Maroquin, cordouan, chagrin

Claire CHAHINE (Communication du 19 mai 2005)

Ces trois termes font référence au même matériau, le cuir de chèvre. « Maroquin » et « cordouan » les plus anciens, ont souvent été confondus dans les chroniques et les règlements.

Le « maroquin » se fait avec la peau de chèvre ou de bouc et d’après la tradition, il aurait d’abord été fabriqué au Maroc. Le mouton et le petit veau servent à préparer les peaux dites maroquinées.

Les chèvres des pays chauds sont plus grandes que celles des pays du Nord, leur peau est plus résistante et plus épaisse, la fleur l’est aussi, avec un grain marqué. Le maroquin à gros grain, dit maroquin du Levant, doit son appellation à cette caractéristique et, selon les textes, se serait implanté sur le marché parisien à partir de 1536 à la suite de traités signés entre la France et l’Empire ottoman. L’Italie l’utilisait depuis la fin du XVe siècle où il arrivait par Naples et Venise importé d’Espagne et des pays musulmans.

Les chèvres des pays froids présentent une fleur moins épaisse, les poils sont plus fins, et le grain est moins marqué. Le cuir obtenu à partir de ces chèvres est de nos jours souvent dénommé « chagrin ».

Si la peau de chèvre présente des aspects de surface quelque peu différents selon l’origine géographique, avec des poils plus ou moins gros, on observe les mêmes disposition et densité folliculaires. Il n’en est pas de même pour la peau de mouton dont l’arrangement folliculaire a été modifié, d’une part par l’adaptation au climat et d’autre part par les croisements de races, voulus par l’homme, pour obtenir des poils fins de laine. L’augmentation de la densité folliculaire dans ce dernier cas, en même temps qu’une augmentation des glandes sébacées produit un derme plus lâche : on dit que « la laine mange la peau ». Les meilleures peaux, donc les meilleurs cuirs, sont fournies par les races à faible densité folliculaire dites de type « primitif ».

  • type primitif : cuir fort et résistant, proche de la chèvre
  • type à laine : cuir creux et lâche, peu résistant

Ceci explique que le mouton de type primitif (comme le mouflon de Corse ou de Sardaigne, le mouton des Préalpes) a pu être confondu avec la chèvre et que l’on peut avoir différentes qualités de basane, plusieurs intermédiaires existant entre ces deux extrêmes.

La technique de fabrication du cuir de chèvre, telle qu’elle est pratiquée au Levant, a été importée en Espagne à Cordoue, depuis le Maroc, par les Maures avec la conquête. Elle donnera naissance à ce qu’on a appelé le « cordouan » et s’y développe entre les VIIIe et XIIIe siècles en même temps qu’elle se répand à travers la péninsule et que le cuir est exporté dans toute l’Europe.

Les termes « cordouan » et « maroquin » ont été employés d’une manière différente selon les époques. Pour des périodes anciennes, c’est surtout « cordouan » – assorti de « cordouaniers » – qui prévaut. Il est probable qu’à partir du XVIe siècle, le terme « maroquin » entrera davantage dans le langage courant, bien qu’on puisse en trouver mention avant. Les cordouans étaient commercialisés en France sous plusieurs formes : seulement tannés et destinés à être corroyés, ou complètement finis, c’est-à-dire prêts à être transformés en objets. Ils pouvaient aussi se présenter sous forme d’articles déjà fabriqués, bottes et chaussures, qui prenaient la même appellation que le cuir lui-même, contribuant ainsi à la confusion.

Les substances tannantes décrites pour l’obtention du cordouan et du maroquin sont végétales. Nous tenons de Lalande que le maroquin était préparé avec de la noix de galle en Turquie, avec les fruits de l’acacia vera (variété d’acacia nilotica) en Perse, en Égypte et sur les frontières de l’Afrique et qu’au Levant on utilisait le sumac pour le cordouan. Ajoutons le takaout (galle de tamarix) au Maroc, qui communique au cuir une teinte si claire qu’il est qualifié de blanc et dont l’usage traditionnel se retrouve de nos jours dans les tanneries artisanales. Il en est de même des gousses d’acacia nilotica qui servent encore aux Touaregs du Mali pour la préparation des peaux, témoignant de traditions ancestrales qui se sont perpétuées.
En France, c’est l’écorce de chêne – ou tan – qui est traditionnellement utilisée, avec le sumac, rhus coriaria, probablement dès le Moyen Âge dans le midi de la France et le redon, coriaria myrtifolia, appelé aussi sumac de Provence. Au XVIIIe siècle, selon les encyclopédistes, on tanne à la noix de galle à Paris, au sumac en Provence et à Marseille. À tous ces tanins, certains ajoutent l’alun, avançant qu’à Cordoue le cordouan aurait été tanné avec cette substance, utilisée seule d’abord, puis en mélange avec la noix de galle et le sumac. Il faut cependant considérer que ces petites peaux étaient le plus souvent teintes, et que l’alun était utilisé comme mordant. Ainsi, un manuscrit arabe du XIe siècle mentionne la teinture en rouge avec le bois de sappan, d’un cuir préparé à la noix de galle, comme au Yémen, et à l’alun.

Le maroquin et le cordouan, faits de cuir de chèvre (ou de mouton ?), ont donc pu être tannés avec différents tanins végétaux, mais peut-être aussi avec de l’alun, utilisé seul ou en mélange. Cela en fait des matériaux complexes et mystérieux, d’autant que les appellations sont loin d’être rigoureuses. Les analyses de laboratoire ne peuvent malheureusement donner de réponses à toutes les questions d’identification qui se posent. Si l’on peut en effet différencier les tanins végétaux hydrolysables des condensés, il est impossible à l’heure actuelle d’identifier un tanin en particulier, comme il est difficile, en présence d’alun, de pouvoir l’attribuer au tannage ou à la teinture.

Le terme « chagrin » est également intéressant car il a donné lieu à des définitions diverses selon les auteurs et les époques. Il qualifie maintenant le petit grain rond de la peau de chèvre de pays, par opposition au maroquin, qui possède un grain beaucoup plus gros et marqué. Le chagrin s’obtient quand on travaille la peau de chèvre avec une paumelle pour en rehausser le grain naturel. On peut aussi imprimer un grain artificiel à l’aide de plaques métalliques sur un autre type de peau. En termes de tanneur, le chagrin s’applique à la peau de poisson, squales ou raies, qu’on a appelée galuchat à partir du XVIIIe siècle et que les Anglais nomment shagreen. Mais le chagrin ou sagri qualifie aussi la peau de la croupe du mulet, de l’âne ou du cheval, sur laquelle on appliquait des graines après l’avoir mouillée pour lui donner un décor en relief, technique qui serait originaire de Perse. Au XIXe siècle, ce matériau est parfois contrefait avec du maroquin.

Claire CHAHINE (CRCDG, centre de recherche sur la conservation des documents graphiques)

Éléments de bibliographie

Fabre L., Forest V., Ginouvez O., « Blancaria et maroquinerie à Montpellier (Hérault) au bas Moyen Âge », dans Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours. Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. 18-20 octobre 2001, F. Audoin-Rouzeau, et S. Beyries, dir., Antibes, éditions APDCA, 2002, p. 437-450.

Hincker C., « Matière et métier. Le travail des peaux et du cuir chez les Touaregs de l’Ouest (Mali) », dans Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours. Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. 18-20 octobre 2001, F. Audoin-Rouzeau, et S. Beyries, dir., Antibes, éditions APDCA, 2002, p. 99-112.

Jemma D., Les Tanneurs de Marrakech, Alger, CRAPE, 1972 (Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques, Mémoire n° 19).

Lalande de J., Art du tanneur, Paris, Imp. Guérin et Delatour, 1764 (Description des Arts et Métiers, 34).

Levey M., « Medieval bookmaking and its relation to early chemistry and pharmacology », Transactions of the American philosophical society, new series, 52/4, 1962, p. 1-79.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/17.htm)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *