Reliures d’étoffe dans les bibliothèques des Valois

Nathalie COILLY (Communication du 27 novembre 2003)

Les visiteurs de l’exposition Livres en broderie de la Bibliothèque de l’Arsenal (1995) ont pu constater combien les reliures d’étoffe médiévale conservées sont rares. Il est de ce fait difficile de mesurer à quel point la perspective historique de la reliure d’étoffe peut en être faussée car c’est précisément au Moyen Âge que les qualités des textiles furent le plus fréquemment mises à profit pour la confection de reliures de luxe, leur emploi se faisant plus exceptionnel à compter du XVIe siècle.

Contexte historique

Le contexte historique de cette étude est celui de la Guerre de Cent ans, à l’époque du sage roi Charles V et de ses frères « apanagés » : Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, Jean, duc de Berry et Louis, duc d’Anjou. Au cœur du conflit, les fastes de la vie de cour confortaient l’ascendant politique des princes rivaux, ce qui favorisait l’effervescence artistique tout autant que le penchant naturel des Valois pour les arts. Dans ce cadre, constituer une collection de manuscrits relevait à la fois d’un choix personnel et d’une politique d’ostentation.

Sources

Les recherches ont porté principalement sur les inventaires des librairies du roi Charles V, de Philippe le Hardi et de Jean de Berry. Furent également dépouillés 80 inventaires de clercs et laïcs français de cette époque.

Les reliures d’étoffe médiévales étant aujourd’hui rarissimes, il est indispensable, pour mieux en cerner les techniques et l’esthétique, d’appréhender les différentes productions artistiques contemporaines :

  • fragments d’étoffe médiévale conservés au Musée des tissus de Lyon ;
  • objets d’orfèvrerie, art pictural (en particulier la peinture flamande dont le réalisme grandissant est précieux), statuaire.

Techniques de la reliure d’étoffe

La presque totalité des descriptions de reliures d’étoffe recensées le furent dans les inventaires des princes Valois (94 %), ce qui s’explique aisément, ne serait-ce que par l’ampleur de leurs collections. Dans les collections de Bourgogne, 14 % des manuscrits sont dotés d’au moins un élément d’étoffe1 , témoigne de la qualité et de la force expressive des broderies de cette époque.

L’étoffe permettait la confection de deux éléments, associés ou non :

  • la couvrure: prenons l’exemple des Heures dites d’Isabeau de Bavière. Il s’agit de l’une des plus anciennes couvrures brodées (seconde moitié du XIVe siècle). De petites dimensions, reliées d’étoffe précieuse, ces Heures pourraient avoir appartenu à l’épouse de Charles VI2 ,
  • la chemise: c’est l’élément le plus original de la reliure d’étoffe. Citons la chemise du psautier dit de saint Louis et de Blanche de Castille, de soie bleue brodée de fleurs de lys d’or, doublée d’un taffetas rouge où sont cousues deux poches destinées à accueillir les ais. Elle fut offerte par Charles V à la sainte chapelle pour recouvrir le psautier dit de saint Louis, dont elle masque complètement la couvrure de veau du XIIIe siècle3 . Elle se déploie élégamment autour du volume tout en en constituant l’enveloppe protectrice.

Portée symbolique

Il existe un lien symbolique entre l’emploi d’étoffe et le sentiment religieux de l’époque. Dans le domaine artistique, les représentations de chemises sont relativement fréquentes mais toujours attachées à l’imagerie pieuse. On citera entre autres la vierge en majesté du polyptyque de l’Agneau mystique de Jan van Eyck à Gand ; la madeleine lisant de Rogier van der Weyden à la National gallery de Londres ; la statue orante de Jean de Berry par Jean de Cambrai à la cathédrale de Bourges. Quant aux collections de Charles V, Jean de Berry, Philippe le Hardi et son épouse, les étoffes s’y révèlent très majoritairement dévolues aux ouvrages liturgiques et de dévotion.

La chemise est probablement l’héritière directe de la tradition chrétienne du manutergium, voile liturgique employé dès les premiers temps du christianisme pour éviter le contact entre un objet sacré et les mains de l’officiant4 . L’emploi de textiles luxueux a par la suite été rejeté par les communautés monastiques, mais a suscité un regain d’intérêt de la part des dignitaires laïques de la fin du Moyen Âge, peu enclins à se soumettre à de quelconques règles d’austérité. En outre, de nouvelles pratiques de dévotion, fondées sur la lecture quotidienne et intériorisée d’ouvrages pieux, s’affirment à la fin du Moyen Âge et sont particulièrement bien accueillies par les femmes. Les dames fortunées possèdent au moins un livre d’heures, de petites dimensions, parfois orné comme un bijou. La confection d’une reliure d’étoffe renforçait l’attachement à cet intime et précieux support de dévotion.

Conclusion

Les raisons pour lesquelles l’étoffe fut un matériau privilégié de la reliure de luxe au Moyen Âge sont doubles :

  • matérielles : les techniques de la reliure de cuir ne permettaient pas alors de concurrencer celles de l’artisanat textile sur le plan esthétique ;
  • symboliques : l’emploi d’un matériau aussi précieux que l’étoffe traduisait et magnifiait la ferveur du sentiment religieux.

Documents annexes

Vocabulaire rencontré dans les inventaires

Textiles et couleurs
Dénomination Description Emploi
Soieries
Drap de soye, sericus ou cericus  Terme générique : soierie
Taffetas  Soierie d’armure toile : monochrome, sans motifs  Bannières, doublures (de vêtements, de reliures – chemises)
Cendal  Soierie d’armure toile ; proche du taffetas, plus prisé  Bannières, tentures, ou doublures de vêtements d’été, de reliures – chemises
Tiercelain ou Cendal tiercelain  Cendal à trois fils  Doublures (de vêtements, de reliures – chemises)
Satin, sathin  Soierie non façonnée d’armure satin  Doublures de plus riches étoffes (damas, velours) ou tissu principal (doublé de cendal ou de tiercelain)
Samit  Soierie façonnée dérivée du sergé, plus complexe ; tissu façonné ou uni, épais  Ameublement princier et liturgique, reliure
Satanin, satallin  Soierie façonnée  Ornements religieux, reliure
Baudequin  Soierie façonnée originaire de Bagdad ; on trouve aussi drap d’oultre mer  Vêtement, reliure
Camocas  Soierie sans doute proche du damas  Ameublement d’église, reliure
Damas, drap de damas  Soierie façonnée ; originaire de Damas. Aujourd’hui, le damas est une soierie sans envers, dont les effets de dessin sont obtenus par des flottés sur une armure de base satin ou sergé (effets de matité / brillance). Il est difficile de savoir si le damas médiéval était défini par une technique ou par une origine.
Mention de Damas de religion
 Vêtement, ornements liturgiques, reliures / chemises
Velours ; veluiau, velutus  Soierie façonnée la plus prestigieuse ; effet de bouclettes ou de poils obtenu au moyen de fils de chaîne supplémentaires surélevés et éventuellement tondus.
Rares et intéressantes mentions de velours empraint (= velours frappé), sathin figuré de veluiau ( = velours sur satin), velutus pillosus ( = velours relevé)
 Riches vêtements ; reliure / chemises doublées
Drap d’or  Toute soierie façonnée composée de fil d’or = actuel brocart.
On trouve des mentions de drap d’or trait, de drap d’or cothidians ou de drap d’or soudanis, drap d’or de damas, drap d’or marramas ou marmaras
 Ornements liturgiques, reliure
Laine, lin, chanvre, etc.
Camelot, zambellotus  À l’origine, tissu oriental, constitué de fins duvets de chameau, de chèvre du Tibet ou d’Angora. Commence à figurer dans les inventaires princiers à partir de la deuxième moitié du XIVe siècle. Le prix élevé des duvets donna aux manufacturiers italiens l’idée de fabriquer des camelots de soie  Rare en reliure
Drap de laine, drapus lane, drap  Draperie de laine  Vêtement, rare en reliure
Toile, toille, toile Reims  Toiles de lin ou de chanvre. Peuvent être qualifiées de fines ou déliées. La toile de Reims est prisée  Serviettes, nappes, parements liturgiques, linceuls ; en reliure, sous la forme de chemises en milieu princier ou de couvrure
Bisette  Passementerie  Pattes de fermoirs
Décors et ornements
Ouvré, ouvré de brodeure, ouvré à l’esguille, laboratus, operatus  Brodé (= travaillé à l’aiguille, après le tissage)  Ameublement, vêtement, reliure
Figuré  Façonné (= élaboré au métier, au cours du tissage)  Ameublement, vêtement, reliure
Rayé, royé, eschiqueté, mi-partie ou divisatus, liseré ou listatus, bordé ou bordatus  Décors (remarque : voir le lien avec la composition des écus)  Vêtements, reliure

 Blanc, brun, gris, more (brun très foncé), tanné (brun–roux), cendré (sorte de gris).

Noir : teinture particulièrement chère, obtenue par plusieurs bains de teinture, un premier à base de noix de galle, un second à base d’extrait de sumac (ou d’un autre colorant à base de tanin), et un dernier, à base d’indigo par exemple, afin d’aviver la couleur obtenue.

Bleus : préparés à partir de l’indigotine contenue dans la guède et préparée en pastel. L’indigotine entrait également dans la fabrication des violets, des verts, du noir grand teint, ainsi que dans celle de nombreux bruns et gris. Termes rencontrés : azur, bleu, célestin, pers, lividus.

Jaune, jaunet, gaune : à partir de la gaude.

Violet, inde ou ynde.

Vert.

Rouges : vermeil fabriqué à partir du kermès (insecte séché ; lat. vermiculus) ; rouge, cramoisy, sanguin.

Généalogie des Valois

Reliure-Etoffe1

Éléments de bibliographie

Contexte historique, artistique et culturel

Autrand Françoise, Charles V, Paris, 1994.

Hasenohr Geneviève, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xvsiècles », dans Histoire des bibliothèques françaises, dir. André Vernet, Paris, 1989, I, p. 214-263.

Huizinga Johan, L’automne du Moyen Âge, 1re édition 1919, traduit du néerlandais, Paris, 1989.

Blanc Odile, Parades et parures, l’invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997.

Pastoureau Michel, Figures et couleurs : études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, 1986.

Reliure médiévale

Alexandre Jean-Louis), Maître Claire), Catalogue des reliures médiévales conservées à la Bibliothèque Municipale d’Autun, ainsi qu’à la Société Éduenne, Turnhout, Brepols, 1997 (Reliures Médiévales des Bibliothèques Publiques de France, 1).

Alexandre Jean-Louis, Grand Geneviève, Lanoë Guy, Bibliothèque municipale de Vendôme, Turnhout, Brepols, 2000 (Reliures Médiévales des Bibliothèques Publiques de France, 2).

Federici Carlo, La legatura medievale, Roma, Instituto centrale per la patologia del libro, 1993.

Gid Denise, Laffitte Marie-Pierre, Les reliures à plaques françaises, Turnhout, Brepols, 1997 (Bibliologia, 15).

Gilissen Léon, La reliure occidentale antérieure à 1400 d’après les manuscrits de la Bibliothèque Royale Albert 1er à Bruxelles, Turnhout, Brepols, 1983 (Bibliologia, 1).

Lanoë G. (éd.), Grand G. (collab.), La reliure médiévale. Pour une description normalisée. Actes du colloque international (Paris, 22-24 mai 2003), organisé par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) sous le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, édités par Guy Lanoë avec la collaboration de Geneviève Grand, Turnhout, Brepols, 2008 (Reliures médiévales des bibliothèques de France, hors-série).

Schmidt-Kunsemüller Friedrich-Adolf, Die Abendländischen romanischen Blindstempeleinbände, Stuttgart, A. Hiersemann, 1985.

Schmidt-Kunsemüller Friedrich-Adolf, Corpus der gotischen Lederschnitteinbände aus dem deutschen Sprachgebiet, Stuttgart, A. Hiersemann, 1980.

Szirmai J. A., The archaeology of medieval bookbinding, Aldershot – Burnington, Ashgate, 2000.

Toulet Jean, « Les reliures » dans Histoire de l’édition française, t. I : Le livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, 1983, p. 541-539.

Vezin Jean, Évolution des techniques de la reliure médiévale, Paris, 1973.

Vocabulaire du livre et de la reliure au Moyen Âge : actes de la table ronde, Paris, 24-26 septembre 1987, édités par Olga Weijers, Turnhout, Brepols, 1989 (en particulier l’article de Marie-Pierre Laffitte).

Reliures d’étoffe

Bearman Frederick, « The origins and significance of two late medieval textile chemise bookbindings in the Walters Art Gallery », The journal of the Walter Art Gallery,54, 1996, (Essays in honor of Lilian M.C. Randall), p. 163-187.

Barber Giles), Textile and embroidered bindings, Oxford, 1971.

Livres en broderies, reliures françaises du Moyen Âge à nos jours [Exposition Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 30 novembre 1995 – 25 février 1996], Paris, 1995.

Nathalie COILLY (Bibliothèque de l’Arsenal, conservatrice)

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/16.htm)

  1. Fermoirs, couvrures, chemise, bourses.) ; la proportion s’élève à 25 % au Louvre et à 48 % chez le duc de Berry. Dans les inventaires des prélats, clercs et laïcs de moindre rang, les reliures d’étoffe firent en revanche figure d’exception, mais elles sont souvent les seules de la collection que les rédacteurs se soient attardés à décrire, ce qui témoigne de leur caractère exceptionnel.

    Dans les collections princières, la fibre la plus employée fut la soie (drap de soie). Camocas, taffetas, baudequin, cendal, tiercelain, damas, désignaient chacun une soierie particulière définie par une origine géographique (c’est le cas du baudequin, de Bagdad) ou une qualité. Un grand nombre de ces substantifs ont disparu du vocabulaire de l’artisanat textile et sont aujourd’hui difficiles à identifier. On distingue toutefois aisément les soieries complexes (baudequin, velours, damas) des soieries légères (taffetas, cendal, tiercelain, satin), employées en doublure.

    Le succès des textiles s’explique par les avantages qu’ils présentaient sur les cuirs de reliure de l’époque médiévale. Rappelons que les techniques majeures de la reliure de cuir de luxe, façonnage du maroquin, dorure et polychromie, n’apparurent qu’au XVIe siècle. Les textiles autorisaient alors une palette chromatique plus large que celle des cuirs et des possibilités ornementales infinies par le biais du façonnage et de la broderie. La broderie dite du « Retour des chasseurs » du musée des tissus de Lyon, œuvre française du XIVe siècle ((« Le retour des chasseurs », Lyon, Musée des tissus, inv. 30020, velours de soie brodé de soie, filé or et filé argent, France, XIVe siècle. []

  2. Paris, BnF, ms. lat. 1403. Cf. Livres en broderie, op. cit., n°4, p. 49. []
  3. Paris, Arsenal, ms. 1186 Res. Cf. Livres en broderie, op. cit., n°3, p. 48. []
  4. Baerman Frederick, « The origin and significance of two medieval textile chemise bookbindings in the Walters Art Gallery », The journal of the Walter Art Gallery, 54, 1996 (Essays in honor of Lilian M.C. Randall), p. 163-187. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.