Les sceaux : historique et problèmes de conservation

Marie-Adelaïde NIELEN (Communication du 15 janvier 2004)

Les sceaux sont de petits bas-reliefs en cire, représentant une image et un texte, comme les médailles ou les monnaies. Véritables objets d’art, ils témoignent de leur époque et seraient certainement conservés dans des musées s’ils n’étaient indissociables du document écrit auxquels ils sont attachés. Ils sont formés par l’empreinte d’images ou de caractères gravés dans une matière dure sur une matière malléable :

  • la matrice est l’instrument portant, gravé en creux et à l’envers, des signes propres à une autorité ou à une personne physique ou morale, et destinés à être imprimés sur un support. La matrice est généralement composée d’un alliage cuivreux (laiton ou bronze) ;
  • l’empreinte est la marque laissée de façon permanente par la pression de la matrice sur une matière, qui, lorsqu’elle est molle (cire généralement), constitue le sceau et lorsqu’elle est métallique (plomb le plus souvent), constitue la bulle.

Une coupure géographique apparaîtra au Moyen Âge entre ces deux types d’empreintes : le plomb est rare en Occident et la cire est fragile dans les pays chauds.

Le sceau existe depuis l’Antiquité, avant même l’écriture (sceaux cylindres de Mésopotamie du IVe millénaire avant notre ère). Au IIe millénaire avant notre ère apparaît l’anneau sigillaire qui sera adopté par Rome et par les souverains barbares (Mérovingiens). L’usage du sceau se poursuit au Moyen Âge en Europe, et il y connaît son âge d’or : d’abord utilisé par les souverains (droit régalien) puis les hauts prélats, il gagne toutes les couches de la société médiévale (grands féodaux, petits seigneurs, bourgeois, paysans, personnes morales telles que les villes, les abbayes, les corporations…). L’utilisation du sceau commence à péricliter vers le milieu du XVIe siècle, lorsque le papier devient courant : moins résistant, il ne peut supporter le poids d’une telle empreinte. La signature autographe et l’acte notarié se développent également. Apparaît alors le cachet en cire laque, plus fin et plus léger.

De nos jours, on scelle encore des documents imprimés importants comme les Constitutions, ou les lois importantes (abolition de la peine de mort, parité hommes/femmes…).

La fonction du sceau est en premier lieu d’authentifier les actes. Sans son sceau, le document perd toute sa valeur diplomatique : fixé au document, il tient lieu de signature (le signataire qui appose son sceau est appelé sigillant). Le sceau ne doit pas être considéré isolément mais dans l’ensemble qu’il forme avec le document et son mode d’attache. Il est donc plus approprié de parler de « document scellé ».

Comme dans l’Antiquité déjà, le sceau a deux autres fonctions : sceller des documents, mais également fermer des lieux, des meubles, des récipients, pour en garantir l’intégrité, préciser la propriété d’un objet, en attester la provenance ou la qualité.

Le sceau est un document à la fois figuré et écrit, fabriqué avec soin et précision, daté par l’acte sur lequel il est fixé ou appendu. Son étude apporte des informations précises et très complètes sur les sigillants, et sur les personnages ou les scènes qui y sont figurés (évolution des costumes, armements, mentalités et symbolique, histoire culturelle et religieuse, etc.) mais aussi des données sur la valeur et la portée de l’acte lui-même. Le sceau constitue de plus la source principale des recherches sur les armoiries médiévales. On en conserve un très grand nombre (plusieurs centaines de milliers en France). Il est de ce fait un matériau d’étude très riche.

Il peut être décrit selon plusieurs critères :

  • La forme : ronde, ovale (= en navette) et, plus rarement, triangulaire ou carrée.
  • La matière : le plus souvent la cire, à laquelle sont ajoutés de nombreux additifs (pigments, colorants, résine, poix, charges), parfois le métal (le plomb à 99,95 %, très rarement l’or ou l’argent).
  • La couleur : verte, jaune ou rouge et toutes les nuances du brun. Dans les chancelleries très organisées (royales surtout), la couleur utilisée dépend de la nature de l’acte.
  • L’image représentée correspond à différents types : type effigié, type de majesté, type équestre, etc.

À l’origine et jusqu’au tout début du xiie siècle, le sceau était plaqué (par incision du parchemin, ce qui offrait peu de solidité), puis il est devenu pendant, apposé avec différentes d’attaches : liens textiles (lacs de soie ou cordelette de chanvre) ou languette de parchemin (queue).

La conservation du document scellé, objet composite, est particulièrement délicate, du fait de la fragilité des matériaux qui ont chacun leur propre réaction à l’environnement.

Les principales causes de dégradation sont physiques : mauvaises manipulations et conditionnements inappropriés. Le poids du sceau fait également subir au document et aux lacs, des tensions qui peuvent suffire à provoquer des déchirements. Les variations de température et d’hygrométrie sont aussi un risque.

Les altérations constatées se situent à plusieurs niveaux :

  • les attaches : décoloration, déchirements ;
  • le sceau : cassures en de multiples morceaux, écrasement, fissures, altérations chimiques diverses (blanchiment, décoloration, cristallisation en surface, migration des charges), développements de micro-organismes, attaques d’insectes ;
  • les bulles : corrosion pouvant entraîner la disparition totale du métal, écrasements, rayures ;
  • le document : déchirements.

Quand les éléments ont été dissociés, il est indispensable d’en conserver tous les morceaux ensemble afin de préserver la preuve de l’authenticité du document et ne pas compromettre la restauration qui consiste avant tout à reconstituer le document dans son intégralité : parchemin + attaches + sceau.

Après un nettoyage minutieux, la restauration consiste à effectuer les opérations suivantes :

  • les morceaux sont ressoudés avec une pointe chauffante ;
  • les manques sont comblés avec une cire d’apport teintée (actuellement, après divers essais, on utilise de la paraffine), de surface plane, sans interprétation ni reprise du modelé manquant ;
  • les lacs ou queues détachés sont réinsérés dans la galette de cire.
  • si possible, le sceau détaché est rattaché au document.
  • la corrosion des bulles est stoppée par électrolyse (opération qui ne se fait pas aux Archives nationales).

Une fois le document scellé restauré, il serait idéal de le conditionner à plat, individuellement, afin qu’il n’y ait plus de tensions entre le parchemin et le sceau et que le document ne puisse plus être écrasé, ni bouger dans son conditionnement. Depuis le Moyen Âge on s’est d’ailleurs préoccupé de la protection de ces objets précieux et on trouve dans les archives toutes sortes de sachets (en parchemin, bourrés d’étoupe, en papier, en tissu), lesquels ont parfois contribué à la dégradation des sceaux. Cependant, une protection ancienne peut, elle aussi, être un témoignage historique à conserver. Hélas, bien souvent, le manque de moyens humains et financiers, et surtout la saturation des espaces de stockage, d’autant plus cruciale que les Archives nationales conservent près de 500 000 actes scellés, ne permettent pas cette prise en charge.

Le service des sceaux des Archives nationales conserve des collections de moulages réalisés à partir de 1850. Ces collections sont constituées de moules (creux) et de moulages (positifs) en plâtre, en soufre, voire en résine. Destinés à protéger les sceaux eux-mêmes qui ne sont plus communiqués, ces moulages sont donc une bonne alternative à la consultation.

Les inventaires des collections de moulages de sceaux sont consultables sur la base ARCHIM.

Marie-Adelaïde NIELEN (Centre des archives nationales, service des sceaux)

Éléments de bibliographie

Chassel J.-L. et Dalas M., « Bibliographie de la sigillographie française de 1982 à 1986 », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 54-59, 1990-1991, p. 237-256.

Chassel J.-L. et Dalas M., « Bibliographie de la sigillographie française de 1987 à 1991 », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 60-61, 1984-1989, p. 237-256.

Conseil international des archives, comité de sigillographie. Vocabulaire international de la sigillographie, Rome, 1990, (Ministerio per i beni culturali e ambientali. Publicazioni degli Archivi di stato. Sussidi 3).

Gandilhon R. et Pastoureau M., Bibliographie de la sigillographie française, 2e édition, Paris, 1982.

Metman Y., « Sigillographie et marques postales », dans L’Histoire et ses méthodes, Charles Samaran dir., Paris, 1964 (Encyclopédie de la Pléiade), p. 393-446.

Pastoureau M., Les sceaux, Turnhout, 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental).

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/20.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.