Enquête historique et technique sur la classification de la basane en France à la fin de l’époque médiévale et au XVIIIe siècle

Eva HALASZ-CSIBA (Communication du 14 avril 2005)

Évoquer la basane dans le contexte de la reliure d’art par exemple, relève d’un pur paradoxe, tant ce matériau est devenu, dès le XIXe siècle, synonyme de cuir médiocre issu d’une production bon marché.

La définition technique du mot basane, proposée dans les dictionnaires de l’industrie du cuir affiche une simplicité apparente : « peau de mouton délainée, tannée végétalement et non corroyée ».

Cependant, dès que l’on commence à interroger ce produit commun qu’est la basane d’un point de vue historique et technique, on est vite frappé par la complexité inattendue du rôle qu’elle a rempli dans la vie matérielle. En effet, si la peau lainée des moutons et des brebis constituait le matériau par excellence de la grande industrie médiévale, la draperie, elle fournissait, après délainage, la matière première d’un vaste ensemble de métiers du cuir. Le mot basane (bazane, basanne, bazenne…) figure, dès les XIIIe et XIVe siècles en France, avec une belle régularité dans les documents écrits (statuts, ordonnances, inventaires, etc.), comme l’un des cuirs les plus largement utilisés par de nombreux corps de métiers (savetonniers, selliers, gainiers, relieurs, puis dès le XVIe siècle les fabricants de tentures dorées), mais son identité technique reste à définir.

Devant l’extrême variété des objets manufacturés à partir de la basane – relevant de secteurs aussi multiples que le mobilier, le vêtement, le transport ou la reliure – il est judicieux de soulever une question : la définition technique répandue mais assez sommaire de la basane (peau de mouton tannée végétalement), est-elle toujours valable et fiable quand on est confronté aux problèmes de l’identification des objets de provenance et de datation variées surtout s’il s’agit de leur conservation ou de leur restauration ?

C’est dans cette perspective qu’est proposée cette enquête sur la classification de la basane dans sa dimension historique, technique et lexicale.

Basane ou basanes ?

Approche d’un terme technique à l’époque médiévale

La dénomination des cuirs dans les documents écrits varie souvent selon leur provenance géographique : on parle ainsi de cuir de Cordoue, du Maroc, de Hongrie, de Russie… Ces noms indiquent souvent la voie de circulation des savoirs techniques (ou/et) des échanges commerciaux de telle ou telle période.

L’ordonnance du roi Jean, en 1350, adressée aux « faiseurs de souliers de basane à Paris », stipule que « nul ouvrier ne pourra mettre en œuvre ni faire soulier de peau de mouton ou de brebis ou de chien tannée, mais tant seulement de basane d’Auvergne ou de Provence bonne et fine ».

La distinction établie entre les peaux d’ovin ou de chien tannées et les basanes d’Auvergne et de Provence, uniquement qualifiées de bonnes et fines, indique clairement les critères de classification appliqués : en premier lieu la provenance géographique de la peau, mais aussi l’indication d’une méthode de fabrication qui serait spécifique d’une région.

Dans le premier statut des savetonniers, vers 1260, figurant dans les registres d’Étienne Boileau, les maîtres se désignent comme : « çavetonniers de petiz souliers de basenne ».

Les statuts des métiers de l’époque médiévale peuvent nous renseigner sur les modalités d’application de telle ou telle espèce de cuir, et sur les conditions de son usage. C’est ainsi que dans ces registres on a pu trouver un certain type de basane techniquement inattendue, et désignée comme cuir alude.

« L’alude est une basane retournée et mégissée, que les lexicographes du XIIIe au XVe siècle confondent avec le cordouan » note Victor Gay dans son Glossaire archéologique. On peut observer dans cette définition un glissement de sens entre trois types de cuir qu’on a pourtant l’habitude de bien distinguer : la basane, le cordouan et le cuir mégissé.

Sommes-nous vraiment témoins d’une confusion lexicale, comme le suggère Victor Gay, ou bien d’un glissement sémantique qui serait révélateur d’une caractéristique commune, d’ordre technologique, notamment l’usage de l’alun pour ces types de cuirs ?

Afin de mieux cerner l’identité technique de la basane, on devrait s’interroger également sur les méthodes de travail pratiquées par les divers corps de métiers, mais, sur ce point, les archives de la période médiévale sont encore insuffisamment exploitées pour que l’on puisse dresser des constats technologiques précis.

Pour établir un classement de la basane, fondée sur une caractérisation technique, nous allons donc passer aux documents écrits du XVIIIe siècle, période susceptible de nous livrer des éléments autrement plus éclairants.

Les basanes selon les documents écrits du XVIIIe siècle

Le Dictionnaire universel du commerce de Jean Savary des Bruslons nous offre des précisions sur l’usage, les techniques et le commerce de la basane. L’auteur souligne que « la France ne tire point de basane des pays étrangers, au contraire les étrangers en tirent des Français. »

L’abondance de la production correspond à une très vaste gamme d’utilisation, et à un éventail de choix techniques remarquables : « les basanes s’emploient à divers usages suivant les différents apprêts » précise Savary qui donne une liste des divers types de basane répertoriés en cinq classes :

  • Les basanes tannées ou basanes de couche
  • Les basanes coudrées
  • Les basanes chippées
  • Les basanes passées en mesquis ou redon
  • Les basanes appelées aludes

Dans cette énumération, nous retrouvons les deux types de basane déjà repérés à l’époque médiévale : celle qui était tannée avec un agent végétal, et celle qui était apprêtée à l’alun, appelée alude.

La basane nommée alude, souligne en effet Savary, est une « sorte de basane qui est toute différente des autres » ; elle est « passée en blanc » (dans l’eau d’alun), et teintée généralement en vert et violet. L’alude s’emploie ordinairement à faire des couvertures de livre et des portefeuilles.

L’auteur savant attire également l’attention sur une « confusion courante » dans la taxinomie des tanneurs au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, quand « on nomme encore basane, quoiqu’assez improprement, les peaux de mouton passées en mégie ».

En conclusion nous pouvons souligner que, malgré la qualification répandue de la basane en tant que cuir « vil et médiocre », la richesse technologique inattendue – classée en cinq groupes par Savary – pour un produit courant nous incite à faire une révision historique et une analyse plus approfondie concernant la persistance, depuis l’époque médiévale, des confusions lexicales entre les divers types du cuir.

Éléments de bibliographie

Gay Victor, Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Librairie de la Société Bibliographique, 1887.

Savary des Bruslons J., Dictionnaire universel de commerce, d’histoire Naturelle et des arts et métiers, Paris, Jacques Estienne, 1723 – 1730, 3 vol. in folio.

Halasz Csiba Eva, « “Le Tan et le Temps”. Changements techniques et dimension historique du tannage en France (XIVe-XVIIIe s.) », Technique et Culture, 38, 2001, p. 147-174

Halasz Csiba Eva, « Peaux et Cuirs. Méthode d’investigation de la dimension historique du tannage en France », dans Le travail du cuir de la préhistoire à nos jours, Antibes, édition APDCA, 2002, p. 387-398.

Eva HALASZ-CSIBA (CNAM/CDHT)

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/24.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *