Les Sermons de Geoffroy Babion retrouvés à la bibliothèque de Chartres

Comme la majorité des manuscrits de la bibliothèque de Chartres, le ms. 238 était réputé avoir été détruit durant la Seconde Guerre mondiale. Au cours du travail mené par les chercheurs de l’IRHT pour identifier les fragments restés anonymes depuis l’incendie de 1944, 11 fragments se sont révélés appartenir au ms. 238 ; de format similaire, ils correspondent à une suite ordonnée de feuillets.

Chartres, BM, ms. 238, fragment 11 verso, S. 41 : Sermo ad populum de venerandis sacerdotibus

Ce petit sermonnaire contenait une série d’homélies d’un prédicateur renommé du XIIe siècle : Geoffroy du Loroux, dit Babion, maître des écoles d’Angers avant 1107, ermite, puis archevêque de Bordeaux de 1136 à sa mort en 1158. L’étude des 11 fragments révèle une suite continue qui comprend les sermons destinés aux contemplatifs (S. 38, 39, 40) et le début du S. 41 adressé au peuple bordelais, selon la classification de J.-P. BONNES (« Un des plus grands prédicateurs du XIIe siècle, Geoffroy du Loroux dit Babion », Revue Bénédictine, t. 60-61, 1945-1946, p. 174-215). Daté de 1138, le sermon 41 qui exaltait le pouvoir sacerdotal et l’obéissance au pape à la suite du schisme d’Anaclet introduisait normalement une série de sermons synodaux ad sacerdotes. A priori, le ms. suivait donc un ordre que l’on retrouve dans les exemplaires de la seconde moitié du XIIe siècle contenant un premier état ordonné de la collection. En recoupant la description du catalogue d’OMONT et alii, 1890 et l’analyse des fragments, on peut identifier avec certitude les sermons 1, 3, 4 ; (… ?) ; 38, 39, 40, 41 (… ?) et enfin le S. 46 (ou le S. 54 de même incipit). Toutefois, les fragments témoignent également d’importantes omissions par rapport au texte connu, qui concernent soit de simples citations scripturaires, soit des passages entiers. De par son petit format (155 × 115 mm ; 123 f. de 16 lignes en moyenne), le manuscrit ne devait contenir qu’une partie des sermons ou bien une forme abrégée du recueil, à moins qu’il ne s’agisse d’un état primitif du texte prêché ? En effet, le manuscrit, daté des années 1140-1160 d’après les indices matériels, figure parmi les plus anciens exemplaires conservés et pourrait avoir été copié du vivant même du prédicateur. Les fragments du ms. 238 ont ainsi l’immense intérêt de relancer la question de la genèse de cette collection homilétique séculière qui, avec plus de 200 manuscrits connus, fut l’une des plus célèbres du premier XIIe siècle.

Jean-Hervé FOULON

Voir la notice détaillée en ligne sur le site « A la recherche des manuscrits de Chartres ».
Les fragments seront numérisés par l’IRHT en 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search