Les rouleaux de comptes sur parchemin en France et en Angleterre (XIIIe-XIVe siècles)

Élisabeth LALOU (Communication du 2 juin 2005)

Le format du rouleau, le « rotulus », a été utilisé au Moyen Âge à côté du codex ou registre pour recopier des actes, des chartes (ce sont les cartulaires en rouleau), pour recopier des armoriaux ou des arbres généalogiques, des documents judiciaires mais surtout des documents comptables, en grand nombre à partir du XIIIe siècle. Il nous reste quelques exemplaires de rouleaux utilisés pour copier des textes littéraires, un évangile aux femmes, un ou deux rouleaux contenant des pièces lyriques, plusieurs chroniques universelles en rouleaux. Mais le plus gros corpus a été produit par les administrations comptables naissantes des deux royaumes français et anglais.

Qu’est-ce qu’un rouleau de parchemin médiéval ?

Un rouleau est constitué de plusieurs membranes de parchemin cousues ensemble avec un fil plus ou moins épais ou avec une lanière de parchemin. La peau, coupée de façon plus ou moins large, mesure en moyenne 30 cm de large sur 50 à 70 cm de long. Il s’agit de valeurs moyennes car la largeur peut varier de 10 à 30 cm ou atteindre 50 cm, voire 93 cm ; le nombre des peaux est variable (de deux à une centaine).

Le rouleau est écrit seulement au recto – côté chair – et l’écriture est parallèle à l’enroulement. Au verso – côté poil – on rejette les notes, les additions, les « comptes a tergo » mais pas l’essentiel.

L’exemple d’un cartulaire en rouleau : Le Ronceray [Angers, BM, ms. 844 (0760)]

Les six rouleaux, tous écrits par le même scribe, sont numérotés « primus rotulus », « tercius rotulus », jusqu’à six et datent du XIIe siècle.

Tous comptent huit peaux sauf le premier (7 peaux) et le quatrième (6 peaux). Les peaux sont numérotées (équivalent des rubriques) en bas à gauche côté verso. Des tables se trouvent en tête.

Ils sont roulés sur des « bobines » avec des traces de peinture rouge et dorée sur stuc. Ils possèdent des signets (un fil marque-page de couleur bleue) et sont tous tenus attachés par des lacs de parchemin comme une couverture pour protéger l’extérieur du rouleau1 . Les peaux mesurent entre 70 et 80 cm de large. Les rouleaux sont écrits seulement au recto. En format codex, chaque rouleau serait équivalent à 16 feuillets environ.

On peut se poser légitimement la question de savoir si les cartulaires en rouleaux étaient plus fréquents dans l’espace Plantagenêt. Cependant, si l’on regarde la liste des cartulaires en rouleaux qui nous restent, on se rend compte que cette présentation a existé dans tout le territoire de la France actuelle.

Les rouleaux de comptes

Si nous avons conservé plusieurs rouleaux de procès ou des rouleaux produits par les institutions judiciaires (rouleau du procès des templiers, comprenant 45 peaux et mesurant 22,2 m de long : Archives nationales J 413 n° 18 par exemple, ou rouleau de suppliques adressées au pape par la Nation de Picardie : 28 peaux, XVe siècle), il apparaît que les plus gros utilisateurs de rouleaux ont certainement été les comptables.

Les deux plus importantes archives médiévales qui conservaient ces rouleaux étaient, en France, les archives de la Chambre des comptes et en Angleterre, les archives de la Wardrobe et de l’Échiquier.

Le plus grand nombre de rouleaux subsistant se trouve assurément en Angleterre, les Anglais ayant eu recours à ce type de support de façon quasi systématique. En France, les archives de la Chambre des comptes ont brûlé en 1737 et ces archives sont connues surtout pour leur grande série de registres mémoriaux (dénommés Pater, Noster, Qui in coelis, etc.). De la même façon, la chancellerie française utilise les registres pour les actes royaux à partir de la fin du XIIe siècle et le Parlement enregistre les arrêts dans les Olim à partir de 1254.

En Angleterre, la chancellerie enregistre les lettres patentes dans les Patent rolls, les lettres closes dans les Close rolls. Les comptes de différentes sortes (de la garde-robe, de la cuisine ou des différents métiers de l’hôtel royal, ainsi que les comptes des sheriffs) sont tenus sur rouleaux. Les juges itinérants transcrivent les jugements sur des rouleaux.

Ces rouleaux sont constitués de une à 30 peaux cousues ensemble par un fil. Les peaux mesurent en moyenne 30 cm de large sur 60 à 80 de long chacune. L’écriture court parallèlement au petit côté du rouleau. Le verso est peu utilisé pour les rouleaux de chancellerie mais souvent pour les rouleaux de comptes (partes a tergo, récapitulés etc.).

La particularité anglaise est le pipe roll, constitué de plusieurs rouleaux cousus ensemble en haut de la « liasse » ce qui donne un document lourd et épais. Ces pipe rolls réunissent les comptes des sheriffs.

À la chambre des comptes, les comptes des baillis et sénéchaux qui étaient produits de la même façon pour être contrôlés, étaient conservés cousus ensemble en un seul et unique rouleau qui pouvait être fort long. Il ne nous en reste que des fragments (ex. BnF, ms. fr. 10365 p. 1-39).

On peut distinguer deux usages dans le rouleau : en France et en Angleterre, on utilise le rouleau pour prendre des notes, mettre au net un compte qui sera présenté à la chambre des comptes. La France connaît aussi l’usage des tablettes de cire pour les premiers brouillons. L’Angleterre n’aurait pas connu ce support et aurait utilisé directement du parchemin pour des documents pourtant encore à l’état de brouillon.

Dans un deuxième temps, on distingue une phase d’enregistrement qui ne se contente pas de « faire mémoire » (ce que font déjà les cartulaires dès le XIsiècle) mais qui donne aux documents insérés dans le rouleau ou le registre (en France) une valeur authentique. La France est passée au registre plus tôt et de façon plus systématique que l’Angleterre. À la fin du XIIIsiècle et au début du XIVe, l’Angleterre adopte le format du registre-codex pour quelques comptes prestigieux (garde-robe d’Edouard Ier), mais la majorité des archives demeure sous la forme du rouleau. En France toutefois, la notoriété des registres de la Chambre des comptes ne doit pas occulter l’existence d’un nombre important de rouleaux sur lesquels étaient recopiés ordonnances ou récapitulés comptables qui faisaient foi.

Matériel de conservation et d’archivage des rouleaux

On a conservé quelques descriptions des archives de la Chambre des comptes, mais également un plan des armoires (latin 9848, fol. 41). Les rouleaux étaient conservés dans des armoires, des sacs, des coffres, des huches. Il en était de même en Angleterre : la bibliothèque de Westminster a encore conservé les armoires et les coffres du XIVe siècle.

En ce qui concerne la conservation pièce à pièce des rouleaux, ils étaient placés dans des tubes parfois de fer (mais cette pratique paraît plus tardive). Le plus généralement cependant ils étaient conservés dans des sacs : de grands ou de petits sacs de cuir ou de toile munis d’étiquettes.

Les chartes étaient conservées dans des « layettes » (c’est-à-dire des boîtes) ou dans des sacs et étaient transportées dans des « boîtes à lettres ». Les sceaux étaient ensachés dans des pochettes de parchemin ainsi que dans des sacs de tissu aux armes. Les chartes étaient pliées de façon à préserver le sceau2 .

Rouleau ou registre ?

Pourquoi utiliser plutôt un rouleau qu’un registre ? Le rouleau ne semble pas avoir été plus économique que le registre écrit recto-verso. Le rouleau était peut-être plus facile à écrire simultanément par plusieurs personnes, encore qu’il fût possible, dans le cas d’un registre, de distribuer des cahiers à plusieurs scribes. Y aurait-il eu une influence du codex de bois et cire sur l’utilisation par la France du format registre ? Peut-être aussi le registre était-il plus pratique et limitait-il de beaucoup le temps de la recherche d’un texte que dans un rouleau qu’il fallait dérouler et réenrouler.

Éléments de bibliographie

Langlois Charles Victor, « Registres perdus des archives de la Chambre des comptes de Paris », Notices et extraits des manuscrits de la BNF, t. 40, 1916. p. 33-398.

Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par Robert Mignon sous le règne de Philippe de Valois, éd. Ch. V. Langlois sous dir. L. Delisle, Paris, 1899.

Petit Joseph, Gavrilovitch Maury et Theodoru, Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la chambre des comptes de Paris, Paris, 1899

Bertrand Paul, « De l’art de plier les chartes en quatre : pour une étude des pliages de chartes médiévales à des fins de conservation et de classement », Gazette du livre médiéval, 40, printemps 2002, p. 25-35.

Élisabeth LALOU (IRHT)

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/21.htm).

  1. Mesures : premier : 5, 45 m x 30 cm ; 100 actes / 2e : 5, 66 m x 30 cm ; 100 actes / 3e : 5, 75 m x 28,5 cm ; 100 actes / 4e : 4, 48 m x 29 cm ; 100 actes / 5e : 5,10 m x 27 cm ; 100 actes / 6e : 5,40 m x 29 cm ; 76 actes. []
  2. Paul Bertrand, « De l’art de plier les chartes en quatre : pour une étude des pliages de chartes médiévales à des fins de conservation et de classement », Gazette du livre médiéval, 40, printemps 2002, p. 25-35. Paul Bertrand, « De l’art de plier les chartes en quatre : pour une étude des pliages de chartes médiévales à des fins de conservation et de classement », Gazette du livre médiéval, 40, printemps 2002, p. 25-35. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *