Séminaire d’Histoire de Paris [6] du 12 avril 2019 : «L’insertion urbaine de la société de cour»

La séance s’est ouverte sur une présentation de deux livres récemment acquis par la section de diplomatique :

  • Hélène Noizet, La fabrique de la ville : espaces et sociétés à Tours, IXe-XIIIe siècles, Paris: Publications de la Sorbonne, 2007.
  • Vanessa Harding, The Dead and the Living in Paris and London, 1500-1670, Cambridge : Cambridge University Press, 2002 (Caroline Bourlet en fait un rapide résumé en rappelant que les hommes et femmes du Moyen Âge et des temps modernes, à Paris comme à Londres, vivaient dans une beaucoup plus grande proximité avec la mort. Les cimetières étaient un lieu de vie dans lequel il n’était pas rare de côtoyer des charniers ouverts. A Londres, il y avait beaucoup plus de paroisses (une centaine) dont la plupart offraient un cimetière où les paroissiens pouvaient être enterrés. A Paris, il n’y avait que 34 paroisses dont la plupart n’avaient pas de cimetière, d’où l’importance du cimetière des Innocents et de ses charniers pour l’inhumation des paroissiens de la rive droite et de la Cité. C’était d’ailleurs un témoignage d’humilité que d’élire sépulture dans le charnier des Innocents.

La séance sur l’insertion urbaine de la cour repose sur une base résolument comparatiste, puisque Christelle Balouzat-Loubet a présenté l’insertion des comtes d’Artois à Paris, alors que Roxane Chilà s’est intéressée à l’aristocratie de la ville de Naples. Ces deux communications sont entrées en résonnance.

Christelle Balouzat-Loubet, « Paris, capitale des comtes d’Artois XIIIe-XIVe siècles »

Christelle Balouzat-Loubet est Maître de conférences à l’Université de Lorraine. Elle a soutenu sa thèse sur Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329) : garder la pais, la concorde, la raison, le droit, et l’estat de ses villes et de ses sougis, pour bien de païs en 2009 à Paris 1. Elle en a tiré deux livres : Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329), Turnhout: Brepols, 2014et Mahaut d’Artois, une femme de pouvoir, Paris : Perrin, 2015. Elle prépare actuellement un livre sur les derniers Capétiens directs.

Pour les comtes d’Artois, deux personnages importants doivent être retenus : Robert II (1250-1302), mort à Courtrai, et Mahaut d’Artois (c.1270-1329), sa fille, comtesse de Bourgogne et comtesse d’Artois, comtesse douairière de Bourgogne. Ce sont des Capétiens à part entière. L’apanage a été créé en 1237. Il est très étendu au Nord du domaine royal, mais connaît une discontinuité territoriale avec la présence du comté de Saint-Pol.

Les sources

Les sources sont dispersées, mais très présentes aux Archives départementales du Pas-de-Calais (série A). Il s’en trouve également aux Archives départementales du Nord, aux Archives nationales, à la Bibliothèque nationale, aux Archives municipales d’Arras et de Saint-Omer. Elles sont très diversifiées avec des chartes, des documents judiciaires ou des comptes.

Par exemple, pour les comptes de l’hôtel d’Artois, il y a deux registres conservés pour Robert II et 30 registres-papier pour Mahaut (1310-1328). Ils indiquent les dépenses ordinaires de la cour. Le lieu où elles ont été faites est systématiquement mentionné, ce qui a permis de reconstituer l’itinéraire de Mahaut (cf. Véronique Gérard, François Hustache, Anita Lebon et Joceline Lecuyer, La cour de Mahaut, 3 vol., Mémoire de maîtrise de l’Université de Nanterre, 1971, conservé à l’IRHT).

Bibliographie sur l’hôtel d’Artois

Odette Chapelot et Bénédicte Rieth, « Dénomination et répartition des espaces : l’exemple de deux résidences princières en Île-de-France, le manoir de Conflans et l’hôtel d’Artois (fin XIIIe-première moitié du XIVe siècle) », dans D. Alexandre-Bidon, F. Piponnier, J.-M. Poisson (eds.), Cadre de vie et manières d’habiter (XIIe-XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2006.

Auguste de Loisne,  « Une cour féodale vers la fin du XIIIe siècle : l’«hôtel» de Robert II, comte d’Artois », dans Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715), 1918, p. 85-143.

Christian de Merindol, « Le décor peint et armorié en France à l’époque médiévale : les châteaux et résidences des comtes d’Artois : bilan et perspectives », dans Liber amicorum Raphaël de Smedt, 2001.

Jules-Marie Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, 1302-1329, Paris : Champion, 1887 [reprint 2006]. C’est la première biographie de Mahaut d’Artois.

L’implantation des comtes d’Artois à Paris

Les comtes d’Artois sont des princes capétiens très régulièrement présents à Paris. Ils fréquentent la cour. Mahaut perd sa mère en 1275 à l’âge de 5 ans. Elle est éduquée à Paris par la veuve de Philippe III. Ce qui explique pourquoi Robert II prend pied dans la ville de manière plus importante, mais progressivement. La première trace de cette implantation date du 6 mai 1270, dans un acte consignant l’achat d’une maison, rive droite, dans la paroisse Saint-Eustache (AD Pas-de-Calais, A 18). En décembre 1271, un jardin est acheté pour agrandir cet espace le long de la rue Pavée. La mention suivante date seulement de 1286, après un véritable fossé temporel. Cette année-là, un acte nous apprend que le comte loue 28 maisons dans la rue Pavée. Sa fille Mahaut poursuit l’extension, comme le prouvent des mentions dispersées (AD Pas-de-Calais, A 356), notamment celle de l’achat d’une maison dans la rue de Hueleu, échangée contre une autre maison possédée par les cisterciens du Val Notre-Dame (AD Pas-de-Calais, A 69/13). Dans les années 1320 en revanche, on trouve peu de traces dans les sources. La comtesse a une autre résidence à Conflans qu’elle fréquente également.

L’hôtel d’Artois se trouve à cheval sur la muraille de Philippe-Auguste. Il occupe tout un quartier. Il est localisé entre la rue de la Comtesse d’Artois (qui était appelée rue du Comte d’Artois avant le règne de Mahaut et qui, avant l’arrivée des comtes d’Artois, portait le nom de Nicolas Arrode, précédent propriétaire), la rue Pavée, la rue du Petit Lion Saint-Sauveur, la Grand-rue Saint-Denis et la rue Mauconseil. Cet hôtel a une emprise spatiale importante mais n’occupe pas tout à fait l’îlot.

Sur le plan dit « de la Gouache » (plan établi dans le deuxième quart du XVIe siècle connu seulement par des copies et un fac-similé), l’emprise de cet hôtel d’Artois est encore visible. Il s’agit alors de l’hôtel de Bourgogne avec la tour Jean-Sans-Peur. Le corps de logis et les bâtiments sont différents.

Carte tirée d’Alpage (http://alpage.huma-num.fr/fr/ressources/cartes)

L’importance de Paris sous la comtesse Mahaut : les séjours comtaux

L’Île-de-France représente 56 % des séjours comtaux, l’Artois, 31 %, la Franche-Comté, 4 %. Elle passe 9 % de son temps sur les routes entre ses résidences. Pour l’Île-de-France, elle passe 62 % de son temps à Paris, 27 % à Conflans et 4 % à l’abbaye de Maubuisson. Les jours documentés représentent 26 % du temps de règne de Mahaut, soit un quart de sa vie.

La présence de la comtesse à Paris est liée à sa proximité avec le pouvoir. Elle veut être proche du roi. Son hôtel parisien est à un kilomètre du Palais de la Cité. En janvier 1310, elle arrive un jour après le roi dans la capitale. En octobre 1310, elle séjourne à Saint-Denis quand le roi y est. Elle suit le roi ou parfois le précède dans ses déplacements. Quand elle séjourne dans le bassin parisien, c’est pour des durées longues. Elle fait des pérégrinations en même temps que le roi. C’est une itinérance conjointe. Il y a entre 4 et 5 jours de voyage entre Arras ou Hesdin et Paris en faisant des étapes de 20 km.

Mahaut a des audiences avec le souverain. En 1309-1310, elle traite la dévolution du comté à son neveu et demande de nombreuses audiences au roi. Des actes sont signés après ses entrevues avec le roi. Elle a participé au conseil du roi le 17 juillet 1316 (AN, J 258 n° 7). Elle est également commanditaire de lettres royaux en 1317. Elle reçoit le roi à Paris les 7 et 8 décembre 1316. 

Paris est également un refuge, lors de la révolte des nobles d’Artois (1315-1319), qui font une expédition punitive à Hesdin, Avesnes, Arras, Saint-Omer, Calais, c’est-à-dire les résidences comtales. Pendant 4 ans, la comtesse séjourne principalement à Paris.

Quels sont les impacts de sa présence sur la capitale ? Elle a régulièrement autour d’elle entre 50 et 80 personnes qui s’installent à Paris en même temps qu’elle. Il faut les nourrir. Le 12 décembre 1314, entre 400 et 450 livres sont prévues pour préparer la venue de la comtesse. Deux personnes gardent l’hôtel en son absence : Pierre le concierge et Jeanne l’épicière (cf. AD Pas-de-Calais, A 316). Il faut entretenir les lieux. Dans les comptes, on trouve des mentions d’artisans qui interviennent dans l’hôtel. Un incendie en 1317 a suscité l’emploi d’artisans nombreux. L’impact économique est difficile à mesurer. Il y a dans les comptes des mentions d’épices dont Mahaut est très friande, mais pas de traces d’un approvisionnement régulier.

Paris, capitale des comtes d’Artois ?

Mahaut est très présente à Paris, où elle est bien implantée. Paris est-elle la capitale des comtes d’Artois, comme elle l’est pour les ducs de Bourgogne d’après Werner Paravicini et Bertrand Schnerb (Paris, capitale des ducs de Bourgogne, 2007) ?

  • Paris est une capitale administrative pour la comtesse. D’après le compte A 378, f. 21, l’hôtel d’Artois dispose d’un espace dédié à la conservation des archives. Sous Robert II, les archives sont déposées dans le prieuré de Saint-Martin-des-Champs. En 1338, on trouve la mention du premier gardien du trésor des chartes d’Artois. Les comptes informent des allers-retours de l’archiviste entre l’hôtel et le prieuré. On remarque toutefois une dispersion des archives à Hesdin et à Arras. Les archives sont une manifestation de la présence symbolique du prince. Les archives restent à Paris même en l’absence de Mahaut. La plupart des conseillers de Mahaut résident à Paris, même s’ils se déplacent ponctuellement. C’est au parlement de Paris que se joue l’avenir de l’apanage.
  • A Paris, se trouve le lieu architectural du pouvoir comtal : l’hôtel. Mahaut s’implique également dans des fondations à Paris. En 1319, avec sa fille Jeanne, elle s’implique dans la fondation de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins. Elle était représentée en orante au portail. C’est du mécénat. Mahaut d’Artois a fait de Paris et de l’Île-de-France sa nécropole. Son mari est inhumé en Bourgogne ainsi que ses deux premiers enfants. Elle se fait inhumer aux pieds de son père à Maubuisson, une des abbayes réceptacles de la dévotion capétienne. Son troisième fils, Robert, est inhumé aux Cordeliers. Elle fait inhumer son cœur à côté de lui aux Cordeliers. Elle n’a aucune sépulture en Artois.
  • On remarque enfin une centralité intellectuelle. Mahaut sollicite des artisans et des artistes parisiens. Elle fait rédiger des manuscrits par les libraires parisiens. Son artiste préféré était Jean Pépin de Huy, auteur d’un véritable tournant artistique : Vierge de Gosnay (Arras, Musée des Beaux-Arts, mentionnée dans AD Pas-de-Calais, A 494, f. 13) ; gisant de son fils Jean de Bourgogne (Besançon, Musée des Beaux-Arts, mentionné en 1314 dans AD Pas-de-Calais, A30/27). Elle a recours également aux services d’un peintre du roi, Pierre de Bruxelles, qui décore  l’hôpital Saint-Jacques et restaure les demeures de Mahaut. Il y a peu de copies de manuscrits commandées à Arras.

Conclusion

Paris serait-elle la capitale des comtes d’Artois ? Sous Robert II, il y a des prémices de l’implantation parisienne des comtes. Sa fille séjourne fréquemment dans la capitale, mais ce n’est pas exclusif. En fait, Paris est une des capitales des comtes d’Artois. Il n’y a pas de concentration du pouvoir comtal en une seule et même ville. Mahaut a trois capitales : Arras qui concentre l’essentiel des archives, Hesdin qui a la fonction résidentielle (c’est cette résidence comtale qui a été pillée par les nobles d’Artois révoltés), Paris qui cumule les fonctions administratives et résidentielles, ainsi que la fonction de nécropole. Les lieux de sépulture sont dispersés. En 1384, l’hôtel d’Artois devient l’hôtel de Bourgogne (tour Jean-Sans-Peur).

Discussion

Boris Bove (BB) : Cette communication présente différents aspects de la présence de la comtesse dans Paris. La raison de la présence de Mahaut à Paris est liée à la cour et à la nécessité de défendre ses intérêts. Une première remarque : comme l’apanage est créé en 1237 et que les premières implantations parisiennes datent de 1270, comment expliquer cet intervalle ? Y-a-t-il eu une modification des relations entre le roi et les grands féodaux ? Une deuxième sur la consommation dans la ville. Quelles sont les relations de la comtesse avec les artisans de Paris ? Est-ce qu’il y a eu un relevé des fournisseurs ?

Christelle Balouzat-Loubet (CBL) : Il y a des mentions dans la comptabilité qui est très vivante. Dans les comptes de l’hôtel, il y a des mentions de ces artisans. Il faudrait sans doute utiliser d’autres sources pour compléter, notamment les comptes de bailliages.   

Caroline Bourlet (CB) : Dans les comptes, il y a des fournisseurs, des gens relativement importants, mais on ne sait pas qui est derrière.

BB : Par exemple, Jeanne l’épicière. Mahaut est membre d’honneur de la confrérie de l’hôpital Saint-Jacques. Est-ce qu’il y a son testament ? Est-ce qu’elle a fait beaucoup de legs ?

CBL : Mahaut d’Artois a fait trois testaments. Elle a fait des legs aux églises de Paris. Ce genre de legs est typique de la dévotion capétienne.  

BB : rappelle que le séminaire d’Histoire de Paris du 22 mars 2019 était consacré aux testaments. Dans ces derniers, des petites églises typiquement parisiennes sont citées. C’est une forme d’identité locale.

Olivier Canteaut (OC) : Chez Mahaut, il y a une part importante des communautés religieuses de Bourgogne et d’Artois. Dans ses testaments, on remarque trois blocs : les églises parisiennes et franciliennes avec une dévotion particulière pour Maubuisson ; les établissements artésiens et bourguignons.

CBL : Mahaut avait fait mettre un panneau sur la route pour indiquer Maubuisson. Elle a fondé l’hôpital de Bracon en Bourgogne, la chartreuse du Val-Saint-Esprit ainsi que celle du Mont-Sainte-Marie (Gosnay) en Artois.

OC : Sa position vis-à-vis de Saint-Jacques est difficile à définir : elle est fondatrice, mais elle semble en retrait, son entourage ne semble pas investi. Il faudrait vérifier de façon plus serrée, mais il ne semble pas y avoir eu des gens de l’entourage de Mahaut. Cette fondation semble très personnelle. On remarque bien que l’installation des comtes se fait à Paris à partir des années 1270. Ce qui change, c’est le rapport du roi avec Paris. Il y a dès lors une présence royale plus marquée à Paris, ce qui implique une présence plus continue des princes. Mahaut séjourne volontiers en région parisienne même quand le roi n’y est pas. Quand elle se déplace, est-ce qu’elle voyage avec le roi ? Est-ce qu’elle loge à la cour au même titre que l’entourage royal ? Elle ne semble pas loger avec la cour.

CBL : Elle suit le roi dans son indépendance. Elle préfère acheter à côté du roi, mais elle ne loge pas avec le roi. Il faudrait vérifier davantage.

BB : Sa présence au conseil est attestée une seule fois en 1316. C’est marginal ?

OC : Oui, c’est marginal. Il y a peu d’attestation pour peu de gens. C’est une femme. C’est la seule femme avec sa belle-sœur, Blanche, qui assiste au conseil du roi. C’est la seule femme à avoir commandé des lettres royaux avec la reine.

BB : Sa présence au conseil est un véritable enjeu.

OC : La présence au conseil n’est pas à classer dans l’administration. C’est lié à une relation personnelle avec le roi. Sa présence a une fonction politique.

BB : L’importance de défendre ses intérêts à la cour est nette pour les grands au XIIIe siècle, or leur présence n’est attestée qu’à partir de 1270.

OC : Il faudrait faire une comparaison avec Alphonse de Poitiers, très présent à Paris.

CB : Les instances du pouvoir central ont pris un véritable poids à la fin du XIIIe siècle. Il devient incontournable d’être à Paris.

OC : Quand elle est à Paris, Mahaut passe son temps à recevoir. C’est ce qui ressort des comptes. Elle reçoit régulièrement le roi, ses conseillers, d’autres grands seigneurs concentrés à Paris. L’effet de concentration accélère les choses. Est-ce qu’il y a quelque chose qui explique l’implantation de l’hôtel d’Artois en cet espace ? Il est installé dans une zone commode. C’est un ensemble de maisons traversé par la muraille.

La muraille était-elle percée de portes ?

CB : Ils passent par-dessus. Il semblerait que la muraille ne soit pas une gêne. Cela permet aussi de se défendre.

BB : C’est un effet de structure. Auprès des murailles, les parcelles sont plus grandes. La moitié des hôtels aristocratiques sont sur la muraille, où on trouve des espaces vides et importants. Les agrandissements se font à partir d’une grande propriété. Cela gagne du temps pour le remembrement. Elle n’a probablement pas de fonction défensive. Ces hôtels sont clos, ils ont des créneaux, mais ils ont des fenêtres partout.

CB : Une partie de l’hôtel se trouve à l’intérieur de la muraille de Philippe-Auguste tant que la muraille de Charles V n’est pas construite, puis on observe un glissement à l’extérieur de la muraille de Philippe-Auguste.

BB : La muraille traverse tous les îlots. Il y a un côté urbanisé et de l’autre ce sont des jardins. Dans la muraille, on trouve des poternes. Concernant l’îlot de 1317, il est vraiment très important. N’est-ce pas plutôt celui de l’hôtel de Bourgogne ?

CBL : La reconstitution a été faite à partir des actes. C’est un espace déduit qui demanderait à être affiné. La documentation est très riche : des actes, des comptes, des comptes de travaux, des comptes de bailliage. Les comptes de bailliage (14 bailliages) permettent de connaître la gestion de la principauté, mais la masse documentaire est énorme (60 rouleaux pour 2 bailliages).

CB : Les quittances de l’hôtel représentent une documentation énorme.

CBL : Les quittances flottantes sont une véritable mine. Il existe encore des pistes non abouties. Il faudrait reprendre les travaux de J.-M. Richard.

BB : La bibliographie présente un très large fossé entre 1880 et 2004.

CBL : La bibliographie qui concerne Mahaut d’Artois est très XIXe siècle. Mahaut d’Artois a fasciné, avec une production d’articles très misogynes. Les sources sont très méconnues.

Marlène Helias-Baron (MHB) : Pour mener des travaux sur les comtes d’Artois en général et Mahaut en particulier, peut-être faudrait-il utiliser Himanis (HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled Search). Une indexation des 200 registres du Trésor des chartes (https://www.himanis.org/).

OC : Il y a un vide historiographique entre la fin du XIXe siècle et le début du XXIe siècle. C’est quelque chose qui a été laissé en friche depuis les travaux de Jules-Marie Richard.

CB : L’ensemble est très volumineux.

OC : Le classement du fonds par Richard n’a pas aidé à comprendre ce qu’il y avait aux AD du Pas-de-Calais. Il a classé les chartes par ordre chronologique puis a mis tout le reste en paquet. Il considérait les comptes comme moins intéressants.

CBL : L’inventaire a été repris au début du XXIe siècle, mais le nouvel inventaire se trouve seulement à Arras. Il y a des documents partout : Arras, Saint-Omer et même à Gand. Il y a également un inventaire à New-York. Il faudrait faire une « team Mahaut ». C’est un projet à long terme.

Roxane Chilà, « Naples et l’aristocratie du Regno. Recherches sur l’insertion urbaine des groupes nobiliaires »

Roxane Chilà est Prag à l’université de Bordeaux. Elle a soutenu sa thèse sur Une cour à l’épreuve de la conquête : la société curiale et Naples, capitale d’Alphonse le Magnanime (1416-1458) en 2014 à l’université de Montpellier 3 en cotutelle avec l’Università degli studi di Napoli Federico II. Elle s’est occupée du séminaire «Arriver en ville» organisé à l’ENS de Lyon par le laboratoire junior VilMA (Histoire comparée des villes au Moyen Age. Territoires, réseaux, identités).

Roxane Chilà s’intéresse à la société urbaine à Naples et à l’histoire urbaine de Naples. Le problème majeur est que les archives royales ont été détruites en septembre 1943 dans le cadre de la retraite allemande de Naples, ainsi que la totalité des fonds notariés médiévaux. Le volume le plus ancien concerne l’année 1485. Le fonds municipal a été détruit dans la nuit du 3 au 4 mars 1946 par un incendie volontaire pour dissimuler des vols. Le fonds, pendant la guerre, a été très négligé et quelque peu pillé. Seule une copie d’actes du parlement du royaume a été préservée. Il y a eu également un trafic d’archives napolitaines dans les années 2000-2010. Dans ces conditions, l’histoire urbaine de Naples est très mal connue. Seules des esquisses sont possibles.

Les noms des principaux chercheurs qui se sont consacrés à l’histoire urbaine de Naples sont les suivants : d’abord Michelangelo Schipa, qui s’est occupé de l’histoire des institutions municipales avant les incendies des années 1940. C’est une référence indépassable puisqu’il a vu la documentation. Dans les années 1990-2000, les sources monastiques ont été étudiées. Rosalba Di Meglio a revalorisé la domination aragonaise. Nous pouvons également citer Giovanni Vitolo, Giuliana Vitale, Monica Santangelo ou Bianca de Divitiis. Un projet ERC, HistAntArtSI (http://www.histantartsi.eu/)  s’occupe des sources urbaines italiennes avec une base de données en ligne. La majorité des données ne concerne pas Naples (à cause de la disparition des sources).

Naples et sa noblesse

L’aristocratie urbaine de Naples repose sur une organisation municipale remarquable avec une université double, qui suppose un double maillage du territoire urbain : l’université du peuple (popolo grasso) et l’université des nobles (dès le XIIIe siècle). Dès les années 1220, des occurrences de différents termes apparaissent : piazze (places populaires), seggi (sièges nobiliaires). Il y a une subdivision de la cité intramuros. Le centre de la circonscription est une loge surmontée d’une coupole. Les seggi correspondent à un groupe social, celui des nobles. Une de ses principales fonctions est de répartir l’impôt jusqu’en 1306. Les gens inscrits dans les seggi représentent la noblesse de Naples, avec un fort particularisme.

Quelles sont les origines du phénomène ? Il y aurait une origine dite « ludique » : ces regroupements seraient le produit spontané de la sociabilité aristocratique des meilleures familles de la senior pars de Naples. Il y a également une autre hypothèse selon laquelle ils auraient été fondés par les Angevins. Ce serait un héritage de la royauté normande. À présent, il y a un consensus entre les historiens autour de l’idée qu’il s’agirait d’un processus mixte : il y aurait eu une intervention royale pour encourager ces regroupements, mais dans les plus anciens seggi, il y avait peut-être des structures préexistantes.

Ces seggi ne concernent pas la noblesse féodale. Les grands feudataires résident de façon ponctuelle à Naples. Où résident-ils quand ils viennent à Naples ? On l’ignore, mais on peut supposer qu’ils étaient accueillis dans les deux châteaux napolitains : Castelnuovo (château angevin, 1279-1282) et Castel Capuano (château normand). Dans ces deux châteaux, il y a assez de place pour les accueillir quand ils viennent pour leur service auprès du roi.

Les sièges ont une fonction cardinale dans la société napolitaine. Ils ont un rôle fondamental pour les élites aristocratiques. Des liens forts sont tissés avec la royauté.

Rapport entre noblesse des sièges et la royauté

La décennie 1330 est cruciale pour la revendication de noblesse des sièges. Le roi Robert le Sage accorde une sentence destinée à apaiser un conflit récurrent entre les seggi Nido et Capuano qui revendiquent une plus grande antiquité et les aristocrates des trois autres sièges (Montagna, Portanuova, Porto) qui leur seraient inférieurs. Le roi accorde le tiers des honneurs aux deux premiers sièges. Tous sont égaux pour l’accession aux offices royaux. Les nobles de Nido et Capuano ont en outre l’autorisation de se réunir à part des autres membres du conseil municipal.

En 1380, le conflit dégénère en combat de rue, d’après les notes de Giovanni Battista Bolvito. Cet érudit a copié, à l’époque moderne, un acte d’amnistie donné par la reine Jeanne Ière en septembre 1380. Les nobles de Nido et Capuano appellent les autres nobles « mediani ». Les autres nobles des trois autres sièges les accusent d’arriver de la côte amalfitaine et d’être d’origine modeste, alors qu’ils sont eux d’origine normande, du moins leurs ancêtres sont arrivés avec les conquérants successifs. L’amnistie de 1380 concerne la journée du 7 août où deux jeunes nobles se rendent avec leur suite sur la place de la Sellaria (aux confins de quatre sièges). Des insultes sont échangées qui dégénèrent en combats de rue (8 morts). Lors de l’acte de pacification de septembre 1380, les loges de Nido et de Capuana sont encore en état de siège.

Cette aristocratie bagarreuse est le principal vivier de recrutement des officiers royaux. A cela s’ajoute la question de la succession des pouvoirs étrangers sur l’Italie méridionale. Il y a une logique d’importation d’élites dans le royaume de Naples. Les familles des sièges fournissent les officiers. Sergianni Caracciolo, Le connétable de Jeanne II est issu de la principale famille du seggio Capuano.

D’après les notes de Bolvito, lors du règne de Ladislas (1408), frère aîné de Jeanne II, il est précisé que l’office de maître rational doit être réservé à des membres des cinq sièges ou à des gradués de l’université. Les premiers maîtres rationales ont existé sous Frédéric II. Ils s’occupent de l’audit des comptes de tous les officiers royaux. L’office est ensuite récupéré par la monarchie aragonaise et la dynastie angevine après leur conquête des territoires méridionaux. La noblesse napolitaine des sièges est le bassin de recrutement. Pour l’année 1390, nous disposons d’une liste de maîtres rationaux confirmés dans leur fonction par Ladislas : un tiers d’entre eux est issu de l’université et les deux autres tiers sont issus des sièges. Il y a une parenthèse sous le premier souverain aragonais de Naples, au milieu du XVe siècle, Alphonse le Magnanime. Les officiers royaux sont moins issus des sièges et il y a un personnel domestique issu de la péninsule ibérique. Mais son successeur s’entoure d’un personnel local. Les juges et les maîtres rationaux sont alors issus en majorité de la noblesse des sièges.

Dans les années 1490, il y a une brutale reprise en main par la royauté aragonaise des officiers des finances du royaume, avec un parachutage d’officiers issus des sièges napolitains. On a l’impression d’une place toujours croissante dans les offices domestiques de cette noblesse, mais aussi dans les fonctions judiciaires et comptables de la royauté aragonaise. Dans cette dynamique générale favorable aux lignages des seggi de Naples, le règne d’Alphonse le Magnanime apparaît comme une anomalie dans la composition de l’entourage royal et de la répartition de certains offices où les sujets de la couronne d’Aragon sont surreprésentés. Mais peu d’individus originaires de péninsule ibérique arrivés avec Alphonse d’Aragon souhaitent rester à Naples.

L’espace des seggi

La noblesse qui n’appartient pas aux sièges est exclue de toute représentation politique dans Naples. Accéder aux sièges est un enjeu de premier ordre pour toute famille qui veut accéder à Naples et au service du roi.

Les conditions d’intégration dans les sièges sont mal connues. D’après un statut de 1420, l’agrégation au siège se fait par le biais d’alliances matrimoniales. Le mariage est la porte d’accès. Le roi ne peut contraindre un siège à intégrer un nouveau membre. Le roi peut faire d’un individu un citoyen de Naples ou lui donner des titres, mais l’accès au siège se fait par le mariage. Il n’y a aucune trace d’alliance matrimoniale des familles des seggi avec des individus d’origine ibérique. Il y a toutefois des mentions de possession de maisons dans le territoire des seggi. Un majordome du roi vend une maison au roi pour que le roi y installe la Vicaria (tribunal administratif du royaume). Son frère vend sa maison pour abriter la Sommaria. Les mentions sont issues de l’historiographie du XIXe ou du début du XXe siècle ou des correspondances des ambassades. En 1455, Alphonse le Magnanime ordonne aux Dominicains de vendre trois parcelles à un secrétaire royal qui a construit une maison de grande taille à côté du dortoir des frères prêcheurs. Le nom du secrétaire n’est pas donné, mais seulement trois secrétaires du roi pourraient correspondre et un seul d’entre eux est resté à Naples après la mort du roi.

L’investissement dans un futur napolitain fait ressortir l’idée que c’est ceux qui misent sur Naples et non sur le roi qui peuvent rester. Cela concerne les lignages castillans qui ont tout perdu en Castille et qui ont suivi le roi d’Aragon à Naples. Ils contractent des alliances matrimoniales pour intégrer la noblesse des sièges. Ce sont les serviteurs des vice-rois de Naples au XVIe siècle.

La géographie des résidences est mal connue. La famille des Carafa (du siège Nido) peut être localisée. À partir de l’installation de la vice-royauté espagnole, on observe un inurbamento des grandes familles feudataires qui s’installent à Naples (XVIe-XVIIe siècle). Les nobles fuori piazza « assiègent » les sièges pour y entrer (on parle d’assegio ai seggi). Tous les grands lignages se font construire des palais à Naples aux XVIe-XVIIe siècles (cf. travaux de Gérard Labrot). La dynamique se met en branle à partir de Pedro de Tolède (1532-1553). Tous les grands lignages aristocratiques se font construire des palais dans Naples. Il y a des rafales de transactions pour obtenir le foncier nécessaire, avec des difficultés à trouver des parcelles suffisamment grandes. Naples connaît alors une forte croissance démographique. Pedro de Tolède fait abattre les murailles et fait construire les quartiers espagnols (les palais sont construits dans cette zone puisque le centre est congestionné). Les lignages des sièges sont pris dans la compétition.  Les plus riches des familles des sièges se font construire des palais pour rester dans la course. C’est une façon de fragmenter la cohérence de la société urbaine napolitaine en dispersant les nobles des sièges. C’est un processus de domestication de la noblesse. La présence de la noblesse à Naples devient cruciale.

Discussion

BB : C’est une présentation précise. Il est difficile de faire de l’histoire comparée avec des univers différents. Ce qui structure la cour, c’est un réseau politico-social, indépendant de la ville. Les nobles espagnols qui rêvent de rentrer en Espagne, sont à comparer avec les nobles français qui ne restent pas à Paris, s’ils n’y ont pas de fonction.

CB : Ils n’y trouvent pas de place.

Roxane Chilà (RC) : Ces nobles aragonais et catalans se rassemblent dans des espaces de la ville basse réputés « ignobles » par les nobles de la ville haute. La noblesse des sièges est une société fermée.

BB : De quoi vit la noblesse napolitaine ?

RC : Ce n’est pas clair. Ils possèdent des terres autour de Naples. On n’a pas de sources sur la question et il est difficile d’apporter des réponses claires sur ce point.

BB : Ils n’appartiennent pas au popolo grasso.

RC : Ils ont un mode de vie noble. Ils ne travaillent pas. Ils ont des revenus fonciers dans la ville même et dans la région autour de Naples. C’est une noblesse globalement désargentée pour qui l’accès au service royal est crucial en termes économiques.

CB : Si j’ai bien compris, les feudataires vivent en dehors de la ville et les nobles des sièges ne sont pas des grands feudataires dont une partie est venue avec les Normands. Récupèrent-ils une partie de l’argent des impôts ? Il faut qu’ils aient des revenus.

RC : Il y a six élus par an pour la municipalité. Ils ont des petits revenus fonciers, mais il n’y a pas de sources. Les traités du XVIe siècle mentionnent les origines normandes, le service du roi (offices ou service militaire).

BB : Est-ce une forme de défense de la ville ?

RC : C’est le service militaire quand le roi part en campagne.

CB : Y-a-t-il d’autres modèles similaires en Italie ?

RC : C’est une société qui semble fonctionner de façon différente des autres, mais il n’y a pas de sources…

CB : En Italie, la documentation marchande est très importante. Est-ce le cas à Naples ? C’est un moyen d’avoir des indices.

RC : Il y a peu de sources locales. Celles qui existent ont été mobilisées par David Abulafia pour ses travaux (The Two Italies. Economic Relations Between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes, Cambridge, 1977)

BB : Qui possède le sol à Naples ?

RC : C’est le roi.

CBL : Le roi venait à Naples régulièrement dans le Castel Nuovo.

BB : Le château ressemble à la Bastille.

RC : Il a été réaménagé au XVe siècle. Au XVIe siècle, il y a eu la construction à côté du palais royal moderne. Le Castel Nuovo est impossible à ouvrir. Il sert de forteresse pour protéger le port.

CBL : Il n’y a pas de construction autour.

RC : Il y a un faubourg qui est fortement endommagé à l’occasion des différentes prises de la ville XVe siècle, puis la création d’un glacis à l’époque moderne. Des fouilles sont menées actuellement car des vestiges du port grec de Naples y ont été découverts. Les rois d’Aragon utilisent Castel Nuovo et Castel Capuano

CB : Le roi ne semble pas avoir droit d’entrer dans la ville ?

RC : Si, les rois circulaient régulièrement dans l’espace urbain et selon les contextes résidaient davantage à Castel Capuano qui est plus en ville.

BB : Le Louvre est en marge de la ville, comme la Bastille. Pratiquement tous les châteaux urbains sont sur les remparts pour des questions de défense. Les châteaux sont articulés à l’ensemble des murailles. A Naples, ce qui est important c’est le port. A Rouen, les châteaux sont au bord de la ville. C’est lié à l’économie foncière et à la défense.

RC : Il faut chercher des sources.

BB : L’historiographie ancienne devient source.

RC est à la recherche des maîtres rationaux. Il y a la description de l’entrée royale du Magnanime à Naples après sa victoire sur les Angevins avec un passage par les loges des sièges. Il réactive ensuite ce parcours.

BB : Aucun souverain ne peut gouverner une ville sans le soutien des élites. Ces nobles sont au cœur du système urbain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.