Les papiers utilitaires du XVIe siècle à la période industrielle

Benoît DUFOURNIER (Communication 16 juin 2005)

Trace, tresse, étresse, bulle, lombard, gros bon, vanant, brouillard, les noms de papiers qui, au cours de la période Moderne, ont désigné ou fini par désigner les utilitaires n’ont cessé de se diversifier. À partir des enquêtes réalisées depuis le milieu du XVIIe siècle, systématisées par le Contrôle général (1701, 1717, 1761), poursuivies sous la Révolution et l’Empire (enquête Montalivet), il est possible d’étudier, sinon d’évaluer, l’exacte proportion de ces papiers dans la production globale.

Alors qu’ont disparu la plupart de ces papiers consomptibles, ouvertement décriés, mais toujours utilisés par des corps de métier très divers, de nombreux indices montrent qu’ils faisaient l’objet en fabrication manuelle d’une attention constante, susceptible de l’emporter sur les supports concurrents. Les inventaires après décès du Minutier Central, des épiciers, des marchands papetiers, des marchands chandeliers, des épingliers, l’iconographie des XVIIe et XVIIIe siècles, et aussi bien la littérature technique, tendent à montrer qu’une règle de trois s’appliquait à la casse des chiffonnières : tri en fin, en moyen, en gros, répercuté avec de réguliers décalages dans l’écriture, l’impression et l’emballage.

Un essai d’identification des utilisateurs secondaires a été entrepris, prouvant que l’emballage de tout produit solide a joué, parallèlement à l’écrit, un rôle moteur dans l’emploi du papier utilisé pour les savons de Marseille, la quincaillerie normande, ou les cires et bougies du Mans. Il s’est amplifié avec le commerce Atlantique (sucre, tabac), sans jamais décroître pour des utilisations plus spécifiques (champie ou bâtard à vitre, cartons du drapier). Le papier, ouvré et non pas seulement récupéré, a pris son essor et stimulé la production. Des contraintes techniques, de poids, de finesse, de souplesse, de couleur et de résistance à l’humidité, ont favorisé la novation : apport croissant des colorants (bleus et violets) et des charges, venant compléter le collage traditionnel ou s’y substituer.

Dans l’artillerie et avec les premiers envols de l’aérostation se manifestent les qualités intrinsèques de ce matériau, lequel mène un implacable combat contre le parchemin et les toiles jusqu’au début du XVIIIe siècle, dans les magasins des places fortes, arsenaux et redoutes. Son moindre coût assure son succès dans l’infanterie et l’artillerie, comme le prouvent les règlements militaires français inspirés par Vallière et Gribeauval. On en lisait les prémisses dès le XVIe siècle chez les ingénieurs italiens. Le sachet de papier permet de mesurer la quantité de poudre, sans risque de perte dans la précipitation des combats. Il va permettre, au prix de plus grandes exigences dont témoignent les études d’ingénieurs, d’améliorer les rendements et les cadences de tir. En pleine révolution industrielle, cette dépendance trouve un point culminant à Sedan, au cœur d’un engagement fameux qui témoigne des appétits du fusil modèle 1866 : le Chassepot.

L’étude des sites de production doit d’autre part éclairer la géographie économique en mettant en perspective les relations avec les consommateurs : moulins de Nantua, spécialisés au XVIIIe siècle dans le pliage pour les soieries lyonnaises, papiers à emballage du bassin rouennais, papiers à sucre tributaires d’Orléans, de Nantes, Bordeaux et Marseille, employés dans les chambres à plier des raffineries où coexistent le violet pour l’exportation, le bleu pour la consommation en France, et le blanc juxtaposé, empêchant que le bleu ne vienne tacher le pain translucide.

L’identification des caractères techniques, physiques et chimiques de ces papiers utilitaires peut permettre, à l’aide d’échantillons conservés, de préciser les usages, les évolutions, et de mieux comprendre les variations sémantiques.

Éléments de bibliographie

Belidor Bernard Forest de, Dictionnaire portatif de l’ingénieur et de l’artilleur, Paris, 1758. Réédition de 1768 par Charles-Antoine Jombert disponible sur Gallica : [En ligne] http://gallica.bnf.fr/document?O=N085698

Clément Pierre-Louis, Les montgolfières : leur invention, leur évolution du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, 1982 (collection Art et industrie).

Desmarets Nicolas, Art de la Papeterie, Paris, de l’imprimerie de Monsieur, 1789.

Faujas de Saint-Fond Barthélemy, Description des expériences de la machine aérostatique de MM. de Montgolfier et de celles auxquelles cette découverte a donné lieu, Paris, Cuchet, 1783.

Fronsperger Leonhart, Kriegsbuch…, 1596.

La Lande Jérôme de, Art du cartonnier, Paris, Saillant et Nyon, 1762 (Descriptions des arts et métiers)

La Lande Jérôme de, Art de faire le papier, Paris, Saillant et Nyon, 1761 (Descriptions des arts et métiers). Réédition revue et augmentée par J.-E. Bertrand, Paris, J. Moronval, 1820, disponible sur Gallica : [En ligne] http://gallica.bnf.fr/document?O=N110151

Duhamel du Monceau, Art de la draperie, Paris, H.-L. Guérin et L.-F. Delatour, 1765 (Descriptions des arts et métiers).

Nardin Pierre, Gribeauval, lieutenant général des armées du roi (1715-1789), Langres, 1982 (Les sept épées, 24).

Picard Ernest & Jouan Louis, L’artillerie française au XVIIIe siècle, Paris, 1906.

Salerno Luigi, Tabacco e fumo nella pittura, Torino, 1954.

Surirey de Saint-Rémy, Mémoires d’artillerie, Paris, 1707 (2e éd.). Édition de 1697 (Paris, J. Anisson), disponible sur Gallica : [En ligne] http://gallica.bnf.fr/document?O=N206033

Le Vieil, Art de la peinture sur verre et de la vitrerie, Paris, 1774 (Descriptions des arts et métiers).

Zonca Vittorio, Novo Teatro di machine e edificii…, Padova, P. Bertelli, 1607.

Benoît DUFOURNIER (UMR Chastel – INHA)

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/materiaux/19.htm.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.