Séminaire Paris au Moyen Âge [1] du 19 novembre 2021 : « Les listes dans les inventaires après décès »

La séance s’ouvre sur l’annonce par Caroline Bourlet d’une visite au château d’Écouen consacrée à l’exposition : « Émailler le verre à la Renaissance. Sur les traces des artistes verriers entre Venise et la France ». Elle a eu lieu le vendredi 26 novembre 2021.

Par ailleurs, les informations concernant le séminaire seront disponibles grâce à la liste de diffusion à laquelle il faut s’inscrire en suivant le lien suivant :

https://groupes.renater.fr/sympa/info/paris_au_moyen-age.

Kouky Fianu : « Les documents après décès des chanoines parisiens au XVe s. »

Actuellement professeure à l’université d’Ottawa, Kouky Fianu travaille sur les pratiques sociales de l’écrit et sur l’objet livre. Elle a soutenu une thèse sur les artisans du livre à Paris au Moyen Âge en 1991. Ses recherches récentes portent sur les archives de l’Hôtel-Dieu d’Orléans (XIIe-XVIe siècle).

Elle présente le dossier des inventaires après décès du chapitre Notre-Dame de Paris, datant du XVe siècle, conservé aux Archives nationales (cote : S 851B). Le corpus est composé de vingt-et-une pièces, pouvant elles-mêmes comporter un testament, un inventaire des biens et l’exécution du testament ou n’avoir qu’un seul de ces éléments. Pour cette étude, cinq dossiers ont été retenus, principalement celui de Jean Gaillard (1431), les quatre autres servant d’éléments de comparaison. D’un point de vue codicologique, ce sont des cahiers reliés ou cousus. Disposant de la signature du tabellion du chapitre, ils concernent la gestion de l’exécution du testament qui a été confié aux exécuteurs testamentaires. Leur bilan est généralement positif, c’est-à-dire que les recettes sont supérieures aux dépenses. Ces documents paraissent à première vue être des écrits de gestion, rédigés sous forme de comptes avec des listes. Ils sont composés d’un testament, de l’inventaire des biens (présenté comme une « recette ») et de l’exécution du testament (considérée comme des « dépenses »). La hiérarchie des différentes sections est visualisée par des variations dans l’écriture.

Des listes sont régulièrement présentes dans l’inventaire et le testament. Pour Jean Gaillard, dit Janson, curé de Villeneuve-le-Roi, aux ff. 1v-2v apparaît une liste dans le testament rédigé le 15 août 1431, sur la base d’un testament olographe du 14 septembre 1430, sur deux colonnes, introduite par « Premièrement », les autres éléments énumérés débutant par « Item ». Dans la première colonne sont notés les « I » de Item, le texte se trouvant dans la seconde colonne. Un codicille est ajouté le 19 août 1431, au f. 3r. Ces sauts dans le temps montrent que la temporalité n’est pas strictement chronologique. Le testament de Jean Gaillard est rédigé sous forme de liste présentée en deux colonnes, alors que ceux de Thomas Lefort (1420) et de Mille de Dangelle (1431) ont des textes sur une colonne seulement.

Dans l’inventaire de Jean Gaillard, au f. 4r, apparaît une liste concernant l’inventaire fait le lendemain de son décès, le 22 août 1431. Des pieds-de-mouche sont utilisés pour marquer la séparation des différentes sections concernant d’abord les biens conservés dans la maison de son neveu, puis ceux se trouvant dans la maison du chantre, et enfin dans les autres espaces. L’inventaire est rédigé sur trois colonnes (« I » de Item, puis la description des biens et enfin la somme prisée). Dans la marge inf., est systématiquement notée la somme des montants de la page, avec des comptes justes. Sont énumérés dans l’ordre le mobilier, des objets en métal, le contenu des coffres, les livres et les pièces de monnaie, ainsi que des reconnaissances de dettes. Ont également été ajoutés des documents trouvés après l’inventaire, parfois un an après. Ces différents moments sont toutefois intégrés et alignés dans la liste au même titre que les autres. L’inventaire se présente comme une partie des recettes. Il s’agit bien d’un bilan comptable. La présentation des dépenses rappelle celle de l’inventaire. Cette liste se clôt avec un total. La date finale de l’audit est indiquée à la fin du document (1433) et intervient bien après le décès, puisque Jean Gaillard est mort en août 1431.

C’est également le cas pour le compte de Jean d’Oche, décédé en 1418, dont l’audit a été fait quatre ans plus tard. Concernant Richard de Trébart mort en 1420, son compte n’est audité qu’en 1421 ; ceux de Jean Gaillard, mort en 1431, et d’Albert Le Prougneux, mort en 1433, sont audités respectivement en 1433 et en 1434. Chacun des trois temps du compte a été écrit par la même main. On se trouve face à un temps lissé au profit d’un temps comptable, où l’inventaire figure en « recette » et l’exécution en « dépenses ». La mise en page semble créer une fiction temporelle dont l’objectif est de donner l’image d’une gestion harmonieuse et sans conflit, puisque tous les legs sont traités également. Le compte met en évidence la réparation des conflits et le règlement des dettes. Le dossier testamentaire exprime une dynamique, celle du transfert des biens. Le mort est lié aux vivants.

Quelle intelligence de la ville ? Dans ces comptes, apparaît la volonté de transformer un avoir en prière. Les parcours individuels des chanoines débordent Paris. Jean Gaillard maintient par exemple ses liens avec Reims. Il prévoit des legs pour sa cure de Villeneuve. À Paris, les legs vont à l’Hôtel-Dieu et à sa paroisse. Les dépenses révèlent le réseau social du défunt.

Les listes offrent une intelligence de la ville, puisque la mise en forme contribue à ordonner la mort et à créer un temps homogène. Il y a également un côté pratique à mettre en liste. La pratique comptable inspire ces testaments. Ces testaments reposent sur des formulaires, sachant que les notaires sont créatifs. Le notaire apparaît comme un créateur de récit. Les testaments ici étudiés sont des copies, les originaux ayant sans doute été rédigés sur parchemin. Est manifeste la volonté de préserver la paix. L’image comptable sert à dire que tout va bien. Le quitus final permet un grand soulagement. L’écrit, notamment la liste, construit de l’ordre social et permet une mise en réseau de tous les acteurs autour de ces chanoines.

Boris Bove (communication lue par Hélène Noizet) : « Un inventaire après décès : la mise en liste de la maison canoniale du chanoine Étienne de Montdidier »

Étienne de Montdidier, chanoine de Notre-Dame, meurt en 1468. Son inventaire après décès permet d’analyser la mise en liste d’une maison canoniale parisienne. Il est conservé aux Archives nationales sous la cote S 851B. Étienne de Montdidier est le fils d’un bourgeois d’Orléans. Avant 1436, il est membre du Parlement de Poitiers, ce qui laisse supposer qu’il est probablement Armagnac, mais est peu impliqué dans les affaires politiques. Il n’apparaît pas dans les chroniques contemporaines, ni dans les histoires de Charles VI (Contamine) ou de Paris (Favier). En 1436, il est conseiller clerc au Parlement de Paris. Le 19 août 1440, il est élu par ses pairs premier président de la Chambre des Enquêtes, puis confirmé par le roi. Le 24 décembre 1443, il est reçu chanoine de Notre-Dame, ce qui confirme la faveur de Charles VII. Dans ces conditions, il fait partie des 25% de chanoines également membres du Parlement de Paris. Il serait né vers 1400. Il est également doyen de Meung-sur-Loire.

Il achète la maison du Terrail pour 80 £ (voir acte d’achat dans BNF, Fr 17740, f. 201r). Il meurt le 16 mai 1468 à 3h du matin dans sa maison claustrale et est enterré dans la chapelle Saint-Eutrope, derrière le chœur. Son épitaphe est conservée : « Hic jacet nobilis et discretus vir magister Stephanus de Montedidier, canonicus Parisiensis, regis in sua Parlamenti curia consiliarius ac in camera Inquestarum dum viveret predisens primus, qui obiit die lunae XVI mensis maii anno Domini 1468 – Anima resquiescat in pace. Amen » (Épitaphier du Vieux Paris, n° 4575).

Malgré l’utilisation de l’adjectif nobilis dans son épitaphe, il n’est pas noble. Il s’agit d’une noblesse de courtoisie post-mortem. Dans son inventaire après décès, il est désigné comme « vénérable et discrète personne ». En revanche, il est bien maître (magister), mais probablement pas docteur – à moins que son titre de président de la chambre des Enquêtes n’ait écrasé tous les autres titres. Ses armes sont « d’azur au chevron d’argent accompagné de trois grillets d’or ». Contre le mur de la chapelle, se voit une autre inscription le concernant, en français, sur une lame de cuivre. D’après elle (Épitaphier du Vieux Paris, n° 4576), il est prêtre, ce qui le place dans une position de supériorité au sein du chapitre. La proportion de chanoines-prêtres y est en effet globalement faible. Il fait ainsi partie de l’élite du chapitre, puisqu’il est à la fois conseiller au Parlement et prêtre, mais il n’est pas à la pointe de cette élite, parce qu’il n’est pas noble et n’est pas impliqué en politique.

Sa fortune est connue grâce à son inventaire après décès, à son testament et à des titres concernant des terres à Lagny. Il a des biens à Orléans et dans ses environs. Vers 1460, il acquiert différents biens à Paris et en Brie, autour de Lagny et Corbeil, ainsi que des terres à Ferrières-en-Brie, qu’il donne au chapitre Notre-Dame pour des fondations pieuses. Toutes ses acquisitions sont faites auprès de bourgeois endettés envers lui, qui sont obligés de céder leurs biens, parfois par voie de justice. Dès qu’il acquiert des terres, il veille à en rendre la gestion plus profitable en renouvelant les baux et en obtenant des seigneurs des modérations de cens. Il aide les fermiers à remettre en valeur leurs biens par des prêts. Il possède également des rentes sur des maisons à Paris et en banlieue, notamment une maison à Paris à la Queue du renard, rue Saint-Père-aux-bœufs, dans la censive du chapitre, valant 8£ [de rente]. Il doit probablement sa fortune plus à son habileté de gestionnaire qu’à ses gages de premier président de la Chambre des enquêtes.

Concernant son intégration à Paris, elle se fait également par sa famille et par son réseau de relations. Sa sœur, Jeanne de Montdidier, a épousé sire Germain Vivien, conseiller et général maître des monnaies du roi. Ce dernier appartient à une famille de marchands et marguilliers de Saint-Germain-L’auxerrois, d’après Anne Massoni. Ses exécuteurs testamentaires sont d’abord trois de ces collègues au chapitre, Jean de Courcelles, chanoine de Notre-Dame, archidiacre de Josas, conseiller au Parlement, Aimé Gombert, doyen de Meung-sur-Loire, conseiller au Parlement, maître Jean Monnet, docteur en théologie, chanoine de Notre-Dame, puis trois prêtres, Étienne le Gastelier, Étienne George et Marc Gory, qui pourraient être trois commensaux d’Étienne de Montdidier. Sa maisonnée est constituée de deux serviteurs, à savoir Guillaume Paulmier et Asseline, chambrière.

L’inventaire comporte 44 ff., dont seuls les 12 premiers concernent la maison canoniale d’Étienne de Montdidier dans le cloître. Vient ensuite l’autre hôtel, c’est-à-dire l’hôtel de la Queue de Renard, rue Saint-Père-aux-Bœufs. Le premier critère de classement est thématique.

L’inventaire de la maison canoniale et de tout ce qu’elle contient est dressé en trois jours du mercredi 18 au vendredi 20 mai, à savoir deux jours pour la visite topographique de la maison (ff. 1r-12r, mercredi 18 et jeudi 19 mai) et un pour les livres de l’étude (ff. 12r-13v, vendredi 20 mai).

À partir du samedi 28 mai, on passe à un inventaire thématique de l’autre hôtel fait en 3 jours (ff. 13v-14v : inventaire du vin, samedi 28 mai ; ff. 14r-15v : inventaire de la vaisselle de l’hôtel, lundi 30 mai ; ff. 15v-16r : inventaire de l’or, pas de date avec un formulaire vide ; ff. 16r-44r : lettres conservées à l’hôtel, mardi 31 mai). Dans les 12 ff. contenant la description des pièces de la maison claustrale, 28 stations du notaire ont pu être repérées. Ces stations correspondent à des pièces citées et toujours introduites par la formule : « Item en (…) fut trouvé… », pièces dont on suppose qu’elles sont énumérées selon une logique topographique.

Fig. 1 : Nombre de lignes dans l’inventaire des pièces du jour 1

 

Fig. 2 : Nombre de lignes dans l’inventaires des pièces du jour 2

[En bleu les pièces du RDC, en orange celles du 1er étage, en vert celle du 2e étage]

À partir de cet inventaire, l’organisation spatiale de la maison peut être restituée.

L’hôtel du Terrail est situé à l’extrémité sud-est de l’île de la Cité, au croisement de deux rues, la rue du Terrail et la rue de l’Abreuvoir. En 1754, la parcelle de 700 m² comprend une cour avec une entrée différée sur la rue, un logis principal au milieu de la parcelle et un jardin sur la Seine. Cette maison adopte la configuration générale des hôtels aristocratiques.

Fig. 3 : Localisation de la maison d’Étienne de Montdidier

Le notaire chargé de l’inventaire suit un cheminement linéaire depuis le Sud-Ouest de la parcelle vers la Seine à l’Est. Il va d’une pièce à l’autre, mais s’il traverse une cour, il ne le dit pas. Il suit une contiguïté topographique, c’est-à-dire qu’il ne saute pas une pièce si elle est contigüe. Il avance sans revenir en arrière, ce qui permet une certaine visualisation des pièces. À partir de l’entrée sur la rue, il commence par le cellier.

Fig. 4 : Proposition de plan de Boris Bove pour le rez-de-chaussée

Fig. 5 : Proposition de plan d’Hélène Noizet pour le rez-de-chaussée

Fig. 6 : Proposition de plan pour le 1er étage

Fig. 7 : Proposition de plan pour le 2nd étage

Prochaine séance : vendredi 10 décembre 2021

Séminaire_Paris-au-Moyen-Âge_20211119


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search