Étude des enluminures d’un ms. de Saint-Amand du XIe s. par PIXE, spectrophotocolorimétrie et diffraction de rayons X

Myriam ÉVENO (Communication du 22 mai 2003)

L’abbaye de Saint-Amand-les-Eaux a été l’une des plus riches bibliothèques monastiques du Nord de la France. Fondée au VIIe siècle, elle connut deux grandes périodes de prospérité, la première à l’époque carolingienne et la seconde au XIIe siècle. L’enluminure fut remarquable à ces deux époques, avec la naissance du style franco-saxon au VIIIe siècle et l’œuvre de Sawalon au XIIe siècle. Nous présentons ici les résultats d’analyse des enluminures d’un sacramentaire du IXe siècle conservé à la Bibliothèque nationale de France, le manuscrit latin 2290. Ce manuscrit prestigieux a été réalisé pour l’abbaye de Saint-Denis. Il est écrit à l’encre brune, verte et rouge, certaines lettres sont à l’encre d’or. Six folios sont enluminés : f. 17v, f. 18, f. 18v, f. 19, f. 19v, f. 20. L’usage d’entrelacs, de lignes de pointillés ainsi que de têtes d’animaux est caractéristique du style franco-saxon.

Paris, Bibliothèque nationale de France, latin 2290, f. 20 (IXe   siècle).

Paris, Bibliothèque nationale de France, latin 2290, f. 20 (IXe siècle).

Cette étude concerne l’identification des pigments et des colorants et pour cela trois techniques d’analyse non destructive bien adaptées à l’étude des manuscrits ont été employées : l’analyse PIXE (Particle Induced X-ray Emission), la spectrophotocolorimétrie et la diffraction de rayons X.

Un certain nombre de pigments et colorants ont pu ainsi être identifiés.

Ces trois techniques analytiques ont été choisies car elles apportent des informations complémentaires :

  • PIXE (Particle Induced X-ray Emission), informe sur la composition chimique élémentaire.
  • La spectrophotocolorimétrie permet l’identification de pigments ou de colorants par comparaison avec une base de données de composés de références.
  • La diffraction de rayons X identifie les composés cristallisés.

Les enluminures

Les enluminures ont été peintes à partir de sept couleurs : du bleu clair et du bleu sombre, du jaune clair, du rouge vif, différents rouges sombres, du brun, ainsi que du vert. De l’or en poudre a aussi été employé abondamment.

Paris, Bibliothèque nationale de France, latin 2290, IXe  siècle Détail f. 20 : aperçu des différentes couleurs.

Paris, Bibliothèque nationale de France, latin 2290, IXe siècle
Détail f. 20 : aperçu des différentes couleurs.

Les décors bleu clair ont été peints avec du lapis lazuli identifié par les trois méthodes analytiques. Il est très intéressant de noter l’emploi de ce pigment dans une enluminure dès le IXe siècle. Le bleu sombre est réalisé à partir d’indigo plus communément employé à cette période. Ce composé organique a pu être identifié grâce à la spectrophotocolorimétrie.

Courbes spectrophotocolorimétriques obtenues sur le f. 17v° et le f. 18  ainsi que sur de l’indigo de référence.

Courbes spectrophotocolorimétriques obtenues sur le f. 17v° et le f. 18
ainsi que sur de l’indigo de référence.

  • Le pigment jaune, de l’orpiment, a été caractérisé par PIXE.
  • Le rouge vif est du vermillon probablement mélangé à du minium. L’analyse par PIXE détecte en effet la présence de soufre, de mercure et de plomb.
  • Les différents rouges sombres organiques n’ont pas pu être identifiés avec certitude par manque de références. Il semble cependant qu’un rouge de la famille des orcéines a pu être employé pour réaliser certains détails.
  • Les bruns ont la même composition chimique que l’encre brune.
  • Le pigment vert est un composé au cuivre contenant aussi du zinc, du plomb et de l’arsenic.
  • La dorure en poudre est un or contenant 5,6 à 8,0 % d’argent et 0,3 à 2,6 % de cuivre.
Détail de la dorure en poudre.

Détail de la dorure en poudre.

Les encres

  • L’encre brune, encre ferro-gallique est caractérisée par la présence de soufre, de potassium et de fer.
  • L’encre verte est de même composition que le pigment vert.
  • L’encre rouge, contrairement à la peinture rouge ne contient que du vermillon.

Cette étude sur les manuscrits de Saint-Amand va se poursuivre sur d’autres ouvrages dans le but de comparer les techniques et les matériaux des enlumineurs à différentes époques.

Myriam ÉVENO (BnF, Laboratoire du service de restauration)

Élément de bibliographie

Éveno Myriam, Duval Alain, Dubus Michel, Elias Mady, « Study of a 9th century illuminated manuscript from Saint Amand by PIXE, spectrophotometry and X-ray diffraction », Art 2002, Non-destructive Testing and microanalysis for the diagnostics and conservation of the cultural and environmental heritage, Anvers 2-5 juin 2002

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/8.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search