Un exemple de l’utilisation de la basane au XIXe siècle

La campagne de reliure des livres précieux de la Bibliothèque municipale de Rouen, une étude historique et technique

Coralie BARBE (Communication du 14 avril 2005)

Le fonds précieux de la Bibliothèque municipale de Rouen, essentiellement constitué de manuscrits, d’incunables et d’imprimés de valeur, rassemble environ 6000 volumes. Au xixe siècle, les conservateurs tentent de préserver cet important patrimoine, majoritairement issu des saisies révolutionnaires. Dans cette optique, 1020 volumes du fonds précieux sont soumis à une campagne de dépose des reliures anciennes, suivie d’une nouvelle campagne de reliure, effaçant à tout jamais les traces de celles-ci. Une cinquantaine de défets1 anciens seulement est mise de côté. Les nouvelles reliures, essentiellement exécutées en basane, cuir de mouton de basse qualité, se trouvent actuellement dans un état de dégradation avancé.

Présentation de la campagne de reliure

La bibliothèque sous la direction d’André Pottier

L’identification de la campagne de reliure a été rendue possible par l’observation d’un ensemble de manuscrits reliés en maroquin et présentant un cartouche estampé en leur centre : « Restauration des mss (manuscrits) en 1838, M. H. Barbet, Maire de Rouen ». Les similitudes d’exécution entre les manuscrits présentant le cartouche et ceux n’en présentant pas ne laissaient aucun doute sur l’étendue de cette campagne d’environ un millier de volumes. On retrouve par ailleurs la dépense occasionnée par cette opération au budget de la ville de 1837. C’est donc sous la direction d’André Pottier, conservateur de la bibliothèque durant les années 1832-1867, que cette campagne a été entreprise. Ce dernier, à la fois bibliothécaire, historien et théoricien de l’art, s’intéresse également à la restauration et se positionne de manière assez similaire à l’architecte Viollet-le-Duc. Ainsi, il considère que la restauration se doit d’ « assimiler soigneusement ses procédés d’exécution aux procédés anciens », de façon « que l’œuvre moderne se fonde à ce point dans l’œuvre ancienne, qu’on ne puisse la suivre et la déceler ». Cette conception l’a sans doute amené à confier l’exécution de la campagne à un relieur rouennais capable de copier soigneusement les reliures anciennes, Louis-Joseph Cassassus.

La campagne de reliure des livres précieux à la bibliothèque : acteurs et formes

L’identification du relieur a, quant à elle, été effectuée grâce à l’observation de la reliure du manuscrit Les deux nuits du compositeur rouennais Boieldieu. En effet, cette reliure, signée en 1829 du nom de Cassassus, présente un certain nombre de fers parfaitement identiques à ceux observés sur les reliures de la campagne. Il est donc vraisemblable que le relieur Louis-Joseph Cassassus, qui possédait alors à Rouen un atelier dont les compétences étaient reconnues, se soit vu confier, en 1837, la campagne de reliure des livres précieux.

La majorité des volumes possède donc, selon les recommandations d’André Pottier, une apparence robuste et grossière, qui tente d’imiter les caractéristiques techniques des modèles médiévaux.

Trois types de traitements ont été effectués :

  1. La confection d’une nouvelle reliure, majoritairement exécutée en basane (88 % des volumes).
  2. La confection d’une nouvelle reliure présentant des éléments provenant des anciennes couvrures et réintégrés dans le décor, toujours exécutée en basane (11,5 %).
  3. La « réparation », limitée ici à la pose d’une pièce de cuir de basane permettant le maintien en place de l’ancienne couvrure sur le corps d’ouvrage.

En ce qui concerne les décors, on en observe trois types : le décor simple (environ 50 %), le décor « rétrospectif » et le décor « de création » (environ 50 %).

On qualifie de « décor rétrospectif » un décor de reliure exécuté sur un texte ancien, se rapprochant du pastiche, mais faisant preuve d’une inventivité nouvelle et par « décor de création » un décor réalisé à partir de fers de différents styles mais ordonnés de manière singulière.

Étude de la dégradation de la basane

Les cuirs utilisés lors de la campagne présentent un processus de dégradation avancé, qualifié de « pourriture rouge », qui se manifeste par un rougissement, une sécheresse et une pulvérulence importantes du matériau. Il est essentiellement issu de la réaction d’un tannin de type condensé avec les polluants de l’atmosphère, dont le dioxyde de soufre.

D’après la littérature scientifique, ce phénomène concerne les cuirs de tannage végétal postérieurs à 1850. Les cuirs de la campagne datant de 1830-1840, on s’interroge sur les origines de cette dégradation : s’agit-il de la fabrication du cuir ou des conditions environnementales, particulièrement néfastes à Rouen ?

Industrialisation des méthodes de tannage au XIXe siècle

Le processus de tannage a subi d’importantes modifications au cours du XIXe siècle. Jusqu’au début de ce siècle, les substances utilisées pour produire un cuir, et notamment l’écorce de chêne broyée appelée « tan », ainsi que le temps relativement long concédé aux différentes opérations, permettaient aux tannins de se fixer profondément dans la peau et de produire des cuirs de bonne qualité.

Dès la fin du XVIIIe siècle, pour faire face à une demande toujours croissante de peaux tannées, les procédés ont été modifiés et accélérés, et la production de cuir s’est intensifiée, au détriment de la qualité. Par ailleurs, la pénurie d’écorces de chêne au début du XIXe siècle incite les tanneurs à avoir recours à l’utilisation de matières tannantes exotiques de type condensé telles que le mimosa.

Caractérisation chimique de l’état de dégradation de la basane

Afin d’évaluer la part de dégradation due à l’absorption par le cuir de substances polluantes, un ensemble de onze échantillons a été prélevé sur deux zones différentes :

  • Une zone en contact direct avec la pollution, la lumière et les manipulations : le dos.
  • Une zone cachée, protégée des agents de dégradations précités : le rempli de cuir.

Trois analyses ont été conduites :

  • La détermination du type de tannin végétal (hydrolysable ou condensé), par la méthode des spots-tests.
  • La mesure de l’acidité du matériau, par le relevé du pH.
  • La mesure de la température de dénaturation du collagène, par la méthode de la calorimétrie différentielle à balayage.
Détermination du type de tannin

La présence de tannins de type condensé est mise en évidence pour la totalité des cuirs prélevés. Bien que cette analyse mériterait d’être confirmée par une étude chromatographique, il semble que les méthodes de fabrication soient donc impliquées dans le processus de dégradation.

Relevés de pH

L’ensemble des cuirs est acide, mais les parties protégées sont globalement moins acidifiées que les parties plus exposées : la pollution est donc en partie responsable de cet état de dégradation.

Mesure de la température de dénaturation

Pour un cuir neuf de tannage végétal, cette température est de l’ordre de 80-85° C. Ici, les températures obtenues pour les zones exposées avoisinent les 40° C, révélatrices d’une dégradation importante du matériau. En revanche, les zones protégées présentent des températures plus élevées, ce qui confirme l’implication de la pollution dans la dégradation des cuirs de Rouen.

Conclusion

Les résultats de ces analyses impliquent donc à la fois les méthodes de fabrication et la pollution rouennaise, particulièrement importante lors de la révolution industrielle. Une étude scientifique plus approfondie permettrait sans doute de préciser l’impact de tel ou tel facteur. Néanmoins, le cuir de basane utilisé en reliure demeure, depuis le début du XIXsiècle, un cuir de basse qualité, souvent relégué aux travaux ordinaires. Dans le cas des reliures de Rouen, destinées à des livres précieux, on peut alors se demander si André Pottier et Louis-Joseph Cassassus avaient connaissance de la médiocrité de ce matériau ou si la nécessité de relier à nouveau le plus grand nombre d’ouvrages possible l’a emporté sur la qualité des matériaux.

Coralie BARBE (Restauratrice du livre)

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/23.htm)

  1. Les défets sont les éléments sacrifiés des reliures. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.