Séminaire d’Histoire de Paris [4] du 15 février 2019 : « Les hôtels aristocratiques »

Une seule intervention a eu lieu, Bénédicte Perfumo s’étant excusée.

Le séminaire s’ouvre sur une annonce de Caroline Bourlet à propos de la politique scientifique du gouvernement hongrois.

Boris Bove, « Les hôtels aristocratiques des monuments parisiens ? »

Boris Bove annonce la publication du quatrième tome de La cour amoureuse dite de Charles VI par Carla Bozzolo et Hélène Loyau.

Introduction

L’intérêt pour les hôtels aristocratiques est déjà ancien dans l’historiographie. Les premières listes datent de la fin du XVIe siècle. La première étude approfondie a été faite par Henri Sauval au XVIIe siècle. Une partie des Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris leur est en effet consacrée. Adolphe Berty a ensuite produit une étude scientifique sur tout le territoire de l’ouest de la ville au XIXe siècle (Topographie historique du vieux Paris). Entre 1880 et 1930, de nombreuses monographies par hôtel ont été publiées, en particulier par Charles Sellier et Léon Mirot, mais aussi par un certain nombre de chartistes. Enfin, une exposition aux Archives nationales en 2012 a donné lieu à la publication d’un catalogue (La Demeure médiévale à Paris) et d’un répertoire des hôtels.

Le problème est qu’aucun historien n’a jamais donné de définition, et, sans définition, aucune synthèse n’est possible, même si Simone Roux en a proposé une première ébauche (Simone Roux, « Résidences princières parisiennes : l’exemple de l’hôtel de Bourbon, fin XIVe-milieu XVe siècle », dans Patze H. et Paravicini W. (dir.), Fürstliche Résidenzen im spätmittelalterlichen Europa, Sigmaringen, 1991, p. 75-101).

Cela s’explique par un effet de source. Il existe en effet peu de traces matérielles de ces hôtels, puisque les élévations ont généralement disparu. Quelques vestiges subsistent, comme l’hôtel de Cluny ou de Sens. Il en reste parfois quelques dessins, mais la majorité des sources graphiques concerne les hôtels modernes. Il n’existe pas beaucoup de relevés pour les hôtels du Moyen Âge, sauf pour l’hôtel de Harcourt qui a bénéficié d’un relevé avant sa destruction au XIXe siècle. Par ailleurs les dessins et miniatures médiévaux sont peu fiables et les plans du XVIe siècle déforment l’architecture.

Les sources documentaires sur le bâti sont également rares. Dans les archives princières, peuvent se trouver des mentions dans les comptes en cas de travaux (cf. duc de Bourgogne). Les seules sources documentaires abondantes sont finalement les sources foncières parisiennes (cf. criée de l’hôtel d’Armagnac en 1460 conservée aux Archives nationales), mais elles portent sur la propriété et non sur le bâti.

Comme personne ne définit ce qu’est l’hôtel aristocratique, il est difficile de mener une enquête rigoureuse. Deux voies sont néanmoins possibles pour le faire :

  • Partir d’une définition architecturale : l’hôtel aristocratique serait vu comme une « demeure de qualité » qui se distinguerait de la « maison ordinaire » ou de la « maison de marchand ». C’est une nomenclature utilisée par les historiens de l’art, mais qui n’est jamais définie précisément. L’enquête archéologique menée sur les caves (Bénédicte Perfumo) pourrait être la voie la plus prometteuse dans cette direction.
  • On peut aussi partir d’une définition sociale : l’hôtel aristocratique serait un objet social. Dans ces conditions, est un hôtel aristocratique toute propriété des gens de cour, entendus comme les nobles de province qui fréquentent la personne royale (cf. mémoire de l’Habilitation à diriger des recherches de Boris Bove, Habiter la ville. Paris et la noblesse de cour au XIVe siècle).

La question posée par cette communication partira de cette définition sociale pour cerner l’apparence des hôtels aristocratiques à Paris au Moyen Âge.

Les hôtels aristocratiques, des monuments parisiens ?

Pour savoir à quoi ressemble l’habitat des gens de cour, Boris Bove part de la définition sociale qu’il a proposée dans l’introduction. Il pose notamment la question de la monumentalité, c’est-à-dire de l’apparence réelle de ces hôtels et de leur apparence perçue. « Monument » vient en effet de moneo, monere « se souvenir ». L’habitat est donc porteur de mémoire, de perception, de communication. Ces hôtels aristocratiques sont-ils remarquables ? Sont-ils remarqués par les Parisiens ?

Le premier problème à résoudre est de définir qui sont les gens de cour. Ont été éliminés les bourgeois et les conseillers des cours souveraines qui sont des Parisiens. Les gens de cour sont un ensemble vaste qui comprend la famille royale (jusqu’au 5e degré), les autres nobles (chevaliers, écuyers), les évêques. Parmi ces gens de cour, faut-il compter les abbés ? La question se pose à cause de l’hôtel de Cluny. Fait-il partie du corpus des hôtels aristocratiques ? Est-il représentatif des hôtels abbatiaux ? L’étude du marché immobilier montre que les abbés ne se comportent pas comme les gens de cour, parce qu’ils ne possèdent pas les maisons à titre individuel. Ce sont en effet des propriétés institutionnelles, alors que pour les évêques, l’hôtel est pour la majorité possédé à titre privé, l’évêque rachetant l’hôtel aux héritiers de son prédécesseur. La localisation des hôtels d’abbaye est le long du fleuve, indique que ce sont surtout des celliers. Par ailleurs, lorsque nous disposons des listes des conseillers du roi, comme en 1406 et 1407, parmi les 50 et 25 conseillers, sont présents un quart d’évêques, mais seulement un abbé. Les abbés n’ont donc pas pour vocation d’être conseillers du roi. Par ailleurs, il existe une bonne corrélation entre la liste des conseillers de 1406 et 1407 et celle des propriétaires d’hôtels (même le recoupement n’est possible que pour 50 % d’entre eux, sans doute faute d’informations).

Le deuxième problème auquel est confronté Boris Bove est de savoir comment cerner les hôtels de ces gens de cour. Sachant que la documentation foncière s’intéresse davantage à la propriété qu’au bâti, Boris Bove s’est focalisé sur la propriété et sur les mentions de surface (qui existent en 1400 et non en 1300). En 1400, environs 200 gens de cour ont une propriété sur Paris, dont 154 ont des propriétés bien délimitées.

Boris Bove souhaite tracer le portrait-robot de ces demeures de gens de cour. Pour caractériser leur habitat, il faut mener une étude du tissu urbain en évaluant les dimensions de la propriété ainsi que sa place dans le tissu urbain. En général, ces hôtels occupent beaucoup de place pour accueillir une grande maisonnée. Or les gens de cours investissent Paris à la fin du XIIIe siècle, alors que la ville est déjà urbanisée : ils doivent donc affronter un parcellaire morcelé et se plier aux lois du marché. Ainsi, le marché foncier parisien a conduit à l’existence de parcelles à la mesure des besoins des habitants, c’est-à-dire des petites propriétés de 300 m² en moyenne (ce qui est encore visible dans le plan de Vasserot au début du XIXe siècle). Les expropriations ne sont pas possibles et les confiscations sont rares (réservées aux traitres). Reste donc à acheter les parcelles une à une pour constituer une grande propriété par remembrement.

Ceci étant posé, Boris Bove peut proposer des caractéristiques communes pour les hôtels aristocratiques :

  • 1ère caractéristique : des propriétés de grande taille (3500 m² en moyenne). Leurs surfaces vont de 500 à 40 000 m². Ces propriétés sont donc imposantes au sol. Lors du remembrement pour construire l’hôtel du roi de Navarre en 1355, 10 à 12 « maisons » (cad parcelles) ont dû être rachetées pour obtenir un bloc suffisant pour bâtir une demeure répondant aux besoins du roi (pour loger une suite nombreuse et organiser des fêtes). Cette conquête de l’ilot est très lente : le duc de Bourbon met un siècle pour racheter 30 parcelles (pour un coût total de 10 000 livres). Comme l’expropriation est impossible, il faut que les propriétaires acceptent de vendre.
  • 2e caractéristique : des propriétés hétérogènes, d’où le dialogue de sourds entre historiens et historiens de l’art. Il faut en effet distinguer la propriété (pourpris) et le logis du maître (cf. hôtel de Sens). Pour un historien, un hôtel est un ilot avec une enclave qui comprend : le logis (habitat d’apparat), les dépendances, la cour et le jardin (espaces vides), les maisons louées.
  • 3e caractéristique : la place des hôtels dans l’îlot. Est-ce qu’il est sur la rue ou au cœur de l’îlot ? 97 % de ces hôtels ont un accès direct à la rue. On ne trouve donc pas d’hôtel au cœur d’îlot, contrairement au XVIe siècle. 50 % d’entre eux sont situés à un angle de rue, même pour des hôtels occupant de petites surfaces, comme l’hôtel de Maubuisson (540 m²). La maison d’angle est plus visible et permet aussi la construction d’une échauguette. C’est le choix d’une place privilégiée en termes de visibilité.
  • 4e caractéristique : l’affrontement à la rue. L’accès à la maison aristocratique est différent de l’accès à une maison ordinaire. Il y a un accès différé au logis. Le pourpris est fermé par un mur, dans lequel se trouve un porche qui ouvre sur une cour (cf. hôtel du chevalier du guet connu par une élévation du XIXe siècle, ou hôtel de Tiron). Les hôtels ne sont pas ouverts sur la rue, ce qui les distingue nettement du ruban des maisons ordinaires à pignons. La cour avec son perron est en effet un élément essentiel de la vie aristocratique. Une miniature (BNF, fr. 23279, f. 53r) qui représente peut-être l’hôtel Saint-Pol, montre une demeure aristocratique disposant d’une entrée différée avec plusieurs filtres (porche, portiers).

BNF, français 23279, f. 53r. Hôtel aristocratique avec entrée différée (mur, porche et cour). (Cliché Gallica)

Concernant les caractéristiques architecturales, l’étude devient plus fragile, faute de disposer des élévations. Il faut donc croiser les sources. Est-ce que ces hôtels disposent d’équipements distinctifs ? La première caractéristique, ce sont les matériaux utilisés pour construire ces hôtels, notamment la  pierre (cf. hôtel d’Harcourt). Nous conservons encore un chapiteau de colonne armorié de l’hôtel des Ursins. La présence d’ardoises et des verrières est également distinctive au XIVsiècle. Viennent ensuite les attributs seigneuriaux :

  • les créneaux (citation de l’architecture militaire).
  • les tours : notamment les vieilles tours d’origine seigneuriale du XIIe siècle, qui se trouvaient à la campagne, mais rattrapées par la ville, comme pour les hôtels du Pet-au-Diable et de Flandre. Il y a eu également captation des tours de l’enceinte de Philippe Auguste. Ces tours ont été déclassées et de nombreux hôtels récupèrent le rempart et les tours. Ils s’installent au niveau de ces remparts, car il y a plus d’espace et la circulation y est possible (cf. hôtels d’Artois et de Flandre). Enfin, ces hôtels peuvent être pourvus de succédanés de tours : des tours escaliers en façade comme l’hôtel du prévôt. Pour la tour de l’hôtel de Jean-sans-Peur, elle se trouve derrière le logis et fait communiquer le logis avec le rempart. Elle n’est en fait peu visible de la rue (Peu d’historiens se posent la question de la localisation du logis par rapport au tissu urbain, or le logis de Jean-sans-Peur est noyé dans un îlot). L’hôtel de Clisson a des tourelles. Ces dernières sont presque toujours en coin (cf. hôtel d’Anjou et hôtel de Reims). Peu importe sa taille, ce qui est important, c’est l’idée de la tour, qui renvoie au monde seigneurial.
  • les équipements spécifiques : des jardins (même si beaucoup de maisons parisiennes ont un jardin : c’est la taille qui est discriminante) avec une fontaine, une cerisaie, des treilles (une architecture de verdure), mais ce n’est jamais documenté ; des étuves ; un jeu de paume ; des lices ; une ménagerie ; une division en appartements (aula, capella, camera, etc.) ; galeries d’agrément (et non de circulation – cf. hôtel de Bourbon : une salle en longueur ayant une fonction récréative). Malheureusement, ces informations sont ponctuelles et non systématiques.

L’archétype de l’hôtel aristocratique est une demeure installée sur un vaste pourpris (3500 m²) occupant une dizaine de parcelles élémentaires ; comprenant le logis principal, des annexes, des locations et des espaces vides ; entourée par un mur pourvu d’un porche qui donne sur une cour. Même si elle est étanche à la rue, ce n’est pas une demeure fortifiée. Elle se distingue des autres maisons par la longueur du mur de clôture (cf. hôtel d’Harcourt). Le logis est construit en pierre, couvert de tuiles, avec des verrières, des galeries et des jardins et des équipements distinctifs.  

En réalité cet archétype est peu répandu si bien que les 154 demeures aristocratiques renseignées peuvent être réparties en 6 types :

  • type 1 : maison de ville ordinaires avec une surface de moins de 500 m² ; la surface étant limitée, l’accès direct à la rue est très probable avec un logis à pignon sur rue et sans aucun signe de distinction architecturale (11%) ;
  • type 2 : propriété de plus de 500 m², avec un mur de clôture et un accès différé, mais sans signe de distinction architecturale (31%) ;
  • type 3 : propriété de plus de 500 m², avec un mur de clôture, un accès différé et un signe de distinction architecturale civile (26%) ;
  • type 4 : propriété de plus de 500 m², avec un mur de clôture, un accès différé et un signe de distinction architecturale seigneuriale (20%) ;
  • type 5 : propriété de plus de 500 m², avec un mur de clôture, un accès différé, plus d’un signe de distinction architecturale seigneuriale, et plus de 5 indices civils (14 propriétés, 10%) ;
  • type 6 : châteaux urbains (Louvre et Palais) (1%).

Que pensent les contemporains de cette architecture ? Comment le message véhiculé par cette architecture est-il perçu par les contemporains ? Cela pose des problèmes méthodologiques et épistémologiques sur les effets de la communication délivrée par l’architecture. Est-ce que cette communication est unilatérale ou polysémique ? La galerie des rois de Notre-Dame de Paris est par exemple polysémique (rois de l’Ancien Testaments ou rois de France ?). Par exemple, lors de la visite de l’empereur Charles IV à Paris en 1378, Charles V lui fait visiter tous les monuments royaux en lui expliquant leur signification, preuve qu’elle n’est peut-être pas si évidente ou tout au moins que le roi attache de l’importance au message politique qu’elle délivre. En revanche, quand l’empereur vient en 1400, on lui fait visiter les églises et personne ne se soucie de lui expliquer la signification de tous les bâtiments royaux. C’est le reflet d’un rapport différencié aux bâtiments : Charles V s’en sert pour délivrer un message (redressement du royaume après les troubles) et ne laisse pas l’architecture parler seule. Charles VI et ses oncles ne semblent pas y attacher d’importance.

Comment saisir la manière dont les contemporains ont perçu le message de l’architecture ? Cela peut se faire par :

  • les usages sociaux.

La première question est celle de l’identification du propriétaire. Ce dernier peut être identifié par l’héraldique, si un hôtel a de fortes marques d’identifications personnelles : des écussons au-dessus des portes ou des vitraux armoriés (cf. hôtel Saint-Pol). Il peut y avoir une identification entre la maison et son propriétaire, surtout s’il s’agit d’un prince. Ces derniers gardent en effet leurs hôtels, même s’ils n’en ont pas besoin. Il y a dans ces conditions un lien identitaire entre l’hôtel et une principauté. Les hôtels peuvent ainsi être considérés comme des sortes d’ambassades. Le duc de Bretagne garde son hôtel, alors qu’il ne vient pas à Paris. Il y a une rationalité politique. Les contemporains identifient certains hôtels aux princes.

La deuxième question est celle de l’adéquation du statut social et de la qualité architecturale de la propriété dans une société où l’apparence vestimentaire doit être confirme au rang social. En général, il y a adéquation, mais il existe des discordances (peut-être liées aux sources).

  • les discours (chroniques et éloges de Paris).

Les chroniques urbaines qui s’intéressent à Paris (cf. Chronique anonyme du début du XIVe siècle, ou le Journal d’un bourgeois de Paris au XVe), ne disent rien des hôtels. Elles ne s’intéressent pas à la matérialité de la ville. Les éloges s’intéressent en revanche à la topographie et à l’architecture, comme les écrits de Jean de Jandun (1323) et de Gilbert de Mets (1434).

Jean de Jandun parle des hôtels, mais on ne sait pas à quoi ils ressemblent.

« Que de grands et beaux hôtels de riches fameux ! Les uns sont ceux des rois, des comtes, des ducs, des chevaliers et des autres barons ; les autres appartiennent aux prélats ; tous sont nombreux, grands, bien bâtis, beaux et splendides, au point qu’à eux seuls et séparés des autres maisons ils pourraient constituer une merveilleuse cité ».

Le Roux de Lincy A. J. V. et Tisserand L.-M., Paris et ses historiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1867, p. 53.

Il décrit la cathédrale, la Sainte-Chapelle, le Palais de la Cité (avec la grande salle), c’est-à-dire les monuments, or les hôtels ne sont pas des monuments pour lui, puisqu’il ne les détaille pas.

Gilbert de Mets (un Flamand qui gravite autour du duc de Bourgogne, Jean-sans-Peur puis Ph le Hardi) a fait une description de Paris commencée en 1407 et reprise en 1434. Comme il s’agissait d’une commande ducale, le manuscrit a été conservé dans la bibliothèque des ducs de Bourgogne. Gilbert de Mets fait une longue description topographique et presque exhaustive des bâtiments de Paris, mais en les hiérarchisant.

Il décrit Notre-Dame, le Palais avec la Sainte-Chapelle, le Petit Châtelet, le collège des Bernardins, l’église Sainte-Catherine, les Célestins, les Innocents (mais pas le Louvre, la Bastille, les autres églises et collèges). Pour les hôtels aristocratiques, la plupart (dont les plus célèbres) ne sont que cités. Il décrit certains hôtels à peine connus, comme les hôtels de Guillaume Sanguin et de Miles Baillet. Surtout, il s’arrête sur l’hôtel de Jacques Dussy (Duchié) qui a une entrée différée avec une ménagerie dans une cour, des appartements avec une spécialisation des pièces, une chapelle, une armurerie-trésor, une chambre haute (en haut d’une tour). C’est un hôtel en bois (présence d’un maître charpentier) sur 3 parcelles (800 m²). Jacques Dussy vit dans un petit palais, qui reprend la structure archétypale de l’hôtel aristocratique sans en avoir les grandes dimensions foncières. En fait, Gilbert de Mets parle des lieux qu’il connaît, alors que le texte de Jean de Jandun décrit des lieux publics, ouverts à tout le monde. Ces deux éloges sont des expériences de la ville dans lesquelles les monuments sont avant tout les bâtiments remarquables effectivement fréquentés par les auteurs. Ce sont des descriptions vécues.

  • La modélisation des circulations

Si l’architecture porte un message, à quels passants est-il destiné ? Est-ce que les Parisiens passent au pied de ces bâtiments ? Est-ce que ces hôtels sont au bord des rues passantes ? Sur une carte modélisant les rues les plus passantes pour les circulations internes à partir des plus courts chemins de tous les carrefours à tous les carrefours, on remarque de fortes circulations pour les rues du centre, qui donnent sur un pont. Il en ressort que les hôtels sont rarement sur les rues les plus passantes. Ils se trouvent dans des quartiers périphériques résidentiels, peu fréquentés, à l’exception des hôtels de Bourbon et de Nesle qui donnent sur la Seine. Les autres sont dans des zones isolées. Les circulations des Parisiens sont éloignées de ces zones. Ces hôtels sont en fait sur les trajets des gens de cour vers les palais royaux. Les messages architecturaux s’adressent donc avant tout au propriétaire et à ses gens et secondairement aux autres gens de cour.

Conclusion

Les hôtels aristocratiques sont hétérogènes. Ils ne sont pas des monuments pour la plupart et sont peu visibles dans le paysage. Les Parisiens n’y ont pas fait particulièrement attention. Les seuls qui évoquent les hôtels comme éléments décoratifs de Paris sont des auteurs proches de la cour : Jean de Jandun qui écrit pour le roi, Gilbert de Mets et Christine de Pizan, pour le duc de Bourgogne. Mais dans ces éloges, il y a un intérêt plus manifeste pour le Palais de la Cité et Notre-Dame de Paris, c’est-à-dire dire pour les lieux publics, tandis que leurs auteurs ne connaissent pas l’intérieur des hôtels princiers, confirmant par là même leur caractère hermétique à la vie urbaine et expliquant la relative indifférence que leur portent les Parisiens.

Discussion

Hélène Noizet (HN) : remercie pour le niveau de lecture et de synthèse très détaillé et très riche qui permet une réelle intelligibilité de la vie curiale en ville. Le charpentier de l’hôtel de Dussy mentionné par Gilbert de Mets, pourrait-il être un maître d’ouvrage (cf. duc de Bourgogne) ? Sa présence ne présuppose pas qu’il y a seulement du bois pour cet hôtel. 

BB : la documentation est tellement pauvre, qu’on ne peut que la traiter pauvrement : la mention d’un charpentier laisse supposer que le bois domine, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de pierre, mais on ne peut le prouver. Dans le doute, j’ai évité d’extrapoler sur les sources.

HN : le duc de Bourgogne a plusieurs hôtels. Peut-être servaient-ils à loger des gens ? Des soldats ?

BB : ces hôtels sont immenses. Ils occasionnent plus de frais que de profits. Si les princes les conservent c’est pour des raisons politiques plutôt que pratiques.

HN : ils ont peut-être un rôle stratégique.

BB : peut-être mais la vraie raison de leur maintien pour les princes est patrimoniale : ils sont associé à un grand fief qu’ils représentent littéralement dans la capitale, comme une ambassade.

HN : revient sur les mentions de pierres. Y a-t-il des informations sur leurs origines ? Avant 1400, les constructions ecclésiastiques sont en pierres venant des carrières parisiennes, après 1400, tous les grands chantiers sont approvisionnés de pierres venant de l’Oise.

Caroline Bourlet (CB) : Ces pierres sont de qualités différentes.

BB : la connaissance de la qualité et de l’origine de ces pierres vient de données archéologiques.

CB : mais aussi, parfois, à partir des comptabilités. Les pierres de Saint-Leu-d’Esserent sont plus chères que celles de Paris.

BB : on trouverait peut-être quelques précisions dans les comptes de chantier, mais j’ai fait le choix de partir de la bibliographie érudite, donc d’une information synthétique mais appauvrie.

HN : rappelle qu’il faut utiliser la thèse de Florence Berland sur la cour de Bourgogne (La Cour de Bourgogne à Paris, 1363-1422, Lille 3, 2011).

CB : cite le compte de la construction de l’église des Bernardins étudié par Philippe Dautray (Des comptes aux œuvres : les travaux de l’église des Bernardins de Paris (1339-1342) et du Palais des Papes d’Avignon (1344-1345), 2006). Dans cette thèse consultable au Lamop, se trouvent des mentions sur l’origine des pierres.

Simone Roux (SR) : est-ce que pour construire des tours ou des créneaux la construction est libre ou faut-il une autorisation ? Il y a des autorisations pour des enseignes. Il y a une réglementation qui donne des limites.

BB : Sauval indique qu’il est interdit de construire des tours, mais que tous les gens de cour ont des tours. Mais en réalité ce sont toutes des tours anciennes ou des fausses tours. Il semble donc qu’il y ait une interdiction ou une auto-censure des gens de cour qui ne dotent pas leur demeure de vraies tours, mais seulement de succédanés (tours de remploi, tourelles).

SR : quand on utilise les sources foncières (censiers, etc.), on remarque que les maisons sont identifiées par leurs propriétaires. C’est le cas pour les hôtels. Comment sont différenciés les hôtels des maisons ? En général, ils sont bien construits et grands. Pour les hôtels possédés par la noblesse qui vient à la cour, le rapport à la propriété est différent. Il y a une différence entre le logis et la maison. Ces grands hôtels n’étaient pas habités de façon continue. La surveillance en était confiée au concierge (personnage important). L’hôtel de Bourbon est connu par un inventaire fait par le concierge de l’hôtel, qui avait un rôle politique et policier. Finalement, est-ce que ces hôtels princiers ont été imités ? Il semble que les bourgeois aient essayé d’avoir une demeure sur le modèle aristocratique. Certains prétendent que l’hôtel Dussy est-il une invention littéraire, mais je n’y crois pas.

Carla Bozzolo (CBo) : Jacques Dussy était dans l’entourage de la Cour amoureuse. Il était à la mode et devait recevoir, d’où le faste de sa maison.

BB : Faut-il poser cela en termes d’imitation ? Il y a une espèce de continuum entre la maison d’un riche marchand et celle d’un aristocrate. Elles ont toutes les deux un accès différé. Ils partagent une culture commune, mais poussée à des degrés différents. La maison de Jacques Dussy est un modèle réduit d’hôtel aristocratique. Ils partagent un mode de vie commun, mais chacun selon ses moyens. A l’inverse, les aristocrates imitent le mode de vie bourgeois en possédant une maison de ville et une maison aux champs, dans la périphérie de Paris.

Marlène Helias-Baron (MHB) : propose une comparaison avec les granges cisterciennes, à l’exemple de celle de l’abbaye du Val Sainte-Marie. Dans la déclaration des biens de l’abbaye de 1362, les granges décrites comportent un hôtel, une cour et des dépendances, le tout clos par un mur.

BB : en effet ! ces hôtels aristocratiques sont une reproduction de la vie de château – sans les fortifications. Les nobles veulent entrer à cheval chez eux. La structure avec un logis qui n’est pas sur le réseau viaire, c’est la structure rurale transposée en ville.

SR : les descriptions dans les sources foncières sont désespérantes. Elles sont rédigées pour éviter les procès. On signale tout ce qu’il y a dedans. Il y a une nécessité juridique de bien caractériser tout ce qu’il y a dans la propriété, pas de décrire les bâtiments.

CBo : Dispose-t-on des prix de vente et d’achat de ces hôtels ?

BB : les hôtels patrimoniaux des princes ne sont pas vendus, mais les autres oui. Il existe un marché immobilier actif. Il est cependant difficile de comparer les prix dans le temps, car les hôtels s’agrandissent ou se réduisent. En outre, les transactions au sommet de la cour s’inscrivent dans les échanges complexes qui ne sont pas qu’économiques : à l’époque de Charles VI, il y a des échanges d’hôtels de tailles et de valeur très différentes, ce qui laisse penser qu’il y a des compensations, notamment politiques, ailleurs.

CBo : Il faudrait voir ce qui s’est passé au moment des confiscations de 1423 et de 1429.

BB : les confiscations sont une question intéressante car elles posent la question du fonctionnement du marché de l’hôtel aristocratique. Fonctionne-t-il normalement ? Il y a des cas de confiscation spectaculaires, mais la norme est que le marché des hôtels fonctionne normalement. Il y a quelques cas de confiscations (cf. hôtel Savoisy ou hôtel de Nesle), mais ce sont des exceptions. La seule particularité de ce marché, c’est que la clientèle reste dans le milieu de la cour, ce qui s’explique par le prix élevé des propriétés.

Benoît Descamps (BD) : quel est le rapport entre la pierre et le bois ? Une proportion importante des bâtiments dans l’hôtel Saint-Pol sont de bois et de torchis sur la miniature de Pierre de Salmon.

SR : dans les criées, il peut y avoir des indications précises.

Anne Massoni (AM) : à propos des évêques, il y a des pairs de France. Il y a la mention des 12 pairs dans Gilbert de Mets. A quoi cela renvoie-t-il ? Sont-ce les 6 pairs laïques et les 6 pairs ecclésiastiques ? Est-ce symbolique ?

BB : oui, mais cette référence aux 12 pairs est très symbolique : il s’agit sans doute d’évoquer le conseil royal. La description de Gilbert de Mets est à la fois très réaliste et très idéologique. Tout ce qu’il décrit est exact mais sabre dans la description en fonction de la répartition trifonctionnelle de la ville : il ne cite ainsi pas d’hôtels sur la rive gauche, qui est supposée réservée aux clercs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.