Quelques éléments concernant la fabrication des papiers indiens

Amélie COUVRAT-DESVERGNES (Communication du 15 avril 2004)

C’est au cours de stages consacrés à la conservation et la restauration des miniatures indiennes, en Inde et en Angleterre, que le projet est né d’étudier le support même de ces œuvres, le papier, à travers son histoire et sa technologie. Comme son homologue persan, le papier indien possède la particularité technique d’être vergé et présente en surface un aspect lustré dû aux brunissages répétés.

Si peu de textes anciens permettent de situer ce matériau dans un contexte historique, en revanche, représentations, miniatures ou illustrations sont autant de sources intéressantes pour la reconstitution des procédés de fabrication. À ce titre, l’illustration intitulée « Le papetier et ses outils » tirée de l’album des métiers du Cachemire datant du XIXe siècle, donne de précieuses indications sur la préparation de la pâte et l’élaboration de la feuille de papier.

L’introduction de cette technologie en Inde a suscité de nombreuses hypothèses et polémiques. Cependant, les historiens s’accordent aujourd’hui sur l’implantation du premier moulin à papier au XVe siècle. Le sultan Shahi Khan, de retour de Samarcande, ramène avec lui des papetiers persans qui fondent, au Cachemire, la première papeterie. Par la suite, les manufactures fleurissent à l’intérieur du sous-continent, le long des rivières. Les plus réputées seront celles du Rajasthan et du Deccan. Ce n’est qu’au XVIe siècle, avec le règne des empereurs musulmans moghols venus de Perse, que l’utilisation du papier devient systématique grâce, entre autres, au développement des ateliers royaux et régionaux. Il semble que les causes de ce développement si tardif soient essentiellement religieuses : le système hiératique des castes et la puissante autorité des brahmanes orthodoxes décourageaient l’adoption de toute nouvelle technologie. De plus, le recyclage des produits comme celui des chiffons ainsi que l’emploi de la colle d’amidon étaient considérés comme impurs. Pour cet ensemble de raisons la fabrication du papier restera essentiellement le travail des musulmans. En outre, pour la rédaction des écrits religieux, les Indiens restèrent très longtemps attachés au support initial, les ôles ou feuilles de palme. Par la suite, le papier indien deviendra peu à peu très réputé et s’exportera dans le monde oriental.

Sous la domination britannique, le papier indien périclite car le gouvernement impose l’importation et l’utilisation du papier anglais. Les mouvements Swadeshi du Mahatma Gandhi et Khadi (KVIC) de Nehru ont pour mission de relancer et de planifier la production et l’artisanat indien en décentralisant les manufactures dans les villages. Aujourd’hui le KVIC sponsorise 450 petites entreprises.

Le procédé de fabrication diffère peu de la tradition persane. La forme est constituée de deux parties : un écran mobile, la chhapri, fait de fibres végétales tissées qui vient reposer sur un cadre de bois, le sacha. La pâte composée de matériaux de recyclage (tissus, cordes, filets) ou de fibres brutes diverses selon les régions (sisal, coton, chanvre, lin, daphné, bambou…) résulte d’un long processus incluant de façon répétée le lavage, le battage dans le dhenki, la pile, et le trempage des fibres dans une solution alcaline. Il semble que l’utilisation d’un agent dispersant ne soit pas systématique, bien que certaines sources fassent mention du mucilage de l’okra ou de gomme arabique additionnée d’alun.

Pour la confection de la feuille, le papetier trempe la forme dans la cuve pour en recueillir la pâte, puis il détache le chhapri et couche la feuille sur la pile. Après pressage de la pile, chaque feuille est appliquée sur un mur de chaux pour son séchage. Puis, après encollage à la colle d’amidon ou à la colle de graine de tamarin, chaque feuille est longuement brunie sur un banc de bois incurvé avec une pierre d’agate ou un galet. Cette opération permet d’homogénéiser l’encollage et de rendre le support propice à recevoir l’encre ou les couleurs.

Si aujourd’hui peu de manufactures de papier subsistent, on peut cependant se rendre à Sanganer, village du Rajasthan, pour observer la production moderne dans l’entreprise « Chez Salim », ou les techniques ancestrales chez Mohammad Hussain qui emploie toujours la forme traditionnelle et fabrique son papier à base de matériaux de jute recyclés.

Chez Salim, importante manufacture familiale, la forme traditionnelle fut abandonnée au profit d’un simple écran de nylon tendu sur un cadre de bois manipulé par deux hommes.

Mohammad Hussain utilise encore la forme traditionnelle. Avant de plonger celle-ci dans la cuve, il place deux bâtons de bois afin d’éviter que la pâte ne coule sur les côtés.

Chez Salim, importante manufacture familiale, la forme traditionnelle fut abandonnée au profit d’un simple écran de nylon tendu sur un cadre de bois manipulé par deux hommes.

Chez Salim, importante manufacture familiale, la forme traditionnelle fut abandonnée au profit d’un simple écran de nylon tendu sur un cadre de bois manipulé par deux hommes.

Amélie COUVRAT-DESVERGNES (Restaurateur d’œuvres sur papier)

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/5.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.