Un manuscrit de Jean de Salisbury retrouvé parmi les fragments de Chartres

Parmi les nombreux livres que Jean de Salisbury, évêque de Chartres, légua à sa mort en 1180 à la bibliothèque du chapitre figurait un titre énigmatique : « Historiae Johannis Turonensis ». En effet, le nécrologe de la cathédrale de Chartres était jusqu’à présent la seule trace de l’œuvre de Jean de Tours, auteur obscure que des rares sources contemporaines identifiaient à la fois avec un élève d’Anselme de Laon (mort en 1117) et un maître de Pierre le Mangeur (vers 1100-1179).

Martyrologe-obituaire de Chartres, Chartres, BM, ms. 1033, vers 1200
(l’obit de Jean de Salisbury avec la liste des livres donnés au chapitre de la cathédrale de Chartres)

La « Historia magistri Johannis Turonensis » était encore présente dans la bibliothèque du chapitre à la fin du XVIe siècle, comme l’atteste une liste des manuscrits copiée par Augustin Dupuy (chanoine de Chartres entre 1593 et 1641) et préservée aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France (ms. Dupuy 673, f. 137v). Après cette date, toute trace du manuscrit disparaît. Entre le XVIIe et le XXe siècle aucun catalogue ne mentionne ni son auteur ni son titre. Longtemps on le croyait perdu. Or il y a quelques semaines, lors d’une vérification systématique de toutes les reproductions des manuscrits sinistrés de Chartres, avant une nouvelle campagne de numérisation, un texte dans le ms. 169 a attiré mon attention. Une suscription à la fin l’appelle ‘Liber historiarum’ et son contenu correspond aux livres historiques de la Bible en constituant leur abrégé-commentaire. Avons-nous devant nos yeux un ‘prototype’ de la Historia scholastica de Pierre le Mangeur, élève présumé de Jean de Tours ? Un examen plus détaillé du texte, difficile à lire à cause de l’effacement de l’encre sur le parchemin devenu transparent, sous la lumière UV est nécessaire pour répondre à cette question. Mais l’identification du manuscrit avec les ‘Historiae Johannis Turonensis’ de Jean de Salisbury est la plus probable. Comme son exemplaire du Policraticus légué au chapitre de Chartres (Soissons, BM, ms. 24), le présent manuscrit est aussi d’origine anglaise. Son écriture et ses initiales ‘à arabesques’ suggèrent qu’il fut copié à St. Albans, sous l’abbatiat de Simon (1167-1183). Jean de Salisbury était en contact avec l’abbé à plusieurs reprises après son retour en Angleterre de son exil en France en 1170 et avant son accès à l’évêché de Chartres en 1176.

Chartres, BM, ms. 169, f. 33v-34

Après la rédaction de la liste des manuscrits du chapitre de Chartres par Dupuy, la bibliothèque n’a presque pas subi de pertes. Or dans les dernières décennies du XVIIe siècle, les chanoines ont réaménagé son espace. Les pupitres ont cédé la place aux armoires et de nombreux manuscrits ont reçu leurs nouvelles reliures. C’est sans doute à ce moment que le présent manuscrit fut relié avec un ouvrage plus récent de Vincent de Beauvais et qu’avec son ancienne reliure, il a perdu l’identification de son auteur, qui ne figure plus dans les catalogues postérieurs. 

Joanna FROŃSKA

Voir la notice détaillée du manuscrit sur le site « A la recherche des manuscrits de Chartres ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search