Urbanisme et artisanat de la peau dans une agglomération languedocienne du bas Moyen Âge

Les fouilles de la Faculté de Droit à Montpellier

Vianney FOREST (Communication du 19 mai 2005)

La restructuration des sous-sols de la Faculté de Droit de Montpellier a été précédée d’une opération d’archéologie préventive au cours de l’année 19971 . Ces fouilles devaient apporter des données sur la manière selon laquelle ce quartier avait été urbanisé à la suite de son intégration dans la ville lors de l’édification d’une seconde muraille à partir de 1204, sur les éventuelles occupations antérieures, et déterminer la nature des installations rencontrées.

Les deux premiers points furent correctement renseignés à partir des structures mises au jour : les premières traces d’occupation nettes datent du XIIIe siècle et l’occupation se prolonge jusqu’au XVIe siècle, date à laquelle l’espace devient ouvert (cour, jardin, etc.). Le troisième point n’a pas pu être alimenté par les observations les plus habituellement usitées par les archéologues. En effet, les traces des bâtiments étaient ténues, aucune structure ou organisation originale n’a donc pu être décelée. De plus, les tessons de céramique et autres objets du quotidien (pièces métalliques, etc.) appartiennent au corpus commun de toute occupation dans la ville médiévale de Montpellier.

Les indices révélateurs vont venir d’éléments biologiques de plus en plus intégrés aux études archéologiques : ici les os d’animaux et les charbons de bois.

Les premiers, qui sont l’objet de l’archéozoologie, présentent une composition curieuse. Elle résulte du mélange de reliefs alimentaires habituels en milieu urbain médiéval dans le sud de la France (mouton, chèvre, porc, bœuf, poule…), et de certains organes du squelette d’une seule espèce. Il s’agit de calottes crâniennes dépourvues de leurs chevilles osseuses, et d’os des extrémités des membres (métacarpe, métatarse, phalanges, os sésamoïdes) provenant de caprins, chèvres et mâles peut-être majoritairement castrés. Un tel assemblage caractériserait le premier geste d’un artisan de la peau : il reçoit les dépouilles qui, suivant certains usages, peuvent encore porter la tête et les « pieds », et les en débarrasse immédiatement.

Parmi les charbons de bois étudiés par l’anthracologie, est apparue une bûchette de sumac, Rhus sp., taxon quasiment jamais rencontré en Languedoc en période médiévale. Or, cette plante est employée pour tanner la peau ou colorer le cuir.

Ainsi, l’activité sur ou autour de la zone fouillée est identifiée : une fabrication de cuir. Plus étonnant est le type de cuir potentiellement élaboré. D’après les témoignages du XVIIIe siècle, la peau de chèvre – et encore mieux de mâle caprin castré (car la peau est plus fine) – qui est tannée au sumac, donne le maroquin.

Cette découverte remet en question la tradition qui place l’arrivée de ce type de cuir en France au cours du XVIe ou du XVIIe siècle.

Cette hypothèse proposée par l’archéologie est corroborée par l’existence dans les archives de la ville, d’un document, Le Petit Thalamus, serment du « contrôleur des herbes qui servent à La Blanquerie » (Blancaria : activité de traitement des peaux en occitan languedocien, mais aussi quartier spécialisé dans le travail des peaux, quartier où se situe justement la fouille archéologique). Le sumac y est cité. Les falsifications contre lesquelles doivent sévir les contrôleurs, sont à quelques détails près celles encore énoncées durant la première moitié du XXe siècle lors du choix du sumac destiné au tannage, le sumac des corroyeurs, Rhus coriaria.

Ainsi, la fabrication de cuir de type maroquin a pu se faire à Montpellier dès le XIIIe siècle.

Par ailleurs, la localisation de ces activités à l’intérieur de l’enceinte médiévale et non à l’extérieur le long d’un petit ruisseau, le Merdanson, qui coule à proximité, hors les murs, permet de proposer une organisation spatiale de l’activité bien différente de celle « moderne » qui se déroule au fil de l’eau pour opérer le classique « travail de rivière ».

Les nombreux puits, deux en particulier retrouvés sur la zone fouillée, alimentés par une abondante eau souterraine circulant dans la colline de Montpellier, suffit à alimenter le travail des petites peaux (ovins et caprins), vraisemblablement intégré dans une chaîne verticale de fabrication, de la peau à l’objet fini. Chaque artisan devait probablement tanner juste la quantité nécessaire à sa propre consommation manufacturière.

Enfin, certains éléments ont permis de formuler une hypothèse de déplacements de l’artisanat des petites peaux lors de l’expansion rapide de la ville au cours de la période médiévale. Au pied de l’enceinte médiévale primitive, a pu exister un petit complexe de traitement des animaux (boucherie, suiferie, tannerie, etc.) ; il aurait éclaté pour occuper les nouveaux espaces protégés à l’occasion de la construction de la seconde enceinte au début du XIIIe siècle. De récentes découvertes accréditent l’existence d’un second ensemble centré sur les seuls caprins dont la Blancaria ferait partie. Puis, durant les XVIIe et XVIIIe siècles, ce travail de la peau a été repoussé hors de l’enceinte médiévale, le long du Merdanson où la dernière tannerie fermera au début du XXe siècle.

Éléments de bibliographie

Fabre L., Forest V., Ginouvez O., « Blancaria et maroquinerie à Montpellier (Hérault) au bas Moyen Âge », dans Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, F. Audoin-Rouzeau et S. Beyries, dir., Antibes, éditions APDCA, 2002, p. 437-450.

Rodet-Belarbi I., Forest V., Olive C., « Dépôts archéologiques de pieds de mouton et de chèvre : s’agit-il toujours d’un artisanat de la peau ? » dans Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, F. Audoin-Rouzeau et S. Beyries, dir., Antibes, éditions APDCA, 2002, p. 315-349.

Forest V., Ginouvez O., Fabre L., « Les fouilles de la Faculté de Droit à Montpellier. Urbanisme et artisanat de la peau dans une agglomération languedocienne du bas Moyen-Âge », Archéologie du Midi Médiéval, 22, 2004, p. 45-76.

Vianney FOREST (INRAP, Montpellier)

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/22.htm).

 

 

  1. L’équipe de fouille de l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN) devenue Institut National des Recherches en Archéologie Préventive (INRAP), a été dirigée par Olivier Ginouvez, sur prescription d’Alain Chartrain (Service Régional de l’Archéologie Languedoc-Roussillon). Les analyses anthracologiques ont été réalisées par Laurent Fabre (INRAP/AFAN). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.