maçon est payé 8 deniers par jour. En 1400, selon Baulant (Annales, 1971), il est payé 24deniers parisis par jour. Sous Philippe IV, le salaire est plus faible que sous Charles VI. L’augmentation est liée à la peste qui a provoqué une saignée démographique.  

Pour l’estimation de la population parisienne, on peut avancer que Paris et Saint-Marcel comptaient, en1328, 61 098 feux, soit peut-être 275 000 habitants, ce qui n’est pas impossible. En effet, les densités au cœur de la ville sont importantes et les faubourgs dynamiques. La parade de la milice parisienne  en 1313 selon Geoffroi de Paris aurait rassemblé 20 000 cavaliers et 30 000 fantassins, ce qui est sans doute exagéré mais souligne l’importance démographique de la ville. En 1400, il est impossible de savoir. Toutefois, en dépit de la peste, les faubourgs ont résisté, comme le montre l’extension urbaine soulignée par la disparition des jardins et la construction de nouvelles enceintes. La ville résiste démographiquement. En 1382, lors de la révolte des Maillotins, la Milice peut rassembler 20 000 fantassins pour la bataille. Jean Favier pense que la population de 1400 a retrouvé le niveau de 1300, mais aurait chuté de moitié en1430. Pour être plus prudent, on peut avancer que la population de 1400tournerait autour de 70% de celle de 1300. Mais au final, le revenu urbain passe de 1 million de livres parisis en 1300 à 2 millions en 1400 sous l’effet de la hausse des salaires.

À partir de ces estimations, on peut calculer l’apport financier de la cour à l’économie urbaine (dossier, p.5). Le revenu de l’Hôtel à Paris par rapport au revenu urbain représenterait0,2% en 1300 ; 0,3% en 1390 et 0,6% en 1400. Le revenu de l’Hôtel en Île-de France par rapport au revenu urbain : 0,5% en 1300 ; 0,4% en1390 ; 0,6% en 1400. Dans ces conditions, le poids des gens de l’Hôtel du roi dans l’économie parisienne est minime par rapport à l’économie urbaine. Il faudrait donc prendre en compte l’ensemble de la cour, c’est-à-dire tous les hôtels princiers.

Le poids des Hôtels curiaux sur l’économie urbaine

En 1300, on compte 87 maisonnées de princes, nobles et prélats ; en 1400 : 110 maisonnées (à distinguer des résidences, un curial pouvant en posséder plusieurs).

Concernant leurs effectifs, nous disposons de quelques points de repères :

  •  Pour les Hôtels des oncles de Charles VI, il y aurait 245 personnes pour le duc de Berry ; 292 pour le duc de Bourgogne ; 255 pour le duc d’Orléans et peut-être 250 pour le duc de Bourbon et la reine Isabeau ;
  • D’après le testament du connétable Raoul d’Eu en1345, son Hôtel compterait 50 personnes (Raoul d’Eu se situe socialement à la frontière entre les nobles et les princes).

À partir de ces données, une modélisation peut être proposée.

En 1345, la hiérarchie des hôtels royaux et princiers pourrait être la suivante :

  • 300 personnes pour l’Hôtel du roi ;
  • 150 personnes pour les princes du sang (50%) ;
  • 70 pour les hôtels des membres de la famille royale (50%) ;
  • 30 pour les hôtels des nobles (50%) ;
  • 15 pour les hôtels épiscopaux (à cause de la modestie de leur habitat).

On peut estimer que les hôtels rassemblaient 2500 personnes en 1300, 6500 personnes vers 1390, 8500 personnes en 1400, ce qui est comparable à la population estudiantine. Ils représenteraient 5% de la population, mais ils ne sont pas tous présents en même temps (-30%) et en plus le roi n’est pas toujours là. Pour calculer leur poids économique, il faut considérer que tous ces agents avaient le même niveau de gages que les officiers de l’Hôtel du roi, ce qui représenterait 2,4% du revenu urbain en 1300 et 4,1% vers 1390 et 8% en 1400. Ce qui est finalement surestimé car cela ne tient pas compte du service par roulement.

Si Paris bénéficie d’un surcroît régulier grâce à la cour, cette dernière n’écrase pas la ville. Toutefois sa présence établit un climat de confiance qui soutient les prix, d’où l’absence de crise immobilière avant les années 1430.

La cour fait partie du paysage urbain dès Philippe IV, même si elle est itinérante. Elle reste à proximité de Paris et sa présence rassure tout le monde. À l’échelle de l’économie globale de la ville, la cour reste marginale.

Son poids devient pourtant massif avec Charles VI. Elle a un rôle d’amortisseur pour la crise de la fin du Moyen-Âge. La perception des contemporains est juste mais correspond à une conjoncture particulière. La reconstruction flamboyante de la fin du XVe siècle se fait sans la cour, ce sont les fabriques, les bourgeois, les gens du Parlement qui ont financé les églises puisque la cour est dans le Val de Loire. L’économie de la capitale est tellement diversifiée que la cour n’a que peu d’impact sur elle. La ville cumule les fonctions économiques (marchands de Paris), intellectuelles (Université), religieuses (cathédrale et monastères).

Discussion

JC revient sur la question du salaire. Elle n’est pas convaincue par Stabel. Concernant le salaire, son impact direct sur le fonctionnement d’un grand nombre de boutiques est faible. Pour les orfèvres par exemple, ce qui coûte, c’est la matière première et pas le salaire.

BB : pour les études macro-économiques, nous sommes prisonniers des comptes de l’hôtel et du Ménagier, sinon nous faisons de la microéconomie,mais il est impossible d’extrapoler sans danger. Peut-être faudrait-il étudier La cour à travers la propriété foncière et les épitaphiers. Avant 1300, il y a peu d’épitaphes de nobles puis, avec Philippe IV, leur nombre augmente de manière considérable. La ville est déjà structurée au milieu du XIIIsiècle.

SR : dans les histoires de Paris, la ville produit tout ce dont la cour a besoin. Elle est déjà structurée avant l’arrivée de la cour.

BB : Paris n’est pas une ville née de la cour (comme Versailles).

CT : Rome au XIVe siècle a une vie économique structurée.

BD : il faut voir la consommation plus que les dépenses, comme la consommation de viande. Ces hôtels ont leurs propres filières d’approvisionnement. Le Ménagier de Paris fait une moyenne sur l’année en prenant en compte le Carême et les semaines sans viande. Les dépenses ordinaires concernent l’alimentation. Un train de vie luxueux suppose une table garnie.

BB : l’idée de Stabel est de s’appuyer sur les circuits économiques. Les moutons sont pris à proximité pour les villes de Flandre,alors que les épices viennent de loin.

CB : pour le roi de France, il peut faire ses dépenses à Paris et, même s’il n’est pas à Paris, il peut acheter à Paris. Tout cela repose sur une économie globale interrégionale. Quelle est la retombée des achats de la cour sur la diversification des activités à Paris et sur la division du travail ? Il existe de nombreuses activités parisiennes nées de la présence du roi et de la cour (cf. soie). Qui travaille derrière ?

BB : à l’échelle macro-économique, on brasse des généralités. Il faut laisser de la place aux exemples et aux contre-exemples.

JC : comment pondérer la modélisation des comportements dans Paris ? Quelle est la place des bourgeois qui imitent la cour ?

BD : d’après le Ménagier de Paris, les recettes somptueuses sont une imitation des pratiques nobiliaires et curiales.

BB : les chiffres peuvent être faux, mais la ville a ses propres ressources. La fonction capitale est signifiante.

Prochain séminaire : vendredi 9 décembre 2018



[1] Ami de Castiglione, membre de la cour du duc d’Este, mort en 1525. Castiglione le tenait pour l’incarnation du parfait courtisan et lui fit lire son manuscrit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.